Grand Prix automobile de Malaisie 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix de Malaisie 2015
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 56
Longueur du circuit 5,543 km
Distance de course 310,408 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Ferrari,
h 41 min 5 s 793
(vitesse moyenne : 184,225 km/h)
Pole position Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 49 s 834
(vitesse moyenne : 181,681 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 42 s 062
(vitesse moyenne : 195,516 km/h)

Le Grand Prix automobile de Malaisie 2015 (2015 Formula 1 Petronas Malaysia Grand Prix), disputé le 29 mars 2015 sur le circuit international de Sepang, est la 918e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, la dix-septième disputée à Sepang depuis 1999, et la seconde manche du championnat 2015.

Non partants au Grand Prix précédent, Fernando Alonso, victime d'une commotion cérébrale après un accident en essais libres, et Valtteri Bottas, qui souffrait d'une blessure au dos, sont tous deux autorisés à prendre le départ après un examen, le 26 mars, par les médecins de la FIA, de même que les pilotes Manor Marussia, Will Stevens et Roberto Merhi, autorisés à courir bien que non qualifiés.

L'orage tropical qui s'abat sur la piste de Sepang au milieu de la deuxième phase de qualifications piège notamment Kimi Räikkönen, contraint de s'élancer de la onzième place sur la grille. Comme lors de l'édition précédente, la météo perturbe le déroulement de la session qualificative, la phase Q3 étant retardée de vingt-sept minutes. Les dix derniers pilotes en lice évoluent en pneus intermédiaires sur une trajectoire très humide ; dans ces conditions délicates, Lewis Hamilton réalise sa deuxième pole position consécutive, la quarantième de sa carrière. Sebastian Vettel hisse sa Ferrari en première ligne, à soixante-quatorze millièmes de seconde du champion du monde en titre, repoussant Nico Rosberg en deuxième ligne en compagnie de Daniel Ricciardo. La troisième ligne est occupée par Daniil Kvyat et Max Verstappen, alors que les Williams ne réalisent que les septième (Felipe Massa) et neuvième (Valtteri Bottas) temps. Au volant des McLaren-Honda, Fernando Alonso et Jenson Button, qui n'ont pas passé le cap de la Q1, prennent le départ depuis la neuvième ligne, ne devançant que les Manor Marussia.

Au terme des cinquante-six tours de course, grâce à une stratégie optimale et à un rythme équivalent à celui des Mercedes, Sebastian Vettel remporte, au volant d'une SF15-T très performante, sa première victoire pour le compte de la Scuderia Ferrari, la quarantième de sa carrière ; le pilote Allemand ne s'était plus imposé depuis le Grand Prix du Brésil 2013 et Ferrari attendait la victoire depuis son deux-cent vingt et unième succès, avec Fernando Alonso, au Grand Prix d'Espagne, le 12 mai 2013.

Vettel construit sa quatrième victoire à Sepang dès le quatrième tour : alors que la voiture de sécurité est en piste et que les deux Flèches d'Argent rentrent changer de pneus, il ne s'arrête pas et prend la tête. Par la suite, il effectue des relais plus longs que ses rivaux qui s'arrêtent trois fois, n'effectue que deux passages au stand et réalise des temps au tour aussi rapides que ceux de Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Le quadruple champion du monde passe la ligne d'arrivée avec plus de huit secondes d'avance sur Hamilton et douze secondes sur Rosberg. Kimi Räikkönen, onzième sur la grille de départ et victime d'une crevaison en début de course, conduit l'autre Ferrari en quatrième position ; suivent les deux Williams de Valtteri Bottas et Felipe Massa, les deux Toro Rosso de Max Verstappen (qui devient, à 17 ans et 5 mois, le plus jeune pilote de l'histoire à inscrire des points) et Carlos Sainz Jr. et, à un tour, les deux Red Bull de Daniil Kvyat et de Daniel Ricciardo.

En s'imposant dès sa deuxième course avec Ferrari, Sebastian Vettel fait mieux que Michael Schumacher, vainqueur à son septième départ pour l'écurie de Maranello en 1996, mais moins bien que Kimi Räikkönen et Fernando Alonso, premiers dès leur Grand Prix initial au volant d'un bolide rouge, respectivement en 2007 et en 2010.

Lewis Hamilton conserve la tête du championnat du monde avec 43 points, devant Vettel (40 points) et Rosberg (33 points) ; Felipe Massa, avec 20 points, devance Räikkönen (12 points), Felipe Nasr (10 points) et Daniel Ricciardo (9 points). Mercedes conserve la tête du championnat avec 76 points devant Ferrari (52 points) et Williams (30 points) ; suivent Sauber (14 points), Toro Rosso (12 points), Red Bull Racing (11 points) et Force India (7 points). McLaren, Lotus F1 Team et Manor Marussia n'ont pas encore inscrit de point.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Fernando Alonso, victime d'une commotion cérébrale après un accident en essais libres le 22 février, et Valtteri Bottas, qui souffrait d'une blessure au dos, sont tous deux autorisés à prendre le départ à Sepang après un examen, le 26 mars, par les médecins de la FIA[1].

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Fernando Alonso lors de la première séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Pastor Maldonado lors de la première séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[2]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 40 s 124
2 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 40 s 497 + 0 s 373
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 40 s 985 + 0 s 861
4 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 1 min 41 s 543 + 1 s 419
5 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 41 s 596 + 1 s 472
6 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 41 s 787 + 1 s 663

La température est de 33 °C dans l'air et de 47 °C en piste au début de la première séance d’essais libres ; il ne pleut pas et le taux d'humidité de l'air n'est que de 56 %. Les pilotes s'élancent pour un premier tour d'installation et Valtteri Bottas réalise le temps de référence en 1 min 42 s 533[3],[4],[5].

Romain Grosjean passe en tête en 1 min 42 s 202 mais ne peut résister longtemps aux 1 min 40 s 973 de Nico Rosberg. Lewis Hamilton, après une trentaine de minutes et sans avoir bouclé le moindre tour lancé, immobilise en piste, dans le virage no 10, sa monoplace qui a rencontré une perte de puissance. Le Britannique, qui estimait pouvoir regagner les stands, s'est arrêté à la demande expresse de son équipe soucieuse de préserver son moteur destiné à la course[3],[4],[5].

Alors qu'il reste environ trente minutes minutes dans cette séance, Rosberg améliore son meilleur temps en 1 min 40 s 124. Grosjean conserve sa deuxième place à une seconde et demi. En toute fin de session, les deux pilotes de la Scuderia Ferrari se rapprochent de l'Allemand, Kimi Räikkönen tournant en 1 min 40 s 497 et Sebastian Vettel en 1 min 40 s 985[3],[4],[5].

Fernando Alonso, absent à Melbourne à cause de son accident durant les essais hivernaux, réalise le quatorzième temps et a failli perdre le contrôle de sa McLaren par deux fois. Bottas, qui n'a pas pris le départ du Grand Prix inaugural à cause de douleurs au dos, s'en sort mieux, avec le huitième temps (1 min 41 s 882). Si les pilotes Manor Marussia effectuaient eux aussi leurs débuts cette saison, Roberto Merhi et Will Stevens ont finalement passé plus de temps dans les stands que sur la piste de l'équipe et occupent les dernières places sur la feuille des temps[3],[4],[5].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Carlos Sainz Jr lors de la deuxième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Daniil Kvyat lors de la deuxième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Felipe Massa lors de la deuxième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[6]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 39 s 790
2 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 40 s 163 + 0 s 373
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 40 s 218 + 0 s 428
4 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 40 s 346 + 0 s 556
5 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 40 s 450 + 0 s 660
6 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 40 s 560 + 1 s 770

Il fait 32 °C dans l'air et la piste est à 60 °C au début de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Malaisie. Si Will Stevens se lance en piste le premier, le temps de référence est établi par Kimi Räikkönen en 1 min 41 s 002[7],[8],[9].

Sebastian Vettel, lui aussi en pneus durs, prend le commandement en 1 min 40 s 980 et devance les deux pilotes Williams F1 Team d'une demi-seconde. Peu après, Nico Rosberg améliore en deux temps (1 min 40 s 438 puis 1 min 40 s 282) alors que son coéquipier Lewis Hamilton ne dispose toujours pas de sa voiture. Quelques instants plus tard, Roberto Merhi provoque l'interruption de la séance sur drapeau rouge en restant prisonnier d'un bac à graviers, ce qui nécessite l'intervention d'une grue pour l'en dégager. La session est relancée alors qu'il reste un peu moins d'une heure avant le drapeau à damier[7],[8],[9].

Hamilton monte en piste au moment où son coéquipier chausse le premier les pneus tendres. Hamilton rencontre à nouveau des problèmes et est rappelé au stand. Räikkönen passe en tête du classement en 1 min 40 s 163 tandis que Romain Grosjean, à cause de soucis techniques sur sa Lotus E23 Hybrid (perte de puissance et batterie se déchargeant trop vite), manque la deuxième moitié de la séance. Alors que Räikkönen se maintient en tête, Rosberg abîme ses pneus dans une longue glissade, Vettel, Felipe Nasr et Sergio Pérez partent en tête-à-queue et Fernando Alonso passe dans les graviers. Daniel Ricciardo connaît également des soucis avec sa monoplace et ne parvient pas à se porter à la hauteur de son équipier Daniil Kvyat[7],[8],[9].

Finalement, alors qu'il reste vingt minutes, Hamilton, dont la monoplace a retrouvé une bonne forme après les ennuis techniques de la matinée et du début de séance, réalise la meilleure performance de l'après-midi, en 1 min 39 s 790[7],[8],[9].

Troisième séance, le samedi de 14 h à 15 h[modifier | modifier le code]

Kimi Räikkönen lors de la troisième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Nico Hülkenberg lors de la troisième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Felipe Nasr lors de la troisième séance d'essais du Grand Prix de Malaisie 2015.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[10]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 39 s 690
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 39 s 874 + 0 s 184
3 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 40 s 245 + 0 s 555
4 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 40 s 346 + 0 s 576
5 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 40 s 391 + 0 s 701
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 40 s 406 + 0 s 716

La température ambiante est de 33 °C et la piste à 60 °C au départ de la dernière séance d'essais libres. Les pilotes prennent tous la piste chaussés des pneus durs proposés par le manufacturer italien Pirelli qui n'a jamais eu l'occasion de tester ses gommes à une telle température en conditions réelles. Alors que Felipe Nasr réalise le temps de référence en 1 min 43 s 760, Max Verstappen annonce avoir de grandes difficultés, par cette chaleur, à trouver la limite au freinage sur une piste rendue très glissante[11],[12],[13].

Marcus Ericsson se porte en tête en 1 min 43 s 587 mais sa performance est battue par les deux pilotes Red Bull Racing, Daniel Ricciardo tournant en 1 min 42 s 045 et Daniil Kvyat en 1 min 41 s 980. Sergio Pérez sort de la piste dans le virage no 9, tandis que Nasr et Roberto Merhi tirent tout droit dans la courbe no 11[11],[12],[13].

À la mi-séance, alors que Pirelli confirme que les pneus vont encore énormément souffrir si les conditions météorologiques se maintiennent, les pilotes Mercedes et Ferrari n'ont pas encore pris la piste. Nico Rosberg sort enfin et, d'emblée, prend la tête du classement en 1 min 40 s 391 puis améliore en 1 min 40 s 251 ; son coéquipier Lewis Hamilton commet une erreur dans durant son tour lancé et prend la quatrième place en 1 min 41 s 016, derrière Rosberg, Vettel et Ricciardo[11],[12],[13].

Dans le dernier tiers de la séance, tous les pilotes chaussent les pneus les plus tendres alloués par Pirelli, plus rapides de près d'une seconde au tour mais beaucoup moins endurants à cause de la chaleur extrême du circuit. Felipe Massa part ainsi à la faute après quelques boucles, de même que Verstappen, Romain Grosjean et Sebastian Vettel. Rosberg améliore son meilleur temps, en 1 min 39 s 690 et Hamilton prend la deuxième place, en 1 min 39 s 874 ; suivent les Ferrari et les Williams F1 Team tandis que les Manor Marussia sont toujours au-delà des 107 % du meilleur temps de la session[11],[12],[13].

Séance de qualification[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Manor Marussia, vierge de tout sponsor, au Grand Prix automobile de Malaisie 2015.

S'il fait toujours aussi chaud sur le circuit de Sepang au début de la séance qualificative du Grand Prix de Malaisie, le ciel est désormais chargé de nuages très menaçants ; la pluie, qui pourrait perturber la séance, n'étant toutefois pas annoncée comme imminente, les pilotes prennent la piste les uns après les autres, sans se presser et Max Verstappen fixe le temps de référence en 1 min 41 s 550[14],[15],[16].

Carlos Sainz Jr. passe en tête en 1 min 40 s 843 mais est battu par les deux pilotes Mercedes, Nico Rosberg tournant en 1 min 39 s 374 et Lewis Hamilton en 1 min 39 s 269. Contredisant les annonces météorologiques, l'orage se fait entendre et conduit tous les pilotes à tenter de boucler un temps avant le déluge tandis que les éclairs zèbrent le ciel. Sebastian Vettel prend la troisième place derrière les Mercedes alors que Jenson Button et Fernando Alonso évoluent en fond de classement, avec les Manor Marussia[14],[15],[16].

Les cinq pilotes éliminés sont Will Stevens, qui n'a bouclé aucun tour lancé à cause d'un problème de carburant, et son coéquipier Roberto Merhi, non qualifié car tournant au-delà des 107 % du meilleur temps, Alonso et Button, qui partiront de la dernière ligne, et Felipe Nasr[14],[15],[16].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Max Verstappen sur la piste mouillée, en Q2.

L'orage se rapprochant de plus en plus du circuit, les équipes envoient leurs pilotes en piste dès son ouverture, tous chaussés en pneus tendres. Sebastian Vettel, dont la monoplace tape souvent le sol en lâchant de grandes gerbes d'étincelles fixe le temps de référence en 1 min 39 s 632, immédiatement amélioré par Nico Rosberg, en 1 min 39 s 377[14],[17],[18].

Lewis Hamilton, pris dans le trafic, ne réalise que le huitième temps alors que la pluie commence à tomber sur le circuit, ruinant tout espoir d'amélioration des performances puisque, en quelques minutes, le circuit baigne sous l'eau. Kimi Räikkönen, gêné par la Sauber de Marcus Ericsson qui était lui aussi dans son tour rapide, fait partie des pilotes éliminés, de même que Pastor Maldonado, Nico Hülkenberg et son coéquipier Sergio Pérez et Carlos Sainz Jr.[14],[17],[18].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Un véritable déluge s'abattant sur le circuit de Sepang, la direction de course annonce que le départ de la phase Q3 est repoussé d'un quart d'heure. Après plusieurs sorties de vérification par la voiture de sécurité alors qu'il ne pleut pratiquement plus, la séance est lancée avec près d'une demi-heure de retard. Si les pilotes Williams F1 Team montent en piste en pneus pluie, les Mercedes et les Ferrari tentent les pneus intermédiaires. Après un premier tour d'installation, tous estiment que les pneus intermédiaires sont les plus performants et Williams rappelle ses pilotes au stand. Lewis Hamilton fixe le temps de référence en 1 min 49 s 834 à l'issue de son premier tour rapide tandis que Romain Grosjean rentre chausser des gommes intermédiaires[14],[19],[20].

Dans les cinq dernières minutes, tous chaussent un nouveau train de pneus intermédiaires mais Hamilton conserve sa place et obtient donc la quarantième pole position de sa carrière. Sebastian Vettel, en 1 min 49 s 908, l'accompagne en première ligne. Nico Rosberg (1 min 50 s 299) et Daniel Ricciardo (1 min 51 s 541) sont en deuxième ligne ; suivent Daniil Kvyat sur l'autre Red Bull RB11, Max Verstappen, Felipe Massa, Grosjean, Valtteri Bottas et Marcus Ericsson qui atteint, pour la première fois de sa carrière, le top 10 en qualifications[14],[19],[20].

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[21]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 39 s 269 1 min 41 s 517 1 min 49 s 834
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 1 min 39 s 814 1 min 39 s 632 1 min 49 s 908
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 39 s 374 1 min 39 s 377 1 min 50 s 299
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 40 s 504 1 min 41 s 085 1 min 51 s 541
5 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 1 min 40 s 546 1 min 41 s 665 1 min 51 s 951
6 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 1 min 40 s 793 1 min 41 s 430 1 min 51 s 981
7 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 40 s 543 1 min 41 s 230 1 min 52 s 473
8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 1 min 40 s 303 1 min 41 s 209 1 min 52 s 981
9 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 40 s 249 1 min 40 s 650 1 min 53 s 179
10 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 1 min 40 s 340 1 min 41 s 748 1 min 53 s 261
11 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 40 s 415 1 min 42 s 173
12 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 1 min 40 s 361 1 min 42 s 198
13 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 40 s 830 1 min 43 s 023
14 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 41 s 036 1 min 43 s 469
15 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 1 min 39 s 814 1 min 43 s 701
16 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 1 min 41 s 308
17 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Honda 1 min 41 s 636
18 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 1 min 41 s 746
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 46 s 217 (107 % de 1 min 39 s 269)
Nq. Drapeau de l'Espagne Roberto Merhi Manor Marussia-Ferrari 1 min 46 s 677
Nq. Drapeau du Royaume-Uni Will Stevens Manor Marussia-Ferrari Pas de temps
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Malaisie 2015
La grille de qualification du Grand Prix de Malaisie 2015.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Malaisie 2015
La grille de départ du Grand Prix de Malaisie 2015.
  • Romain Grosjean, huitième des qualifications, est rétrogradé de deux places pour avoir effectué un dépassement non autorisé dans la voie des stands ; il s'élance de la dixième place[22].
  • Les pilotes Manor Marussia, Will Stevens et Roberto Merhi, non qualifiés, sont toutefois autorisés à prendre le départ de la course[22].
  • Will Stevens, repêché par les commissaires de course, ne prend pas le départ à cause d'un problème non résolu du système d'alimentation en essence de sa voiture[23].

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Le départ du Grand Prix de Malaisie 2015.
L'accrochage entre Hülkenberg et Kvyat.
Sebastian Vettel sur le podium du Grand Prix de Malaisie 2015.

Il fait chaud et la piste est sèche au départ du Grand Prix de Malaisie ; dix-neuf pilotes se présentent sur la grille car Will Stevens, non qualifié mais repêché, déclare forfait à cause de soucis techniques sur sa Manor Marussia. À l'extinction des feux, Lewis Hamilton, en pole position, réussit son départ et conserve la tête ; Sebastian Vettel se décale vers Nico Rosberg pour défendre sa position et freiner sur la partie propre de la piste au premier virage. Derrière, Nico Hülkenberg passe de la treizième à la septième place tandis que Pastor Maldonado, après un contact, au premier virage, avec Valtteri Bottas poursuit son tour au ralenti, victime d'une crevaison à l'arrière-gauche. Au premier passage sur la ligne, Hamilton devance Vettel de 7 dixièmes de seconde ; suivent Rosberg, Daniel Ricciardo, Felipe Massa, Daniil Kvyat, Hülkenberg, Marcus Ericsson, Max Verstappen et Romain Grosjean. Kimi Räikkönen, lui aussi victime d'une crevaison après une touchette avec Felipe Nasr, doit faire pratiquement un tour complet sur trois roues avant de rejoindre son stand, accompagné du Brésilien qui change son aileron avant[24],[25],[26].

En tête de la course, Vettel reste dans le rythme des deux Mercedes qui l'encadrent. Au troisième tour, Marcus Ericsson manque un freinage et s'immobilise dans un bac à graviers, provoquant une neutralisation de la course par la voiture de sécurité. Si de nombreux pilotes en profitent pour changer de pneus, Vettel (ainsi que Hülkenberg, Grosjean, Carlos Sainz Jr., Räikkönen, Sergio Pérez et Roberto Merhi), reste en piste et prend la tête de la course. Nico Rosberg perd de précieuses secondes bloqué derrière Hamilton rentré en même temps au stand. Au sixième tour, derrière la voiture de sécurité, Vettel devance Hülkenberg, Grosjean, Sainz, Pérez, Hamilton, Ricciardo, Massa, Rosberg, Kvyat, Merhi, Verstappen, Bottas, Fernando Alonso, Jenson Button, Nasr, Räikkönen et Maldonado[24],[25],[26].

À la relance, à l'entame du septième tour, les Mercedes, engluées dans le trafic des pilotes restés en piste, ont pour seul objectif de remonter au classement car Vettel, en tête, est le plus rapide en piste ; Hamilton hausse son rythme et remonte à la quatrième place dès le onzième tour, imité par Rosberg qui atteint la septième position. Si Hamilton pointe à la deuxième place dès le tour suivant, Vettel reste le plus rapide en piste avec un avantage de 10 secondes ; Rosberg, remonté à la quatrième place, est à 17 secondes[24],[25],[26].

Räikkönen et Sainz changent leurs pneus au quinzième tour pendant que Pastor Maldonado est pénalisé de dix secondes pour avoir été trop rapide derrière la voiture de sécurité. Vettel change ses pneus au dix-huitième tour et reprend la piste, à nouveau en pneus tendres, en troisième position, derrière Hamilton et Rosberg. Vettel, toujours le plus rapide en piste, reprend presque deux secondes au tour aux deux Mercedes de tête. Sur l'asphalte surchauffé de Sepang, sa voiture use moins ses pneus que celles des pilotes Mercedes qui se mettent à « glisser » au bout d'une vingtaine de tours, comme le communique Hamilton à son stand par radio. Vettel passe Nico Rosberg dans le vingt-deuxième tour, au moment où Fernando Alonso abandonne. Dans le vingt-cinquième tour, Vettel attaque Hamilton qui ne défend pas sa position car il rentre immédiatement au stand changer ses pneus, et repart en pneus tendres[24],[25],[26].

Au vingt-sixième tour, Kvyat et Hülkenberg s'accrochent alors que Nico Rosberg change ses pneus ; au trentième tour, Vettel précède Hamilton, Rosberg, Räikkönen, Sainz, Massa, Verstappen, Bottas, Ricciardo et Hülkenberg. Pérez accrochent Grosjean qui, envoyé en tête-à-queue, est dépassé par Button et Nasr ; les commissaires infligent dix secondes de pénalité aux deux pilotes Force India, Hülkenberg et Pérez, jugés responsables des deux incidents. Au trente-troisième passage, Vettel dispose de 16 secondes d'avance sur Hamilton ; Rosberg, troisième en pneus durs, ne vise plus que la dernière marche du podium. Au trente-septième passage, Vettel effectue son deuxième et ultime arrêt ; il ressort en seconde position, juste devant Rosberg. Hamilton rentre au stand pour la troisième fois deux tours plus tard pour passer des pneus tendres mais son dernier train étant trop usé, il doit terminer la course en pneus durs. Vettel, en pneus durs également, lui reprend la première place[24],[25],[26].

À quinze tours de l'arrivée, Vettel possède 3 secondes d'avance sur Rosberg et 14 secondes sur Hamilton ; Räikkönen, quatrième, est à plus de 40 secondes. Rosberg chausse des pneus tendres au quarante-deuxième tour et reprend la piste à la troisième place. Vettel gère son avantage d'environ dix secondes sur Hamilton pour remporter la quarantième victoire de sa carrière, sa première pour Ferrari dès leur seconde course commune. Hamilton et Rosberg complètent le podium ; suivent pour les points Räikkönen, Bottas, Massa, Verstappen, Sainz, Kvyat et Ricciardo[24],[25],[26].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[27]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 56 1 h 41 min 05 s 793 (184,225 km/h) 2 25
2 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 56 + 8 s 569 1 18
3 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 56 + 12 s 310 3 15
4 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 56 + 53 s 822 11 12
5 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 56 + 1 min 10 s 409 8 10
6 19 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 56 + 1 min 13 s 586 7 8
7 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 56 + 1 min 37 s 762 6 6
8 55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 55 + 1 tour 15 4
9 26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 55 + 1 tour 5 2
10 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 55 + 1 tour 4 1
11 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Mercedes 55 + 1 tour 10
12 12 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 55 + 1 tour 16
13 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 55 + 1 tour (dont 10 s de pénalité) 14
14 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 55 + 1 tour (dont 10 s de pénalité) 13
15 98 Drapeau de l'Espagne Roberto Merhi Manor Marussia-Ferrari 53 + 3 tours 19
Abd. 13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Mercedes 47 Freins 12
Abd. 22 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Honda 41 Turbocompresseur 17
Abd. 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Honda 21 Moteur 18
Abd. 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 3 Sortie de piste 9
Np. 28 Drapeau du Royaume-Uni Will Stevens Manor Marussia-Ferrari 0 Alimentation en essence

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[31]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 43
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 40
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 33
4 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 20
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 12
6 Drapeau du Brésil Felipe Nasr Sauber-Ferrari 10
7 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 10
8 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 9
9 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 6
10 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Toro Rosso-Renault 6
11 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Toro Rosso-Renault 6
12 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 4
13 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Red Bull-Renault 2
14 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1
Constructeurs[32]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 76
2 Drapeau de l'Italie Ferrari 52
3 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 30
4 Drapeau de la Suisse Sauber-Ferrari 14
5 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Renault 12
6 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 11
7 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 7

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Malaisie 2015 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Formula One Management, « Alonso and Bottas cleared to race in Malaysia », sur formula1.com, (consulté le 26 mars 2015)
  2. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 PETRONAS MALAYSIA GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 27 mars 2015)
  3. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Sepang L1 : Rosberg au top, Hamilton au stand. Problème moteur pour Lewis Hamilton », sur nextgen-auto.com, (consulté le 27 mars 2015)
  4. a b c et d Guillaume Navarro, « GP de Malaisie - Essais Libres 1 : Rosberg devant, Hamilton à l'arrêt », sur fr.motorsport.com, (consulté le 27 mars 2015)
  5. a b c et d (en) Formula One Management, « FP1 - Rosberg fastest as Hamilton hits trouble », sur formula1.com, (consulté le 27 mars 2015)
  6. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 PETRONAS MALAYSIA GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 27 mars 2015)
  7. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Sepang L2 : Hamilton reprend la main », sur nextgen-auto.com, (consulté le 27 mars 2015)
  8. a b c et d Guillaume Navarro, « GP de Malaisie - Essais Libres 2 : Hamilton, malgré une télémétrie défaillante », sur fr.motorsport.com, (consulté le 27 mars 2015)
  9. a b c et d (en) Formula One Management, « http://www.formula1.com/content/fom-website/en/latest/headlines/2015/3/hamilton-overcomes-issues-to-set-malaysia-pace.html », sur formula1.com, (consulté le 27 mars 2015)
  10. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 PETRONAS MALAYSIA GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  11. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Sepang L3 : Rosberg devance Hamilton et les Ferrari », sur nextgen-auto.com, (consulté le 28 mars 2015)
  12. a b c et d Guillaume Navarro, « EL3 Malaisie - Mercedes par plus de 60°C en piste! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 mars 2015)
  13. a b c et d (en) Formula One Management, « FP3 - Mercedes fastest, but the field closes up », sur formula1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  14. a b c d e f et g (en) Formula One Management, « Qualifying - Hamilton denies Vettel after Sepang downpour », sur formula1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  15. a b et c Guillaume Navarro, « Q1 - McLaren pas touché par la foudre ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 mars 2015)
  16. a b et c Daniel Thys, « F1 - F1 - Hamilton signe la pole sous la pluie de Sepang Q1 - 18 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 28 mars 2015)
  17. a et b Guillaume Navarro, « Q2 - L'orage se déverse sur le plateau, Räikkönen piégé », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 mars 2015)
  18. a et b Daniel Thys, « F1 - Hamilton signe la pole sous la pluie de Sepang Q2 - 15 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 28 mars 2015)
  19. a et b Guillaume Navarro, « Qualifications Malaisie - Hamilton comme un chef ; Ferrari en première ligne ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 mars 2015)
  20. a et b Daniel Thys, « F1 - Lewis Hamilton en pole position à Sepang Q3 - 12 minutes », sur nextgen-auto.com, (consulté le 28 mars 2015)
  21. (en) Formula One Management, « 2015 FORMULA 1 PETRONAS MALAYSIA GRAND PRIX Qualifying », sur formula1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  22. a et b Daniel Thys, « F1 - Manor autorisée à prendre le départ, Grosjean pénalisé à Sepang », sur nextgen-auto.com, (consulté le 28 mars 2015)
  23. Olivier Ferret, « F1 - Stevens forfait, une seule Manor au départ à Sepang », sur nextgen-auto.com, (consulté le 29 mars 2015)
  24. a b c d e et f Daniel Thys, « F1 - Vettel et Ferrari matent les Mercedes à Sepang ! Victoire stratégique pour la Scuderia et Sebastian. », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 avril 2015)
  25. a b c d e et f Guillaume Navarro, « GP de Malaisie - Ferrari renoue avec la victoire grâce à Sebastian Vettel », sur toilef1.com, (consulté le 3 avril 2015)
  26. a b c d e et f (en) Formula One Management, « Vettel stuns Mercedes with Ferrari win at Sepang », sur formula1.com, (consulté le 3 avril 2015)
  27. « Malaisie 2015 Classement », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  28. « Malaisie 2015 Qualifications », sur statsf1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  29. « Malaisie 2015 Meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  30. « Malaisie 2015 Tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  31. « Malaisie 2015 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  32. « Malaisie 2015 Championnat constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  33. « Lewis Hamilton Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  34. « Sebastian VETTEL Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 28 mars 2015)
  35. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  36. « Ferrari Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  37. « Valtteri Bottas Points », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  38. « Statistiques pilotes points par âge », sur statsf1.com, (consulté le 29 mars 2015)
  39. Paul Gombeaud, « F1 - Mick Doohan sera commissaire de piste à Sepang », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 26 mars 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :