Fernand Clerc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fernand Clerc
Fonctions
Député de la Martinique
Gouvernement IIIe République
Groupe politique républicain socialiste
Biographie
Date de naissance
Date de décès

Louis Honoré Fernand Clerc (Le François, - Fort-de-France (quartier de Redoute), ), est un industriel béké et parlementaire martiniquais. Il a été député de 1919 à 1924, maire de La Trinité de 1894 à 1912 et de 1929 à 1939, maire du Lorrain de 1926 à 1929 et président du conseil général de 1908 à 1910 et brièvement sénateur en 1924 (élection annulée par le Sénat).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fernand Clerc est le fils d'Honoré dit « Clerville » Clerc (1807-1878), médecin, et de Clémentine Brière de l'Isle (née en 1830). Par sa mère, il est le neveu du général Louis Brière de l'Isle (1827-1896) qui se signale notamment à Bazeilles.

Fernand Clerc commence sa carrière en tant qu'industriel. Il se révèle un chef d'entreprise actif, innovant, notamment en apportant en Martinique des techniques améliorant la culture de la canne à sucre. Il recevra divers titres et/ou médailles.

Le , il échappe à la catastrophe de la montagne Pelée ayant eu la sagesse de mettre sa famille à l'abri hors de la ville de Saint Pierre.

Il entre en politique et devient maire du Lorrain, conseiller général de la Martinique, puis président du Conseil général de 1908 à 1910.

Au prix d'une alliance politique [1] avec Joseph Lagrosillière, Fernand Clerc est élu député de la Martinique le , il siège au sein du groupe républicain socialiste. Il effectue un seul mandat, ne se représentant pas au scrutin du . Ces élections, « préparées » par le gouverneur Richard, verront le succès de Victor Sévère et d'Alcide Delmont, battant ainsi les « poulains » désignés pour succéder au duo Lagrosillière-Clerc, Paul Merlin, journaliste, et Louis Séjourné, ingénieur et ancien capitaine aviateur.

Il quitte alors la vie politique, et reprend ses activités industrielles.

Fernand Clerc meurt à Fort-de-France, le . Il repose au cimetière communal du François.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'or du Ministère de l'Agriculture (1904)
  • Médaille de bronze de la Belgique (Exposition de 1910)
  • Officier de la Légion d'honneur (1938)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, Presses universitaires de France, 1960-1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armand Nicolas, Histoire de la Martinique, de 1848 à 1939, tome 2, L'Harmattan, 1996.

Liens externes[modifier | modifier le code]