Grand Prix automobile de Belgique 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix de Belgique 2014
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 44
Longueur du circuit 7,004 km
Distance de course 308,176 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
Red Bull-Renault,
h 24 min 26 s 566
(vitesse moyenne : 218,884 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 5 s 591
(vitesse moyenne : 200,766 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 50 s 511
(vitesse moyenne : 228,162 km/h)

Le Grand Prix automobile de Belgique 2014 (2014 Formula 1 Shell Belgian Grand Prix), disputé le sur le circuit de Spa-Francorchamps, est la 909e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la soixante-neuvième édition du Grand Prix de Belgique, la cinquante-neuvième comptant pour le championnat du monde de Formule 1, et de la douzième manche du championnat 2014.

Les qualifications, marquées par une météo changeante et piégeuse, se résument à une nouvelle lutte pour la pole position entre les deux pilotes Mercedes. Lewis Hamilton, meilleur temps lors de la phase Q2 disputée sous la pluie, s'incline derrière Nico Rosberg, meilleur temps lors des phases Q1 et Q3, sur piste humide. Rosberg réalise sa septième pole position de la saison, sa quatrième consécutive et la onzième de sa carrière. Derrière les deux Mercedes, la deuxième ligne est constituée de Sebastian Vettel et Fernando Alonso ; Daniel Ricciardo s'élance en troisième ligne aux côtés de Valtteri Bottas.

Daniel Ricciardo remporte, au volant de sa Red Bull RB10, sa troisième victoire de la saison, sa deuxième consécutive et la troisième de sa carrière, à l'issue d'une course dont les cartes sont rebattues dès le deuxième tour lorsque Nico Rosberg, deuxième après avoir manqué son départ, casse son aileron avant sur la roue arrière de son coéquipier, en tête, en tentant de le doubler. Hamilton, victime d'une crevaison et relégué en fond de classement abandonne en fin de course tandis que Rosberg manque la victoire pour quatre secondes, temps nécessaire au changement de son aileron. Valtteri Bottas, sur une stratégie décalée à trois arrêts finit la course en trombe pour obtenir un nouveau podium, aux dépens de son compatriote Kimi Räikkönen dont la quatrième place constitue son meilleur résultat depuis le début de la saison. Plus loin, Sebastian Vettel, se classe cinquième, suivi par Jenson Button, Fernando Alonso, Sergio Pérez, Daniil Kvyat et Nico Hülkenberg. Kevin Magnussen, cinquième sous le drapeau à damier, est retrogradé en douzième position à la suite d'une pénalité pour avoir poussé Alonso hors de la piste.

Rosberg reste en tête du championnat avec 220 points contre 191 pour Hamilton. Ricciardo conforte sa troisième place (156 points) devant Alonso (121 points) ; Valtteri Bottas reste cinquième (110 points) devant Sebastian Vettel, sixième avec 98 points. Mercedes est toujours largement en tête du classement des constructeurs avec 411 points et devance Red Bull Racing (254 points). Ferrari (160 points) est troisième devant Williams (150 points) ; McLaren, avec 105 points, reprend la cinquième place à Force India (103 points) ; suivent Toro Rosso (19 points), Lotus F1 Team (8 points) et Marussia F1 Team (2 points). Neuf des onze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Sauber et Caterham n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 51 s 577
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 51 s 674 + 0 s 097
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 51 s 805 + 0 s 228
4 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 52 s 404 + 0 s 827
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 52 s 818 + 1 s 241
6 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 52 s 903 + 1 s 326

La première séance d'essais libres après la pause estivale se dispute sous le ciel gris du circuit de Spa-Francorchamps. Le manufacturier de pneumatiques italien Pirelli propose aux écuries ses gommes tendres (pneus jaunes) et les plus dures (pneus « medium » blancs) ; ce choix est moins conservateur qu'en première partie de saison où des pneus encore plus durs étaient préférés sur des tracés similaires du point de vue du développement du tracé et des contraintes latérales imposées à la structure pneumatique. Si les pilotes s'élancent immédiatement pour boucler un premier tour d'installation, il faut attendre près de vingt minutes pour que Kevin Magnussen ne fixe le temps de référence, en 1 min 53 s 405[2],[3],[4].

Avec le train de pneus supplémentaire utilisable uniquement durant la première demie-heure, Nico Rosberg améliore en 1 min 52 s 143. Fernando Alonso prend, un temps, la tête en 1 min 51 s 937 puis Rosberg tourne en 1 min 51 s 724. Le novice André Lotterer tourne deux secondes plus lentement que son coéquipier chez Caterham Marcus Ericsson dans ses premières boucles ; toutefois, après une heure en piste et après avoir rapporté par radio un problème de sous-virage en milieu de virage à moyenne vitesse, il améliore les temps d'Ericsson[2],[3],[4].

De nombreux pilotes bloquent leurs roues sur les freinages appuyés et Kimi Räikkönen part en tête-à-queue à l'épingle de La Source. Peu après la mi-séance, Lewis Hamilton passe en tête du classement en 1 min 51 s 674 ; Nico Rosberg fait mieux quelques minutes plus tard en bouclant son tour en 1 min 51 s 577. À l'issue de la session, seuls Alonso et Jenson Button parviennent à tourner dans la même seconde que les pilotes Mercedes. Sebastian Vettel, qui rencontre des problèmes en montant ses rapports de boîte de vitesses, doit observer la fin de séance depuis son stand[2],[3],[4].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[14]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 49 s 189
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 49 s 793 + 0 s 604
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 49 s 930 + 0 s 741
4 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 50 s 327 + 1 s 138
5 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 50 s 659 + 1 s 470
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 50 s 677 + 1 s 488

La deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Belgique commence sous un ciel menaçant et avec une température ambiante de 17° C, la piste étant à 32° C. Sebastian Vettel, qui n'avait pas pu terminer la première séance d'essais libres le matin, ne participe pas à cette session, ses mécaniciens changeant son moteur après qu'un problème au niveau de l'échappement a été identifié. Comme lors de la précédente séance, Kevin Magnussen établit le premier temps de référence en 1 min 52 s 677[15],[16],[17].

Après seulement sept minutes, Pastor Maldonado sort de la piste, roule longtemps dans l'herbe et perd le contrôle de sa monoplace ; il heurte les rails peu avant le virage Pouhon et provoque une neutralisation sous drapeau rouge afin que les commissaires évacuent sa Lotus E22 et nettoient la piste. La séance est relancée quelques minutes plus tard et Jenson Button relaie son coéquipier en tête du classement avec un tour bouclé en 1 min 52 s 285. Le Britannique est ensuite battu par Felipe Massa (1 min 52 s 214), Nico Rosberg (1 min 52 s 065), Lewis Hamilton (1 min 51 s 989) et Fernando Alonso (1 min 51 s 693)[15],[16],[17].

Alors qu'Hamilton repasse en tête en 1 min 51 s 276, Esteban Gutiérrez sort de la piste, juste après Blanchimont, sans dommage. « Quelque chose a cassé en plein milieu de la courbe, peut-être la boîte, on verra. J'espère que ça n'arrivera plus, heureusement que ça s'est produit dans ce virage où il y a une échappatoire, on est quand même à 280 ou 290 ! » déclare le Mexicain dont la monoplace doit être évacuée par les commissaires, ce qui provoque une nouvelle interruption de séance[15],[16],[17].

À la relance, Kevin Magnussen chausse les pneus tendres et s'installe immédiatement en tête en 1 min 51 s 074. La Red Bull RB10, dotée d'un nouvel aileron arrière devant compenser le manque de puissance du bloc Renault, est toujours à la peine : Daniel Ricciardo sort plusieurs fois de la piste, vraisemblablement en manque d'appui aérodynamique. Kimi Räikkönen reste bloqué au stand durant plusieurs dizaines de minutes tandis que le débutant André Lotterer évolue dans le même rythme que son équipier Marcus Ericsson[15],[16],[17].

Button, en pneus tendres, pointe en tête en 1 min 50 s 659 mais doit s'effacer derrière les pilotes Mercedes dès qu'ils changent à leur tour de pneus : Rosberg tourne en 1 min 49 s 793 et Hamilton, en 1 min 49 s 189, réalise le meilleur temps de la journée. Alonso est, comme lors de la première séance, troisième, et désormais seul à tourner dans la même seconde que les Mercedes. Les Williams montent en puissance au fil du weekend grâce à Massa, quatrième, et Valtteri Bottas, sixième, qui encadrent Button[15],[16],[17].

Troisième séance, le samedi de 11 h à 12 h[modifier | modifier le code]

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[18]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 49 s 465
2 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 49 s 733 + 0 s 268
3 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 49 s 739 + 0 s 274
4 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 49 s 817 + 0 s 352
5 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 1 min 49 s 817 + 0 s 352
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 49 s 890 + 0 s 425

La troisième et dernière séance d'essais libres du Grand Prix de Belgique commence sur une piste détrempée et les pilotes bouclent leurs premiers tours d'installation chaussés de pneus « intermédiaires » ou « pleine pluie ». Si, assez rapidement, une trajectoire sèche se dessine, l'humidité importante incite la majorité de plateau à rester à l'abri dans les stands. Durant le premier quart d'heure, seul le novice André Lotterer a bouclé un tour chronométré, en 2 min 07 s 529. Sur une piste s'étant un peu plus asséchée, Jules Bianchi, en deux temps, améliore de plus de 6 secondes (2 min 01 s 823 puis 2 min 01 s 529). Son coéquipier Max Chilton est le seul autre pilote en piste[19],[20],[21].

À trente minutes de la fin de séance, Esteban Gutiérrez rompt le silence et prend la piste avec des pneus durs pour le sec ; il améliore, en deux temps, la performance de Bianchi (2 min 00 s 242 puis 1 min 56 s 151 une fois que la gomme est suffisamment montée en température pour atteindre sa fenêtre optimale de fonctionnement). Felipe Massa, Jean-Éric Vergne et Daniil Kvyat s'élancent en même temps ; La Williams de Massa talonne dans le Raidillon de l'Eau Rouge et son premier tour lancé est plus lent que celui des pilotes de la Scuderia Toro Rosso. Pastor Maldonado passe en tête en 1 min 54 s 850, Kvyat améliore en 1 min 53 s 519 tandis que Valtteri Bottas, en 1 min 51 s 583, améliore de près de deux secondes sur son premier tour lancé[19],[20],[21].

À un quart d'heure du terme, Fernando Alonso trouve 3 dixièmes de seconde sur le temps de Bottas (1 min 51 s 218) juste avant de laisser les pilotes Mercedes prendre, comme de coutume, le commandement ; Nico Rosberg tourne en 1 min 50 s 023 et Lewis Hamilton en 1 min 50 s 022. Cinq minutes avant le drapeau à damier, Kimi Räikkönen chausse ses pneus tendres et passe en tête en 1 min 49 s 817. Alors que les pilotes Mercedes stoppent leurs efforts pour économiser leurs pneus tendres, Bottas améliore en 1 min 49 s 465 et réalise le meilleur temps de la session[19],[20],[21].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Une heure avant le début de la séance qualificative du Grand Prix, une pluie battante noie le circuit puis se change en chute de grêle. Si le ciel bleu réapparaît un quart d'heure avant la première phase des qualifications, la piste détrempée force les pilotes à s'élancer en pneus intermédiaires à l'exception de Valtteri Bottas et des pilotes Sauber, Adrian Sutil et Esteban Gutiérrez, en pneus pour la pluie. Contrairement à la dernière séance d'essais, le passage successif des monoplaces ne suffit pas à assécher la trajectoire idéale de la piste. Jules Bianchi fixe le temps de référence en 2 min 16 s 474[22],[23],[24].

Marcus Ericsson améliore en 2 min 15 s 829, les deux Scuderia Toro Rosso se montrent un temps plus rapides mais Bottas prend la tête en 2 min 10 s 750. Daniel Ricciardo tourne ensuite en 2 min 10 s 642 alors que Lewis Hamilton et André Lotterer partent à la faute à la chicane de l'Arrêt de bus. Felipe Massa, suivant l'exemple de son coéquipier, passe alors en pneus « pleine pluie » alors qu'Hamilton, en dépit de sa sortie de piste, poursuit en pneus intermédiaires et prend le commandement en 2 min 09 s 492 puis 2 min 07 s 587[22],[23],[24].

Esteban Gutiérrez s'immobilise en piste à sept minutes du drapeau à damier ; un double drapeau jaune est agité, permettant aux commissaires de piste de dégager la monoplace sans neutralisation totale de la séance. À la relance, les conditions de piste s'améliorant, tous les pilotes sont chaussés de pneus intermédiaires. Hamilton améliore encore, en 2 min 07 s 280, puis Nico Rosberg réalise la meilleure performance, en 2 min 07 s 130 dans les derniers instants de la session[22],[23],[24].

