Lullin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lullin
Eglise Saint-Jean-Baptiste.
Eglise Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Lullin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Thonon-les-Bains
Intercommunalité CC du Haut-Chablais
Maire
Mandat
Alain Degenève
2014-2020
Code postal 74470
Code commune 74155
Démographie
Gentilé Lullinois
Population
municipale
830 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 00″ nord, 6° 32′ 00″ est
Altitude Min. 780 m
Max. 1 530 m
Superficie 13,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lullin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lullin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lullin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lullin
Liens
Site web lullin.fr

Lullin est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lullin se trouve dans une vallée d'origine glaciaire de 3 km de large sur une dizaine de long. La dynamique des glaciers explique les moraines qui tapissent les flancs de la vallée. Certaines de ces roches granitiques ont été utilisées pour réaliser des grands bassins publics et certains oratoires.

Le chef-lieu est à 850 mètres d'altitude.

La vallée creusée par la Follaz, une rivière torrentueuse née sur les pentes de la montagne d’Hirmentaz et qui parcourt quelque 7 km avant de se jeter dans le Brevon à hauteur de Vailly qui rejoint à son tour la Dranse qui se jette dans le Léman.

On accède depuis la vallée par le col de Terramont ou le col des Arces à la vallée Verte, et par le col du Feu vers les collines du Léman.

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lullin a pour communes limitrophes Habère-Poche, Bellevaux, Draillant, Orcier et Vailly.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type...

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Lullin ... h/an ... mm/an ... j/an ... j/an ... j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour l'année 2006  :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures minimales (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Températures moyennes (°C) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Précipitations (hauteur moyenne en mm) ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
Source: Météo France

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lullin pourrait dériver de « Lolianum », nom d'un dignitaire romain, cependant, les premières inscriptions du nom de Lullin n'apparaissent que vers l'an 1100 sur deux documents faisant mention de l'église Saint-Oyen-de-Lullin et de la « villa de Lulins ». Ernest Nègre y voit un nom de personne germanique Ludelin.

Le village s'appelait Saint-Oyen-de-Lullin (lat. : Lullinum S. Eugendi)[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Lyin (graphie de Conflans) ou Lelyin (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au carrefour de nombreuses routes, Lullin fut toujours un lieu de passage ce qui lui a valu, au XIVe siècle d'être une position stratégique importante.

Les traces les plus anciennes qui témoignent d'une présence humaine sur le territoire de Lullin remontent à l'âge du bronze. Divers instruments, des outils et des morceaux de métal trouvés sont datés de 1200 à 800 av. J.-C.

Le Dictionnaire du duché de Savoie (1840) indique que la commune dispose peu avant l'Annexion de 1860 appartient au mandement de Thonon[3]. L'article donne un inventaire des productions agricoles (grains, bois, pâturages), et notamment de l'eau-de-cerise[3]. Il y a à cette période une mine de marbre noir qui est exploitée[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Lullin appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[4]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Est, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec quinze autres communes la communauté de communes du Haut-Chablais (CCHC).

Lullin relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[5].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du conseil municipal de Lullin :

Groupe Président Effectif Statut
... Bernard Piccot 0 majorité
... ... 0 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Lullin :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1972 1996 Anatole Degenève ... ...
1996 2008 Évelyne Thomas ... ...
2008 2014 Bernard Piccot ... ...
  en cours Alain Degeneve ... ...

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

  • La gendarmerie (fermée)
  • La poste.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Lullinoises et les Lullinois[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 830 habitants, en augmentation de 3,23 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 230 489 506 763 1 002 1 126 1 055 1 098 1 094
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 059 1 080 1 061 1 135 1 109 1 161 1 087 1 056 921
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
752 715 666 644 579 557 514 510 515
1982 1990 1999 2005 2010 2014 - - -
469 549 604 733 837 830 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Lullin relève de l'académie de Grenoble. Celle-ci évolue sous la supervision de l'inspection départementale de l'Éducation nationale.

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

  • Docteur Riegel ;
  • Ambulance lullinoise ;
  • Cabinet d'infirmière ;
  • Cabinet de kinésithérapeute ;
  • Pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc et Habère-Lullin TV, chaine de la ville créée bénévolement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vincent Delavouet (1867?-), colporteur, chercheur d'or[11]
  • Joseph Piccot (1899-1980), professeur de chimie et de physique, patoisant[12]
  • Jean Michel Jarre y passa ses vacances pendant sa jeunesse, il jouait à taper des seaux pour faire de la musique, les gens du village l'entendaient, Son grand-père y vécut.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lullin

Les armes de Lullin se blasonnent ainsi :

De gueules au château d'argent hersé de sable, soutenu par un croissant aussi d'argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Roman (texte et photographies) et Jérome Phalippou (dessins), Vallée du Brevon : Bellevaux, Lullin, Vailly et Reyvroz, Les Cahiers du Colporteur, éd. Astronome,
  • Chanoine Henri Verjus, Lullin - Bourg Historique - Entre Faucigny & Chablais,
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 149-155, « Lullin ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, vol. 7, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 486 p., p. 340-344.
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. a, b et c Jean Luquet, Dictionnaire du duché de Savoie : M.DCCCXL (1840), publié dans Mémoires et documents de la Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, t. 1, La Fontaine de Siloé, coll. « L'Histoire en Savoie » (réimpr. 2005) (1re éd. 1840), 265 p. (ISSN 0046-7510), p. 215.
  4. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le 9 avril 2015).
  5. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 avril 2015).
  6. « Lullin », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 août 2016), Ressources - Les communes.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Vincent Delavouet, Mémoires d'un colporteur devenu prospecteur : les mines d'or et les solitudes de l'Alaska, Lyon : J. Perroud, 1923.
  12. L'ami du patois, Savièse, n° 8/3 (1980).