Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Prix de Grande-Bretagne 2014
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 52
Longueur du circuit 5,891 km
Distance de course 306,198 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
h 26 min 52 s 094
(vitesse moyenne : 125,091 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 35 s 766
(vitesse moyenne : 221,452 km/h)
Record du tour en course Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton,
Mercedes,
min 37 s 176
(vitesse moyenne : 218,239 km/h)

Le Grand Prix automobile de Grande-Bretagne 2014 (2014 Formula 1 Santander British Grand Prix), disputé le sur le circuit de Silverstone, est la 906e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, à l'endroit où se disputa aussi la première d'entre elles. Il s'agit de la soixante-cinquième édition du Grand Prix de Grande-Bretagne comptant pour le championnat du monde de Formule 1, la quarante-huitième disputée sur le circuit de Silverstone, et de la neuvième manche du championnat 2014.

La pluie rythme les trois phases des qualifications et, si la pole position revient pour la quatrième fois de la saison à Nico Rosberg, qui effectue son dernier tour rapide au bon moment en le négociant parfaitement pour creuser de gros écarts, le reste de la grille de départ est inédit cette année. La phase Q1 est fatale à Valtteri Bottas, Felipe Massa, Fernando Alonso et Kimi Räikkönen, piégés par une averse en fin de séance. Lors de la phase finale, les pilotes sortis entre les gouttes et chaussés des pneumatiques idoines se partagent les deux premières lignes ; Sebastian Vettel aux côtés de Rosberg puis Jenson Button devant Nico Hülkenberg. Lewis Hamilton obtient le sixième temps et se poste en troisième ligne, derrière Kevin Magnussen. Marcus Ericsson et Kamui Kobayashi, initialement non qualifiés, sont autorisés à prendre le départ des deux dernières places. Pastor Maldonado est exclu des qualifications pour quantité d'essence insuffisante ; il part finalement vingtième du fait du reclassement en fin de grille des pilotes Caterham.

Dans le premier tour de course, Kimi Räikkönen est victime d'un spectaculaire accident (choc mesuré à 47 g par les capteurs de la Ferrari F14 T) provoquant son abandon et celui de Felipe Massa qui prenait son deux-centième départ en Grand Prix. Après la neutralisation de l'épreuve sur drapeau rouge, une heure d'interruption est nécessaire pour permettre le remplacement du rail de sécurité enfoncé par la Ferrari no 7. Un second départ est donné, lancé derrière la voiture de sécurité. En tête après vingt-neuf tours, Nico Rosberg doit abandonner pour la première fois de la saison, après huit courses successives terminées à la première ou à la deuxième place, en raison d'une panne de sa boîte de vitesses. Il laisse le champ libre à son coéquipier Lewis Hamilton, rapidement revenu dans ses roues après s'être élancé de la troisième ligne. Hamilton remporte son Grand Prix national pour la seconde fois, après l'édition 2008. Il s'agit de sa cinquième victoire de la saison et de la vingt-septième de sa carrière ; il rejoint ainsi Jackie Stewart au palmarès des vainqueurs de Grand Prix. Auteur d'une série de dépassements tranchants et d'une course solide, Valtteri Bottas revient de la quatorzième place sur la grille pour finir deuxième et obtenir son meilleur résultat depuis ses débuts en Formule 1 après être monté pour la première fois sur le podium lors du Grand Prix précédent. Daniel Ricciardo se classe troisième en ayant résisté à la menace que constituait Jenson Button en fin de course. Sebastian Vettel est cinquième au terme d'une lutte musclée qui lui a permis de prendre l'ascendant sur Fernando Alonso. Kevin Magnussen, Nico Hülkenberg, Daniil Kvyat et Jean-Éric Vergne suivent dans les points.

Nico Rosberg, malgré son abandon, conserve, de peu, la tête du championnat du monde des pilotes avec 165 points contre 161 pour Hamilton. Daniel Ricciardo reste troisième (98 points) devant Alonso (87 points) ; Valtteri Bottas accède à la cinquième place (73 points) devant Sebastian Vettel, sixième avec 70 points. Mercedes conserve la première place du classement des constructeurs avec 326 points et devance Red Bull Racing (168 points). Ferrari (106 points) reste à la troisième place devant désormais Williams, revenue à 3 points (103 points) ; Force India (91 points) précède McLaren qui compte 91 points ; suivent Toro Rosso (15 points), Lotus F1 Team (8 points) et Marussia F1 Team (2 points). Neuf des onze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Sauber et Caterham n'en ayant pas encore inscrit.

