Jean-Pierre Marcon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcon (homonymie).
Jean-Pierre Marcon
Image illustrative de l'article Jean-Pierre Marcon
Fonctions
Président du Conseil départemental
de la Haute-Loire
En fonction depuis le
(3 ans et 9 jours)
Réélection 29 juin 2015
Prédécesseur Gérard Roche
Député de la Haute-Loire
Élu dans la 1re circonscription

(4 ans, 10 mois et 27 jours)
Élection 10 juin 2007
Prédécesseur Laurent Wauquiez
Successeur Laurent Wauquiez
Conseiller général de la Haute-Loire
Élu de Montfaucon-en-Velay puis de Boutières
En fonction depuis le
(38 ans, 3 mois et 12 jours)
Prédécesseur Jean-Paul Riocreux (RPR)
Maire de Dunières

(19 ans et 2 jours)
Successeur André Chomienne (DVD)
Maire de Saint-Bonnet-le-Froid

(18 ans et 4 jours)
Successeur André Marcon (DVD)
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Saint-Bonnet-le-Froid
(Haute-Loire)
Nationalité Française
Parti politique UMP (app.) puis UDI
Profession Cadre bancaire
Députés de la Haute-Loire

Jean-Pierre Marcon, né le à Saint-Bonnet-le-Froid (Haute-Loire), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Saint-Bonnet-le-Froid (Haute-Loire), Jean-Pierre Marcon est le fils de Xavier Marcon, négociant en vins[1]. Il débute en 1970 sa carrière au Crédit agricole mutuel du sud-est, où il occupe par la suite des fonctions de directeur d'agence, jusqu'en 1992[1]. Jean-Pierre Marcon a également été président du conseil de surveillance de l’hôtel Le Fort du pré de Saint-Bonnet-le-Froid[2], gérant de l'Hôtel de La Tour à Dunières[2] et propriétaire d'une station-service[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités professionnelles, il est élu maire de sa commune natale, Saint-Bonnet-le-Froid, en 1971, puis de la cité voisine de Dunières, en 1989. Conseiller général de Montfaucon-en-Velay après 1979, il accède en 1994 à la vice-présidence de l'assemblée départementale[1], alors dirigée par l'ancien ministre Jacques Barrot (UDF-CDS). Conseiller régional d'Auvergne de 1992 à 1998, il participe également à la création de la Communauté de communes du Pays de Montfaucon, dont il est président de 1996 à 2005, avant d'être remplacé par Olivier Cigolotti[3].

En mars 2015, il est élu conseiller départemental du canton de Boutières, en binôme avec Brigitte Renaud, et président du Conseil départemental de la Haute-Loire.

Le 3 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, il lâche le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[4].

Carrière parlementaire[modifier | modifier le code]

En 2004, il est nommé membre du Conseil économique et social (CES)[5]. Trois ans plus tard, aux élections législatives de 2007, il est choisi comme suppléant du député sortant Laurent Wauquiez dans la première circonscription de la Haute-Loire. Celui-ci est réélu dès le premier tour, le , avant d'être nommé dans le gouvernement de François Fillon. Jean-Pierre Marcon devient alors député, apparenté au groupe UMP[6], dont il est proche du courant centriste[7]. Il préside le groupe d’études « Hôtellerie, restauration, loisirs » à l’Assemblée nationale[8].

Spécialiste des questions de tourisme, il est aussi président de l'association de tourisme Valvvf (depuis 2006)[1], et dirige la section des solidarités et politiques sociales au Conseil national du tourisme (depuis 2006)[1].

Lors des élections législatives de 2012, Laurent Wauquiez récupère son siège de député.

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Marcon est le frère de :

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]