Piero Malvestiti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Piero Malvestiti
Pietro Malvestiti.jpg
Fonctions
Président de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier
-
Député de la République italienne
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activité
Autres informations
Parti politique

Piero Malvestiti (né le à Apiro dans la province de Macerata, mort à Milan le ) est un homme politique démocrate-chrétien italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans les Marches, Piero Malvestiti a ensuite déménagé en Lombardie avec sa famille et y a obtenu un diplôme de comptable dans un collège religieux. En 1917 et 1918, il combat en tant qu'officier pendant la Première Guerre mondiale. Il participe à la bataille de Vittorio Veneto en octobre 1918 et y obtient une Croix du Mérite. Il est engagé à la fin de la guerre par la Banque populaire de Milan et y reste pendant douze ans. Il est employé parallèlement par l'archevêché de Milan, notamment pour l'assistance aux ouvriers et aux vétérans. Il fonde la Ligue lombarde d'aide aux vétérans de guerre.

Piero Malvestiti s'oppose au régime fasciste dès ses origines. Il conteste l'idée de l'État moral et la conception corporative propre à l'idéologie fasciste. Memrbe de l'Action catholique, il fonde en 1928 avec Gioacchino Malavasi et Armando Rodolfi le mouvement politique « Azione guelfa », principal groupement catholique d'opposition au fascisme. En 1933, le mouvement est découvert par la police politique. Malvestiti est arrêté le 20 mars 1933 et condamné le 30 janvier 1934 à cinq ans de prison. Il est ensuite libéré pour raisons de santé, mais l'interdiction de s'engager dans des activités politiques demeure jusqu'à la fin de la condamnation.

S'il a ensuite des difficultés à retrouver un emploi stable, il parvient à renouer le contact avec l'« Azione guelfa ». Durant l'été 1942, quand il est clair que le fascisme va conduire le pays à la catastrophe, un nouveau parti politique catholique est fondé. Malvestiti est l'un des protagonistes de cette fondation. En août, il rencontre secrètement Alcide De Gasperi à Borgo Valsugana. En septembre, des personnalités de l'« Azione guelfa » (Malvestiti, Achille Grandi, Edoardo Clerici, Giorgio Enrico Falck) et de l'ancien Parti populaire jettent les bases de la future Démocratie chrétienne. Le Programme de Milan, une plateforme de douze points, est l'expression de l'élaboration sociale et politique de ce mouvement. Approuvé par le groupe de De Gasperi, qui avait également accepté le nom du nouveau parti, le programme de Milan est affiché sur les murs de Milan après la capture de Benito Mussolini le 25 juillet 1943. Il est adressé aux « Italiens dignes de la liberté » et invite tous les catholiques « à s'unir sous la bannière du Parti démocrate-chrétien ».

Suite à l'armistice du 8 septembre 1943, Piero Malvestiti prend part à la Résistance comme membre l'aile « néo-guelfe », fédéraliste et autonomiste, de la Démocratie chrétienne. Il la représente au Comité de libération nationale (CLN). En septembre et octobre 1944, il soutient en qualité de conseiller financier le gouvernement provisoire de la République partisane du val d'Ossola. Après la chute de sa dernière, il se rend en Suisse, puis retourne en italie comme membre du CLN.

Une fois l'Italie libérée, il s'implique pleinement dans la Démocratie chrétienne, fait partie de son Conseil national et participe à son premier congrès en avril 1946 à Rome. Il est élu député à l'Assemblée constituante. Il est ensuite élu à la Chambre des Députés pendant les deux premières législatures. Il est également ministre à plusieurs reprises dans les années 1940 et 1950.

Piero Malvestiti démissionne toutefois de la Chambre des députés une année avant la fin de la législature car il est nommé président de la toute nouvelle Commission économique européenne. Il en est le premier commissaire italien. En 1959, il est nommé président de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), charge qu'il conserve jusqu'en 1963.

Il meurt le 5 novembre 1964 à Milan.

Sources[modifier | modifier le code]