Embrunais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Embrunais
Image illustrative de l'article Embrunais
Environs de Serre-Ponçon

Subdivision administrative Provence-Alpes-Côte d'Azur
Subdivision administrative Hautes-Alpes
Villes principales Embrun
Coordonnées 44° 38′ 56″ nord, 6° 34′ 42″ est
Superficie approximative 935 km2
Régions naturelles
voisines
Briançonnais
Queyras
Ubaye
Gapençais
Champsaur
Pays (div. territoriale) Communauté de communes de l'Embrunais
Communauté de communes du Pays des Écrins

L'Embrunais est une région naturelle de France située dans les alpes aux environs de la ville d'Embrun (Hautes-Alpes).

Situation[modifier | modifier le code]

Situé entre le massif des Écrins et le massif du Mercantour, l'Embrunais correspond aux vallées de la Durance entre Savines-le-Lac et L'Argentière-la-Bessée, de la Biaïsse et du Rabious. Il est entouré par le Briançonnais au nord, le Queyras à l'est, l'Ubaye au sud-est, le Gapençais au sud-ouest et le Champsaur à l'ouest.

L'Embrunais est aujourd'hui inclus dans le département des Hautes-Alpes, il est partagé entre les arrondissements de Briançon pour sa partie haute, et de Gap pour le reste.

Le Haut-Embrunais[modifier | modifier le code]

On fait généralement une distinction entre la partie sud du pays et la partie nord appelée Haut-Embrunais. Son aspect est plus rude et plus montagnard, sa superficie est d'environ 420 km². Le climat y reste nettement plus doux que dans le Queyras voisin ou le Briançonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les découvertes archéologique faites à Réallon prouvent que la région était peuplée dès l'âge du bronze. À l'époque celto-ligure elle était peuplée par les Caturiges. Les romains en firent une partie de la province des Alpes-Maritimes et en 297 Civitas Ebrodunensium, l'actuelle Embrun en devint la capitale. En 360 Saint Marcellin fonda un archevêché. Au Moyen Âge, l’archevêque-prince d'Embrun était le seul maître de la ville d'Embrun. En 1160 le comte de Provence lui imposa un condominium. En 1210 et en 1247 le Dauphin, également héritier du comté d'Embrun, renouvela la même obligation . Une commune bourgeoise aux coutumes assez égalitaires en matière fiscale[1] s'organisa ensuite avec le soutien du clergé. Elle chassa le bailli du comte et affirma ses libertés. Bien que réduites en 1258 celles-ci existaient encore en 1789. l'Embrunais faisait partie du Dauphiné, et fut rattaché au royaume de France en 1349[2].

Le pays moderne[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, la Communauté de communes de l'Embrunais est une structure administrative qui correspond approximativement au Bas Embrunais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le tiers état et la noblesse étaient égaux devant l'impôt
  2. R. Blanchard décrit l'Embrunais comme une entité relativement libre divisée en trois petites entités appelées « étapes ». Ce dernier les compare un peu aux « escartons » de la Principauté du Briançonnais.