Mohammed Assaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La traduction de cet article ou de cette section doit être revue. (mars 2015)

Le contenu est difficilement compréhensible vu les erreurs de traduction, qui sont peut-être dues à l'utilisation d'un logiciel de traduction automatique. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou modifiez l'article.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Mohammed Assaf
Mohamamd Assaf.jpg

Mohammed Assaf en 2014

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Label
platinum record
Site web

Mohammad Assaf (en arabe : محمد عساف) né le est un chanteur et ambassadeur Palestinien. 

il a remporté le premier titre de la deuxième saison du programme de téléréalité panarabe Arab Idol diffusé sur la chaîne MBC 1 en 2013[1]

Il a été surnommé « Asaroukh » (« La fusée ») par le chanteur libanais Ragheb Alama, membre du jury d'Arab Idol.

Mohammed Assaf a été fiancé à la journaliste palestinienne Lina Qishawi de fin septembre 2015 à février 2016. Il a récemment révélé lors d'une entrevue qu'il s'était aperçu que sa relation avec la journaliste n'était "plus envisageable" et qu'ils prenaient "des chemins différents" ajoutant à cela que leur relation "n'a pas fonctionné". La rupture définitive de cet ancien couple a été officialisée via le réseau social Facebook par les deux concernés. [2].

Assaf a été nommé ambassadeur de bonne volonté pour la paix par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA)[3], ce qui lui a conféré un passeport diplomatique[4]. Le gouvernement palestinien l'a également nommé « ambassadeur de la culture et des arts »[réf. nécessaire]. Sur les réseaux sociaux, il a été comparé au chanteur égyptien Abdel Halim Hafez[5].

Un film retraçant l'histoire de Mohammed Assaf est sorti en septembre 2015 : The Idol, réalisé par Hany Abu-Assad.

Il est parfois appelé Assaf ou l'idol.

Biographie [modifier | modifier le code]

Mohammed Assaf est né à Misrata en Libye[réf. nécessaire], de parents palestiniens, et y a vécu jusqu'à l'âge de quatre ans, quand ses parents ont déménagé à Gaza. Il grandit à Khan Younis, camp de réfugiés, où il fréquente l'école primaire de l'UNRWA. La famille de sa mère est originaire du village de Bayt Daras, détruit et dépeuplé par l'armée israélienne en 1948, et la famille de son père est de Beersheba. Il est issu d'une fratrie de neuf frères et sœurs. La mère, professeur de mathématiques, a déclaré que : « Assaf a commencé à chanter à l'âge de cinq ans et avait une voix de quelqu'un qui était beaucoup, beaucoup plus mature »[réf. nécessaire]. Avant de participer aux programmes télévisés, Mohammad a étudié à l'Université de Gaza, en cours de médias et de relations publiques[réf. nécessaire]. Assaf n'a jamais reçu d'apprentissage musical spécial, mais il a commencé sa carrière en chantant aux mariages et autres événements privés[réf. nécessaire]. Il est apparu la première fois en public en 2000 dans une émission de télévision locale[réf. nécessaire] populaire où il a interprété une chanson nationaliste. Par la suite, on lui a tout de suite proposé divers contrats avec des maisons de disques locales[réf. nécessaire]. Peu de temps après sa première performance, il a chanté lors d'un événement à Gaza en présence du président palestinien Yasser Arafat[réf. nécessaire]

Arab Idol[modifier | modifier le code]

Mohammad Assaf a voyagé de la bande de Gaza vers l’Égypte pour participer aux auditions du programme Arab Idol. Il a eu de grandes difficultés à la frontière en raison de l'absence de permis et de son identité palestinienne[réf. nécessaire]. Il a dû soudoyer les membres de la sécurité égyptienne de la frontière pour qu'ils le laissent passer, après avoir été bloqué pendant deux jours pour quitter Gaza[réf. nécessaire]. Lorsqu'il a atteint l'hôtel où les auditions avaient lieu, les portes de la salle étaient déjà fermées. Il a alors sauté par-dessus le mur[réf. nécessaire]. Même ainsi il ne pouvait pas obtenir un numéro de concurrent, car ils étaient déjà tous distribués[réf. nécessaire]. En désespoir, il s'est assis dans la salle où d'autres concurrents attendaient leur tour, et a commencé à chanter, lorsqu'un autre concurrent palestinien, qui le connaissait lui a donné son numéro, en déclarant la supériorité de sa voix[réf. nécessaire].

Pendant les huit semaines du concours, Assaf s'est mêlé harmonieusement aux 26 autres concurrents de tout le monde arabe. Il les a tous impressionnés et dépassés[réf. nécessaire], par la suprématie de sa voix[réf. nécessaire], son charme personnel[réf. nécessaire], ses performances magnifiques[réf. nécessaire], en améliorant les meilleures chansons et mélodies du patrimoine arabe dans un nouveau style[réf. nécessaire].

La performance finale d'Assaf était une version de Ali al-keffieh ("ُSoulève ton cache-col"), un hymne nationaliste palestinien, appelant les Palestiniens à élever leur cache-col, le symbole de l'union Palestinienne, opposant la scission entre les deux factions palestiniennes principales, le Hamas et le Fatah. Le 22 juin, Assaf a été déclaré le vainqueur officiel de l'Arab Idol, remportant la plupart des voix, en dépassant Ahmed Gamal et Farah Youssef, les représentants de l’Égypte et de la Syrie. Aussitôt après l'annonce de sa victoire, les Palestiniens de partout ont massivement manifesté leur joie, organisant des festivités dans les rues des villes de Gaza, Jérusalem-Est, Naplouse, Ramallah, Bethléem, Khan Yunis, Nazareth, au Liban et en Jordanie[réf. nécessaire].

Prestations lors d'Arab Idol[modifier | modifier le code]

Chansons interprétées au cours des auditions
Les performances lors des nombres premiers[réf. nécessaire]
  • Aali El kuffiyeh est considéré comme un de ses meilleurs morceaux[réf. nécessaire], bien connu autant dans le monde palestinien que dans le monde arabe. En effet, cette chanson, produite en 2007, est basée sur une mélodie reprise du folklore irakien et les paroles du poète palestinien Mohammad El-Najjar et interprétées par Assaf lui-même. Assaf a déclaré que la chanson sera incluse dans son premier album[réf. nécessaire].

Attention internationale[modifier | modifier le code]

Assaf a gagné une vaste popularité à travers le monde arabe et parmi d'autres Palestiniens de la Cisjordanie, de Gaza et de la diaspora, par son interprétation de chansons d'amour arabes bien connues et d'hymnes patriotiques pour la cause palestinienne[réf. nécessaire]. Les membres de sa famille, ses voisins et les Palestiniens en général attendent sa performance hebdomadaire du vendredi soir à Beyrouth[réf. nécessaire]. Pour Jamal Abou Assaf, membre du conseil de l'Association de Gaza pour la Culture et les Arts, Assaf "a touché une corde sensible chez les Palestiniens en interprétant des chansons arabes classiques qui traitent de questions autres que la guerre et les luttes... Pour beaucoup ici, ce genre de musique offre un sentiment de stabilité" au milieu de circonstances constamment instables, conflit avec Israël et conflits intra-palestiniens. Mohammed Assaf a même chanté en anglais pendant une des parties du programme, avec la chanson " I Want It That Way" du groupe Backstreet[réf. nécessaire].

Le buzz qu'Assaf a créé a atteint les États-Unis, l'Europe, et, récemment, diverses parties de l'Asie, spécifiquement pour les articles publiés par les sites d'actualités américains tels que Wet PaintVoice of America12 Nouvelles, The Japan Times, CNN le site d'actualités internationales, ainsi que les sites d'information basés en Europe, tels que l'allemand Frankfurter Rundschau, et bien d'autres sites comme Wall Street[réf. nécessaire]. Divers sites ont publié sur lui, comme le site d'actualités français "De Guysen" sous le titre "Mohammed Assaf Nouvelle star de la bande de Gaza"[réf. nécessaire], le site d'information britannique du Guardian sous le titre "Favori pour Arab Idol[réf. nécessaire], Mohammed Assaf porte l'espoir de Palestiniens en finale", et le site d'actualités sud-africain "Nouvelles" sous le titre "Un réfugié de Gaza pressenti pour gagner Arab Idol"[réf. nécessaire]

Plus d'une centaine d'articles ont été écrits sur lui en diverses langues dans plusieurs pays à travers le monde[réf. nécessaire], et cela a augmenté chaque semaine après sa performance sur le spectacle de la nuit de vendredi. Les articles parlent de lui, de sa voix et de son rude voyage pour arriver là où il est[réf. nécessaire], avec des commentaires d'admirateurs, même si un grand nombre de ces fans ne comprend pas ce qu'il chante[réf. nécessaire], et font référence plutôt à sa voix, à son passé difficile, et à son voyage.  Selon les statistiques compilées par Synthesio Corporation : "Ce soutien massif de Palestiniens partout dans le monde est une indication vraisemblable qu'Assaf a une chance significative de gagner cette saison d'Arab Idol. Mais quel impact a-t-il eu globalement sur les médias sociaux ? Assaf domine presque la moitié de toutes les conversations en ligne sur les candidats. Beaucoup de fans le décrivent comme le «Tom Cruise d'Arab Idol» Assaf a même gagné le soutien de la fille du défunt leader palestinien Yasser Arafat, Zahwa, qui a encouragé les téléspectateurs à voter pour lui. [réf. nécessaire] La majorité des débats en ligne provient du Moyen-Orient, en particulier de l'Arabie Saoudite[réf. nécessaire]. Cependant l'analyse par Synthesio des conversations sur les plateformes de médias sociaux, blogs, forums et les commentaires de publications en ligne dans le monde entier révèle que les fans discutent de cette compétition d'aussi loin que l'Amérique du Sud et du Royaume-Uni, d'où la moitié de tous les commentaires positifs concernent Assaf provient[réf. nécessaire]. Et 12 % de tous les commentaires viennent des États-Unis."[réf. nécessaire]

Diffusant sa victoire, Al Jazeera English l'a interviewé à Doha, au Qatar, lors de sa tournée, et lui a consacré un épisode entier du programme Inside Story détaillant le parcours d' Assaf travers Arab Idol. Il a été décrit comme "le chanteur de mariage de Gaza qui a grandi dans un camp de réfugiés, et est devenu une star internationale et un héros palestinien"[6].

Impact politique[modifier | modifier le code]

Assaf a été couronné comme héros palestinien contemporain.[réf. nécessaire] Jeunes et vieux, les diplômés dans les prisons et les universités occidentales, les résidents des camps de réfugiés et appartements de yuppies à Ramallah ou Haïfa, les hommes et les femmes, les anciens combattants de l'OLP et ceux qui préfèrent ignorer la politique, tout le monde assis a regardé ce formidable concours, en écoutant les éloges et commentaires stupides des juges, et en suivant fièrement Assaf d'étape en étape, jusqu'à la finale.[réf. nécessaire]

Amira Hass parle de la popularité d'Assaf parmi les Palestiniens. 

Alors qu'Assaf a normalement évité la politique pendant le spectacle[réf. nécessaire], il a déclaré : "Je ne peux pas faire la différence entre mon art et mon attitude patriotique"[réf. nécessaire]. Assaf a condamné l'occupation israélienne de la Cisjordanie et les mauvaises conditions de vie dans la bande de Gaza[réf. nécessaire]. Il a également déclaré que la longue grève de la faim de protestation du prisonnier palestinien Samer Issawi l'avait inspiré. Il a souvent chanté avec le damier keffieh populairement associé au nationalisme palestinien. 

Il est très populaire dans les territoires palestiniens, où le Washington Post note que les "rues de Gaza se vident" quand le spectacle commence les vendredis et samedis[réf. nécessaire]. Tout au long de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, de grandes affiches faisant la promotion Assaf ont été accrochées sur les résidences et les commerces[réf. nécessaire].  Une source de fierté, Assaf a été capable d'unir les sympathies des Palestiniens comme jamais les factions politiques palestiniennes n'ont réussi au moins pendant ces périodes. [réf. nécessaire]

Certains politiciens palestiniens ont montré que le soutien au chanteur a permis de créer un sentiment d'unité parmi les Palestiniens[réf. nécessaire], indépendamment des différences de convictions politiques. Salam Fayyad, ancien Premier ministre de l'Autorité nationale palestinienne, a appelé tous les Palestiniens à soutenir Assaf[réf. nécessaire]. Le président palestinien Mahmoud Abbas a également appelé les Palestiniens partout, y compris la diaspora , à voter pour Assaf[réf. nécessaire].

Bien avant sa participation à Arab Idol, Assaf a déclaré qu'il avait été brièvement détenu par les forces de sécurité du parti conservateur Hamas et ses groupes paramilitaires, qui maintiennent de facto le contrôle de la bande de Gaza[réf. nécessaire], à plus de 20 occasions différentes, pour le persuader de ne plus chanter, en vain. Signal d'un changement d'attitude, un député du Hamas basé à Gaza, Yahya Moussa, a salué Assaf comme ambassadeur de l'art palestinien."[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]