Essais libres[modifier | modifier le code]

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30[modifier | modifier le code]

Susie Wolff pilote la Williams FW36 à Silverstone en 2014.
Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 35 s 424
2 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 36 s 155 + 0 s 731
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 36 s 263 + 0 s 839
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 36 s 623 + 1 s 199
5 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 36 s 703 + 1 s 279
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 36 s 921 + 1 s 497

La température ambiante est de 17 °C au début de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne qui se déroule sous le soleil. Si les pilotes s'élancent immédiatement en piste pour boucler leurs premiers tours d'installation, il faut attendre vingt minutes pour que Susie Wolff fixe le temps de référence en 1 min 44 s 212[2],[3],[4].

Giedo Van der Garde la relaie en tête en 1 min 43 s 727 mais son temps est ensuite battu par les pilotes titulaires Nico Rosberg (1 min 40 s 100), Jenson Button (1 min 38 s 412), Jean-Éric Vergne (1 min 38 s 020), Fernando Alonso (1 min 36 s 889) et à nouveau Rosberg (1 min 36 s 058). Alors qu'elle effectue son quatrième tour, Susie Wolff doit stopper sa Williams sur le bord de la piste à cause d'un problème de pression d'huile. À une heure de la fin de séance, son équipier Felipe Massa escalade le vibreur à la sortie de la courbe de Stowe, touche le rail et abîme sérieusement sa monoplace, notamment au niveau des suspensions, sans toutefois se blesser. Le Brésilien a commis la même faute au même endroit l'année précédente[2],[3],[4].

La direction de course sort le drapeau rouge pour permettre l'évacuation de l'épave et le nettoyage de la piste et la séance est relancée après vingt minutes. Quelques instants plus tard, Nico Rosberg améliore son meilleur temps, en 1 min 35 s 424, juste avant que Marcus Ericsson sorte de la piste à Beketts. Le Suédois ne touche aucun obstacle mais ne parvient pas à repartir car son disposition anti-calage se déclenche alors qu'il est sur le quatrième rapport de boîte[2],[3],[4].

Pastor Maldonado a été victime d'une panne d'ERS (MGU-K) dès les premières minutes de la session tandis que, chez Caterham F1 Team qui vient de changer de propriétaire, des problèmes électriques ont empêché Robin Frijns de rouler durant la première partie de la séance. Chez Red Bull Racing, un problème de transmission affecte la monoplace de Daniel Ricciardo qui, en fin de séance, rejoint son stand au ralenti[2],[3],[4].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30[modifier | modifier le code]

Romain Grosjean pilote la Lotus E22 à Silverstone en 2014.
Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[5]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 34 s 508
2 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 34 s 736 + 0 s 228
3 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 35 s 244 + 0 s 736
4 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 35 s 511 + 1 s 003
5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 35 s 627 + 1 s 119
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 36 s 016 + 1 s 508

La température ambiante est de 22 °C au départ de la deuxième séance d'essais libres. Tous les pilotes titulaires sont au volant de leur monoplace et s'élancent en piste dès son ouverture. Valtteri Bottas établit le temps de référence en 1 min 39 s 032[6],[7],[8].

Daniil Kvyat améliore en 1 min 38 s 075 et Jean-Éric Vergne, son coéquipier chez Toro Rosso, tourne ensuite en 1 min 37 s 773. Jenson Button prend la tête en deux temps (1 min 37 s 608 puis 1 min 37 s 414) puis s'efface derrière Bottas (1 min 37 s 363). Fernando Alonso tourne en 1 min 36 s 024, Nico Rosberg en 1 min 35 s 645 et Lewis Hamilton en 1 min 35 s 424, exactement le même temps que Rosberg le matin[6],[7],[8].

Felipe Massa est toujours bloqué dans son stand, le temps que ses mécaniciens terminent les réparations de sa monoplace après son accident du matin ; il s'élance alors que la session est entamée depuis vingt minutes. Sebastian Vettel est également immobilisé dans son garage en raison d'ennuis sur un des freins avant et perd un temps précieux en piste durant les premières dizaines de minutes de la séance. Pastor Maldonado, bloqué dans son box dans la matinée en raison d'un problème de MGU-K, effectue ses premiers tours de la journée tandis que son coéquipier Romain Grosjean déclare que le comportement de sa Lotus E22 est « vraiment, vraiment mauvais. » Jules Bianchi doit rentrer au stand, victime d'un ennui de MGU-H[6],[7],[8].

