Claude Lise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Lise
Fonctions
Président de l'Assemblée de Martinique
En fonction depuis le
(1 an, 10 mois et 28 jours)
Élection
Prédécesseur Création de l'assemblée
Membre de l'Assemblée de Martinique
élu dans la section Nord
En fonction depuis le
(1 an, 11 mois et 2 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Lui-même
Groupe politique Grand Rassemblement pour donner une chance au pays
Président du conseil général de la Martinique

(18 ans)
Réélection
Prédécesseur Émile Maurice
Successeur Josette Manin
Sénateur de la Martinique

(16 ans et 6 jours)
Élection 24 septembre 1995
Réélection 26 septembre 2004
Groupe politique SOC
Député de la 2e circonscription de la Martinique

(4 ans, 9 mois et 9 jours)
Élection 12 juin 1988
Législature IXe législature
Groupe politique SOC (apparenté)
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Fort-de-France (Martinique)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste martiniquais
Diplômé de Université de Bordeaux

Claude Lise, né le à Fort-de-France (Martinique), est un homme politique français partisan de l'autonomie martiniquaise. Il a été président du Conseil général de la Martinique de 1992 à 2011 et sénateur de 1995 à 2011. Il est élu le , président de la nouvelle Assemblée de Martinique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Lise effectue ses études secondaires au lycée Schœlcher et obtient son baccalauréat en 1959. Il entame de 1960 à 1970 des études de médecine à la faculté de Bordeaux. Titulaire d'un doctorat en médecine et du diplôme de « médecine tropicale », Claude Lise retourne en Martinique et ouvre son cabinet de médecin. En 1974, il est élu au conseil départemental de la Martinique de l'Ordre des médecins. Sa carrière politique débute en 1972 lorsque, avec quelques militants socialistes, il participe à la création de la Fédération socialiste de la Martinique (FSM). Puis, il se présente sans succès aux cantonales de 1973 et aux municipales de 1977 au Marigot (Nord-Atlantique). Ensuite, il crée le Parti socialiste martiniquais en 1976 et en est le secrétaire général jusqu'en 1978, date à laquelle le Parti socialiste martiniquais fusionne avec le Parti progressiste martiniquais d'Aimé Césaire.

Le , Claude Lise créé l'Espace d'action démocratique pour la Martinique (EADM). Selon Claude Lise, l'EADM n'est pas un nouveau parti politique, mais un instrument à côté des partis traditionnels permettant la réflexion, l'échange et un espace de propositions sur tous les grands sujets en prenant en compte l'intérêt général de la Martinique. À la suite de désaccords avec le PPM et son actuel président Serge Letchimy, Claude Lise a quitté son ancien parti avec d'autres élus comme Madeleine de Grandmaison, Claude Cayol, Pierre Suédile, Marie-Élise Nébon, Alexandre Mouriesse, Maxence Deluge, Geneviève Chanteur et fonde le 26 mars 2006 un nouveau parti politique de gauche, le RDM (Le Rassemblement démocratique martiniquais).

Le , au Sénat, Claude Lise, sénateur et président du Conseil général de la Martinique a reçu des mains de Christian Poncelet, président du Sénat, le prix Territoria d’Or attribué le 7 novembre 2007 au Conseil général de la Martinique et consacrant les collectivités territoriales (régions, départements, communes) dont les travaux novateurs, capables d’être transposés à d’autres collectivités et faisant un bon usage des deniers publics.

Le , Claude Lise est réélu pour la sixième fois président du Conseil général de la Martinique. Il obtient au 1er tour 27 voix contre 16 à Maurice Antiste, conseiller général du François.

Le 31 mars 2011, lors de l'élection à la présidence du Conseil général de la Martinique, Claude Lise obtient au 1er tour 22 voix et son adversaire Josette Manin de Bâtir le pays Martinique obtient 22 voix. Au deuxième tour, Claude Lise obtient à nouveau 22 voix et Josette Manin 22 voix. À l'issue du 2e tour, Claude Lise retire sa candidature et son groupe propose pour le 3e tour, le doyen d'âge de l'assemblée, Alfred Sinosa, membre de sa majorité. Mais Alfred Sinosa est battu au 3e tour par Josette Manin d'une voix (23/22). La candidate du groupe « Ensemble, pour une Martinique nouvelle » est élue présidente du Conseil général de la Martinique et succède à Claude Lise.

Du 31 mars 2011 au 18 décembre 2015, Claude Lise est le chef de file de l'opposition au Conseil général de la Martinique, sa coalition est composée des élus de la gauche autonomiste (RDM, MIM, Modemas), favorables à une évolution dans le cadre de l'article 74 de la Constitution française.

Aux élections sénatoriales du 25 septembre 2011, le sénateur sortant Claude Lise est battu par Maurice Antiste et Serge Larcher de la coalition « Ensemble pour une Martinique nouvelle ».

Depuis le 18 décembre 2015, Claude Lise est le premier président de l'Assemblée de Martinique.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il est élu membre du bureau de l'Association des présidents de conseils généraux de France lors 65e congrès à Tours. Aux municipales, il est élu conseiller municipal et 3e adjoint au maire de Fort-de-France.

  • 1999 : le secrétaire d'État à l'Outre-Mer Jean-Jack Queyranne propose aux parlementaires Claude Lise et Michel Tamaya de préparer un rapport sur les quatre départements d'Outre-Mer qui servira de base de travail à la future Loi d'orientation pour les DOM.
  • 2001 à 2015 : le 18 mars, Claude Lise est réélu conseiller général du canton 10 de Fort-de-France au 1er tour. Le 23 mars, Claude Lise est réélu pour la quatrième fois président du conseil général en obtenant 25 voix contre 17 à Rodolphe Désiré et 2 à Garcin Malsa.
  • Conseiller général de 1982 à 2015
  •  : président de la nouvelle Assemblée de Martinique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]