Grand Prix automobile de Russie 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Prix de Russie 2014
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 53
Longueur du circuit 5,848 km
Distance de course 309,745 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton,
Mercedes,
h 31 min 50 s 744
(vitesse moyenne : 202,347 km/h)
Pole position Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 38 s 513
(vitesse moyenne : 213,706 km/h)
Record du tour en course Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas,
Williams-Mercedes,
min 40 s 896
(vitesse moyenne : 208,658 km/h)

Le Grand Prix automobile de Russie 2014 (2014 Formula 1 Russian Grand Prix), disputé le , à Adler, sur l'autodrome de Sotchi, est la 913e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit de la première édition du Grand Prix de Russie comptant pour le championnat du monde de Formule 1, et de la seizième manche du championnat 2014. Dessiné par Hermann Tilke, ce nouveau circuit urbain situé à Adler au bord de la mer Noire, serpente au milieu des installations du parc olympique de Sotchi où se sont déroulés, en février 2014, les Jeux olympiques d'hiver.

Une série d'hommages est rendue à Jules Bianchi, hospitalisé au Japon après son grave accident survenu le week-end précédent, notamment à travers des autocollants (« Tous avec Jules #17 » et « Forza Jules #17 ») que les pilotes apposent sur leurs casques ou sur leurs voitures, ou le message « JULES WE ARE ALL SUPPORTING YOU » inscrit numériquement sur la grille de départ, et autour duquel tous se regroupent et se recueillent avant le départ de la course. Marussia F1 Team choisit de n'engager que la voiture de Max Chilton, celle de Bianchi restant dans le stand, préparée symboliquement par ses mécaniciens.

Sur une piste neuve à l'asphalte glissant qui pose de gros problèmes de tenue de route à la plupart des écuries (survirage, « coups de raquette », glissades et travers), les Mercedes, McLaren et Toro Rosso semblent les plus performantes. Si Nico Rosberg domine la première session d'essais libres, Lewis Hamilton prend le dessus lors des deux autres et survole les trois phases qualificatives pour obtenir sa septième pole position de la saison, la trente-huitième de sa carrière. Son coéquipier, second des qualifications, permet aux Flèches d'Argent de monopoliser pour la neuvième fois la première ligne en 2014.

Dans sa dernière tentative en Q3, Valtteri Bottas, en tête dans les deux premiers secteurs du circuit et en mesure de ravir la pole position, sort trop large du dernier virage et prend finalement la troisième place sur la grille ; il s'élance en deuxième ligne aux côtés de Jenson Button. Pour son Grand Prix national, Daniil Kvyat obtient sa meilleure qualification depuis ses débuts en s'élançant cinquième. Leurs coéquipiers respectifs chez McLaren et Toro Rosso se montrent également en verve puisque Kevin Magnussen réalise le sixième temps des qualifications et Jean-Éric Vergne le dixième. Magnussen écope toutefois d'une pénalité d'un recul de cinq places sur la grille qui bénéficie notamment à Daniel Ricciardo qui part en troisième ligne. La quatrième ligne est occupée par les pilotes Ferrari, Fernando Alonso et Kimi Räikkönen, qui précèdent Vergne et Sebastian Vettel qui, pour la quatrième fois de la saison, n'est pas parvenu à participer à la dernière phase qualificative.

L'écurie Mercedes devient, pour la première fois de son histoire, championne du monde des constructeurs à l'issue des cinquante-trois tours de course où elle réalise son neuvième doublé de la saison grâce à Lewis Hamilton, en tête de bout en bout et qui gagne sa quatrième victoire consécutive, sa neuvième cette saison et la trente-et-unième de sa carrière, devant son coéquipier Nico Rosberg remonté de l'avant-dernière place après avoir dû s'arrêter au stand dès la fin du premier tour à la suite d'un blocage de roues qui a endommagé ses pneus. Très performant tout le long du week-end, Valtteri Bottas monte sur la troisième marche du podium en réalisant le record du tour dans la dernière boucle. Dans cette course où tous les pilotes, à l'exception de Felipe Massa, n'ont effectué qu'un seul arrêt au stand pour changer leurs pneumatiques, il précède les deux pilotes McLaren Racing, Jenson Button et Kevin Magnussen, tandis que Fernando Alonso résiste jusqu'au bout à Daniel Ricciardo pour le gain de la sixième place. Sebastian Vettel huitième, Kimi Räikkönen et Sergio Pérez se partagent les derniers points.