Alors qu'il reste un peu plus de cinquante minutes, les premiers pilotes en pneus tendres montent en piste et, ainsi chaussé, Nico Rosberg reprend la tête du classement en 1 min 34 s 736 ; quelques instants plus tard, Hamilton améliore en 1 min 34 s 508 avant d'immobiliser sa Mercedes en piste, son moteur ayant subitement perdu toute sa puissance. La même mésaventure arrive à la Caterham de Marcus Ericsson à vingt minutes de la fin de la séance. Maldonado et Grosjean pilotent une Lotus qui talonne et donne des « coups de raquette » au milieu des courbes rapides ; les pilotes Sauber ont également beaucoup de mal à tenir les bonnes trajectoires[6],[7],[8].

À dix minutes du terme, Jean-Éric Vergne se retrouve sur trois roues à la sortie du premier virage ; Toro Rosso demande immédiatement à Daniil Kvyat de rentrer afin de procéder à un examen de sa roue avant droite. Valtteri Bottas voit son capot moteur se détacher peu à peu en ligne droite et rentre au stand avant de le perdre[6],[7],[8].

Troisième séance, le samedi de 10 h à 11 h[modifier | modifier le code]

Pastor Maldonado pilote la Lotus E22 à Silverstone en 2014.
Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[9]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 52 s 522
2 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 52 s 631 + 1 s 109
3 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 1 min 53 s 044 + 0 s 522
4 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 53 s 566 + 1 s 044
5 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 1 min 53 s 585 + 1 s 063
6 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 1 min 53 s 654 + 1 s 132

Il pleut depuis plus d'une heure lorsque la dernière séance d'essais libres commence, sur une piste détrempée et sous une pluie légère. Les pilotes s'élancent pour boucler leur premier tour d'installation avec des pneus intermédiaires ou des pneus pleine pluie. Peu de pilotes se lancent en piste pour des tours lancés ; nombreux sont ceux qui observent la séance hors de leur cockpit. Seules les Toro Rosso de Jean-Éric Vergne et Daniil Kvyat, les Caterham de Kamui Kobayashi et Marcus Ericsson, ainsi que Jules Bianchi tournent en début de session. Ericsson fixe le temps de référence en 1 min 57 s 091[10],[11],[12].

Kvyat tourne en 1 min 56 s 404 et son coéquipier Vergne améliore en 1 min 55 s 232. Kvyat repasse en tête en 1 min 54 s 657 puis Vergne réplique en 1 min 54 s 602. Kevin Magnussen prend les devants en deux temps (1 min 54 s 092 puis 1 min 53 s 911) et s'efface derrière les Red Bull Racing de Daniel Ricciardo (1 min 52 s 631) et Sebastian Vettel (1 min 52 s 522) dont le temps ne sera pas battu durant la seconde moitié de la séance. Après vingt-cinq minutes, Nico Rosberg se lance en piste. Les pilotes Mercedes, ainsi que Fernando Alonso, ne cherchent pas à effectuer de tour chronométré, choix conforté par une sortie de piste de Lewis Hamilton qui rentre sans boucler de tour lancé[10],[11],[12].

Romain Grosjean part en tête-à-queue et évite de justesse les barrières de bord de piste ; Adrian Sutil part à la faute dans Stowe, imité peu après par Jules Bianchi qui tire tout droit dans les graviers et ne parvient pas à éviter l'impact contre le mur de pneus de Stowe. Les dommages de sa monoplace restent néanmoins très légers. Max Chilton doit changer de boîte de vitesses, ce qui lui coûtera cinq places de recul sur la grille de départ[10],[11],[12].

Séance de qualifications, le samedi de 13 h à 14 h[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[modifier | modifier le code]

Session Q1[modifier | modifier le code]

Sortie de piste de Romain Grosjean à Silverstone en 2014.

La séance qualificative du Grand Prix de Grande-Bretagne débute sous une pluie légère et sur une piste mouillée. Les pilotes s'élancent en pneus intermédiaires alors que la pluie cesse, le ciel restant toutefois très menaçant. Esteban Gutiérrez fixe le temps de référence en 1 min 46 s 701. Immédiatement, signe que la trajectoire de la piste est assez sèche, les pilotes de fond de plateau sont plus rapides de quatre secondes que les Red Bull lors de la séance d'essais de la matinée[13],[14],[15].

Sebastian Vettel prend la tête en 1 min 45 s 086 puis son coéquipier Daniel Ricciardo améliore en 1 min 44 s 710, performance battue par Lewis Hamilton (1 min 43 s 676). Il est important de réaliser rapidement un tour chronométré car la pluie s'intensifie dans le premier secteur. Les pilotes Williams restent toutefois dans les stands pendant de longues minutes ; ils accèdent immédiatement au top 6 dès leur premier tour chronométré. Kimi Räikkönen, en difficulté, tourne à plus de 3 secondes d'Hamilton et à 1 seconde 5 de son coéquipier Fernando Alonso[13],[14],[15].

Dans les dernières minutes de cette session, Max Chilton, Kamui Kobayashi, Gutiérrez, Adrian Sutil et Jenson Button se relancent en pneus pour piste sèche. Comme les temps au tour chutent, tous les pilotes doivent reprendre la piste sous peine d'élimination prématurée. Sutil, Marcus Ericsson ou Alonso partent à la faute, certains secteurs restant piégeux. Button prend la tête en 1 min 39 s 791 mais son temps est ensuite annulé car il a roulé hors des limites de la piste dans le virage no 18. Daniil Kvyat tourne en 1 min 41 s 032 puis Nico Rosberg établit le meilleur temps en 1 min 40 s 380[13],[14],[15].

Les six pilotes éliminés sont Kamui Kobayashi et son coéquipier Ericsson, Kimi Räikkönen et son coéquipier Alonso, Felipe Massa et son coéquipier Valtteri Bottas ; les deux Scuderia Ferrari et les deux Williams F1 Team ne passent pas le cap de la première partie des qualifications[13],[14],[15].

Session Q2[modifier | modifier le code]

Les pilotes se relancent en piste dans des conditions difficiles car la piste est trop mouillée pour les pneus slicks et il n'y a pas assez d'eau à évacuer pour un parfait rendement des pneus intermédiaires. Une queue se forme rapidement dans la voie des stands car tous les pilotes, craignant une averse, souhaitent établir un temps chronométré le plus tôt possible. Daniel Ricciardo fixe le temps de référence en 1 min 47 s 980[13],[16],[17].

Pastor Maldonado améliore en 1 min 47 s 955 mais le meilleur temps évolue à chaque passage sur la ligne de chronométrage : Jean-Éric Vergne tourne en 1 min 47 s 173, Nico Rosberg en 1 min 45 s 292 et Lewis Hamilton en 1 min 44 s 639. Les temps s'améliorent au fur et à mesure que les pneus intermédiaires entrent dans leur bonne fenêtre d'exploitation. Sebastian Vettel passe en tête à mi-séance en améliorant de six dixièmes de seconde le temps d'Hamilton, mais son temps est annulé en raison d'une utilisation excessive de la piste (comme pour Button en Q1). À cinq minutes de la fin, lorsqu'il passe par les stands pour chausser un train de pneus intermédiaires neufs, Vettel est toujours hors de la zone de qualification[13],[16],[17].

À six minutes du drapeau à damier, les pilotes se relancent en pneus pour le sec. Rosberg se hisse en tête en 1 min 42 s 730 puis Esteban Gutiérrez évolue en 1 min 40 s 912 avant de sortir de la piste. Jules Bianchi tourne en 1 min 39 s 712 et Vergne en 1 min 38 s 310. Les pilotes Mercedes remontent enfin dans la hiérarchie, Rosberg tournant en 1 min 35 s 179 et Hamilton réalisant les deux meilleures performances de la séance (1 min 35 s 000 et 1 min 34 s 870)[13],[16],[17].

Les six pilotes éliminés sont Adrian Sutil et son coéquipier Gutiérrez, Maldonado et son coéquipier Romain Grosjean, Max Chilton et son coéquipier Bianchi[13],[16],[17].

Session Q3[modifier | modifier le code]

Malgré un ciel toujours menaçant et une fine pluie dans le secteur de Stowe, les dix pilotes en lutte pour la pole position se relancent en piste en pneus pour le sec. Lewis Hamilton prend l'avantage à l'issue de sa première tentative, en 1 min 39 s 232 ; il devance Nico Rosberg, Sergio Pérez, Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat[13],[18],[19].

Les pilotes rentrent chausser de nouveaux pneus slicks alors que quelques gouttes tombent sur le circuit. Ricciardo, Kvyat et Jean-Éric Vergne font le pari de rester au stand, pensant que la pluie ne va pas permettre à leurs rivaux d'améliorer. Or tous les pilotes qui reprennent la piste améliorent grâce à un dernier secteur désormais absolument sec sur la trajectoire idéale. Nico Rosberg obtient sa huitième pole position en 1 min 35 s 766, devant Sebastian Vettel ; suivent Jenson Button, Nico Hülkenberg, Kevin Magnussen et Hamilton qui s'élancera de la sixième place de la grille car il a stoppé son effort au cours de son dernier tour rapide, estimant qu'il ne pouvait pas améliorer, alors qu'au même moment, Rosberg trouve un dernier secteur sec pour creuser d'importants écarts (plus d'une seconde et six centièmes sur Sebastian Vettel)[13],[18],[19].

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Résultats des qualifications[20]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 1 min 40 s 380 1 min 35 s 179 1 min 35 s 766
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 45 s 086 1 min 36 s 410 1 min 37 s 386
3 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 44 s 425 1 min 36 s 579 1 min 38 s 200
4 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 41 s 271 1 min 37 s 112 1 min 38 s 329
5 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 42 s 507 1 min 37 s 370 1 min 38 s 417
6 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Mercedes 1 min 41 s 058 1 min 34 s 470 1 min 39 s 232
7 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 42 s 146 1 min 37 s 350 1 min 40 s 457
8 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 44 s 710 1 min 38 s 166 1 min 40 s 606
9 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 1 min 41 s 032 1 min 36 s 813 1 min 40 s 707
10 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 1 min 43 s 040 1 min 37 s 800 1 min 40 s 855
11 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 43 s 121 1 min 38 s 496
12 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 1 min 41 s 169 1 min 38 s 709
13 Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton Marussia-Ferrari 1 min 42 s 082 1 min 39 s 800
14 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 1 min 43 s 285 1 min 40 s 912
15 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 1 min 43 s 892 1 min 44 s 018
16 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 1 min 42 s 603 pas de temps
17 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 45 s 318
18 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 45 s 695
19 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 1 min 45 s 935
20 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 46 s 684
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 47 s 406 (107 % de 1 min 40 s 380)
Nq. Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 1 min 49 s 421
Nq. Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Caterham-Renault 1 min 49 s 625
  • Marcus Ericsson et Kamui Kobayashi, initialement non qualifiés, sont autorisés à prendre le départ des deux dernières places de la grille[21].
  • Pastor Maldonado, auteur du quinzième temps des qualifications est exclu des qualifications pour non-respect de l'article 6.6.2 (Quantité d'essence insuffisante). Il est autorisé à s'élancer de la dernière place sur la grille de départ, puis de la vingtième place, devant les pilotes Caterham initialement non qualifiés[22],[23].
  • Max Chilton, auteur du treizième temps des qualifications est sanctionné d'un recul de cinq places sur la grille de départ pour avoir changé de boîte de vitesses à l'issue de la troisième séance d'essais libres. Il s'élance finalement depuis la dix-septième place du fait du déclassement de Maldonado[24].
  • Esteban Gutiérrez, auteur du quatorzième temps des qualifications est sanctionné d'un recul de dix places sur la grille de départ pour avoir quitté son stand avec une roue mal fixée lors du Grand Prix automobile d'Autriche 2014. Il s'élance finalement depuis la dix-neuvième place du fait du déclassement de Maldonado[21].
Schéma de la grille de qualification du Grand Prix de Grande-Bretagne 2014
La grille de qualification du Grand Prix de Grande-Bretagne 2014.
Schéma de la grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne 2014
La grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne 2014.

Course[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'épreuve[modifier | modifier le code]

La Williams blanche de Massa laisse un panache blanc derrière elle.
Le crash de Massa aux essais du Grand Prix de Grande-Bretagne.
La Williams blanche de Massa détruite en bord de piste.
La Williams blanche de Massa, détruite en bord de piste, au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Les vingt-deux pilotes se placent sur la grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne qui se tient par temps sec. Pratiquement l'ensemble du plateau prend la décision de chausser les pneumatiques les plus tendres, à l'exception notable des pilotes Ferrari Fernando Alonso et Kimi Räikkönen, seizième et dix-huitième sur la grille après des qualifications ratées la veille ; la Scuderia envisage de ne réaliser qu'un seul arrêt pour remonter au classement durant la course. À l'extinction des feux, Nico Rosberg, en pole position, prend un excellent départ alors que Sebastian Vettel, qui l'accompagne en première ligne, aborde le premier virage en quatrième position, passé notamment par Lewis Hamilton, quatrième dès la fin du premier secteur. Sergio Pérez touche Jean-Éric Vergne mais les deux pilotes peuvent poursuivre leur route, en fond de classement. Plus loin dans le peloton, dans la ligne droite de Wellington, Räikkönen perd sa Ferrari à l'accélération et sort au large dans la zone de dégagement. Le Finlandais ne ralentit pas et reprend la piste à pleine vitesse. Un « coup de raquette » lui fait perdre le contrôle de l'arrière de sa voiture lorsqu'il revient sur la piste et l'envoie avec brutalité contre le rail. Il percute violemment les glissières de sécurité (le choc est mesuré à 47 g par les capteurs de la Ferrari F14 T) qui le renvoient en perdition sur la piste où il accroche Felipe Massa et provoque la sortie de piste, sans gravité, de Kamui Kobayashi. Räikkönen et Massa abandonnent tandis que la voiture de sécurité entre en piste avant que la direction de course ne sorte le drapeau rouge pour permettre le remplacement du rail de sécurité endommagé. Après l'interruption de la course, Rosberg devance Jenson Button, Kevin Magnussen, Hamilton, Vettel, Nico Hülkenberg, Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat, Valtteri Bottas, Max Chilton, Jules Bianchi, Adrian Sutil, Esteban Gutiérrez, Alonso, Pastor Maldonado, Marcus Ericsson, Romain Grosjean, Vergne, Kobayashi et Pérez[25],[26],[27].

