Cédric Perrin (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Cédric Perrin (scénariste).
Cédric Perrin
Cédric Perrin en 2014.
Cédric Perrin en 2014.
Fonctions
Sénateur du Territoire de Belfort
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 15 jours)
Élection 28 septembre 2014
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Jean-Pierre Chevènement
Maire de Beaucourt

(9 ans, 6 mois et 28 jours)
Élection 9 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Prédécesseur Antoine Morandini
Successeur Thomas Bietry
Conseiller général du Territoire de Belfort
Élu dans le canton de Beaucourt

(14 ans et 11 jours)
Prédécesseur Pierre Perrin
Successeur Fusion dans le canton de Delle
Biographie
Nom de naissance Cédric Perrin
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Belfort (Territoire de Belfort)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Les Républicains
Diplômé de Université de Strasbourg
Profession Juriste
Religion Catholique
Résidence Beaucourt

Cédric Perrin, né le à Belfort, est un homme politique français.

Maire de Beaucourt entre 2008 et 2017, il est sénateur du Territoire de Belfort depuis son élection le . Il a été également conseiller général du département entre 2001 et 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille beaucourtoise, il effectue sa scolarité dans le collège Saint-Exupéry à Beaucourt entre 1985 et 1988[1]. Ensuite, il se rend à Belfort pour poursuivre sa scolarité dans le lycée Gustave Courbet. C'est en Première qu'il commence à s’intéresser à la politique et adhère au RPR[2]. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1993, il part à Strasbourg faire ses études dans l'Université Robert Schuman[2] où il obtient un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de droit privé en 1999[2].

En 1999, alors qu'il travaille à la mairie de Belfort[1], il intègre le conseil municipal de Beaucourt sous le mandat de Jean Maillard. En 2001, il devient le troisième adjoint du nouveau maire de Beaucourt[2], Antoine Morandini. Il est chargé des affaires scolaires, de la jeunesse et des sports, des élections et de l'état-civil. La même année, à l'âge de 26 ans, il devient le plus jeune conseiller général de France en étant élu conseiller général du canton de Beaucourt[2]. Entre 2001 et 2002, il travaille à la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard[1]. En 2002, à la suite de l'élection de Damien Meslot en tant que député du Territoire de Belfort, ce dernier choisit Cédric Perrin comme suppléant. C'est aussi l'année où il devient juriste à l'Assemblée nationale[1].

En 2008, il se présente en tant que candidat, lors des élections municipales de 2008, à la mairie de Beaucourt. Le , il est élu avec 50,19 % des voix contre 28,67 % pour Guy Berthelot et 21,14 % pour Antoine Morandini (maire sortant), ses deux adversaires directs[3]. Le , le Président de la République, accueille dix jeunes nouveaux maires et Cédric Perrin en fait partie. Il rencontre pour la première fois Nicolas Sarkozy à l'occasion de ce déjeuner au Palais de l'Élysée[4].

2014 est une année charnière pour Cédric Perrin. En mars, lors des municipales, il brigue un second mandat à la mairie de Beaucourt. Tête de la liste (UMP) nommée Allez Beaucourt, il l'emporte largement dès le premier tour face à son seul opposant Guy Berthelot (DVG), avec 75,37 % des suffrages le 23 mars[5]. Le lendemain, la presse locale salue sa réélection haut la main[6]. Proche de Damien Meslot, il assiste à la victoire de son ami qui devient maire de Belfort le même jour que sa propre réélection. Cette opportunité lui permet de devenir chargé de mission aux ressources humaines de la ville de Belfort. Enfin, en septembre, il succède à l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement en tant que sénateur du Territoire de Belfort après une victoire à nouveau au premier tour avec 52,59 % des voix[7],[8]. Il devient pour la première fois parlementaire et à 40 ans l’un des benjamins du palais du Luxembourg[9]. Sa suppléante est Anne-Sophie Peureux.

Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées[10], Cédric Perrin et deux autres sénatrices Leila Aïchi (EELV) et Éliane Giraud (PS) se sont rendus en Arctique dans l'archipel du Svalbard (Norvège) dans le cadre d’une mission sur le changement climatique en 2015[11]. Ils ont rédigé un rapport intitulé « Climat : vers un dérèglement géopolitique ? » et remis au Sénat[12], en vue de la COP21 organisée à Paris en décembre.

Il soutient François Fillon pour la Primaire française de la droite et du centre de 2016 et parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[13].

En mai 2017, il est l’auteur d’un nouveau rapport sénatorial intitulé « Drones d'observation et drones armés : un enjeu de souveraineté[14] » mettant en lumière les enjeux éthiques, juridiques, économiques et de souveraineté autour de l’utilisation des drones armées. Il plaide en faveur de la mise en place d’une véritable stratégie militaire et industrielle des drones à l’échelle française et européenne ainsi que l’ouverture d’un débat au Parlement sur l’armement des drones.

Conformément à la loi de non-cumul des mandats pour les parlementaires, Cédric Perrin renonce à son poste de maire de Beaucourt. En place depuis mars 2008, il est succédé par Thomas Bietry, âgé de 24 ans et membre du conseil municipal jusqu’ici[15]. Il démissionne, dans le même temps, de sa fonction de vice-président de l'intercommunalité CCST dont il reste cependant membre du conseil communautaire.

En juillet 2017, il est élu vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

Auditeur à l’Institut des hautes études de Défense nationale (comité 68e - 2015/2016), il a présenté à cet égard un rapport sur la valeur stratégique du soft power et sur l’influence française.

Controverse[modifier | modifier le code]

Durant les élections de l'année 2008 de la commune de Beaucourt, Cédric Perrin s'opposait alors à Guy Berthelot, candidat socialiste. Ce dernier, après le décompte des voix et la publication des résultats, qui donnaient Cédric Perrin vainqueur, a déposé une plainte au Tribunal administratif de Besançon, avec le concours de l'ancien maire sortant, Antoine Morandini[16]. Le motif inhérent à ce recours était la suspicion d'une irrégularité dans l'établissement des procurations de vote, et donc la présence probable d'un cas de fraude électorale. Cette méthode de fraude consisterait à recenser les personnes ne souhaitant ou ne pouvant pas voter, et, ainsi, à produire des procurations falsifiées pour chacune d'entre elles.

Cependant, le recours a finalement été rejetée par le Tribunal administratif de Besançon le  : Selon le jugement rendu, les illégalités recensées n'étaient pas suffisantes pour entraîner l'annulation de l'élection, bien que certaines irrégularités aient été soulevées[17]. Durant le conseil municipal du 2 juin 2008, Cédric Perrin a pourtant rétorqué que « si fraude il y avait eu, les élections auraient été annulées »[18].

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Mandat en cours[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Cédric Perrin est marié et le couple a eu deux enfants[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Cédric Perrin sur le site copainsdavant.com, Consulté le 14 mai 2012
  2. a, b, c, d et e André Nayener, Cédric Perrin l'inattendu sur le site laterredecheznous.com, Consulté le 14 mai 2012
  3. Résultat du second tour des élections municipales de 2008 à Beaucourt sur le site lefigaro.fr, Consulté le 14 mai 2012
  4. a et b Nouveau conseil municipal à Beaucourt dans Beaucourt Magazine, Consulté le 14 mai 2012
  5. Résultats officiels pour la commune Beaucourt
  6. http://www.estrepublicain.fr/territoire-de-belfort/2014/03/25/perrin-champion-de-france-de-la-reelection
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Senatoriales/elecresult__SN2014/%28path%29/SN2014/090/090.html
  8. http://www.estrepublicain.fr/territoire-de-belfort/2014/09/28/territoire-de-belfort-cedric-perrin-elu-senateur-des-le-premier-tour
  9. http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/09/28/senatoriales-2014-raz-de-maree-de-droite-sur-la-franche-comte
  10. « Cédric Perrin, sénateur LES-REP du Territoire-de-Belfort », sur nossenateurs.fr (consulté le 1er mai 2016)
  11. François Zimmer, « Belfort : le sénateur Cédric Perrin de retour d’une mission au Svalbard », sur estrepublicain.fr, Est républicain, (consulté le 1er mai 2016)
  12. « Rapport d'information n° 14 (2015-2016) : Climat : vers un dérèglement géopolitique ? », sur senat.fr, Sénat (consulté le 1er mai 2016)
  13. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  14. « Drones d'observation et drones armés : un enjeu de souveraineté - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 16 novembre 2017)
  15. https://www.francebleu.fr/infos/politique/beaucourt-un-maire-de-24-ans-pour-remplacer-cedric-perrin-1508003491
  16. « Prg90.over-blog.com », sur Pôle radical du Territoire de Belfort (consulté le 1er janvier 2015)
  17. « Procès verbal du Conseil Municipal de Beaucourt », sur Ville-beaucourt.fr, (consulté le 1er janvier 2015)
  18. http://www.beaucourt.fr/pv-cm-02-juin-2008.pdf