Lewis Hamilton (291 points) possède désormais dix-sept points d'avance sur Rosberg (274 points). Ricciardo est toujours troisième (193 points) devant Bottas (145 points) qui gagne trois rangs d'un coup. Sebastian Vettel recule à la cinquième place avec 143 points, tout comme Fernando Alonso, désormais sixième avec 141 points. Avec 565 points au classement des constructeurs Mercedes ne peut plus être rejointe par Red Bull Racing (342 points). Williams, avec 216 points, reste troisième devant Ferrari (188 points) ; McLaren (143 points) dépasse Force India (123 points) à la cinquième place ; suivent Toro Rosso (29 points), Lotus F1 Team (8 points) et Marussia F1 Team (2 points).

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

La piste de l'autodrome de Sotchi serpente entre les installations du parc olympique.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 42 s 311
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 42 s 376 + 0 s 065
3 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 42 s 507 + 0 s 196
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 42 s 720 + 0 s 409
5 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 43 s 026 + 0 s 715
6 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 43 s 129 + 0 s 818

La première séance d'essais libres du Grand Prix de Russie commence sous un ciel ensoleillé et par une température ambiante de 18 °C. Par respect pour Jules Bianchi, toujours hospitalisé à l'hôpital universitaire de Mie, à 15 kilomètres de Suzuka après son terrible accident lors du Grand Prix du Japon la semaine précédente, Marussia F1 Team n'engage qu'une seule voiture. Tous les pilotes, à l'initiative de Jean-Éric Vergne, affichent des messages de soutien à leur collègue via des autocollants sur les casques et les monoplaces. Pirelli propose deux gammes de pneumatiques, les « blancs », le mélange le plus dur et les « jaunes » plus tendres[2],[3],[4],[5],[6].

Les pilotes s'élancent rapidement pour boucler leur premier tour d'installation et quelques minutes plus tard, Nico Rosberg établit le temps de référence en 1 min 49 s 932 et améliore sur sa lancée, en 1 min 46 s 835. La piste, très sale et poussièreuse s'améliore au fil des tours et les temps ne tardent pas à chuter. Lewis Hamilton tourne en 1 min 45 s 120, Rosberg en 1 min 44 s 707 et Fernando Alonso en 1 min 44 s 226[4],[5],[6].

Nico Rosberg reprend la tête en 1 min 44 s 125 puis Jenson Button tourne en 1 min 44 s 012. Valtteri Bottas s'immisce un temps dans la lutte au sommet en 1 min 43 s 542 mais Button, à une heure du terme, aligne deux tours en 1 min 43 s 053 et 1 min 42 s 507. Finalement, à trente-cinq minutes du drapeau à damier, Rosberg, malgré des vibrations inhabituelles de sa monoplace, se replace définitivement en tête du classement en 1 min 42 s 311. Il devance son coéquipier Hamilton, victime de quelques problèmes de fiabilité, de 65 millièmes de seconde. Derrière eux, les McLaren, entre lesquelles s'est glissée la Ferrari d'Alonso débutent le week-end de belle manière[4],[5],[6].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Kimi Raikkonen au Grand Prix de Russie 2014.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[7]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 39 s 630
2 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 40 s 494 + 0 s 864
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 40 s 504 + 0 s 874
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 40 s 542 + 0 s 912
5 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 40 s 573 + 0 s 943
6 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 40 s 718 + 1 s 088

La deuxième séance d'essais libres débute sous une température ambiante de 21 °C. Les pilotes s'élancent en piste dès son ouverture et Valtteri Bottas fixe le temps de référence en 1 min 44 s 352[8],[9],[10].

Comme lors de la session matinale, la piste se gomme au fil des tours et les pilotes se relaient en tête : Kevin Magnussen tourne en 1 min 43 s 961, son coéquipier Jenson Button en 1 min 43 s 155 et Bottas en 1 min 42 s 669. Button repasse en tête, en 1 min 41 s 928, jusqu'à l'entrée en lice des pilotes Mercedes. Nico Rosberg améliore de presque une seconde (1 min 41 s 882) et Lewis Hamilton fait encore mieux en 1 min 41 s 750 ; Rosberg reprend l'avantage en 1 min 41 s 508[8],[9],[10].

Alors qu'il reste cinquante minutes avant le drapeau à damier, les premiers pilotes en pneus tendres prennent la piste. Ainsi chaussé, Rosberg améliore à nouveau, en 1 min 41 s 027. La lutte pour le commandement oppose encore les Mercedes aux McLaren puisque Button tourne en 1 min 40 s 718 et Rosberg en 1 min 40 s 596 ; Magnussen améliore en 1 min 40 s 494 puis Hamilton réalise les deux meilleures performances de la session en 1 min 39 s 817 et 1 min 39 s 630[8],[9],[10].

Durant la seconde partie de la séance, les équipes privilégient les longs relais avec les deux types de pneumatiques pour préparer la course. Nico Hülkenberg s'attend à un nouveau week-end difficile : son équipe ayant pris la décision de changer sa boîte de vitesses, il devra subir un recul de cinq places sur la grille de départ ; Pastor Maldonado risque d'être pénalisé de la même manière. Daniel Ricciardo, dont la Red Bull RB10 fumait beaucoup, a dû s'arrêter en piste à quelques minutes du terme, ce qui a entraîné la sortie des drapeaux rouges et un arrêt anticipé de la séance[8],[9],[10].

Troisième séance, le samedi de 12 h à 13 h[modifier | modifier le code]

Nico Rosberg au Grand Prix de Russie 2014.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[11]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 38 s 726
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 39 s 016 + 0 s 290
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 39 s 097 + 0 s 371
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 39 s 755 + 1 s 029
5 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 39 s 954 + 1 s 228
6 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 1 min 40 s 009 + 1 s 283

La troisième et dernière séance d'essais libres commence sous une température ambiante de 21 °C tandis que la piste n'est qu'à 17 °C. Les pilotes s'élancent immédiatement pour un premier tour d'installation et, quelques minutes plus tard, le « régional de l'étape » Daniil Kvyat établit le temps de référence en 1 min 42 s 988, battu peu après par son coéquipier Jean-Éric Vergne, en 1 min 42 s 600[12],[13],[14].

Comme lors des deux séances précédentes, la piste évolue rapidement au fur et à mesure de l'augmentation de la température et du passage des monoplaces qui déposent de la gomme sur un asphalte neuf et glissant. Lewis Hamilton améliore en 1 min 42 s 030, Sebastian Vettel tourne en 1 min 41 s 999 et Nico Rosberg passe en tête en 1 min 41 s 859. La lutte fait rage entre Vettel, qui tourne en 1 min 41 s 554 et Hamilton qui se hisse au sommet en 1 min 40 s 725 lorsque Kevin Magnussen, après avoir escaladé assez violemment les vibreurs dans le virage no 2 s'immobilise en piste, ce qui provoque une interruption de la séance par un drapeau rouge alors qu'il reste quarante minutes avant le drapeau à damier[12],[13],[14],[15].

À la relance, quelques minutes plus tard, Valtteri Bottas, toujours chaussé des pneus les plus durs proposés par Pirelli prend un temps la tête en 1 min 40 s 655 puis s'incline face à Nico Rosberg qui tourne en 1 min 40 s 178. En fin de séance, les pilotes chaussent les pneus tendres pour se préparer pour la qualification de l'après-midi. Lewis Hamilton réalise la meilleure performance de la session, en 1 min 38 s 726 puis, au tour suivant, part en tête-à-queue, piégé par les faibles conditions d'adhérence. Beaucoup d'équipes luttent contre un survirage constant dans les dix-huit courbes du tracé : nombreux sont les pilotes partis en glissades impressionnantes dans certaines sorties de courbes. Hamilton devance finalement de presque trois dixièmes de seconde son coéquipier Rosberg tandis que Bottas, à 371 millièmes de seconde, est le seul à évoluer dans la même seconde que les pilotes Mercedes[12],[13],[14].

Pastor Maldonado n'a pas effectué le moindre tour chronométré, bloqué dans son stand par un problème de déchargement récalcitrant de sa batterie de SREC. Kevin Magnussen écope d'un recul de cinq places sur la grille de départ à cause d'un changement obligatoire de sa boîte de vitesses après la défaillance en piste ; il rejoint les autres pilotes pénalisé que sont Nico Hülkenberg (changement de boîte de vitesses) et Maldonado (dépassement de quota d'éléments moteurs)[12],[13],[14],[15],[16].

Séance de qualifications[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

La séance qualificative du Grand Prix de Russie débute sous une température ambiante de 22 °C et sur une piste dont la température est désormais de 31 °C, soit 10 °C de plus que lors de la dernière session d'essais libres. Exceptionnellement, cinq monoplaces et non six sont éliminées au terme de la séance Q1 car Marussia F1 Team n'aligne qu'une seule voiture par respect pour Jules Bianchi, gravement blessé la semaine précédente au Grand Prix du Japon. Les pilotes s'élancent dès l'ouverture de la piste car l'asphalte du circuit de Sotchi est tout neuf, ce qui les oblige à effectuer plusieurs tours lancés pour que les pneus, tant les durs que les plus tendres, atteignent leur température optimale de fonctionnement. Adrian Sutil établit le temps de référence en 1 min 42 s 573[17],[18],[19].

Comme lors des trois séances d'essais, les conditions de piste s'améliorent au fil des passages des concurrents et les temps chutent régulièrement. Jenson Button tourne en 1 min 41 s 268 et Daniil Kvyat en 1 min 41 s 088. Dès que les pilotes Mercedes prennent la piste, ils entrent dans une âpre lutte pour la position de tête : Lewis Hamilton tourne en 1 min 40 s 061 et Nico Rosberg en 1 min 39 s 292 ; Hamilton repasse en tête en 1 min 39 s 282 et Rosberg réplique en 1 min 39 s 076 avant de s'incliner face à Hamilton, en 1 min 38 s 759. Les Mercedes évoluent avec plus d'une seconde d'avance sur leur plus proche concurrent, ce qui leur permet d'économiser les pneus tendres tout en roulant au maximum pour collecter des données sur l'évolution des conditions de piste[17],[18],[19].

Les cinq pilotes éliminés sont Max Chilton, Kamui Kobayashi et son coéquipier Marcus Ericsson, Pastor Maldonado et Felipe Massa, dont la monoplace, victime de problèmes de puissance et rendant plus de 20 km/h aux Caterham F1 Team ne lui a pas permis de réaliser un temps qualificatif pour la Q2[17],[18],[19].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Les pilotes se relancent tous en piste chaussés des pneus tendres pour maximiser les chances d'atteindre la phase Q3. Sergio Pérez réalise le temps de référence en 1 min 40 s 163 mais il est rapidement battu par Jenson Button, en 1 min 39 s 393[17],[20],[21].

Quelques minutes plus tard, Nico Rosberg prend la tête en 1 min 38 s 979 mais cette performance est améliorée par Lewis Hamilton qui, en 1 min 38 s 338 passe en tête. Valtteri Bottas prend également l'avantage sur Rosberg pour quelques millièmes de secondes tandis que Kevin Magnussen le talonne à une poignée de centièmes de seconde[17],[20],[21].

Rosberg finit par trouver le bon rythme et, en bouclant un tour en 1 min 38 s 606, à 268 millièmes de seconde son coéquipier, passe en deuxième position. Dans les dernières minutes de la session, tous les pilotes se relancent, sauf Hamilton, Rosberg, Magnussen et Button à l'abri d’une mauvaise surprise. En dépit de fréquents « coups de raquette » en sortie de courbe, Fernando Alonso réussit à se qualifier de même que son coéquipier Kimi Räikkönen, longtemps à la limite de l'élimination. Les six pilotes éliminés sont Romain Grosjean, Adrian Sutil et son coéquipier Esteban Gutiérrez, Sergio Pérez et son coéquipier Nico Hülkenberg et Sebastian Vettel qui échoue pour la quatrième fois de la saison à la porte de la Q3[17],[20],[21].

Session Q3[modifier | modifier le code]

À l'issue de son premier tour lancé, Nico Rosberg prend l'avantage sur ses rivaux, en 1 min 38 s 946, à 3 dixièmes de seconde de sa meilleure performance lors de la phase Q2. L'Allemand devance Valtteri Bottas, Jenson Button, Fernando Alonso et Daniil Kvyat. Lewis Hamilton, qui a commis plusieurs petites erreurs, est repoussé à plus d'une seconde tandis que Kevin Magnussen est parti à la faute dans le virage no 10[17],[22],[23].

Après un tour a vitesse modérée pour laisser refroidir les pneus, les pilotes se relancent et Lewis Hamilton prend l'avantage en 1 min 38 s 647. Rosberg améliore lui aussi sa performance mais reste derrière son équipier tandis que Bottas suit à 6 millièmes de seconde de l'Allemand. Tous les pilotes ont encore assez de temps pour tenter d'améliorer lors d'un troisième tour lancé[17],[22],[23].

Lewis Hamilton, en 1 min 38 s 513, obtient sa septième pole position de la saison, la trentième de sa carrière. Rosberg, alors second, est en passe d'être battu par Bottas, meilleur dans les deux premiers secteurs, mais le Finlandais se rate dans les deux derniers virages et se contente de la troisième place ; suivent Jenson Button, Daniil Kvyat qui obtient à domicile sa meilleure qualification depuis ses débuts en Formule 1, Kevin Magnussen qui devra toutefois reculer de cinq places sur la grille, Daniel Ricciardo, Fernando Alonso, Kimi Räikkönen et Jean-Éric Vergne[17],[22],[23].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[24]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 38 s 759 1 min 38 s 338 1 min 38 s 513
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 39 s 076 1 min 38 s 606 1 min 38 s 713
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 39 s 125 1 min 38 s 971 1 min 38 s 920
4 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 39 s 560 1 min 39 s 381 1 min 39 s 121
5 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 1 min 40 s 074 1 min 39 s 296 1 min 39 s 277
6 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 39 s 735 1 min 39 s 022 1 min 39 s 629
7 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 40 s 519 1 min 39 s 666 1 min 39 s 635
8 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 40 s 255 1 min 39 s 786 1 min 39 s 709
9 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 40 s 098 1 min 39 s 838 1 min 39 s 771
10 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 1 min 40 s 354 1 min 39 s 929 1 min 40 s 020
11 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 40 s 382 1 min 40 s 052
12 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 40 s 273 1 min 40 s 058
13 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 40 s 723 1 min 40 s 163
14 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 1 min 41 s 159 1 min 40 s 536
15 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 1 min 40 s 766 1 min 40 s 984
16 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 42 s 526 1 min 41 s 397
17 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 1 min 42 s 648
18 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 43 s 064
19 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Caterham-Renault 1 min 43 s 166
20 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 1 min 43 s 205
21 Drapeau de la Grande-Bretagne Max Chilton Marussia-Ferrari 1 min 43 s 649
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 45 s 672 (107 % de 1 min 38 s 759)
  • Kevin Magnussen, auteur du sixième temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places après un changement de boîte de vitesses. Il s'élance de la onzième place de la grille[15],[16],[25].
  • Nico Hülkenberg, auteur du douzième temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places après un changement de boîte de vitesses. Il s'élance de la dix-septième place de la grille[15],[16],[25].
  • Max Chilton, auteur du vingt-et-unième et dernier temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places après un changement de boîte de vitesses. Cette pénalité ne provoque aucun changement de position sur la grille[25].
  • Pastor Maldonado, auteur du vingtième temps des qualifications, est pénalisé d'un recul de cinq places sur la grille de départ après avoir utilisé un sixième moteur, le quota annuel étant fixé à cinq. Il s'élance de la vingtième place de la grille après la pénalisation de Chilton[15],[16],[25].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix automobile de Russie 2014
La grille de qualification du Grand Prix automobile de Russie 2014.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix automobile de Russie 2014
La grille de départ du Grand Prix automobile de Russie 2014.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Le départ du Grand Prix.
Le parc fermé à l'arrivée du Grand Prix.
Vladimir Poutine sur le podium du Grand Prix.

Il fait très beau sur la grille de départ du Grand Prix de Russie, à Sotchi, où vingt-et-un pilotes sont en place, Marussia F1 Team ayant décidé de ne pas remplacer Jules Bianchi, toujours hospitalisé au Japon après son grave accident la semaine précédente. Lewis Hamilton, en pole position, devance son coéquipier Nico Rosberg ; Valtteri Bottas et Jenson Button occupent la deuxième ligne. À l'extinction des feux, Hamilton, malgré un bon envol, est attaqué par Rosberg qui se porte à sa hauteur mais bloque longuement ses pneus tendres au premier freinage, tire tout droit à la chicane et doit immédiatement rendre sa position à son rival. Victime d'énormes vibrations (les pneus sont restés bloqués pendant plus de 100 mètres), l'Allemand n'a d'autre choix que de passer par son stand dès la fin du premier tour. Son équipe lui annonce la nouvelle stratégie à tenter : rallier l'arrivée avec ses nouveaux pneus durs, sans effectuer d'autre arrêt au stand. Felipe Massa, parti en pneus durs, il chausse les gommes tendres dès le premier tour dans le but de remonter à un rythme soutenu voire de rallier l'arrivée. Ainsi, au deuxième passage, le classement a déjà bien évolué : Hamilton devance Bottas, Button, Fernando Alonso, Jean-Éric Vergne qui a gagné cinq places au départ après une âpre lutte contre Kevin Magnussen, désormais sixième ; suivent Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat, Kimi Räikkönen, Sergio Pérez et Esteban Gutiérrez[26],[27],[28],[29].

À la fin du cinquième tour, Vergne, dont les pneus arrière surchauffent et dont la monoplace manque de vitesse de pointe en ligne droite, a déjà concédé trois places au profit de Magnussen et des pilotes Red Bull Racing et ne pointe plus qu'au huitième rang. Kvyat, son coéquipier au sein de la Scuderia Toro Rosso, cinquième sur la grille et victime du même mal, n'est plus que dixième. En tête de course, Hamilton, le pilote le plus économe en carburant de l'ensemble du peloton, a néanmoins creusé un écart de plus de deux secondes sur Bottas qui possède plusieurs hectomètres d'avance sur Button. Vettel et Ricciardo se dépassent mutuellement au fil des tours tandis qu'à l'arrière, Rosberg et Massa, dix-huitième et dix-neuvième entament leur remontée au classement. Max Chilton abandonne dans le dixième tour, victime d'une casse de suspension alors que Rosberg évolue à 40 secondes de la tête de course et que Bottas fait tout son possible pour essayer de conserver sa position : il sait qu'un arrêt aux stands coûte 25 secondes et que Rosberg, qui ne s'arrêtera pas, continue inlassablement de réduire son écart[26],[27],[28].

Ricciardo rentre pour changer ses pneus au douzième tour et Adrian Sutil au suivant. Pendant ce temps, Rosberg et Massa remontent à un rythme soutenu : au vingtième tour, ils sont onzième et douzième. Kvyat et Romain Grosjean s'arrêtent changer leurs pneus au tour suivant. Pastor Maldonado, Kamui Kobayashi, Button, Vergne, Nico Hülkenberg, Alonso (son arrêt est très lent), Pérez, Bottas, Magnussen, Räikkönen, Hamilton (qui possède 45 secondes d'avance sur Rosberg), Massa, Marcus Ericsson et Vettel entre le vingt-deuxième et le trente-et-unième tour. Après l'arrêt de Bottas, Rosberg se retrouve à sa portée et lance une attaque au trentième passage ; Bottas, surpris, sort légèrement de piste et laisse filer son rival. Les ingénieurs du Finlandais sont persuadés que les pneus de Rosberg vont irrémédiablement se dégrader et annoncent qu'une contre-attaque est envisageable. Au tour suivant, Hamilton pointe toujours en tête avec 20 secondes d'avance sur Rosberg (s'en tient à sa stratégie sans nouvel arrêt), 22 s d'avance sur Bottas et 26 secondes sur Button ; suivent Magnussen, Alonso, Ricciardo, Vettel, Gutiérrez et Räikkönen. En fond de peloton, dans la lutte pour la dix-septième place, Grosjean envoie Sutil en tête-à-queue et écope d'une pénalité de 5 secondes ajoutées à son temps de course. Felipe Massa qui, lui, a dû changer de pneus, occupe désormais la quatorzième place[26],[27],[28].

Si Nico Rosberg enchaîne les records du tour, son retard sur Hamilton est encore de 19 secondes dans le trente-sixième tour. Kvyat change ses pneus deux tours plus tard et chute au quinzième rang : ses espoirs de réaliser un bon résultat devant son public s'envolent définitivement. Gutiérrez, qui évoluait en neuvième position avec ses pneus tendres du départ, s'arrête au quarantième tour et ressort quatorzième ; lui aussi n'a plus rien à espérer de cette course[26],[27],[28].

Si Rosberg ne parvient pas à réduire son écart sur Hamilton qui remporte sa neuvième victoire de la saison, il sauve une deuxième place quasi-inespérée après son arrêt anticipé du premier tour ; Valtteri Bottas monte sur son cinquième podium cette année alors que suivent pour les points Button, Magnussen, Alonso, Ricciardo, Vettel, Räikkönen et Pérez. Ce neuvième doublé de l'écurie Mercedes lui permet de remporter, à trois épreuves du terme de la saison, son premier titre mondial des constructeurs[26],[27],[28].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[30]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 44 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 53 1 h 31 min 59 s 744 (202,347 km/h) 1 25
2 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 53 + 13 s 657 2 18
3 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 53 + 17 s 425 3 15
4 22 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 53 + 30 s 234 4 12
5 20 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 53 + 53 s 616 11 10
6 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 53 + 1 min 00 s 016 7 8
7 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 53 + 1 min 01 s 812 6 6
8 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 53 + 1 min 06 s 185 10 4
9 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 53 + 1 min 18 s 877 8 2
10 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 53 + 1 min 20 s 067 12 1
11 19 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 53 + 1 min 20 s 877 18
12 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 53 + 1 min 21 s 309 17
13 25 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 53 + 1 min 37 s 295 9
14 26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 52 + 1 tour 5
15 21 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 52 + 1 tour 13
16 99 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 52 + 1 tour 14
17 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 52 + 1 tour (dont 5 secondes de pénalité) 15
18 13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 52 + 1 tour 21
19 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 51 + 2 tours 16
Abd. 10 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Caterham-Renault 21 Freins 19
Abd. 4 Drapeau de la Grande-Bretagne Max Chilton Marussia-Ferrari 9 Suspension 20

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Lewis Hamilton réalise sa trente-huitième pole position en Formule 1, sa septième de la saison et sa première à Sotchi.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[34]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 291
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 274
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 199
4 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 145
5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 143
6 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 141
7 Drapeau de la Grande-Bretagne Jenson Button McLaren-Mercedes 94
8 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 76
9 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 71
10 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 49
11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 47
12 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 47
13 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 21
14 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 8
15 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 8
16 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 2
Constructeurs[35]
Pos. Écurie Points
Champion Drapeau de l'Allemagne Mercedes 565
2 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 342
3 Drapeau de la Grande-Bretagne Williams-Mercedes 216
4 Drapeau de l'Italie Ferrari 188
5 Drapeau de la Grande-Bretagne McLaren-Mercedes 143
6 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 123
7 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Renault 29
8 Drapeau de la Grande-Bretagne Lotus-Renault 8
9 Drapeau de la Russie Marussia-Ferrari 2

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Russie 2014 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

  • Mercedes remporte son 1er titre de champion du monde des constructeurs[43] ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 RUSSIAN GRAND PRIX PRACTICE 1 », sur formula1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  2. Olivier Ferret, « Marussia n'alignera finalement qu'une seule voiture pour Chilton », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  3. Daniel Thys, « Vergne veut rouler pour Bianchi en Russie », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  4. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Sotchi L1 : Les Mercedes mènent la danse. Rosberg devance Hamilton et Button. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  5. a, b et c Basile Davoine, « EL1 - Mercedes se place, Marussia roule pour Bianchi », sur toilef1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  6. a, b et c (en) Formula One Management, « FP1 - Rosberg leads Hamilton and Button in Russia », sur formula1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  7. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 RUSSIAN GRAND PRIX PRACTICE 2 », sur formula1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  8. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Sotchi L2 : Hamilton s'échappe seul en tête. La McLaren est performante mais reste à distance respectable. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  9. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL2 - Des McLaren rapides et endurantes », sur toilef1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  10. a, b, c et d (en) Formula One Management, « FP2 - Hamilton surges clear of the field in Sochi », sur formula1.com, (consulté le 10 octobre 2014)
  11. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 RUSSIAN GRAND PRIX PRACTICE 3 », sur formula1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  12. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Sotchi L3 : Hamilton confirme avant la qualification. Lewis devance Rosberg et Bottas. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  13. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL3 - Manque de grip toujours flagrant à Sotchi », sur toilef1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  14. a, b, c et d (en) Formula One Management, « FP3 - Hamilton sets a searing pace in Sochi », sur formula1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  15. a, b, c, d et e Olivier Ferret, « F1 - Cinq places de pénalité pour Magnussen. Une boîte de vitesses à changer. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  16. a, b, c et d Grégory Demoen, « Un troisième pilote pénalisé à Sotchi », sur f1i.fr, (consulté le 11 octobre 2014)
  17. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Formula One Management, « Qualifying - Hamilton storms to pole in Sochi », (consulté le 11 octobre 2014)
  18. a, b et c Guillaume Navarro, « Q1 - Mercedes facilement devant, Massa sans puissance. », sur toilef1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  19. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Hamilton sans concurrence à Sotchi pour la pole. Rosberg prend la deuxième place, Bottas la troisième. Q1 - 18 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  20. a, b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Vettel out, les deux Toro Rosso dans le Top10 ! », sur toilef1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  21. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Hamilton sans concurrence à Sotchi pour la pole. Rosberg prend la deuxième place, Bottas la troisième. Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  22. a, b et c Guillaume Navarro, « Qualifications - Bottas proche de la pole, Kvyat star chez les tsars ! », sur toilef1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  23. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Hamilton sans concurrence à Sotchi pour la pole. Rosberg prend la deuxième place, Bottas la troisième. Q3 - 12 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  24. (en) Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 RUSSIAN GRAND PRIX QUALIFYING », sur formula1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  25. a, b, c et d « Russie 2014 : Grille », sur statsf1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  26. a, b, c, d et e Daniel Thys, « F1 - La victoire pour Hamilton, le titre pour Mercedes. Hamilton devance Rosberg et Bottas. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 14 octobre 2014)
  27. a, b, c, d et e Guillaume Navarro, « GP de Russie - Un doublé Mercedes synonyme de titre constructeurs ! », sur toilef1.com, (consulté le 14 octobre 2014)
  28. a, b, c, d et e (en) Formula One Management, « Race - Hamilton triumphs, Mercedes secure constructors' crown », sur formula1.com, (consulté le 14 octobre 2014)
  29. Daniel Thys, « La stratégie (osée) de Massa n'a pas payé », sur nextgen-auto.com, (consulté le 18 octobre 2014)
  30. Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 RUSSIAN GRAND PRIX RACE », sur formula1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  31. « Russie 2014 Qualification », sur statsf1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  32. « Russie 2014 meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  33. « Russie 2014 tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  34. « Russie 2014 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  35. « Russie 2014 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  36. « Lewis Hamilton Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  37. « Lewis Hamilton Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  38. « Lewis Hamilton en tête de bout en bout », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  39. « Valtteri Bottas meilleurs tours », sur statsf1.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  40. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  41. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  42. « Mercedes Doublés », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  43. « Statistiques constructeurs : Titres de champion du monde par nombre », sur statsf1.com, (consulté le 12 octobre 2014)
  44. Olivier Ferret, « Danny Sullivan sera commissaire en Russie », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 9 octobre 2014)
  45. Basile Davoine, « Les brèves officielles de Sotchi », sur toileF1.com, (consulté le 10 octobre 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :