Châtelet du Crédoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Châtelet du Crédoz
Châtelet du Cret d'Ot
Image illustrative de l’article Châtelet du Crédoz
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Sires de Faucigny
Destination actuelle Ruiné
Coordonnées 46° 06′ 13″ nord, 6° 18′ 05″ est[Note 1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Faucigny
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Cornier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Châtelet du Crédoz Châtelet du Cret d'Ot

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Châtelet du Crédoz Châtelet du Cret d'Ot

Le Châtelet du Crédoz ou de Crédoz, que l'on trouve également sous la forme Châtelet de Crêt d'Ot, est un ancien château fort, du XIIIe siècle, chef-lieu de châtellenie, dont les ruines se dressent sur la commune de Cornier dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Entre les XIIIe et XVe siècles, il est le siège d'une châtellenie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme, selon les documents, est écrit Crêt-d'Ot, Crêt-d'Ost, Crêt-d'Oz, Credoz, Credu, ou encore Credo[1], on trouve aussi la forme Crédo (Castelleti de Credo)[2].,[3]. Selon Lucien Guy, historien local, l'écriture authentique serait Crêt-d'Ot ou Crêt d'Ost, désignant le lieu de rassemblement des vassaux avant une campagne militaire au Moyen Âge, l'ost[4].

Le terme « châtelet » désignait au Moyen Âge un lieu fortifié, destiné à la défense ou à la surveillance[4], contrairement au château qui est un lieu de pouvoir et de résidence.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Châtelet du Crédoz se situe dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune de Cornier, sur un rocher isolé au nord-ouest du bourg qu'il domine dans la plaine des rocailles qui s'étend entre Reignier et La Roche-sur-Foron[1], à 509 mètres d'altitude. Installé sur la rive gauche de l'Arve[ReG 1], il contrôlait ainsi la route entre La Roche et Bonne, qui passait par le château de Boringe (Reignier) et Nangy[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Châtelet du Crédoz centre d'une châtellenie, est mentionné dans une sentence arbitrale du entre le comte de Genève Guillaume II et le baron Aymon II de Faucigny[ReG 2]. Certains historiens pensent qu'il est fondé peu avant cette date[5] et qu'il dépendait des sires de Faucigny[ReG 1]. Pour Guy Gavard, il serait une possession des comtes de Genève[2], une enclave sur les terres du Faucigny, comme l'indique la sentence arbitrale de 1225, publié dans le Régeste genevois (1866)[ReG 2],[4]. Toutefois, le fief devient très rapidement vassal des sires du Faucigny[4].

En 1263, Agnès de Faucigny, qui l'a reçu de son père, précise que son mari le comte Pierre II de Savoie l'a fortifié à grands frais[5],[ReG 3] et que ce dernier y a construit notamment, vers 1260, un donjon circulaire[6]. Béatrice de Faucigny, fille d'Agnès et de Pierre, le met en gage lorsqu'elle est captive de sa tante, en 1269[ReG 4], puis l'année suivante il passe en gage à son oncle le comte Philippe Ier[ReG 5]. En mai 1293, Béatrice de Faucigny le cède au comte Amédée V de Savoie, son cousin[6],[ReG 6]. Le mois suivant, la Grande Dauphine rend hommage au comte de Savoie pour le château[ReG 7]. Lors du traité de paix entre le comte de Savoie et la Grande Dauphine Béatrice d'août 1308, les châteaux de Faucigny, de Bonne, de Monthoux, de Bonneville, du Châtelet-de-Credo, d'Alinge-le-Vieux et de Lullin, avec leurs mandements et juridictions[5],[ReG 8].

Au début du XIVe siècle[6], le château abrite des machines de guerre tels que des balistes et l'on y fabrique des projectiles destinés à la destruction des remparts de Genève et du château de Ville-la-Grand. C'est également du Crédoz que des troupes partent pour assiéger les châteaux des environs : Monthoux (Vetraz-Monthoux), les Allinges (Château-Vieux et Château-Neuf), Montforchier (Lullin), Beaufort, etc.

L'enquête vaticane de 1339 relève six feux nobles possédant des maisons fortes avec « tours et autres défenses » relevant du mandement du Châtelet du Crédoz[7].

Avec l'annexion du Faucigny en 1355 et l'achat en 1401 du comté de Genève, le château du Crédoz perd tout intérêt stratégique ; plus entretenu, il tombe lentement en ruine.

En 1435 et 1437[5] il est inféodé à Amédée de Viry et Jean du Clos qui en 1441[5] le vendent à Philippe de Savoie, comte de Genevois. Au début du XVIe siècle[6] il est entre les mains des Marsant.

En 1514, le château est entre les mains de la branche des Nemours qui le garderont jusqu'en 1659[8]. À cette date il fait retour aux domaine des ducs de Savoie.

Dans son testament du , la dernière héritière des Genève-Lullin, Marie, lègue l'ensemble de ses droits et possessions, notamment les châteaux du Crédoz, de La Roche, de Monnetier et de Mornex, à la duchesse de Savoie, Christine de France[9],[10]. Ces fiefs sont par la suite inféodés et érigés en marquisat, par le duc Victor-Amédée II, le , au président Thomas Granery (Acte du 10 mars 1682), comte de Mercenasque, ministre et surintendant général des finances de Savoie[9],[11],[12]. La seigneurie du Crédoz est érigée en marquisat en 1700[6]. Charles-Emmanuel Graneri, son frère aîné, comte de Mercenasco est également en possession du marquisat de La Roche (La Roche-sur-Foron) et leur oncle, Marc-Antoine Graneri est abbé d'Entremont. La dernière représentante de cette famille turinoise sera Henriette Graneri (Enrichetta Graneri de La Roche) décédée en 1843[6], épouse du comte Joseph de Gerbaix de Sonnaz (1784-1863), qui lègue le château à Charles-Albert de Gerbaix de Sonnaz, son neveu.

Description[modifier | modifier le code]

Le Châtelet du Crédoz se présente de nos jours sous la forme d'une enceinte fossoyée approximativement triangulaire qui occupe l'ensemble de la partie supérieure du rocher[1]. Deux enceintes, une haute et une autre en contrebas permettait la défense du lieu[1].

Une courtine, renforcé en son milieu d'une petite tour ronde relie deux tours carrées. Celle de l'angle nord-est, de 8 mètres de côté flanquait un logis « l'aula », grande salle longue de 21 mètres. Cette tour pourrait être le donjon primitif, avant la construction du donjon circulaire de Pierre de Savoie, qui fut édifié au nord-ouest, côté de l'attaque, au milieu du XIIIe siècle[5] et qui commandait une barbacane. Les murs de ce dernier donjon ont une épaisseur de 2,80 mètres, pour un diamètre de 7,68 mètres et haut encore de 14 mètres. On y accédait par une porte située à 6 mètres du sol.

Une enceinte fossoyée alimentée en eau par un étang[Note 2], datée du milieu du XIIIe siècle, entourait le bourg castral qui s'était développée à ses pieds.

Châtellenie du Châtelet du Crédoz[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Châtelet du Crédoz est le centre d'une châtellenie, dit aussi mandement (mandamentum), du Faucigny[13], mise en place à partir du XIIIe siècle[14] (peut être à la fin du siècle précédent). Le Faucigny serait organisée autour de neuf châtellenies[Note 3] à la fin du XIIe siècle dont le Châtelet du Crédoz occupait le 6e rang dans l'ordre de préséance, selon l'ancien inventaire des titres du Faucigny (1431), cité notamment par le chanoine Jean-Louis Grillet[15],[13].

Durant la période delphinale, le Faucigny serait organisé (à partir de 1342-1343) autour de quinze châtellenies, dont le Châtelet du Crédoz[16].

Lorsque le Faucigny devient l'une des terres du comte apanagiste du Genevois, titrés également barons de Faucigny et de Beaufort, la châtellenie du châtelet du Crédoz est maintenu[13].

Au XIVe siècle, la châtellenie est constituée des villages de Arenthon, Boringe, Nangy, Pers, Reignier, Saint-Romain (partie de Reignier-Ésery) et Scientrier[17].

Villages, paroisses, fortifications de la châtellenie du châtelet du Crédoz[18]
Commune Nom Type
Arthaz-Pont-Notre-Dame Les Châtelards châtelet
Cornier Châtelet du Crédoz château
Cornier Commanderie de Moussy commanderie
Nangy Château de Pierre château
Pers-Jussy Château de Cevins château
Pers-Jussy Château d'Ornex château
Pers-Jussy La Tour autre
Pers-Jussy Le Châtelard châtelet
Reignier Château de Magny maison forte
Reignier Château de Méran maison forte
Reignier Château de Polinge château
Reignier Château de Pont-d'Arve château
Reignier Château de Villy château
Reignier Maison forte de Bellecombe maison forte

Au cours de la première partie du XIVe siècle, la baronnie du Faucigny est à nouveau réorganisée autour de 17 châtellenies[19].

Châtelains[modifier | modifier le code]

Dans le comté de Savoie, le châtelain est un « [officier], nommé pour une durée définie, révocable et amovible »[20],[21]. Il est chargé de la gestion de la châtellenie ou mandement, il perçoit les revenus fiscaux du domaine, et il s'occupe de l'entretien du château[22].

De 1536 à 1567, la partie nord du duché est occupée par les bernois. Après 1567, les châtelains ne gardent plus qu'un rôle judiciaire, la fonction militaire étant dévolue à des fonctionnaires qui portent le titre de capitaine, commandant ou encore gouverneur de la fortification.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. Il est aujourd'hui asséché.
  3. Liste des neuf châtellenies reprenant l'ordre de préséance : Châtillon, Toisinges (Bonneville), Bonne, Sallanches, Faucigny, Le Châtelet du Crédoz, Samoëns, Montjoie et Flumet[15].

Régeste genevois[modifier | modifier le code]

Mentions dans le Régeste genevois (1866), que l'on peut consulter en ligne dans le Répertoire chronologique des sources sur le site digi-archives.org de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) :

  1. a et b Table alphabétique générale, « Châtelet-du Credo (le) » p. 467 (lire en ligne).
  2. a et b Sentence arbitrale du (REG 0/0/1/613).
  3. Acte du (REG 0/0/1/955).
  4. Acte du (REG 0/0/1/1053).
  5. Compromis sur l'héritage d'Aymon de Faucigny, date du (REG 0/0/1/1053).
  6. Donation du (REG 0/0/1/1374). Règlement du (REG 0/0/1/1375).
  7. Hommage du (REG 0/0/1/1376)
  8. Traité de paix fait à Montmélian entre le comte de Savoie et la Dauphine du (REG 0/0/1/1625).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Lucien Guy 1929, p. 163.
  2. a et b Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 74.
  3. Nicolas Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge, Éditions L'Harmattan, , 620 p. (ISBN 978-2-7475-1592-4), p. 384.
  4. a b c d et e Lucien Guy 1929, p. 164.
  5. a b c d e et f Charles-Laurent Salch 1987, p. 97.
  6. a b c d e et f Christian Regat - François Aubert 1999, p. 59-60.
  7. Enquête vaticane ASV, collect.109, fol.I.
  8. Georges Chapier 2005, p. 44.
  9. a et b Blondel 1956, p. 95.
  10. Louis-Etienne Piccard, L'Université chablaisienne, ou la Sainte-Maison de Thonon, 1915, Page 143.
  11. Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 209. (lire en ligne).
  12. Jean Luquet, Dictionnaire du duché de Savoie : M.DCCCXL (1840), publié dans Mémoires et documents de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, t. 2, La Fontaine de Siloé, coll. « L'Histoire en Savoie » (réimpr. 2005) (1re éd. 1840), 265 p. (ISSN 0046-7510), p. 151.
  13. a b et c Auguste Dufour, François Rabut, Histoire de la commune de Flumet, t. 11, Chambéry, Imprimerie du Gouvernement - Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, coll. « Mémoires et documents », , 62-68 p. (lire en ligne).
  14. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, lire en ligne), p. 65.
  15. a et b Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 264. (Volume 2, lire en ligne)
  16. Matthieu de la Corbière, L'invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève : Étude des principautés et de l'habitat fortifié (XIIe - XIVe siècle), Annecy, Académie salésienne, , 646 p. (ISBN 978-2-90110-218-2), p. 195.
  17. Paul Guichonnet, Histoire d'Arthaz-Pont-Notre-Dame, t. 92-93, Académie salésienne, coll. « Mémoires et document », , 319 p. (lire en ligne), p. 72
  18. Payraud 2009, p. Annexe 8 : liste des ensembles fortifiés intégrés au corpus.
  19. Carrier, de La Corbière, 2005, p. XX (lire en ligne).
  20. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie : images, récits, La Fontaine de Siloé, , 461 p. (ISBN 978-2-8420-6347-4, lire en ligne), p. 146-147.
  21. Nicolas Carrier, « Une justice pour rétablir la « concorde » : la justice de composition dans la Savoie de la fin du Moyen Âge (fin XIIIe -début XVIe siècle) », dans Dominique Barthélemy, Nicolas Offenstadt, Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes du XXXIe Congrès de la SHMESP (Angers, 2000), Paris, Publications de la Sorbonne, , 391 p. (ISBN 978-2-85944-438-9), p. 237-257.
  22. Alessandro Barbero, « Les châtelains des comtes, puis ducs de Savoie en vallée d'Aoste (XIIIe-XVIe siècle) », dans Guido Castelnuovo, Olivier Mattéoni, « De part et d'autre des Alpes » : les châtelains des princes à la fin du moyen âge : actes de la table ronde de Chambéry, 11 et 12 octobre 2001, , 266 p. (lire en ligne).
  23. ADS1.
  24. Payraud 2009, p. 671-682, Annexe 11 : liste des châtelains recensés dans le cadre de cette étude.
  25. Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles : pouvoirs, institutions, société, vol. 113, t. 2, Académie salésienne, , 1070 p. (lire en ligne), « Annexe n°4 - Listes des châtelains et fermiers de châtellenies de l'apanage aux XVIe et XVIIe siècle », p. 935-936, « Châtelet de Crédoz ».