Leila Aïchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leila Aïchi
Illustration.
Fonctions
Sénatrice de Paris
En fonction depuis le
(5 ans, 9 mois et 25 jours)
Élection 25 septembre 2011
Groupe politique Écologiste puis Union centriste
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise)
Nationalité Française
Parti politique EÉLV (2010-2015)
SE (2015-2016)
MoDem (2016-2017)
SE (depuis 2017)[1]
Profession Avocate

Leila Aïchi, née le à Beaumont-sur-Oise, est une femme politique française, ancienne membre d'EÉLV et du MoDem. Elle est sénatrice de Paris depuis le 1er octobre 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Leila Aïchi est une avocate spécialisée dans les problèmes environnementaux[2] et préoccupée par la dégradation de l’environnement tant sur le plan national qu’au niveau international, elle a accompagné l’Association Écologie Sans Frontière dans son combat pour la lutte contre la pollution de l'air.

Elle a également œuvré pour la défense du droit des étrangers.

Elle s’est engagée activement dans la promotion de nouveaux outils d’écodéveloppement afin de privilégier un partenariat profitable à l'Europe et à l'Afrique, elle est membre fondateur de l’association Métafrica[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Leila Aïchi est titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en droit des affaires, d'un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en gestion d’entreprise et d'un master of Business Administration (MBA).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2010, Leila Aïchi fut candidate aux élections régionales dans l’Essonne en sixième position sur la liste Europe Écologie - Les Verts menée par Jean-Vincent Placé[4].

Le 25 septembre 2011, en huitième position sur la liste PS-EELV-PC, elle est élue sénatrice de Paris[5]. Leila Aichi est avec Bariza Khiari, Samia Ghali et Esther Benbassa l'une des rares élues à incarner la « diversité » à la Haute assemblée.

Lors de l'élection régionale de 2015 en Île-de-France, elle annonce soutenir Valérie Pécresse et non Claude Bartolone pour le second tour[6]. Elle déclare également quitter le mouvement Europe Écologie Les Verts, qui de son côté annonce son exclusion[7]. Elle annonce en septembre 2016 rejoindre le MoDem, tout en continuant de siéger au groupe écologiste du Sénat[8]. Elle soutient le candidat En marche ! Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017[9]. Elle reçoit l'investiture du mouvement La République en marche ! (REM) dans la 9e circonscription des Français de l'étranger (Afrique de l'Ouest et du Nord) lors des élections législatives qui suivent, après le refus d'Augustin Augier[10]. Mais, après avoir dénoncé « l’alignement systématique de la France sur la politique marocaine au Sahara occidental, et ce malgré les graves violations des droits de l’homme constatées par les ONG humanitaires », l'investiture lui est retirée le 17 mai 2017[11][12]. Leila Aïchi considère que la véritable raison de son éviction provient « du ressentiment d’un candidat qui n’a pas été retenu » pour l'investiture, et regrette les « tambouilles politiciennes » au sein de En marche ! Maroc[12]. Aucun candidat n'est plus investi par REM dans cette 9e circonscription. Leila Aïchi et M'jid El Guerrab se présentent alors chacun avec l'étiquette « majorité présidentielle », ce dernier, membre de la section PS de Bagneux jusqu'en août 2016[13], reçoit le soutien non-officiel d'une cellule « Français de l’étranger » de « En Marche », mais pas du mouvement national « La République en marche ! »[14]. Cependant juridiquement Leila Aichi reste la candidate de « La République en marche ! », étant déjà enregistrée légalement sous cette étiquette auprès du ministère de l'Intérieur[14].

Si le nom de Leila Aïchi n'a pas été rétabli sur le site de LREM[15], son affiche officielle sur laquelle figure « La République en marche ! » a été validée par le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères[16].

Elle arrive en tête du premier tour. À l'issue du second tour, M'jid El Guerrab l'emporte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elections législatives françaises: Leila Aïchi et M'jid El Guerrab en tête pour la 9e circonscription, 5 juin 2017, HuffPost Maroc.
  2. Lexam Associés.
  3. Leila Aichi - EELV 91.
  4. Candidats aux élections Régionales - Section départementale : ESSONNE (91).
  5. Sénat : quels résultats à Paris ?
  6. « La sénatrice écolo Leila Aïchi soutient Pécresse et quitte son parti EELV », sur leparisien.fr, Le Parisien (consulté le 9 décembre 2015)
  7. « EELV: Leïla Aïchi va être exclue du parti », sur Le Figaro (consulté le 9 décembre 2015)
  8. « Une sénatrice écolo rejoint le MoDem », sur Rouge & Verts, blog de Raphaëlle Besse Desmoulières sur le site du Monde (consulté le 22 septembre 2016)
  9. « Présidentielle : dix sénateurs centristes rejoignent Macron », sur Le Parisien, (consulté le 26 mars 2017).
  10. Fils de Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, elle-même candidate REM dans la onzième circonscription de Paris.
  11. Liste des candidats investis par REM après le retrait de l'investiture de Leila Aichi.
  12. a et b « La candidate d’En marche ! qui fâche au Maroc », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  13. Boris Faure, « M'Jid El Guerrab, portrait d'un opportuniste ordinaire » Mediapart, 25 mai 2017.
  14. a et b « France : la République en marche ! lâche Leïla Aïchi, une de ses candidates aux législatives - JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)
  15. Ibid.
  16. Site web du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]