Dunières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dunières
Dunières
L'église Saint-Martin.
Blason de Dunières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montfaucon
Maire
Mandat
Pierre Durieux
2020-2026
Code postal 43220
Code commune 43087
Démographie
Population
municipale
2 727 hab. (2018 en diminution de 5,51 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 59″ nord, 4° 20′ 44″ est
Altitude Min. 711 m
Max. 1 033 m
Superficie 34,75 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Dunières
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Boutières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Dunières
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Dunières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dunières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dunières
Liens
Site web dunieres43.fr

Dunières (Duneira en occitan) est une commune française située à l'est du Velay, dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dunières est située au nord-est du département de la Haute-Loire, à 770 mètres d'altitude.

Sept communes sont limitrophes[1] :

La commune possède un climat tempéré, chaud[réf. nécessaire].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 23 (reliant le centre-bourg à Saint-Romain-Lachalm au nord) et 501 (ancienne route nationale 501) reliant Montfaucon-en-Velay à Riotord[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dunières est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dunières, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 787 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare d'échange de Dunières entre le « grand réseau » et les CFD au début du XXe siècle.

En 998, la viguerie de Tence comprenait en plus du bourg de Tence : le village de Vilette (implanté sur le territoire de la future commune de Dunières).

Au XIIe siècle, il est mentionné l'existence de deux châteaux au sein de la baronnie de Dunières : le « castrum » (château fort) construit au moins avant 1146, dont les Saint-Didier étaient les seigneurs ainsi que d'une partie de la baronnie. Et sur l'autre partie, les seigneurs de Dunières (issus des Pagan et des d'Argental) possédaient, non loin de l'église, une maison-forte ou « château-bas de Dunières ».

En 1197, Armand de Retourtour devient seigneur de Dunières grâce à son mariage avec « Seignoresse » de Dunières.

Prieuré bénédictin de La Chaise-Dieu, mentionnée en 1184.

C'est au XIIIe siècle que Dunières acquiert sa véritable identité, son blason et ses armoiries.

Jusqu’au XVIe siècle, les produits et revenus du sol sont les seuls moyens de survie des habitants. L'apparition de la rubanerie (vers 1600) puis du moulinage de la soie (1718) développeront considérablement la commune.

Apparaissent au début du XXe siècle les usines de tissages, bénéficiant de la puissance motrice de la Dunière.

Toutes ces activités développèrent très vite les voies de communication, en particulier vers Saint-Étienne et Annonay.

La ligne ferroviaire Firminy-Annonay est inaugurée en 1885 et la ligne CFD en 1902. Ces liaisons ont été progressivement abandonnées à partir de 1940.

L'abbé Meiller[Qui ?], poète patois local, qualifie la commune de « reine de la montagne »[Quand ?].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1830 1831 Eugène Belmas    
1831 1840 Joseph Demeuré    
1840 1848 Jacques-Marie-Vincent Marnas   Capitaine retraité
1848 1852 Claude Vial    
1852 1852 Charles Dufaure de Citres    
1852 1856 Grégoire Levrat    
1856 1865 Isidore Lemoyne de Vernon    
1865 1870 Pierre Mutuon    
1870 1904 Jean Libeyre    
1904 1924 Joseph Lemoyne de Vernon    
1924 1925 François Malartre    
1925 1929 Joseph Dufaure de Citres (1876-1952)   Conseiller général
1929 1931 Jean-Baptiste Rouchon    
1931 1935 Louis Lemoyne de Vernon    
1935 1941 Joseph Dufaure de Citres (1876-1952)   Conseiller général
1941 1944 Louis Lemoyne de Vernon    
1944 1945 Émile Rousset    
1945 1947 Joseph Dufaure de Citres (1876-1952)   Conseiller général
1947 1971 Jacques Pochon    
1971 1981[11]
(décès)
Pierre Poinas UDF  
1981 mars 1983 Jean Blanchard    
mars 1983 mars 1989 Henri Crouzoulon    
mars 1989 Jean-Pierre Marcon UDF puis UMP Député de la Haute-Loire (2007-2012)
Conseiller général du canton de Montfaucon-en-Velay
Vice-président du conseil général de la Haute-Loire
André Chomienne    
Robert Oudin DVD  
mai 2020 En cours
(au 15 juin 2020)
Pierre Durieux[12]   Chef d'entreprise
4e vice-président de la CC du Pays de Montfaucon (depuis 2020)

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La déchèterie se situe au lieu-dit Malataverne, au sud de la commune[D 1].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 2 727 habitants[Note 2], en diminution de 5,51 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0101 6502 0202 4952 4092 3812 4612 3392 237
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2192 2642 3152 4702 5133 1172 9732 8823 135
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 2193 3003 3273 0233 1733 2223 2493 0773 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 2273 1462 9963 0143 0092 9493 0022 9392 875
2018 - - - - - - - -
2 727--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dunières dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Dans l'enseignement public, les élèves commencent leur scolarité à l'école Jacques-Prévert, composée de quatre classes (petite et moyenne section ; grande section et CP, CE1-CE2 et CM1-CM2). Ils poursuivent au collège Roger-Ruel de Saint-Didier-en-Velay[D 2].

Dans l'enseignement privé, l'école Saint-Joseph, à l'origine école de filles, a été ouverte par une ordonnance royale de 1827. L'école accueillait en 2011 onze classes de la petite section au CM2[D 3]. Les élèves scolarisés dans cette école poursuivent au collège du Sacré-Cœur situé dans la commune et sous le même toit[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune possède un hôtel trois étoiles[D 4] et quatre hébergements locatifs (dont un gîte d'étape)[D 5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voussures polychromes du tympan.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Malartre (1834 à Dunières - 1911 à Dunières), industriel et homme politique.
  • Maurice Moulin, PDG de la scierie Moulin.
  • X 2132 : autorail monocaisse de la SNCF / TER parrainée par la ville de Dunières[18].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dunières Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er d'azur à la croix d'argent, au 2e fascé d'or et d'azur, au 3e de gueules à une tour carrée d'argent maçonnée et ajourée de sable[19].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Dunières
Fascé d'or et d'azur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Ploton, Le moulinage de la soie à Dunières : 1718-1914 : in Cahiers de la Haute-Loire 1966, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne) : introduit par François Chomarat, développé par les familles Malartre et Rouchon, le moulinage concerne dix fabriques en 1815, vingt-neuf en 1871, travaillant un matériau étranger au département pour des fabricants de la Loire et de l’Ardèche.
  • Abbé Jean Ploton, Dunières : Heurs et malheurs d'une communauté rurale, , 284 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Déchetterie "Les Fourches" » (consulté le 11 novembre 2016).
  2. « École Jacques Prévert » (consulté le 11 novembre 2016).
  3. « École Saint-Joseph » (consulté le 11 novembre 2016).
  4. « Hôtellerie » (consulté le 11 novembre 2016).
  5. « Hébergement locatif » (consulté le 11 novembre 2016).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Dunières sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 11 novembre 2016).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Dunières », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  10. « Dunières : qui ont été les maires depuis 1807 », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  11. [1]
  12. « Dunières: Pierre Durieux élu maire », sur Le Progrès, (consulté le 15 juin 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Site du collège privé le Sacré-Cœur.
  18. « locomotives blasons », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 20 septembre 2020).
  19. « 43087 Dunières (Haute-Loire) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 18 décembre 2020).