Canton de Nice-2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canton de Nice-2
Canton de Nice-2
Situation du canton de Nice-2 dans le département des Alpes-Maritimes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement(s) Nice
Bureau centralisateur Nice
Conseillers
départementaux
Bernard Asso
Valérie Sergi
2015-2021
Code canton 06 16
Histoire de la division
Création 1919[1]
Modification 22 mars 2015[2]
Démographie
Population 47 943 hab. (2018)
Géographie
Subdivisions
Communes fraction Nice

Le canton de Nice-2 est une division administrative française, située dans le département des Alpes-Maritimes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situation du canton de Nice-2 dans la ville de Nice de 1985 à 2015.

Le canton est créé par la loi du qui remplace les cantons de Nice-Est et Nice-Ouest par les cantons de Nice-1, Nice-2, Nice-3, Nice-4[3]. Il s'étend alors sur la « partie de la ville de Nice, située sur la rive gauche du Paillon en dehors du canton de Nice-1 et la commune de La Trinité-Victor[3]. » Ce territoire correspond donc à la partie est de la ville de Nice (rive gauche du Paillon) à l'exception du Vieux-Nice, et à la commune de La Trinité.

Ses limites sont revues par le décret du à l'occasion de la création des cantons de Nice-5 et Nice-6 qui le conduit à s'étendre sur un territoire plus restreint[4]. Elles correspondent alors à « la partie de la ville de Nice limitée par : la place Masséna, du 7 au 15 ; arcades Galeries Lafayette, avenue de la Victoire, 2 au 22 (boulevard Dubouchage exclu, boulevard Carabacel exclu, place Jean-Moulin exclue), pont Barla, boulevard Risso, boulevard Jean-Baptiste-Vérany, du 2 au 18 ; voie ferrée Nice-Vintimille (jusqu’à la gare de Riquier), boulevard du Mont-Boron (n° 198 exclu, cité Fighiera), avenue Pierre-Navello incluse, avenue et chemin du Mont-Alban, avenue des Deux-Corniches et lotissement du Victoria Parck inclus, col de Villefranche, chemin du Vinaigrier - jusqu’à la propriété Beudin incluse, fort du Mont-Alban, forêt du Mont-Boron, suivre les limites de la commune et par l’escalier de verre, rejoindre le boulevard Maurice-Maeterlinck[4]. » Ce territoire correspond donc au sud-est de la ville de Nice (hors Vieux-Nice et une partie du quartier du port, qui appartiennent à Nice-1), et englobe les quartiers de Carabacel, de Riquier, du mont Boron, et une partie des quartiers Jean-Médecin et du port.

Ses limites sont de nouveau révisées par le décret du lors de la création des cantons de Nice-12, Nice-13 et Nice-14[5]. Elles sont alors les suivantes : « avenue Notre-Dame exclue de l'avenue Jean-Médecin jusqu'à la rue Lamartine, rue Lamartine incluse de l'avenue Notre-Dame à la rue Biscarra, rue Biscarra incluse, rue Lépante exclue, place Sasserno incluse, rue Provana-de-Leyni incluse, boulevard Dubouchage inclus jusqu’au boulevard Carabacel, boulevard Carabacel exclu, place Jean-Moulin exclue, boulevard Risso inclus jusqu'à la rue Barbéris, rue Barbéris incluse jusqu'à l’avenue de la République, avenue de la République exclue (partie de la rue Barbéris au boulevard Delfino), boulevard Delfino exclu, rue Soleau incluse (limite château de Riquier exclue), rue Edouard-Fer incluse, place Max-Barel incluse, rue Barla incluse jusqu'à la rue Arson, rue Arson exclue de la rue Baria à la rue Fodéré, rue Fodéré exclue, rue François-Guisol incluse de la rue Fodéré à la rue Cassini, rue Cassini exclue, place Garibaldi numéros impairs incluse, avenue Saint-Sébastien, boulevard Jean-Jaurès jusqu'à la place Masséna, place Masséna (partie Est), avenue Jean-Médecin numéros pairs jusqu'à l'avenue Notre-Dame[5]. »

Le décret du revoit à nouveau les limites du canton[6]. Il est désormais défini par « la limite territoriale des cantons de Nice-4 et Nice-6 (de l’avenue Félix-Faure à l’avenue du Maréchal-Lyautey) et par l’axe des voies ci-après : avenue du Maréchal-Lyautey, avenue Gallieni, avenue Saint-Jean-Baptiste et avenue Félix-Faure (jusqu’à la limite territoriale du canton de Nice-4)[6]. »

Par décret du , le nombre de cantons du département est divisé par deux, avec mise en application aux élections départementales de mars 2015. Ce redécoupage cantonal de 2014 conserve le canton de Nice-2 mais remanie profondément ses limites puisqu'il est déplacé à l'ouest de la ville (voir Composition).

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers généraux de l'ancien canton de Nice-2 (de 1919 à 2015)[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1928
(démission)[7]
Gaston Arnulf RG Maire de La Trinité (1898-1919)
1931 1934 Gabriel Garibaldi RG Avocat au barreau de Nice
1934 1940 Hubert Toesca RG Maire de La Trinité
Nommé conseiller départemental en 1943[8]
1945 1951 Virgile Barel PCF Enseignant retraité
Député (1936-1940 et 1945-1951)
Président du Conseil Général (1945-1947)
1951 1958 Léon Teisseire RPF puis
RS
Avocat
Sénateur (1948-1959)
Député (1958-1962)
Premier adjoint au Maire de Nice (1947-1953)
Elu en 1960 dans le Canton de Nice-6
1958 1974
(décès)
Joseph Robaut
(1902-1974)
MRP puis
UNR puis UDR
Courtier en immeubles, Directeur Commercial chez Lamy-Trouvain puis entrepreneur en pompes funèbres
Ancien Maire de Peillon (1929-1945)
1974[Note 1] 1994 Gaston Robaut
(fils du précédent)
RPR Conseiller municipal de Nice, député suppléant de Charles Ehrmann (1978-1981)
1994 2014
(démission)
Jean-Auguste Icart RPR puis
UMP puis
DVD[Note 2]
 

Conseillers départementaux depuis 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Bernard Asso   DVD Adjoint au maire de Nice jusqu'en 2020
Vice-président du département chargé des relations internationales, cinéma et sécurité
2015 juin 2016
(démission)
Marine Brenier   LR Adjointe au maire de Nice
Députée
juin 2016 en cours Valérie Sergi   LR Vigneronne à Nice
2021 2028[Note 3] 2021 en cours Bernard Asso   LR Vice-président du département chargé des relations internationales, cinéma et sécurité
2021 en cours Françoise Monier   LR Adjointe au maire de Nice

Composition[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage cantonal de 2014, entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, le canton de Nice-2 se compose de la fraction de la commune de Nice « à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis le littoral, ligne droite prolongeant la rue Lenval, promenade des Anglais, avenue de Fabron, avenue Mont-Rabeau, avenue de la Vallière, allée des Lions, boulevard Edouard-Herriot, boulevard Carlone, avenue de la Bornala, vieux-chemin de Saint-Antoine (raccourci n° 1), route de Saint-Antoine, vieux-chemin de Saint-Antoine (raccourci n° 2), route de Saint-Antoine, vieux-chemin de Saint-Antoine (raccourci n° 4), ligne droite perpendiculaire à la route de Saint-Antoine tracée jusqu'au n° 19 de la route de Canta-Galet, route de Canta-Galet, ligne droite perpendiculaire à la route de Canta-Galet tracée jusqu'à l'extrémité de l'avenue Antoine-Galante, avenue Antoine-Galante, chemin des Collettes, chemin de la Gouletta, chemin du Vallon-Monari, ligne droite jusqu'à la route de Bellet, route de Bellet, avenue des Agaves, boulevard de la Madeleine, rue des Etoiles, chemin des Treuyes, route de Bellet, autoroute A 8, boulevard de la Madeleine, chemin du Génie, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Colomars[10],[11]. »

Ce territoire s'étend donc dans la partie ouest de Nice, sur une bande allant du littoral au nord de Nice, englobant principalement des quartiers collinaires. Il fait partie de la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes.

Liste de la fraction du canton de Nice-2 au
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Nice
(bureau centralisateur)
06088 Métropole Nice Côte d'Azur 71,92 Fraction : 47 943 (2018)
Commune : 341 032 (2018)
4 742 modifier les donnéesmodifier les données
Canton de Nice-2 0616 47 943 (2018) modifier les données

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie avant 2015[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
----20 06819 77420 83119 51419 111
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[12] puis population municipale à partir de 2006[13])
Histogramme de l'évolution démographique

Démographie depuis 2015[modifier | modifier le code]

En 2018, le canton comptait 47 943 habitants[Note 4], en augmentation de 4,09 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +0,5 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
2013 2018
46 05947 943
(Sources : Base Insee, population municipale à partir de 2013[14].)

Élections[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

À l'issue du 1er tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballottage : Bernard Asso et Marine Brenier (Union de la Droite, 42,71 %) et Michel Brutti et Aulde Maisonneuve (FN, 36,89 %). Le taux de participation est de 45,52 % (14 140 votants sur 31 063 inscrits)[15] contre 48,55 % au niveau départemental[16] et 50,17 % au niveau national[17].

Au second tour, Bernard Asso et Marine Brenier (Union de la Droite) sont élus avec 61,51 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 44,91 % (8 018 voix pour 13 949 votants et 31 061 inscrits)[18].

Résultats de l'élection départementale des 22 et du canton de Nice-2[19]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
2 Bernard Asso[a] UMP 5 833 42,71 8 018 61,51
Marine Brenier UMP
1 Michel Brutti FN 5 039 36,89 5 018 38,49
Aulde Maisonneuve FN
3 Mai-Anh Ngo DVG 2 197 16,09
Jean-Christophe Picard PRG
4 Syphax Allek PG 589 4,31
Brigitte Bocianowski PCF
Inscrits 31 063 100,00 31 061 100,00
Abstentions 16 923 54,48 17 112 55,09
Votants 14 140 45,52 13 949 44,91
Blancs 298 2,11 613 4,39
Nuls 184 1,3 300 2,15
Exprimés 13 658 96,59 13 036 93,45

2021[modifier | modifier le code]

Le premier tour des élections départementales de 2021 est marqué par un très faible taux de participation (33,26 % au niveau national)[20]. Dans le canton de Nice-2, ce taux de participation est de 31,58 % (9 917 votants sur 31 399 inscrits)[21] contre 34,55 % au niveau départemental[22]. À l'issue de ce premier tour, deux binômes sont en ballotage : Bernard Asso et Françoise Monier (Union à droite, 42,9 %) et Christophe Daubenton et Valérie Delpech (RN, 37,23 %)[21].

Résultats des élections départementales des 20 et dans le canton de Nice-2[23]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Bernard Asso[a] LR 4 081 42,90 6 691 62,09
Françoise Monier LR
Christophe Daubenton RN 3 541 37,23 4 085 37,91
Valérie Delpech RN
Jacqueline Devier PS 1 890 19,87
Christian Razeau MHAN
Suffrages exprimés 9 512 95,92 10 776 94,06
Votes blancs 232 2,34 401 3,50
Votes nuls 173 1,74 280 2,44
Total 9 917 100 11 457 100
Abstention 21 482 68,42 19 932 63,50
Inscrits / participation 31 399 31,58 31 389 36,50

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une élection cantonale partielle eut lieu en 1974 à la suite du décès de Joseph Robaut, amenant à l'élection de son fils, Gaston Robaut.
  2. Jean-Auguste Icart a été officiellement réélu sous l'étiquette UMP en 2008 (voir résultats des élections cantonales 2008 - canton de Nice 2), mais en 2012 il précise qu'il n'est pas « encarté » à l'UMP (voir « Ralliement à Bayrou : Jean Icart n'est pas UMP », Nice-Matin, ). Il est généralement considéré comme divers droite (voir par exemple « Revoir l'émission consacrée à la ligne 2 du tramway niçois », sur http://cote-d-azur.france3.fr/, France 3 Côte d'Azur, (consulté le 13 avril 2013)).
  3. Pour éviter une trop forte concentration des scrutins, la loi du 22 février 2021 a reporté les élections régionales et départementales de juin 2027 à mars 2028[9]
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  1. a et b Conseiller sortant

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Nice », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 25 juin 2021).
  2. Décret no 2014-227 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Alpes-Maritimes.
  3. a et b « Loi du 7 février 1919 subdivisant en quatre cantons les cantons actuels de Nice Est et Nice Ouest », Journal officiel de la République française,‎ , p. 1498 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2021).
  4. a et b « Décret du 19 janvier 1955 portant sectionnement de la ville de Nice (arrondissement de Nice, département des Alpes-Maritimes) en six cantons », Journal officiel de la République française,‎ , p. 807 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2021).
  5. a et b « Décret n°82-79 du 25 janvier 1982 », Journal officiel de la République française,‎ , p. 372-374 (lire en ligne, consulté le 5 juin 2021).
  6. a et b « Décret n°85-143 du 31 janvier 1985 », Journal officiel de la République française,‎ , p. 1378-1379 (lire en ligne, consulté le 5 juin 2021).
  7. « Le Temps » Accès libre, sur Gallica, (consulté le 1er septembre 2020).
  8. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets » Accès libre, sur Gallica, (consulté le 1er septembre 2020).
  9. Loi du 22 février 2021 portant report, de mars à juin 2021, du renouvellement général des conseils départementaux, des conseils régionaux et des assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique.
  10. Liste des communes du canton de Nice 2e Canton sur le site de l'Insee, consulté le 19 janvier 2015.
  11. Décret no 2014-227 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département des Alpes-Maritimes, sur Légifrance (consulté le 10 mai 2014).
  12. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  13. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2011, 2012
  14. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Résultats du 1er tour pour le canton de Nice-2 », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015)
  16. « Résultats du 1er tour pour le département des Alpes-Maritimes », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015)
  17. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015)
  18. « Résultats du second tour pour le canton de Nice-2 », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mars 2015)
  19. Résultats dans le canton de Nice-2 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  20. Erwan Alix, « CARTES. Abstention record : où a-t-on le moins voté aux élections régionales et départementales ? », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 24 juin 2021)
  21. a et b « Résultats du premier tour pour le canton de Nice-2 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 26 juin 2021)
  22. « Résultats du premier tour pour le département des Alpes-Maritimes », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 26 juin 2021)
  23. « Elections départementales 2021 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 29 juin 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]