Fanta Régina Nacro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fanta Régina Nacro
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Fanta Régina Nacro est une réalisatrice du Burkina Faso né le 4 septembre 1962 à Tenkodogo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 4 septembre 1962 à Tenkodogo, elle grandit au Burkina Faso, dans une région rurale, avec l'intention de devenir une sage-femme. Mais elle s'intéresse finalement au cinéma et entre à l'Institut d'éducation Cinématographique de Ouagadougou (INAFEC)[1]. Elle obtient son diplôme en 1986. Elle travaille ensuite comme scripte sur Le Choix, un film d'Idrissa Ouédraogo, puis effectue un complément de formation cinématographique à Paris[2].

Son premier court métrage, Un Certain Matin, en 1991, est considéré comme la première œuvre de fiction cinématographique réalisée par une femme africaine, et est primé au festival de Carthage[2]. Elle crée sa maison de production, Les Films du Défi, en 1993. Les courts et moyens métrages se succèdent ensuite et renforcent sa notoriété, notamment Puk Nini en 1995, et Le Truc de Konaté en 1998, un film drôle prônant l'usage du préservatif[2],[3]. Bintou est sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes, et reçoit également le prix du meilleur court métrage au Fespaco en 2001. SEn 2004, son long métrage de fiction, La Nuit de la vérité, sur les conflits ethniques, est llui aussi remarqué[2],[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Un Certain Matin (15 minutes)
  • 1993 : L’École au cœur de la vie (13 minutes)
  • 1995 : Puk Nini (32 minutes)
  • 1997 : Femmes capables (23 minutes)
  • 1997 : La Tortue du Monde (23 minutes)
  • 1998 : Le Truc de Konaté (33 minutes)
  • 1999 : Florence Barrigha (26 minutes)
  • 2000 : Relou (5 minutes)
  • 2000 : Laafi Bala (26 minutes).
  • 2001 : La bague aux doigt (5 minutes)
  • 2001 : Une volonté de fer (5 minutes)
  • 2001 : La voix de la raison (5 minutes)
  • 2001 : Bintou (31 minutes)
  • 2002 : En parler ça aide (17 minutes)
  • 2003 : Vivre positivement (42 minutes)
  • 2004 : La Nuit de la vérité (100 minutes)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lizelle Bisschoff, « The emergence of women's film-making in francophone sub-Saharan Africa: From pioneering figures to contemporary directors », Journal Of African Cinemas, vol. 4, no 2,‎ , p. 157-173
  2. a, b, c et d Brigitte Rollet, « Nacro, Fanta Rgina [Tenkodogo 1962] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 3114
  3. Catherine Humblot, « Sous les arbres, la vie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Thomas Sotinel, « "La Nuit de la vérité", de Fanta Regina Nacro : une terrible incursion dans l'humanité des bourreaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]