Après s'être difficilement extrait de sa monoplace, Räikkönen est évacué vers le centre médical où les médecins ne l'autorisent pas à participer aux essais qui se tiendront deux jours plus tard à cause de ses contusions aux genoux et aux chevilles ; il sera remplacé par Jules Bianchi[28],[29],[30],[31].

Grosjean et Pérez décident de chausser les pneus tendres medium tandis qu'Alonso abandonne son train de pneus durs pour les tendres : l'Espagnol peut désormais disputer toute la course avec le composé le plus rapide ; Jean-Éric Vergne adopte la même stratégie. La direction de course annonce que la course repartira à 14 h 45 mais le nouveau départ, derrière la voiture de sécurité, est finalement donné à 15 h 05. Rosberg précède Button, Magnussen, Hamilton, Vettel, Hülkenberg, Ricciardo, Kvyat, Bottas et Bianchi, dixième devant les Sauber et Alonso. Max Chilton est sous le coup d'une pénalité pour être entré dans la voie des stands alors qu'elle était fermée. Seules les Red Bull Racing sont en pneus durs parmi les dix premières monoplaces[25],[26],[27].

Rosberg se relance parfaitement alors que Lewis Hamilton profite d'une légère erreur de Kevin Magnussen pour lui ravir la troisième place. Jenson Button, intercalé entre les deux Mercedes, ne peut pas résister longtemps à son compatriote qui le passe dans le troisième tour. Bottas gagne deux positions en dépassant Kvyat et Ricciardo. Au cinquième tour Rosberg possède 5 secondes d'avance sur Hamilton ; suivent Button, Magnussen, Vettel, Bottas, Hülkenberg, Ricciardo, Kvyat, Alonso, Bianchi, Sutil, Gutiérrez, Maldonado, Grosjean, Vergne, Ericsson, Kobayashi, Pérez et Chilton. Fernando Alonso poursuit sa remontée et pointe à la huitième place au septième tour ; Quelques minutes plus tard, il prend l'avantage sur Hülkenberg lorsque la direction de course lui inflige une pénalité de cinq secondes d'arrêt au stand pour son mauvais positionnement sur la grille de départ (il est toutefois autorisé à effectuer cette pénalité lors d'un arrêt programmé). Pour ne pas perdre du temps derrière Button, Vettel en lutte contre Magnussen, Bottas et Ricciardo entre aux stands dès le dixième passage. Esteban Gutiérrez accroche Pastor Maldonado dont la voiture s'envole et retombe apparemment sans dommage alors que Gutiérrez abandonne et est pénalisé d'un recul de trois places sur la grille de départ du prochain Grand Prix[25],[26],[27],[32],[33].

Après douze tours, Rosberg ne dispose d'aucune marge en termes de consommation de carburant tandis qu'Hamilton, à l'attaque, réalise le meilleur tour en course au seizième tour et revient à 3 secondes. Kvyat s'arrête au quinzième tour, Ricciardo au suivant et Rosberg, qui a moins de 3 secondes d'avances sur son coéquipier, au dix-huitième. Hamilton reste 5 tours de plus en piste avant de chausser les pneus durs. Hamilton peut tenter de rallier l'arrivée avec les pneus qu'il vient de chausser alors que Rosberg devra s'arrêter encore une fois. Rosberg, qui dispose d'une marge de 6 secondes d'avance à cause d'un arrêt très lent de son coéquipier annonce avoir des problèmes pour rétrograder. Alonso s'arrête pour changer ses pneus et purger sa pénalité au vingt-sixième tour ; Pérez et Maldonado stoppent au tour suivant, Magnussen et Vergne au vingt-huitième et Button au tour suivant. En tête de la course, Nico Rosberg ralentit fortement ; Hamilton le dépasse en piste et mène désormais devant Bottas, Vettel, Ricciardo, Button, Alonso et Magnussen tandis que Rosberg abandonne sur panne de boîte de vitesses[25],[26],[27].

Hamilton se retrouve rapidement avec plus de 40 secondes d'avance sur Valtteri Bottas qui devance Daniel Ricciardo de 8 secondes. Jenson Button occupe la quatrième place devant le duo Alonso/Vettel, qui se livrent une lutte âpre. Alonso a en effet dépassé Vettel dans le trente-cinquième tour et, désormais, l'Allemand se trouve sous la pression de Magnussen. Vettel, bien que plus rapide que l'Espagnol, ne parvient pas à trouver le moyen de dépasser la Ferrari. Les deux pilotes, et leurs écuries respectives tentent, via la radio, d'influencer les commissaires de course de la FIA concernant l'utilisation des limites de la piste[25],[26],[27].

Lewis Hamilton, désormais quasi-assuré de la victoire, change de stratégie et change une dernière fois ses pneus au quarante-deuxième tour alors que Sebastian Vettel mène toujours une lutte musclée contre Fernando Alonso. Hamilton reprend la piste en ayant conservé un avantage de 20 secondes sur Bottas. Vettel passe Alonso à cinq tours de l'arrivée. Hamilton, grâce à sa victoire, revient à seulement quatre points de Nico Rosberg au championnat du monde. Valtteri Bottas obtient son second podium consécutif et le meilleur résultat de sa carrière, Daniel Ricciardo termine troisième ; suivent pour les points Button, Vettel, Alonso, Magnussen, Hülkenberg, Kvyat et Vergne[25],[26],[27].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Classement de la course[34]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 52 2 h 26 min 52 s 094 (125,091 km/h) 6 25
2 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 52 + 30 s 135 16 18
3 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 52 + 46 s 495 8 15
4 22 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 52 + 47 s 390 3 12
5 1 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 52 + 53 s 864 2 10
6 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 52 + 59 s 946 18 8
7 20 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 52 + 1 min 02 s 563 5 6
8 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 52 + 1 min 28 s 692 4 4
9 26 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 52 + 1 min 29 s 340 9 2
10 25 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 51 + 1 tour 10 1
11 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 51 + 1 tour 7
12 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 51 + 1 tour 11
13 99 Drapeau de l'Allemagne Adrian Sutil Sauber-Ferrari 51 + 1 tour 15
14 17 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 51 + 1 tour 12
15 10 Drapeau du Japon Kamui Kobayashi Caterham-Renault 50 + 2 tours 22
16 4 Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton Marussia-Ferrari 50 + 2 tours 13
17 13 Drapeau du Venezuela Pastor Maldonado Lotus-Renault 49 Échappement 20
Abd. 6 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 28 Boîte de vitesses 1
Abd. 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Caterham-Renault 11 Suspension 21
Abd. 21 Drapeau du Mexique Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 9 Accrochage avec Maldonado 14
Abd. 19 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 0 Percuté par Räikkönen 17
Abd. 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 0 Accident 19

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Nico Rosberg part en pole position pour la huitième fois de sa carrière, la première fois en Grande-Bretagne.

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classements généraux à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Pilotes[38]
Pos. Pilote Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg Mercedes 165
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 161
3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 98
4 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Ferrari 87
5 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Williams-Mercedes 73
6 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Red Bull-Renault 70
7 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 63
8 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button McLaren-Mercedes 55
9 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 35
10 Drapeau du Brésil Felipe Massa Williams-Mercedes 30
11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 28
12 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 19
13 Drapeau de la France Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 9
14 Drapeau de la France Romain Grosjean Lotus-Renault 8
15 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 6
16 Drapeau de la France Jules Bianchi Marussia-Ferrari 2
Constructeurs[39]
Pos. Écurie Points
1 Drapeau de l'Allemagne Mercedes 326
2 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault 168
3 Drapeau de l'Italie Ferrari 106
4 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes 103
5 Drapeau de l'Inde Force India-Mercedes 91
6 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes 90
7 Drapeau de l'Italie Toro Rosso-Renault 15
8 Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Renault 8
9 Drapeau de la Russie Marussia-Ferrari 2

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix de Grande-Bretagne 2014 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Formula One Management, « FORMULA 1 SANTANDER BRITISH GRAND PRIX 2014 PRACTICE 1 », sur formula1.com (consulté le 5 juillet 2014)
  2. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Silverstone L1 : Rosberg est au rendez-vous. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  3. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL1 - Coup dur pour les deux Williams », sur toilef1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  4. a, b, c et d (en) Formula One Management, « FP1 - Rosberg top, double woe for Williams in Britain », sur formula1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  5. Formula One Management, « FORMULA 1 SANTANDER BRITISH GRAND PRIX 2014 PRACTICE 2 », sur formula1.com (consulté le 5 juillet 2014)
  6. a, b, c, d et e Daniel Thys, « F1 - Silverstone L2 : Hamilton au top avant la panne », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  7. a, b, c, d et e Guillaume Navarro, « EL2 - Hamilton trahi par la fiabilité Mercedes », sur toilef1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  8. a, b, c, d et e (en) Formula One Management, « FP2 - Hamilton fastest at Silverstone despite early stoppage », sur formula1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  9. Formula One Management, « FORMULA 1 SANTANDER BRITISH GRAND PRIX 2014 PRACTICE 3 », sur formula1.com (consulté le 5 juillet 2014)
  10. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Silverstone L3 : Vettel au sommet sous la pluie. Mais les Mercedes n’ont pas signé le moindre chrono », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  11. a, b et c Guillaume Navarro, « EL3 - Red Bull chante sous la pluie », sur toilef1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  12. a, b et c (en) Formula One Management, « FP3 - Vettel and Red Bull ahead as rain resets Silverstone order », sur formula1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Formula One Management, « Qualifying - Rosberg snatches last-gasp pole at Silverstone », (consulté le 6 juillet 2014)
  14. a, b, c et d Guillaume Navarro, « Q1 - Les deux Ferrari et Williams éliminées dès le début ! », sur toilef1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  15. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Rosberg signe la pole devant Vettel ! Les Ferrari et les Williams éliminés en Q1 ! Q1 - 18 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  16. a, b, c et d Guillaume Navarro, « Q2 - Grosse impression de Jules Bianchi », sur toilef1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  17. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Rosberg signe la pole devant Vettel ! Les Ferrari et les Williams éliminés en Q1 ! Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  18. a et b Guillaume Navarro, « Qualifs - Rosberg sort de nulle part sur le dernier secteur ! », sur toilef1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  19. a et b Daniel Thys, « F1 - Rosberg signe la pole devant Vettel ! Les Ferrari et les Williams éliminés en Q1 ! Q3 - 12 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  20. Formula One Management, « FORMULA 1 SANTANDER BRITISH GRAND PRIX 2014 QUALIFYING », sur formula1.com (consulté le 5 juillet 2014)
  21. a et b « Grande-Bretagne 2014 Grille de départ », sur statsf1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  22. Basile Davoine, « Maldonado exclu des qualifications », sur toilef1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  23. Olivier Ferret, « F1 - Maldonado exclu des qualifications ! », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  24. Guillaume Navarro, « Chilton pénalisé de 5 places sur la grille à Silverstone », sur toilef1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  25. a, b, c, d, e et f Daniel Thys, « F1 - Hamilton gagne, Rosberg abandonne à Silverstone. Lewis reprend 25 points à Nico. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  26. a, b, c, d, e et f Guillaume Navarro, « Course - Hamilton relance son championnat à domicile ! », sur toilef1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  27. a, b, c, d, e et f (en) Formula One Management, « Race - Hamilton back in title hunt with Silverstone win », sur formula1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  28. Olivier Ferret, « F1 - Raikkonen forfait pour les essais de Silverstone. Kimi doit reposer ses jambes. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  29. (en) Formula One Management, « Bianchi to replace Raikkonen at upcoming test », sur formula1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  30. (en) Formula One Management, « Raikkonen bruised after Silverstone shunt », sur formula1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  31. Basile Davoine, « Bianchi remplace Räikkönen pour les essais de Silverstone », sur toilef1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  32. (en) Formula One Management, « Gutierrez penalized for Maldonado collision », sur formula1.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  33. Olivier Ferret, « F1 - Trois places de pénalité pour Gutierrez à la suite du crash avec Maldonado. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 8 juillet 2014)
  34. (en) Formula One Management, « 2014 FORMULA 1 SANTANDER BRITISH GRAND PRIX RACE », sur formula1.com (consulté le 6 juillet 2014)
  35. « Grande-Bretagne 2014 Qualification », sur statsf1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  36. « Grande-Bretagne 2014 Meilleur tour », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  37. « Grande-Bretagne 2014 tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  38. « Grande-Bretagne 2014 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  39. « Grande-Bretagne 2014 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  40. « Nico ROSBERG Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 5 juillet 2014)
  41. « Lewis Hamilton Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  42. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  43. « Mercedes Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  44. « Felipe Massa Grands Prix disputés », sur statsf1.com, (consulté le 6 juillet 2014)
  45. « Susie Wolff fera les essais », sur L'Équipe.fr, (consulté le 3 juillet 2014)
  46. « Susie Wolff : quatre petits tours et puis s'en va », sur Nextgen-Auto.com, (consulté le 4 juillet 2014)
  47. Yoann Richard, « F1 - Mansell commissaire à Silverstone comme ces trois dernières années », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 2 juillet 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :