EDF Énergies Nouvelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis EDF EN)
Aller à : navigation, rechercher
EDF Energies Nouvelles

Création 2004
Fondateurs Pâris Mouratoglou
Siège social Drapeau de la France La Défense, esplanade du général de Gaulle 92932 Paris Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Antoine Cahuzac[1], directeur général
Actionnaires Électricité de FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Énergies renouvelables
Filiales EDF Energy Renewables, EDF Renewable Energy, EDF ENR, EDF EN Services, EDF RS
Effectif 3 108 collaborateurs[2]
Site web www.edf-energies-nouvelles.com

Chiffre d’affaires 1 358 millions €[2]
Résultat net 306 millions €[2]

EDF Énergies Nouvelles est une entreprise de production d'énergies renouvelables, filiale à 100 % du groupe EDF. Opérateur intégré, EDF Energies Nouvelles assure le développement, le financement, la construction des installations renouvelables, ainsi que leur exploitation-maintenance, pour compte propre et compte de tiers. Elle compte plus de 9 GW d'énergie renouvelable en exploitation.

L'énergie éolienne est la filière principale du groupe, avec 87 % de sa capacité installée totale, répartie principalement en Europe et en Amérique du Nord. Actuellement, la société se développe activement dans l’éolien en mer. La filière solaire est le deuxième axe de développement d’EDF Energies Nouvelles.

EDF Energies Nouvelles participe également à l'émergence de nouvelles filières, notamment les énergies marines (dont l'énergie hydrolienne) et le stockage d'énergie.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1990, la Société Internationale d'Investissements Financiers - Énergies (SIIF Énergies) est créée par Pâris Mouratoglou, entreprise de développement de centrales thermiques et hydroélectriques.

En 1999, SIIF Énergies se repositionne sur le créneau des énergies renouvelables. En 2000, Pâris Mouratoglou cède 35 % de SIIF Énergies à Électricité de France. En 2002, EDF renforce sa participation dans SIIF Énergies à 50 %, le solde appartenant toujours à Pâris Mouratoglou.

En 2004, SIIF devient EDF Énergies Nouvelles (EDF EN), tout en gardant la même structure de capital. En 2006, EDF Énergies Nouvelles est introduite en Bourse. Pâris Mouratoglou conserve 25,1 % du capital, EDF 50 %, le solde étant le flottant en bourse.

En 2011, EDF Énergies Nouvelles quitte la bourse le 15 août 2011, après rachat de la participation de Pâris Mouratoglou et OPA sur le flottant. EDF détient 100 % d'EDF EN. En 2012, Pâris Mouratoglou et David Corchia créent Eren Groupe, filiale dédiée au développement, à la construction, au financement et à l’exploitation de centrales photovoltaïques, éoliennes et hybride.

En 2012, le groupe monte en puissance dans l'éolien en mer et poursuit son développement dans quatre nouveaux pays : Pologne, Israël, Maroc, Afrique du Sud. En 2013, il entre dans le marché indien puis en 2015 au Brésil et au Chili.

En 2016, le groupe entre en Chine. EDF EN achète 80 % du capital de la société UPC Asia Wind Management, basée à Hong Kong et spécialisée dans l'éolien terrestre en Chine, avec 174 MW de capacités en opération, 130 MW en construction, et plus de 1 GW en développement. EDF EN espère y construire 200 à 300 MW de capacités éolienne par an, pour arriver à 2 GW en cinq ans, en s'associant avec des partenaires chinois projet par projet[3].

En avril 2017, EDF EN annonce l'acquisition d'une participation majoritaire de 61 %, en plus d'obligations convertibles dans Futuren, un opérateur de parc éolien, valorisant ce dernier à environ 188 millions d'euros[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Éolien terrestre et en mer[modifier | modifier le code]

L'éolien est la filière principale d’EDF Energies Nouvelles avec 87 % de sa capacité installée totale répartie principalement en Europe et en Amérique du Nord. L'éolien est le principal moteur de croissance d’EDF Energies Nouvelles.

En décembre 2016, le groupe totalise 8 495,1 MW bruts en exploitation et 1 220,8 MW en construction dans 16 pays.

EDF a signé un contrat d'approvisionnement avec le Groupe Procter & Gamble pour fournir en électricité éolienne ses sites Nords-Américains de fabrication des produits de soin du linge de maison. Le parc éolien d'une capacité de 123 mégawatts, va permettre d'éviter l'émission de 200 000 tonnes de CO2 par an[5].

Le groupe est également devenu un acteur de référence dans l'éolien en mer, avec deux parcs éoliens en mer à son actif en Belgique (C-Power) et au Royaume-Uni (Teesside).

Elle poursuit son déploiement avec trois projets structurants en cours de développement en France, gagnés dans le cadre d’un appel d'offres[6] gouvernemental, totalisant près de 1 500 MW à Saint-Nazaire[7], Courseulles-sur-Mer[8] et Fécamp[9].

Solaire photovoltaïque[modifier | modifier le code]

La filière solaire photovoltaïque constitue le deuxième axe de développement d’EDF Énergies Nouvelles. La société développe des centrales au sol. En France, elle fournit des solutions solaires sur toitures pour particuliers et professionnels. Elle a des activités dans la filière solaire dans neuf pays et dispose près de 899,7 MWc bruts en exploitation et 547,5 MWc en construction.

En 2016, EDF Energies Nouvelles se lance dans l'autoconsommation via sa filiale EDF ENR. La même année, elle ouvre sa plus grande centrale solaire « Boléro » dans le désert d'Atacama au Chili, d'une capacité de 146 MWc[10].

Finances[modifier | modifier le code]

Actionnariat[modifier | modifier le code]

L'action EDF Energies Nouvelles, précédemment cotée sur le marché parisien, fut suspendue de cotation le 12 aout 2011 puis sur décision de l'AMF retirée de la Bourse française après qu'EDF, le 23 juin de la même année, ait affirmé être en possession de 96,71 % des actions d'EDF EN. L'ensemble des actions détenues par des porteurs minoritaires ont à ce moment-là été transférées vers la société EDF[11].

Au 27 septembre 2011, EDF : 100,00 %[12],[13].

Financement des projets[modifier | modifier le code]

Dès 2015, EDF EN finance plusieurs projets éoliens en France par le financement participatif grâce à un partenariat avec la plateforme Lendosphere, afin d'« associer le plus grand nombre au développement de ces projets[14] ».

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]