Chaba Fadela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaba Fadela
Raï années 80 (Algérie).jpg

Jaquettes de cassettes des chanteurs de raï : Cheb Hasni, Chaba Zahouania, Cheb Mohamed Seghir, Cheb Mami, Cheikha Remitti, Cheb Hamid, Cheb Khaled et Chaba Fadéla avec Cheb Sahraoui

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
OranVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Label
Genres artistiques

Chaba Fadela aussi appelée Cheba Fadela, née le 5 février 1962 à Oran, est une chanteuse de raï et actrice algérienne[1] .

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière musicale à huit ans, devient choriste dans le groupe de Boutaïba Sghir et enregistre ses premières chansons sous l'impulsion de Rachid Baba Ahmed à la fin des années 70[2]. Elle joue également dans la troupe théâtrale d'Abdelkader Alloula[3].

Elle est la première femme à lutter contre l'interdiction des femmes chanteuses dans les salles de spectacle en Algérie[4], et s'inscrit aussi dans le renouveau de la musique raï, qui est redynamisée par l'émergence d'une génération de chebs (jeunes), passionnés de variétés rocks ou libanaises, de rock, introduisant dans le raï traditionnel des synthétiseurs, des cuivres, des accordéons et des guitares électriques[5].

Chaba Fadéla se marie avec Cheb Sahraoui et le couple enregistre, en duo, en 1983, le titre N'sel Fik (Tu es à moi), composé par Rachid Baba Ahmed[6]. En 1993, le couple enregistre l'album Walli avec Bill Laswell à New York.

En mars 1994, son ami le metteur en scène Abdelkader Alloula est assassiné à Oran, à la sortie de son domicile. En avril 1994, au Festival Musicolor de Montreuil, Cheb Sahraoui indique à un journaliste du journal Le Monde : « Le raï est peut-être provocant, mais les intégristes, qui recrutent leur clientèle chez les jeunes des quartiers populaires, exactement comme nous, ne peuvent toucher ni au raï, ni au sport ». « Pour combien de temps ? », complète-t-elle. En septembre de la même année, Cheb Hasni, le roi du raï sentimental, est à son tour assassiné à Oran, à nouveau, à l'angle de la rue où il vivait[7]. Fadela émigre en France en 1995, avec ses enfants[8], pour poursuivre une carrière européenne. Le couple se sépare à la fin des années 1990[9], et Fadela poursuit depuis une carrière solo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur le site culturebase.net
  2. Présentation sur le site de AllMusic
  3. « Le raï, roi des banlieues », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Chaba Fadela », sur last.fm
  5. « Algérie clés. Le raï », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Nidam Abdi et Bouziane Daoudi, « Un pionnier du raï tué à Oran », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. « Cheb Hasni : le champion du raï sentimental », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « De la musique avant toute chose », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. Nidam Abdi, « L'Oranie de Cheb Sahraoui », Libération,‎ (lire en ligne)