Jules Bianchi réalise un tour qui lui permet d'accéder à la douzième place, synonyme de qualification pour la phase Q2. Pastor Maldonado part à son tour en tête-à-queue à la chicane de l'Arrêt de bus et ne peut pas s'extraire de la zone d'élimination. Lotterer, immobilisé dans son garage et tournant au-delà des 107 % qualificatifs, reprend la piste et finit par se qualifier devant son coéquipier. Les six pilotes éliminés sont Lotterer et Ericsson, Max Chilton, Gutiérrez, Nico Hülkenberg et Maldonado[22],[23],[24].

Session Q2[modifier | modifier le code]

La pluie s'est remise à tomber juste avant la deuxième partie des qualifications. Les pilotes se relancent néanmoins en pneus intermédiaires, informés par leurs stands que leur première tentative doit être décisive en raison de l'humidification progressive de la piste. Romain Grosjean établit le temps de référence en 2 min 13 s 974[22],[25],[26].

Adrian Sutil améliore en 2 min 11 s 763 mais doit s'incliner derrière Jenson Button (2 min 09 s 907), Valtteri Bottas (2 min 08 s 891) et Fernando Alonso (2 min 08 s 470). Nico Rosberg prend le commandement en 2 min 08 s 108, une seconde moins vite qu'en phase Q1. Finalement, Lewis Hamilton réalise les deux meilleurs temps en tournant en 2 min 07 s 089 puis 2 min 06 s 609. Les six pilotes éliminés sont Jules Bianchi, Sergio Pérez, Grosjean, Sutil, Jean-Éric Vergne et son coéquipier Daniil Kvyat[22],[25],[26].

Session Q3[modifier | modifier le code]

La pluie s'arrête au moment où les pilotes se relancent en piste. Les écuries de pointe, Mercedes, Red Bull, Ferrari, Williams et McLaren ont placé leurs deux monoplaces parmi les dix premiers. Sebastian Vettel prend la piste en premier pour éviter les projections d'eau ; Lewis Hamilton, Fernando Alonso et Nico Rosberg le suivent immédiatement, avec leurs pneus intermédiaires[22],[27],[28].

Hamilton rate son premier freinage lors de son premier tour lancé et doit désormais tout miser sur sa deuxième tentative, tout en conservant ses pneus dans la bonne fenêtre de température. Vettel tourne en 2 min 08 s 141 mais Rosberg, en 2 min 05 s 698, prend la tête du classement devant Vettel, Alonso, Kimi Räikkönen, Valtteri Bottas, Daniel Ricciardo, Jenson Button, Kevin Magnussen, Felipe Massa et Hamilton[22],[27],[28].

Hamilton choisit finalement de rentrer pour changer ses pneus alors que Rosberg reste en piste. À nouveau, Hamilton rate le premier freinage mais se reprend et améliore son meilleur temps en tournant en 2 min 05 s 819. Il accède au second rang, à six dixièmes de seconde de son coéquipier. Rosberg réalise sa quatrière pole position consécutive, sa septième de la saison et la onzième de sa carrière. Le duo Mercedes s'élance devant Vettel et Alonso ; suivent Ricciardo qui a évité de justesse une sortie de piste dans le dernier secteur, Bottas, Magnussen, Räikkönen, Massa et Button[22],[27],[28].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[29]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 2 min 07 s 130 2 min 06 s 723 2 min 05 s 591
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 2 min 07 s 280 2 min 06 s 609 2 min 05 s 819
3 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 2 min 10 s 105 2 min 08 s 868 2 min 07 s 717
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 2 min 10 s 197 2 min 08 s 450 2 min 07 s 786
5 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 2 min 10 s 089 2 min 08 s 989 2 min 07 s 911
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 2 min 09 s 250 2 min 08 s 451 2 min 08 s 049
7 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 2 min 11 s 081 2 min 08 s 901 2 min 08 s 679
8 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 2 min 09 s 885 2 min 08 s 646 2 min 08 s 780
9 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 2 min 08 s 403 2 min 08 s 833 2 min 09 s 178
10 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 2 min 10 s 529 2 min 09 s 272 2 min 09 s 766
11 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 2 min 10 s 445 2 min 09 s 377
12 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 2 min 09 s 811 2 min 09 s 805
13 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 2 min 10 s 666 2 min 10 s 084
14 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 2 min 11 s 051 2 min 10 s 238
15 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 2 min 10 s 898 2 min 11 s 087
16 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 2 min 11 s 051 2 min 11 s 470
17 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 2 min 11 s 261
18 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 2 min 11 s 267
19 Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton Marussia-Ferrari 2 min 12 s 566
20 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 2 min 13 s 414
21 Drapeau de l'Allemagne André Lotterer Caterham-Renault 2 min 13 s 469
22 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 2 min 14 s 438
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 2 min 16 s 029 (107 % de 2 min 07 s 130)
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Belgique 2014
La grille de qualification et de départ du Grand Prix de Belgique 2014.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Alors que Charlie Whiting fait évacuer la grille en vue du lancement du tour de formation, la monoplace de Fernando Alonso est encore surélevée sur ses crics, les ingénieurs s'affairant autour de la Ferrari F14 T toujours accouplée à un système électrique. Le pilote espagnol, qui n'a pas pu s'élancer à temps, doit remonter le peloton pendant le tour d'installation et écope d'une pénalité : un stop-and-go de cinq secondes qu'il pourra purger lors de son premier arrêt au stand. Alors que tous les pilotes sont en pneus pour piste sèche et que les services météorologiques annoncent que la pluie ne perturbera pas la course, Kevin Magnussen signale une pluie fine dans certains secteurs du circuit. À l'extinction des feux, Lewis Hamilton, en première ligne, prend un envol parfait et la tête de la course au premier virage, devant Nico Rosberg, en pole position, et Sebastian Vettel. Vettel dépasse Rosberg et, grâce à sa vitesse de pointe, attaque Hamilton dans Kemmel ; l'Allemand manque son freinage aux Combes, tire tout droit dans l'échappatoire et repasse en troisième position. Derrière, Jules Bianchi, victime d'un contact avec Romain Grosjean, doit passer par son stand pour réparations. Au premier passage sur la ligne, Hamilton devance Rosberg, Vettel, Alonso, Daniel Ricciardo, Valtteri Bottas, Kimi Räikkönen, Magnussen, Felipe Massa, Jenson Button, Sergio Pérez, Daniil Kvyat, Adrian Sutil[30],[31],[32]...

Au tour suivant, Hamilton conserve sa position de tête tandis que son coéquipier revient vers lui dans la ligne droite de Kemmel ; au freinage des Combes, Rosberg attaque Hamilton et accroche sa roue arrière. Alors que Rosberg prend le commandement tout en perdant un bout d'aileron, Hamilton, victime d'une crevaison, doit boucler son tour au ralenti pour changer de roue ; il reprend la piste en pneus durs, à la dix-neuvième place. Le novice André Lotterer et Pastor Maldonado, victimes d'ennuis techniques, abandonnent dans ce tour. Bien que beaucoup de débris de fibre de carbone jonchent la piste, la voiture de sécurité n'intervient pas[30],[31],[32].

Si Rosberg tient la tête de la course, il ne parvient pas à creuser l'écart sur Vettel à cause de son aileron avant endommagé qui provoque de surcroît une usure accélérée de son train de pneus avant. Au quatrième passage, Rosberg précède Vettel, Ricciardo, Alonso, Bottas, Räikkönen, Magnussen, Button, Massa, Pérez, Kvyat et Nico Hülkenberg. Ricciardo profite d'une légère erreur de Vettel pour prendre la deuxième place ; au sixième tour, l'écart entre les deux hommes de tête n'est que de 6 dixièmes de seconde. Vettel, plus lent que ses rivaux, laisse le duo de tête prendre le large et commence à créer un train de voitures derrière lui. Bottas profite de ce ralentissement pour ravir la quatrième place à Alonso au huitième tour et se lance à la poursuite de Vettel alors que Rosberg change son aileron avant et passe un train de pneus durs. Il ressort derrière Räikkönen, passé aux stands pour chausser les pneus tendres. Ricciardo s'empare du commandement et réalise le meilleur tour en course. Il compte désormais 3 secondes d'avances sur Vettel tandis que Rosberg est gêné par un débris accroché à une de ses antennes et qui s'agite juste devant son casque. Pérez et Massa s'arrêtent au dixième tour, Vettel, Kvyat et Hülkenberg au suivant, Ricciardo (il rechausse des pneus tendres et reprend le commandement de la course après l'arrêt de Bottas), Magnussen, Sutil, Marcus Ericsson et Max Chilton au douzième. Bottas, Alonso, Button, Grosjean, Esteban Gutiérrez et Jean-Éric Vergne du treizième au seizième tour[30],[31],[32].

À l'issue de la première vague d'arrêts aux stands, Ricciardo devance Räikkönen de 3 secondes et Vettel de 6 secondes ; suivent Rosberg, Bottas, Magnussen, Alonso, Pérez, Button et Kvyat. Rosberg doit passer Vettel rapidement s'il veut lutter pour la victoire face à Ricciardo ; il tente sa chance à la chicane de l'arrêt de bus mais bloque ses roues, provoquant un gros méplat sur son pneu avant gauche. Les importantes vibrations engendrées font souffrir ses suspensions. Rosberg doit ralentir pour éviter d'endommager sa monoplace et est dépassé par Bottas dès le tour suivant. Lewis Hamilton, qui n'arrive pas à remonter à cause d'un fond plat endommagé après avoir du rouler sur trois roues en début de course, observe un second arrêt au dix-huitième tour. Rosberg change ses pneus au vingtième tour, sa monoplace devenant inconduisible. Räikkönen, Massa, Sutil, Vettel, Pérez, Magnussen et Alonso s'arrêtent entre les vingt-deuxième et vingt-sixième tours[30],[31],[32].

Pendant ce temps, Daniel Ricciardo creuse un écart de plus de 14 secondes sur Bottas (sur une stratégie décalée à trois arrêts) et de 24 secondes sur Nico Rosberg ; suivent Räikkönen, Vettel, Button, Hülkenberg, Magnussen, Alonso et Pérez. Hamilton, à l'agonie en seizième position, demande l'autorisation d'abandonner à son équipe qui refuse, arguant que son rythme est suffisamment bon pour espérer une opportunité en cas de sortie de la voiture de sécurité. Ricciardo s'arrête au vingt-septième tour pour passer les pneus durs et Grosjean au suivant (il abandonne quatre tours plus tard). Bottas, Button, Vergne, Hülkenberg, Gutiérrez, Hamilton, Rosberg, Vettel, Sutil et Massa stoppent entre les vingt-neuvième et trente-sixième tours[30],[31],[32].

Après son dernier arrêt et alors qu'il reste sept tours, Rosberg, qui pointe à 20 secondes de Ricciardo, reprend trois secondes à son rival dans son premier tour lancé tandis que Bottas entre en lutte contre Räikkönen pour le gain de la troisième position et le passe dans le trente-neuvième tour. Lewis Hamilton est autorisé à abandonner à 5 tours du but. Rosberg poursuit sa remontée et l'écart tombe à 6 secondes au quarante-deuxième tour. Derrière, une bataille pour la cinquième place oppose Alonso, Vettel, Button et Magnussen qui réussit un audacieux double dépassement sur Alonso et Button. Daniel Ricciardo remporte sa troisième victoire de la saison, sa seconde consécutive. Rosberg est deuxième à moins de 4 secondes tandis que Bottas monte sur son quatrième podium de l'année ; suivent pour les points Räikkönen, Vettel, Magnussen, Button, Alonso, Pérez et Kvyat. À l'issue de la course, Magnussen est pénalisé de 20 secondes par les commissaires sportifs pour avoir poussé Fernando Alonso en dehors des limites de la piste. Il se classe finalement douzième, ce qui permet à Nico Hülkenberg de marquer le point de la dixième place[30],[31],[32],[33],[34],[35].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[36]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 44 1 h 24 min 36 s 556 (218,884 km/h) 5 25
2 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 44 + 3 s 383 1 18
3 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 44 + 28 s 032 6 15
4 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 44 + 36 s 815 8 12
5 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 44 + 52 s 196 3 10
6 22 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 44 + 54 s 580 10 8
7 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 44 + 1 min 01 s 162 4 6
8 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 44 + 1 min 04 s 293 13 4
9 26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 44 + 1 min 05 s 347 11 2
10 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 44 + 1 min 05 s 697 18 1
11 25 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 44 + 1 min 11 s 920 12
12 20 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 44 + 1 min 24 s 262 (dont 20 s de pénalité) 7
13 19 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 44 + 1 min 15 s 975 9
14 99 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 44 + 1 min 22 s 447 14
15 21 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 44 + 1 min 30 s 825 20
16 4 Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton Marussia-Ferrari 43 + 1 tour 19
17 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 43 + 1 tour 22
18 17 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 39 Boîte de vitesses 16
Abd. 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 38 Retrait volontaire (tenue de route) 2
Abd. 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 33 Retrait volontaire (tenue de route) 15
Abd. 13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 1 Échappement 17
Abd. 45 Drapeau de l'Allemagne André Lotterer Caterham-Renault 1 Électronique 21

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Nico Rosberg part en pole position pour la onzième fois de sa carrière, la quatrième fois consécutive et la première fois en Belgique.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[40]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 220
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 191
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 156
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 121
5 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 110
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 98
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 70
8 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 68
9 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 40
10 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 39
11 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 37
12 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 33
13 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 11
14 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 8
15 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 8
16 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 2
Constructeurs[41]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 411
2 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 254
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 160
4 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 150
5 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 105
6 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 103
7 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Renault 19
8 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 8
9 Drapeau de la Russie Marussia-Ferrari 2

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Belgique 2014 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Kimi Räikkönen passe la barre des 1000 points inscrits en Formule 1 (1008 points) ; il est le septième pilote à franchir ce cap[47],[48] ;
  • Valtteri Bottas passe la barre des 100 points inscrits en Formule 1 (114 points)[49] ;
  • Emanuele Pirro (37 départs en Grands Prix entre 1989 et 1991, 3 points inscrits, et quintuple vainqueur des 24 Heures du Mans) est nommé assistant des commissaires de course. Il effectue son second Grand Prix consécutif après avoir officié en Hongrie. Il a auparavant tenu le poste en début de saison, à Melbourne ainsi qu'au Japon, en Corée et Allemagne en 2013 ; en Italie, à Valence, en Chine et à Bahreïn en 2012 ; en Malaisie et en Chine en 2011 ; à Abou Dabi en 2010[50],[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 22 août 2014)
  2. a b et c Daniel Thys, « F1 - Belgique L1 : les Mercedes sont au rendez-vous », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 22 août 2014)
  3. a b et c Guillaume Navarro, « EL1 - Elève Lotterer, reçu ! Elève Rossi, au coin ! », sur toilef1.com, (consulté le 22 août 2014)
  4. a b et c (en) Formula One Management, « FP1 - Rosberg shades Hamilton and Alonso in Belgium », sur formula1.com,
  5. (en) Communiqué officiel Marussia F1 Team, « Rossi to race in Spa », sur marussiaf1team.com, (consulté le 21 août 2014)
  6. Olivier Ferret, « F1 - Rossi remplace Chilton pour l'ensemble du GP de Belgique. Problèmes contractuels », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 août 2014)
  7. Basile Davoine, « Rossi dans le baquet Marussia pour le Grand Prix de Belgique ! », sur toilef1.com, (consulté le 21 août 2014)
  8. (en) Formula One Management, « Chilton to race as Marussia make Belgian U-turn », sur formula1.com, (consulté le 22 août 2014)
  9. Olivier Ferret, « F1 - Chilton finalement bien dans la Marussia en Belgique ! Retournement de situation », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 22 août 2014)
  10. Basile Davoine, « Chilton récupère son baquet à Spa-Francorchamps ! », sur toilef1.com, (consulté le 22 août 2014)
  11. (en) communiqué officiel Caterham F1 Team, « André Lotterer to replace Kamui Kobayashi at the Belgian Grand Prix », sur caterhamf1.com, (consulté le 20 août 2014)
  12. Basile Davoine, « Officiel : Lotterer roulera pour Caterham à Spa-Francorchamps », sur toilef1.com, (consulté le 20 août 2014)
  13. Olivier Ferret, « F1 - Caterham confirme Lotterer à la place de Kobayashi pour Spa. Juste pour un Grand Prix », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 20 août 2014)
  14. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 22 août 2014)
  15. a b c d et e Daniel Thys, « F1 - Belgique L2 : Hamilton confirme devant Rosberg. Derrière, Alonso devance les Williams et Button. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 22 août 2014)
  16. a b c d et e Guillaume Navarro, « EL2 - Difficultés pour Vettel et Räikkönen ; Maldonado dans le mur. », sur toilef1.com,
  17. a b c d et e (en) Formula One Management, « FP2 - Hamilton blitzes the field at Spa-Francorchamps », sur formula1.com,
  18. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 23 août 2014)
  19. a b et c Daniel Thys, « F1 - Belgique L3 : Bottas se montre avant la qualification. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 août 2014)
  20. a b et c Guillaume Navarro, « EL3 - Bottas par conditions changeantes. », sur toilef1.com,
  21. a b et c (en) Formula One Management, « FP3 - Bottas puts Williams on top as rain hits Spa-Francorchamps », sur formula1.com,
  22. a b c d e f g h et i (en) Formula One Management, « Qualifying - Rosberg beats Hamilton to wet-weather Belgian pole », (consulté le 23 août 2014)
  23. a b c et d Guillaume Navarro, « Q1 - Lotterer une seconde devant Ericsson, Hülkenberg out. », sur toilef1.com, (consulté le 23 août 2014)
  24. a b c et d Daniel Thys, « F1 - Rosberg en pole pour la 7e fois cette saison. Hamilton se place en première ligne. Q1 - 18 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 août 2014)
  25. a et b Guillaume Navarro, « Q2 - Pas de Français dans le Top10 », sur toilef1.com, (consulté le 23 août 2014)
  26. a et b Daniel Thys, « F1 - Rosberg en pole pour la 7e fois cette saison. Hamilton se place en première ligne. Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 août 2014)
  27. a b et c Guillaume Navarro, « Qualifs - Mercedes et le reste du monde en Belgique. », sur toilef1.com, (consulté le 23 août 2014)
  28. a b et c Daniel Thys, « F1 - Rosberg en pole pour la 7e fois cette saison. Hamilton se place en première ligne. Q3 - 12 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 23 août 2014)
  29. (en) Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le 23 août 2014)
  30. a b c d e et f Daniel Thys, « F1 - Ricciardo remporte la bataille des Ardennes. Les Mercedes se sont neutralisées dès le premier tour. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 26 août 2014)
  31. a b c d e et f Guillaume Navarro, « Course - Ricciardo récidive, Hamilton écarté sur K.O technique », sur toilef1.com, (consulté le 26 août 2014)
  32. a b c d e et f (en) Formula One Management, « Race - brilliant Ricciardo denies Rosberg at Spa-Francorchamps », sur formula1.com, (consulté le 26 août 2014)
  33. Matthieu Mastalerz, « Magnussen pénalisé de 20 secondes », sur toilef1.com, (consulté le 26 août 2014)
  34. (en) Formula One Management, « Magnussen loses points after Alonso incident penalty », sur formula1.com, (consulté le 26 août 2014)
  35. Olivier Ferret, « F1 - Magnussen pénalisé, le classement du Grand Prix changé. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 26 août 2014)
  36. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SHELL BELGIAN GRAND PRIX RACE », sur formula1.com, (consulté le 24 août 2014)
  37. « Belgique 2014 Qualification », sur statsf1.com, (consulté le 23 août 2014)
  38. « Belgique 2014 Meilleur tour », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  39. « Belgique 2014 tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  40. « Belgique 2014 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  41. « Belgique 2014 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  42. « Nico ROSBERG Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 23 août 2014)
  43. « Daniel RICCIARDO Victoires », sur statsf1.com (consulté le 24 août 2014)
  44. « RED BULL Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  45. « RENAULT Victoires », sur statsf1.com (consulté le 24 août 2014)
  46. « André LOTTERER départs », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  47. « Kimi Räikkönen Points », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  48. « Pilotes Points par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  49. « Valtteri Bottas Points », sur statsf1.com, (consulté le 24 août 2014)
  50. Olivier Ferret, « F1 - Emanuele Pirro, commissaire en Belgique. Un deuxième Grand Prix de suite à ce poste », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 août 2014)
  51. Basile Davoine, « Le commissaire-pilote ne change pas à Spa-Francorchamps », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 août 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :