Canton de Nice-14

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Nice-14
Canton de Nice-14
Situation du canton de Nice-14 dans la ville de Nice
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement(s) Nice
Chef-lieu Nice
Conseiller général Dominique Estrosi-Sassone
2011-2015
Code canton 06 44
Démographie
Population 25 665 hab. (2012)
Subdivisions
Communes 1 (fraction)

Le canton de Nice-14 est une ancienne division administrative française, située dans le département des Alpes-Maritimes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Composition[modifier | modifier le code]

Le 14e canton de Nice se composait d’une fraction de la commune de Nice[1]. Il comptait 25 665 habitants (population municipale) au 1er janvier 2012.

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Nice
(chef-lieu)
06088 Métropole Nice Côte d'Azur Fraction : 25 665(2012)
Commune : 343 895 (2014)

Quartiers de Nice inclus dans le canton :

  • l'Arénas (avec l'aéroport et lycée hôtelier) ;
  • Saint-Augustin ;
  • les Moulins ;
  • Caucade (partie) ;
  • Sainte-Marguerite (avec seulement les numéros impairs de l'avenue Sainte-Marguerite).

Histoire[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité
1982 Antoine Martin[N 1] RPR
1992 Marie-Jeanne Murcia[N 2] UDF Conseillère municipale de Nice
1992 Jacques Peyrat FN,
puis DVD,
puis RPR
Conseiller municipal de Nice
Maire de Nice (à partir de 1995)
Député (1997-1998)
1998 Paul Cuturello PS Conseiller municipal de Nice
2004 Paul Cuturello PS Conseiller municipal de Nice
2011 Dominique Estrosi Sassone[N 3] UMP Adjointe au maire de Nice
Sénatrice depuis 2014

À la suite du décès d'Antoine Martin, une élection cantonale partielle est organisée les 16 et [2]. Au premier tour, le candidat du Front national Jacques Peyrat arrive en tête avec 37,96 % des voix[3]. Il est suivi par la candidate UDF Marie-Jeanne Murcia (15,81 %), qui devance de quarante-deux voix le candidat investi par le RPR Richard Giamarchi (par ailleurs secrétaire départemental de ce parti)[2]. Le candidat du PS Paul Cuturello recueille quant à lui 12,11 %[3]. Le duel du second tour est remporté par Marie-Jeanne Murcia, soutenue par l'ensemble des opposants au Front national.

L'élection cantonale de mars 1992, qui a été gagnée par Jacques Peyrat, est annulée et une élection partielle est organisée en [4]. Jacques Peyrat en sort à nouveau victorieux, en battant Marie-Jeanne Murcia avec 57 % des voix au second tour[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1982 1990 1999 2006 2011 2012
-31 97434 79425 57625 84425 665
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[5] puis population municipale à partir de 2006[6])
Histogramme de l'évolution démographique

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en fonction le 2 décembre 1991
  2. Élue après une cantonale partielle les 16 et 23 février 1992
  3. À la suite du recours en annulation de Jacques Peyrat, l'élection est annulée par le tribunal administratif de Nice le 26 septembre 2011, malgré l'avis contraire du rapporteur public (voir « Cantonales : l'élection d'Estrosi-Sassone annulée », Nice-Matin, ). Dominique Estrosi-Sassone fait appel de cette décision devant le Conseil d'État, lequel lui donne finalement raison en confirmant son élection (voir « Canton Nice 14 : Dominique Estrosi-Sassone garde son mandat », Nice-Matin, ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des communes du canton de Nice 14e Canton sur le site de l'Insee, consulté le 19 janvier 2015.
  2. a et b Carole Barjon, « Une pied-noir dernier rempart contre Le Pen : Marie-Jeanne de Nice », Le Nouvel Observateur,‎ , p. 42 (lire en ligne)
  3. a et b (es) Juan Pedro Quiñonero, « El fracaso del PS propicia la victoria de Le Pen en Niza », ABC,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  4. a et b Florent Leclercq, « Nice : l'homme qui peut stopper le Front », L'Express,‎ (lire en ligne)
  5. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  6. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]