Châteauneuf-Grasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châteauneuf et Grasse.
Page d’aide sur l’homonymie Châteauneuf de Grasse redirige ici.
Page d’aide sur l’homonymie Châteauneuf-de-Grasse redirige ici.
Châteauneuf-Grasse
Vue de Châteauneuf.
Vue de Châteauneuf.
Blason de Châteauneuf-Grasse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Grasse
Canton Valbonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Sophia Antipolis
Maire
Mandat
Emmanuel Delmotte
2014-2020
Code postal 06740
Code commune 06038
Démographie
Gentilé Châteauneuvois (ou Castelnevois)
Population
municipale
3 188 hab. (2014)
Densité 356 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 33″ nord, 6° 58′ 32″ est
Altitude Min. 221 m – Max. 658 m
Superficie 8,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Châteauneuf-Grasse

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Châteauneuf-Grasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-Grasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-Grasse
Liens
Site web ville-chateauneuf.fr

Châteauneuf-Grasse (parfois nommée localement Châteauneuf non officiellement) est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Châteauneuvois ou Castelnevois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village lui-même est situé au sommet d'une colline, mais le territoire de la commune inclut d'autres collines ainsi que le terrain plus plat de Pré-du-Lac, où habitations et commerces se sont développés dans les années 1980.

Les sources sont nombreuses sur le territoire de la commune (on trouve plusieurs lavoirs), et sont facilement repérables aux bosquets de platanes et de figuiers qui les entourent, comme au lieu-dit Fouan-Figuière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Châteauneuf-Grasse
Grasse
Le Bar-sur-Loup
Le Bar-sur-Loup Le Rouret
Grasse Châteauneuf-Grasse Opio
Grasse Valbonne Opio

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Châteauneuf ressemble un peu à celui de Grasse mais avec quelques différences dues à son altitude de plus de 400 mètres. Il est chaud et sec l'été avec des températures dépassant la plupart du temps les 25° C voire parfois les 30° C mais avec des nuits plus fraîches qu'en bordure littorale et même qu'à Grasse. Les hivers, sont plutôt doux et secs mais beaucoup moins qu'en bord de mer. Il est aussi un peu plus froid qu'à Grasse, qu'à Opio et même qu'au Rouret à cause de son altitude supérieure d'une centaine de mètres. les températures minimales moyennes varient autour de 2° C (gel assez fréquent) et les maximales de 10° C. L'enneigement se produit environ toutes les 3 à 5 fois par an (ce qui est nettement supérieur aux communes alentour).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au printemps 1153, au moment d'une réconciliation entre l'évêque d'Antibes et les abbés de Lérins, le lieu est cité "Castello Novo", indépendant d'Opio. D'autres textes appellent le lieu "Castrum de Castello" et "Castro Novo".

La forme « Châteauneuf-de-Grasse » est aussi employée au lieu de la forme officielle Châteauneuf-Grasse. Ces appellations « satellisent » quelque peu la commune à la ville de Grasse, son chef-lieu d'arrondissement. La municipalité s’efforce donc de n’employer que la forme « Châteauneuf », sans qu’il soit trouvé trace du lancement d’une procédure de changement de nom de commune de France[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été fondé au XIIe siècle par les seigneurs d'Opio. Ils ont construit un nouveau château sur le point culminant de leurs seigneurie. Il s'y trouvait déjà un « catellaras », une enceinte datant de l'âge du fer.

Les habitants d'Opio vinrent ensuite s'établir dans ce Châteauneuf pour se protéger des incursions des Grassois et le site est devenu Châteauneuf d'Opio. Une période troublée a marqué la prise de contrôle de l'est de la Provence par les comtes de Barcelone devenus comtes de Provence. L'armée du comte de Provence commandée par Romée de Villeneuve a pris Opio en 1178. Châteauneuf d'Opio est pris en 1229. Châteauneuf d'Opio se détacha d'Opio en 1257.

En 1306 la seigneurie appartient à la famille de Grasse-Cabris, puis, à la suite d'un mariage, à la famille de Lascaris-Vintimille en 1400, et au XVIIe siècle aux Puget de Saint-Marc.

Le village connaît une période de prospérité au XVIe siècle. Le haut du village est détruit par un incendie au XVIe siècle.

On note des conflits entre les habitants de Châteauneuf et ceux des villages voisins au sujet des pèlerinages au sanctuaire de Notre-Dame du Brusc, en particulier en août 1763.

En 1826, les habitants du hameau de Bergier demandent la séparation d'avec Châteauneuf parce qu'ils sont privés de secours religieux et que les chemins les plus utiles sont impraticables. En 1830, Bergier est rattaché à la commune du Rouret.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[1] 2014 Jean-Pierre Maurin UDI  
2014 en cours Emmanuel Delmotte SE Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 3 188 habitants, en diminution de -0,53 % par rapport à 2009 (Alpes-Maritimes : 0,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 062 1 171 1 209 1 234 567 615 651 652 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
617 666 663 604 594 550 530 522 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
556 668 687 675 782 936 916 863 977
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 103 1 278 1 602 2 128 2 806 2 968 3 160 3 154 3 188
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-du-Brusc[6] : église ou chapelle du XIe siècle, classée monument historique en 1986, à la suite de sa restauration. Elle est construite sur les vestiges d'une basilique, elle-même construite sur les bases d'une église du Ve siècle. C'est devenu un lieu de concerts et de représentations théâtrales. L'église a été classée Monument historique le 20 août 1986[7].
  • Église Saint-Martin[8], dominant le village, a été construite au XVIIe siècle. L'église est à nef unique avec chapelles latérales, transept et chœur à chevet plat. Elle est voûtée en berceau avec une décoration de stucs et d'autels baroques. Le clocher de l'église a été refait en 1826.
  • Chapelle Saint-Sébastien romane dont il reste une abside en cul-de-four incluse dans un bâtiment d'habitation.
  • Chapelle de la Trinité[9], d'origine médiévale, construite sur un ancien fanum, au sud-ouest du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Calouste Gulbenkian (1869-1955), financier arménien. Son fils Nubar Sarkis est enterré à Châteauneuf-Grasse.
  • Le roi Albert II de Belgique et la reine Paola de Belgique, y ont acheté une villa "Les Romarins" en 1991. Lorsqu'ils sont montés sur le trône en 1993, les mesures de sécurité ont été renforcées. Ils ont ensuite acheté deux villas voisines (une pour les gardes du corps et le personnel, et l'autre pour leurs invités). Le couple royal y séjourne durant les congés de Carnaval, de Pâques, d'été, de Toussaint et de Noël ; de nombreux arrêtés royaux sont signés à Châteauneuf-Grasse. Leur yacht Alpa est amarré au port d'Antibes. La presse n'a jamais été invitée dans leur demeure.
  • L'actrice Magali Noël (1931-2015) a vécu à la maison de retraite de Châteauneuf et y est morte.
  • L'acteur allemand Anton Diffring (1918-1989) vient mourir à Châteauneuf.

[modifier | modifier le code]

Le futur « Châteauneuf, canton du Bar » n’a pas été doté d’armes en 1696-1700 (armorial général de France)[10].

En 1978 Pierre-Jean Ciaudo a proposé pour « Châteauneuf-de-Grasse » d’argent au château de gueules, surmonté d’un bœuf du même, le château rappelant le toponyme (armes parlantes) et le bœuf étant emprunté à la famille du Puget[11].

Les armes de la commune adoptées le 7 décembre 1999 par une délibération du conseil municipal pour dépôt officiel auprès des Armoriaux de Provence et de France.

Armes de Châteauneuf-Grasse

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : Coupé, mi-parti : au 1) d'or, à l'aigle bicéphale couronnée de sable ; au 2), d'azur à une fleur de lys d'or surmontée d'un lambel de gueules ; au 3), de gueules, à un château d'argent donjonné de deux pièces, ajouré et maçonné de sable.

La devise de la commune est Castellum novum, virtus antiqua. Au château « parlant », ces armes municipales rajoutent un élément de celles de la famille Lascaris de Vintimille (seigneur du lieu) et celles de la Provence.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Gagnière, Châteauneuf de Grasse (Alpes-Maritimes), Gallia Préhistoire, IV, 1961, p. 378.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alors que Roquestéron-Grasse est devenu officiellement La Roque-en-Provence en 2015.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Châteauneuf-Grasse : Notre-Dame du Brusc
  7. « Église Notre-Dame du Brusc », notice no PA00080703, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Châteauneuf-Grasse : Église
  9. Châteauneuf-Grasse : chapelle de la Trinité
  10. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, réédition de l’édition de 1866, éditions Pyremonde/Princi Negue (à Monein), 2008, 314 pages, (ISBN 2-84618-581-6), page 290.
  11. Pierre-Jean Ciaudo, Armoiries et institutions des communes des Alpes-Maritimes, du comté de Nice et de la principauté de Monaco, Éditions Alp'Azur, 1978, 313 pages (ISBN 2-902700-01-6) : édition comportant des dessins en noir et blanc dus à Georges Renevey, page 143.