Colombiers (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Colombiers
Colombiers (Hérault)
Le canal du Midi.
Blason de Colombiers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes la Domitienne
Maire
Mandat
Alain Caralp
2014-2020
Code postal 34440
Code commune 34081
Démographie
Population
municipale
2 484 hab. (2017 en augmentation de 6,29 % par rapport à 2012)
Densité 245 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 50″ nord, 3° 08′ 29″ est
Altitude 25 m
Min. 21 m
Max. 100 m
Superficie 10,14 km2
Élections
Départementales Canton de Cazouls-lès-Béziers
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colombiers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colombiers

Colombiers (en occitan Colombièrs) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Colombiéraines et les Colombiérains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Colombiers se situe dans l'Hérault entre Narbonne et Béziers au pied de l'ancien oppidum antique d'Ensérune et dans un méandre du Canal du Midi.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Colombiers
Montady Béziers
Montady Colombiers Béziers
Nissan-lez-Enserune Lespignan

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est issu de l'installation d'une partie des habitants de l'oppidum d'Ensérune dans la plaine. Colombiers est traversé par la voie domitienne.

Au XVIe siècle, la seigneurie de Colombiers est acquise par la branche de La Serpent de la Famille Dax, une très ancienne famille originaire de Carcassonne[1] qui donna plusieurs consuls de la Cité au Moyen Âge et resta présente en Haute vallée de l'Aude, où elle possédait de nombreuses seigneuries, notamment à Axat, jusqu'à l'orée du XXe siècle. Cette famille est celle des seigneurs d'Axat, d'Artigues (Aude), de Cailla, Le Clat, La Serpent, Leuc, Trèbes et autres places. Le plus connu des seigneurs de Colombiers (dit alors Colombiés), fut au XVIIe siècle Paul Dax, écuyer, sgr de Colombiers, de Ressan et autres places, maréchal des camps et armées du roi en 1632 et gentilhomme ordinaire de la chambre du roi Louis XIII le 5 mai 1634[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9].

En 1709, la paroisse de Colombiers est aussi connue sous le toponyme de Coulombiez[10]. Puis en 1736, le nouveau compoix du lieu lui donne le nom de « Coulombiès » dont Messire François de Sarret, évêque d'Aire et demoiselle Françoise de Sarret, frère et sœur, sont tous deux seigneurs des terres de Gaujac, Clairac, Coulombiès et autres places[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 avril 1979 † Jules Barbe Rad.  
mai 1979 mars 2014 Michel Barbe SE Vice-président de la communauté de communes la Domitienne
mars 2014 en cours Alain Caralp PS Professeur
Président de la communauté de communes la Domitienne
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2017, la commune comptait 2 484 habitants[Note 1], en augmentation de 6,29 % par rapport à 2012 (Hérault : +6,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
221282357390471489515535575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6126987167158408408621 0131 053
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1121 0091 0501 1041 0941 1081 058955901
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8639699051 0951 6472 0652 2962 3532 345
2017 - - - - - - - -
2 484--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Ce village viticole est désormais un pôle industriel et commercial important de l'ouest de Béziers avec une zone d'activités commerciales de 31 hectares[Note 2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plan du pont de Colombiers sur le canal du Midi, 1768.
  • L'étang de Montady[16] : (Classé depuis 1974), aujourd'hui partagé entre les communes de Colombiers et de Montady, est une cuvette naturelle qui couvre plus de 400 hectares. Il est asséché au XIIIe siècle, entre 1248 et 1268, par les seigneurs de Montady et de Colombiers, associés à des bourgeois de Béziers.
    Chaque rayon est un drain qui conduit l'eau de la périphérie au centre vers un fossé circulaire, le redondèl[Note 3]. Du centre part le fossé principal, la grande maïre[Note 4], construit à contre pente, qui évacue toutes les eaux. Le fossé se prolonge sous la colline de l'oppidum d'Ensérune par un aqueduc souterrain de 1 364 mètres de long, puis, de nouveau à ciel ouvert, il atteint les anciens étangs de Poilhes et de Capestang[17],[18] ;
  • Le port fluvial, l'un des rares encore en service sur le canal du Midi ;
  • Clinique Jean-Causse, spécialisée dans la chirurgie ORL et plus spécifiquement en otologie ;
  • L'église Saint-Sylvestre-et-Sainte-Colombe, restaurée aux XIXe et XXe siècles comprenant un autel wisigothique ;
  • L'oppidum d'Ensérune, site archéologique comprenant les vestiges d'un village antique ;
  • La cave du château, d'une surface de 1 000 m2, renommée pour sa charpente inspirée du carénage d'un bateau renversé effectuée par les compagnons charpentiers du tour de France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Colombiers Blason
De gueules à une tour couverte couverte d'or, maçonnée et ouverte de sable, mouvant à senestre d'une champagne crénelée d'argent, aussi maçonnée de sable, accostée de deux colombes volantes affrontées d'argent, au franc canton cousu de sable chargé d'une colombe essorante aussi d'argent, au comble d'azur chargé de trois étoiles d'or.
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Blason à dessiner
D'azur à un pélican et sa criée d'argent[21].

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

La ville de Colombiers dispose d'un club de football amateur, l'US Colombiers Nissan Montady fondée en 1998[22]. En 2019, le club portant le nom d’Union Sportive Colombiers Nissan Méditerranée (USCNM Via Domitia) change de nom, pour : Union Sportive Colombiers Nissan Montady, avec l'arrivée d'un troisième village : Enserune et ses infrastructures[23],[24]. Ce club évolue au niveau District (départemental)[réf. nécessaire].

Rugby[modifier | modifier le code]

La ville de Colombiers dispose d'une équipe de rugby amateur l'USNC, entente de deux villages : Colombiers et Nissan-lez-Enserune. Ce club évolue en 1re série. La ville de Colombiers dispose d'une école de rugby, Les Coteaux d'Ensérune, qui regroupe quatre villages : Colombiers, Nissan-lez-Ensérune, Montady et Maureilhan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Communauté de commune "la Domitienne"
  3. En occitan désigne un cercle concentrique.
  4. En occitan désigne un canal de recueillement des eaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Société des arts et des sciences de Carcassonne, « Mémoire touchant les familles plus anciennes de la ville » Famille Dax
  2. a et b Louis-Pierre d'Hozier « Armorial général de la France », Firmin-Didot 1738, volume 1, p. 186-188 lire en ligne[1] et volume 7 p. 601-604 lire en ligne [2]
  3. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, vol. 13, page 175-177, lire en ligne [3].
  4. a et b Jean Villain, La France moderne, tome 3, page 732.
  5. a et b Hubert Vergnette Lamotte, Filiations languedociennes, tome 2, page 14.
  6. a et b Henri Jougla de Morenas "Grand Armorial de France », tome 3, page 156.
  7. a et b voir l'Armorial du Pays d'Oc, en "archive"
  8. Francis Poudou, Opération Vilatge al País, Communauté de Communes du Canton d'Axat, Narbonne, , 340 p., pp. 209-222
  9. a et b Jean Luc Chaumeil, Jacques Rivière, L'alphabet solaire: introduction à la langue universelle, avec des textes inédits de l'abbé Boudet, Éditions du Borrégo, 1985, p. 382-383 [4]
  10. Claude Motte, Paroisses et communes de France - Dictionnaire d'histoire administrative et démographique - Hérault, Paris, Éditions du centre national de la recherche scientifique, , 490 p. (ISBN 2-222-04293-3), p. 188
  11. Colombiers (Hérault) : Matrice du compoix de 1736 (Cote : 81 EDT 3), publié sur le site des archives départementales de l'Hérault (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. Jean-Loup Abbé, À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace dans le Languedoc méditerranéen (XIIe – XVe siècle), Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2006, coll. Tempus, 331 p.
  17. Première photo aérienne
  18. Deuxième photo
  19. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, vol. 13, page 176, lire en ligne [5].
  20. a et b « Bases de données documentaires : statistiques mensuelles », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 28 avril 2020)
  21. Armorial des communes de l'Hérault, Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 39.
  22. L'US Colombiers Nissan Méditerranée - Via Domitia, publié le sur le site herault-tribune.com (consulté le ).
  23. « Une nouvelle page s’ouvre pour un club du département ! », publié le par Bérenger Tournier, sur le site footballclub34.fr (consulté le ).
  24. Les terrains du Club, publié sur le site de l'uscnm.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Laissac, Colombiers : 2000 ans d'histoire, Cazouls-les-Béziers (Hérault), Éd. du Mont, , 302 p.
  • Laetitia Lignon, Colombiers, mon village : monographie d'un petit village de l'Hérault, Paris, L. Lignon, , 111 p.
  • Université du Tiers Temps de Montpellier, La poste aux chevaux : dans le département de l'Hérault, tout au long du grand chemin, Montpellier, Université du Tiers Temps, , 21 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]