Blaise Patrix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Patrix.
Blaise Patrix
Blaise Patrix portrait 2014.jpg
Blaise Patrix
Naissance
Nationalité
Drapeau : France Française, Drapeau : Burkina Faso Burkinabè
Activité
artiste peintre, lithographe, graphiste, performeur, création participative
Formation
Académie royale d'art et de design de Bois-le-Duc
Maître
Michel Patrix, Alfred Lerond
Mouvement

Blaise Patrix est un artiste peintre de double nationalité, française et burkinabè, né le à Paris.

Après avoir vécu à Ouagadougou (1982-1997) et à Dakar (1998-2001), il partage sa vie entre Bruxelles, Gênes et la Haute-Normandie. Dans les années 1990, il développe le concept d'« art socia(B)le »[1] à travers le projet « les ateliers pARTage ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que né dans le 17e arrondissement de Paris en 1953, Blaise Patrix n'est pas un enfant de la capitale : en 1957, son père, l'artiste peintre Michel Patrix[2], et sa mère, Annie Aubrun-Patrix, quittent le 63bis, rue Dulong pour s'installer à la campagne, dans un premier temps à Reilly dans l'Oise, puis définitivement à Gonneville-sur-Scie dans la Seine-Maritime. Si le jeune Blaise étudie les arts plastiques auprès d'Alfred Lerond, peintre et sculpteur d'Héronchelles[3], il doit aussi tout naturellement son initiation picturale, dans l'atelier paternel, à Michel Patrix dont il rencontrera la plupart des amis (comme l'architecte Édouard Albert, le cinéaste Jacques Baratier, les peintres Pierre Dmitrienko, Jacques Busse, Jean Cortot, Dany Lartigue ou Jean-Marie Calmettes) et dont « il présentera les mêmes dons généreux »[4].

À l'âge de 17 ans (1970, année de sa première exposition collective à La Ciotat), Blaise Patrix part effectuer un long périple en Afrique de l'Ouest, notamment dans le Sahel et au Burkina Faso (alors encore Haute-Volta) ou il voyagera à pied des mois durant. Après deux années passées à Bois-le-Duc (1972-1973) où il suit les cours de graphisme de l'Académie royale d'art et de design (nl), il présente sa première exposition personnelle à Rouen (1973). Il séjourne dans cette ville de 1974 à 1981 où il adhère au groupe de "la Rougemare", enseigne la sérigraphie à la Maison des jeunes et de la culture du plateau à Canteleu en même temps qu'il présente des expositions personnelles en France et en Allemagne. Il revient s'installer à Ouagadougou en 1981 (quartier Nonsain puis quartier Kologho Naba)[5]. Jacques Busse, commentant la relation picturale de Blaise Patrix à l'Afrique (« des compositions énergiquement maîtrisées »), évoque un « émerveillement », un « choc initial »[4] qui nous sont dans un premier temps restitués dans ses portraits mêlant ou alternant les expressions de fierté et d'humilité et qu'il saisit dans l'intimité des cases ou l'exubérance des places de villages du Burkina Faso[6].

Dans un second temps, la peinture africaine de Blaise Patrix s'éloigne de la figuration : « Écartées les images, ce furent la lumière et la nuit, les couleurs et les cris, les secrets et les signes, les demeures et les passages, les matières et les savoir-faire qu'il capta désormais dans des peintures qui sont dites abstraites informelles ou matiéristes, en fait là-bas parfaitement concrètes et plus ressemblantes que n'importe quelle représentation désuète »[4].

Le séjour burkinabè de Blaise Patrix connait plusieurs interruptions : en 1986 où, avec le sculpteur Ky Siriki et le peintre de batik Noufou Ouedraogo, il séjourne en Allemagne dans la ville de Belm ; en 1989, à nouveau en Allemagne pour une manifestation culturelle itinérante (Auf dem Burkinai), une exposition au centre Jean-Renoir à Dieppe suivie d'une première exposition à l'hôtel de ville du Havre ; en 1991 où il participe à une semaine culturelle en Martinique (Les religions syncrétiques en Caraïbes, ville du Marin) ainsi qu'à une exposition à la Fondation Bénédictine de Fécamp ; en 1992-1993 où il se rend en Espagne et travaille la gravure et la lithographie en compagnie d'artistes latino-américains à l'Université d'Alcalá de Henares ; en 1994 où il est invité à exposer (Demeures, secrets, territoires et passages) à nouveau par l'hôtel de ville du Havre, ensuite par l'hôtel de région Midi-Pyrénées, enfin par la ville de Souillac dans le cadre d'une résidence d'artiste.

De 1998 à 2001 (cette dernière date à compter de laquelle, avec sa famille, il vivra principalement à Bruxelles), il s'installe au Sénégal où il expose à la Galerie Atiss[7] dirigée par Aïssa Dione[8], ainsi qu'à plusieurs reprises aux États-Unis (Los Angeles et New York). En 2001, un séjour de Blaise Patrix sur l'Ile de Lampedusa lui inspire une suite de toiles intitulée Clandestins[9].

C'est dans les années 1990, à la demande de Guy Maurette, directeur du Centre Culturel français de Ouagadougou, qu'il s'investit (dans le cadre du Ouag'art) dans la formation à la création artistique contemporaine (notamment )[10]. Parallèlement, depuis 1994, Blaise Patrix développe à l'échelle internationale le concept d'« art socia(B)le »[11] avec la production de projets de créations participatives visant un impact durable dans l'univers quotidien de leur public (Belgique, France, Italie, Finlande, Burkina Faso, territoires occupés de Palestine, Bulgarie). Depuis 2006, le projet « Les ateliers pARTage »[12],[13] regroupe cette part de son activité. Des œuvres d'art urbain, de design graphique ou d'objet sont créées au sein de ces projets à partir de productions d'ateliers ouverts à des publics les plus divers. Leur processus créatif et leur publication ont pour finalité de créer du lien social et de favoriser la réappropriation du cadre de vie par les citoyens tout en stimulant un lien créatif et participatif entre une population et son environnement quotidien. L'« Art socia(B)le » suscite l'intérêt et l'adhésion de professionnels de l'urbanisme[14], du travail social, de la gestion des ressources humaines en entreprise[15] et de l'enseignement supérieur, domaine dans lequel il intervient depuis 2011 à l'IESSID à Ixelles[16]. « La chance d'avoir longuement bénéficié de l'apport humaniste d'une culture très différente de celle qui m'a vu naître, dit Blaise Patrix, m'a porté a une réflexion personnelle sur l'utilité sociale de la création artistique. »

Dans le même esprit, Blaise Patrix aime accompagner aujourd'hui ses expositions (Rouen en mai 2015[9], Mosnac en août 2015[17]) d'ateliers participatifs de peinture en cercle[18].

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Rollin, Rouen, 1973, 1977.
  • L'innocence perdue, Hôtel de ville de Königswinter, 1977.
  • Château de Mondétour, Morgny-la-Pommeraye, 1977.
  • Galerie Renault, Paris, 1977.
  • La foire, Galerie P.R. Laurent, Rouen, 1978.
  • Institut français de Bonn, 1978.
  • Hommage à Malcolm Lowry, Galerie P.R. Laurent, Rouen, 1979.
  • L'autoroute, Galerie P.R. Laurent, Rouen, 1980.
  • Boujou-bien-la-désaille, Galerie P.R. Laurent, Rouen, 1981.
  • Centre culturel français, Ouagadougou, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1989.
  • Galerie Jordi Boronat, Barcelone, 1990.
  • Symbiose, Centre d'action culturelle Jean-Renoir, Dieppe (Seine-Maritime), 1990.
  • Galerie Motte, Genève, 1990, 1991.
  • Galerie Médiane, Rouen, 1991, 1993, 1995.
  • Hôtel de ville, Le Havre, 1991, 1995.
  • Galerie La Turlure, Le Havre, 1991, 1992, 1993, 1995.
  • Galerie Artec, Mannheim, 1991.
  • Espace Commines, Paris, 1992.
  • Palais Bénédictine, Fécamp, 1992.
  • Galerie Septentrion, Marcq-en-Barœul, 1993, 1995.
  • Conseil général de Martinique, Fort-de-France, 1993.
  • C.I.E.S., Paris 1994, 1995.
  • Territoires et passages, Centre culturel français, Ouagadougou, 1995.
  • Galerie les Alizés, Bruxelles, 1995.
  • Secrets et territoires, Théâtre de l'Écharde, Rouen, 1995.
  • Le Pont, Casino de Forges-les-Eaux, 1995.
  • Secrets et territoires, Couvent San Francisco, Pastrana, 1995.
  • Demeures, secrets, territoires et passages, Souillac, 1995.
  • Demeures et passages, Hôtel de région, Toulouse, 1995.
  • Galerie Fabrice Galvani, Toulouse, 1995.
  • Demeures, Ernie Wolf gallery, Los Angeles, 1995.
  • Galerie Artescence, Abidjan, 1998.
  • Nourritures premières, African Muse Gallery, Paris, 1998.
  • Galerie Farafina, Ouagadougou, 1998.
  • Œuvres récentes, Espace 061, Rouen, 1998.
  • Imago Gallery, Palm Desert, 1999.
  • Galeria Ghilione, Gênes, 2000[19].
  • Galeria Mares, Pavie, 2000.
  • Galeria Montcada, Barcelone, 2000.
  • Galerie AMG, Paris, 2000.
  • Casa Ferro Costa, Milan, 2001.
  • Galerie Arte (Joëlle Le Bussy), Dakar, 2001.
  • Galerie Atiss, Dakar, 2001[7].
  • Galerie de l'Europe, Paris, 2002.
  • Château de Bornato, Cazzago San Martino, 2002.
  • Ouakam, paroles d'océan, Galerie Luc Berthier, Paris, 2003[20].
  • Café Garibaldi, Gênes, 2005.
  • The Center, Bruxelles, 2005.
  • La Chesneraie, Gréoux, 2006.
  • Compania de Barcelone, 2006.
  • Galerie@all, Shanghaï, 2005[21].
  • Cabinet Bremens, Cité internationale, Lyon, février-mai 2007[22].
  • Spazio M&M, Gênes, 2008.
  • La Source, Galerie Iconoclastes, Paris, 2008[23].
  • Galerie La Ruelle, Bruxelles, 2009.
  • Hôtel de ville de Rouen, mai 2015[9].
  • Blaise Patrix - Symbioses, peintures récentes, La Perche, Bruxelles, février-mars 2020.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Groupe d'art contemporain, La Ciotat, 1970.
  • Salon des artistes français, 1979 à 1981.
  • Auf dem Burkina, Belm, Bonn, Berlin, 1989.
  • Foire internationale d'art contemporain (stand Galerie Pierre Dumonteil), Paris, 1991.
  • Université de Aranjuez, 1994.
  • Blaise Patrix et Brahim Injaï, Galerie du Bellay, Mont-Saint-Aignan, 1994.
  • Collectif Trames, marron, mawon ci mawon, Centre des arts, Pointe-à-Pitre, 1994.
  • Ouag'Art, Centre culturel français, Ouagadougou, 1995.
  • Collectif Trames, art métis, Le Palace, Paris, 1995.
  • Salon d'art contemporain de Montrouge, 1995, 1996, 1997, 1998, 2002, 2014[24].
  • Collectif Trames, marron, mawon ci mawon, Centre culturel Côte des neiges, Montréal, 1995.
  • Plein air painter, Santa Catalina, 1995.
  • Salon de Marne-la-Vallée, 1996.
  • Artistes métis, Hôtel de ville, Le Havre, 1996.
  • Galerie Askeo, Paris, 1996, 1997, 1999, 2001, 2003, 2004.
  • Galerie Daniel Besseiche, Courchevel et Deauville, 1996, 1997, 1998, 1999, 2002, 2003, 2004.
  • Imago Galleries, Palm Desert, 1996, 1998, 1999, 2001, 2004, 2005.
  • Chassie Post Gallery, New York et Atlanta, 1996.
  • African Muse Galerie, Paris, 1997, 1999, 2001, 2002, 2003.
  • Salon Itinéraire, Mitry-Mory, 1997.
  • Aide à l'enfance réfugiée, Espace Commines, Paris, 1997.
  • Église de Saint-Paul-de-Vence, 1998.
  • Salon grands et jeunes d'aujourd'hui, Paris, 1997, 1998.
  • Salon de Brive-la-Gaillarde, 1997.
  • Galerie les Alizés, Bruxelles, 1997.
  • Generous miracle gallery, New York, 2001, 2003, 2004.
  • Galeria Montcada, Barcelone, 2003, 2004, 2005.
  • L'élément terre, Festival Couleur Café, Bruxelles, 2003[25].
  • Galerie A.M.G., Paris, 2004, 2005.
  • Fiera d'arte contemporaneo, Santa Margherita Ligure, 2005.
  • Galerie Oms, Céret, 2005.
  • Galerie Daniel Besseiche, Paris, 2005.
  • Dak'art, Biennale de Dakar, 2006.
  • Les rencontres précaires, Art amazone, Bruxelles, 2006.
  • Partage: Soly Cissé, Jems Robert Koko Bi, Blaise Patrix, Galerie Atiss, Dakar, 2006[7].
  • Six artistes pour la Palestine, Théâtre Molière, Bruxelles, 2007[26].
  • I colori d'umani - Les couleurs de l'humain, Comité économique et social européen, Bruxelles, novembre-décembre 2009, Antoni Tapiès, Ben, Hervé di Rosa, Blaise Patrix, Ernest Pignon-Ernest, Ange Leccia, Brassaï, Morio Matsui, Jean-Paul Marcheschi[27].
  • 9ème nuit des femmes, Centre culturel de Schaerbeek, Bruxelles, 6 mars 2010[28].
  • Proches, Château de Favières, Mosnac (Charente-Maritime), août 2015[17]
  • Exodes - Vingt artistes soutiennent l'intégration des migrants, E-Gallery, 29 rue Jacques de Lalaing, Bruxelles, avril-mai 2016[29].
  • Artistes solidaires, organisation Viviane Carlier, Bruxelles, juin 2016.
  • Architêtes - Blaise Patrix (peinture), Fabienne Cressens (photos), Luc Broché (sculptures), Véronique van der Wielen (dessin), atelier d'architecture François Mertens, 33, avenue Jean Volders, Bruxelles, juin-septembre 2017.
  • Éternelle jeunesse - Portraits d'après modèles, Fabienne Cressens (photos), Blaise Patrix (peintures, dessins, estampes), atelier d'architecture François Mertens, Bruxelles, mars-juin 2018.
  • Partages - Manuel Lagoa, Blaise Patrix, Paolo Stefani Ateliers Partage (participation Helen Arts Gallery), Bruxelles, mars 2018.
  • Bruxelles terre d'identités, Administration communale de Saint-Josse, Bruxelles, et Centre culturel d'Anderlecht, avril-mai 2018[30].

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Tels ceux de Giacometti, les portraits de Blaise Patrix sont construits de l'intérieur. La forme extérieure y est déterminée à partir d'un centre qui semble être à la fois le regard du modèle et celui, empathique, de l'artiste. » - Alain Le Métayer[22]
  • « Monotype et pastel sur papier, utilisation de plumes d'oiseau, technique mixte sur lin, lavis et collage sur papier marouflé, pigments... Blaise Patrix maîtrise un alphabet universel pour rendre une vision claire, à l'apparente douceur qui contraste avec la violence de certains sujets abordés. » - Philippe Tual[9]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Sculptures monumentales[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

Créations « art socia(B)le » (ateliers "partage")[modifier | modifier le code]

  • Dieppe, entreprise TOSHIBA, Martin L'église, fresque 24 M2 peinture et collage sur toile, avec la participation du personnel, 1998.
  • Bruxelles, cour de l'Institut des filles de Marie (1 000 élèves), Saint-Gilles, fresque, 2006-2007[31],[32].
  • Chimay, Ma planète en urgence, fresque participative de 300M2, Collège Saint-Joseph, participation de 100 élèves, 2008[12].
  • Bruxelles, Fresque polaire (sur les enjeux du développement durable), station de métro Belgica (Jette), participation de 500 personnes, 2009-2010[33],[34].
  • Bruxelles, Métrocool, fresque murale de 40 m2, station de métro Bockstael, rue des artistes, participation de 300 personnes, 2009[35].
  • Bruxelles, Hall de la Maison des Femmes de Schaerbeek, Installation d'un mobile créé à partir des productions d'un "atelier-de-peinture-en-cercle", 2010.
  • Bruxelles, Bonjour voisin, Beste Buurman ? fresque urbaine participative imprimée sur bâche, rue de Mérode, quartier Jacques Franck, Commune de Saint-Gilles, participation de 300 habitants, 2013[36] (photos ci-contre).
  • Schaerbeek, rue Destouvelles, quartier Gaucheret, fresque, 2013[37],[38].
  • Qalqilya (Cisjordanie), Strong together, fresque participative de 320 m2, participation de 300 personnes, 2014[39].
  • Veliko Tarnovo (Bulgarie), Peinture-en-cercle, octobre 2014[40].
  • Ville de Mers-les-Bains, Journées du Patrimoine, 22 septembre 2019[41].

Livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • Muriel Bloch, La marchande de soleils, illustrations de Blaise Patrix, Éditions Thierry Magnier, 2002[42].
  • Albert Russo, Sang mêlé, ou ton fils Léopold, couverture de Blaise Patrix, roman, Ginkgo éditeur, 2007.
  • Annie Aubrun-Patrix[43], Yog'Aplomb (yoga et aplomb), illustrations de Blaise Patrix, Paradox, Paris, 2013.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blaise Patrix, L'art socia(B)le, une forme d'art participatif particulièrement conviviale, in revue Africa e Mediterraneo, no 76, janvier 2012.
  2. Le musée privé, biographie de Michel Patrix (1917-1973)
  3. Jean-Marc de Pas, Alfred Lerond, Union des arts plastiques, Saint-Étienne-du-Rouvray, 2009
  4. a b et c Jacques Busse, in Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999.
  5. Divan contemporary, Biographie de Blaise Patrix (langue anglaise)
  6. Blaise Patrix, Portraits (Site de l'artiste)
  7. a b et c Afrique in visu, La galerie Atiss, les artistes
  8. Mehdi Ba, Aïssa Dione, portrait, Jeune Afrique, janvier 2015
  9. a b c et d Philippe Tual, « Blaise Patrix à Rouen », Paris Normandie, 19 mai 2015
  10. Rémy Rousseau, L'émergence de l'artiste au Burkina Faso, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2007
  11. Blaise Patrix présente l'art socia(B)le, site de l'artiste
  12. a et b Les ateliers "partage", site de l'artiste
  13. Philippe Agéa, Les ateliers "partage", entretien avec Blaise Patrix, Exporevue, février 2007
  14. Blaise Patrix, Art socia(B)le et urbanisme, Africa et Mediterrano, 2005.
  15. Blaise Patrix, l'art socia(B)le en entreprise, film, 2014 Source: YouTube, durée 5 min 24 s
  16. Blaise Patrix, Art socia(B)le - peinture en cercle à l'IESSID, film, 2014 Source : YouTube : durée 23 s.
  17. a et b Colette Macintos, Créer du lien grâce à l'art et à la peinture, Sud-ouest, 28 août 2015
  18. Blaise Patrix, Art socia(B)le: animation de "peintures en cercle", film Source: YouTube, durée 1 min 53 s.]
  19. Blaise Patrix à Gênes, 2000 (langue italienne)
  20. Galerie Luc Berthier, Paris, Expositions passées
  21. Blaise Patrix, présentation de l'exposition, Shanghaï, 2005 Source: Exporevue.
  22. a et b Roland Schön et Alain Le Métayer, présentation de l'exposition, Lyon, 2007 Source : Exporevue.
  23. Véronique Grange-Spahis La Source, Blaise Patrix à la Galerie Iconoclastes, Exporevue, décembre 2008
  24. Salon d'art contemporain de Montrouge, 1995, les exposants
  25. Dominique Simonet, Festival Couleur Café, La libre Belgique, 2003
  26. Site Out, Bruxelles, Six regards pour la Palestine, 2007
  27. C.E.S.E., I colori d'umani, 2009
  28. 9ème nuit des femmes, Bruxelles, mars 2010, les exposants
  29. Exodes, affiche de l'exposition, Bruxelles, 2016
  30. Bruxelles terre d'identités, présentation de l'exposition, avril 2018
  31. Céline Teret, Créativité collective pour mieux coexister, à propos de l'Institut des filles de Marie Source: Site Monde qui bouge.
  32. Film, La fresque avec Blaise Patrix, Institut des filles de Marie, 2007 Source: YouTube, durée 33 min 11 s.
  33. Site S.T.I.B., Belgica, une station polaire à Bruxelles, 2009
  34. Blaise Patrix, La priobvc,film Source: YouTube, durée 4 min 44 s.
  35. Ville de Bruxelles, La fresque "Métrocool" pour la station de métro Bockstael
  36. Site la ville est à nous, L'art socia(B)le, 2013
  37. Ville de Schaerbeek, Le quartier Destouvelles-Gaucheret retrouve ses couleurs"", 2013
  38. Blaise Patrix et les ateliers "partage", Vos soleils pour Gaucheret, film Souce: YouTube, durée 4 min 01 s.
  39. Blaise Patrix, Strong together, film Source: YouTube, durée 8 min 19 s.
  40. Film, Peinture en cercle, Veliko Tarnovo, 2014 Source: Youtube, durée 42 s
  41. « Blaise Patrix et l'art socia(B)le se sont installés à Mers-les-Bains pour les Journées du Patrimoine », Le Courrier picard, 23 septembre 2019
  42. Muriel Bloch et Blaise Patrix, La marchande de soleils, présentation Source: Librairie Ombres Blanches, Toulouse.
  43. Arthur-Max Pilas, Sur un fil à plomb, film dédié à Annie Aubrun-Patrix, mère de l'artiste Source: TouTube, durée: 31 min 59 s.
  44. Court-métrage intégré dans le film L'Afrique s'anime, ensemble de sept courts-métrages inspiré des contes et légendes de la tradition orale africaine.
  45. B2Fays, Univers palimpseste, 2008 Source: Dailymotion, durée 6 min 21 s.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Avenel, Symbiose: Blaise Patrix, peintures et monotypes, édité par la ville du Havre, 1990.
  • Alain Le Métayer, Blaise Patrix, Théâtre de l'Hôtel de ville, Le Havre, 1994.
  • Artistes métis: Thierry Mathiassin, Blaise Patrix, Henri-Georges Vidal, Théâtre de l'Hôtel de ville, Le Havre, 1996.
  • Gérard Xuriguera, Blaise Patrix, in revue Demeures et châteaux, avril-mai 1997.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Tome 10, page 637, article de Jacques Busse.
  • Blaise Patrix, C'est pas grave, çà va aller, Éditions Ediandré, Gênes, 2001.
  • Blaise Patrix: Sankara et l'art utile in L'anthologie de l'art contemporain en Afrique, Éditions Revue noire, 2001.
  • Sylvie Chalaye, L'africanité en questions, Africultures no 41, Éditions L'Harmattan, octobre 2001 (lire en ligne).
  • Marion Brousse, A la rencontre des artistes contemporains du Mali, du Burkina Faso et du Sénégal, mémoire d'esthétique et sciences de l'art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, octobre 2002 (lire en ligne)
  • Marie-Hélène Boisdur de Toffol, Joelle Busca, Sabine Cornelis, An anthology of african art - The twentieth century, D.A.D./Éditions Revue noire, 2002.
  • Blaise Patrix, En noir et blanc et de toutes les couleurs, revue Area, no 8, octobre 2004.
  • Blaise Patrix, Art socia(B)le et urbanisme, revue Africa e Mediterraneo (it) (Bologne), no 50, mai 2005 (lire en ligne).
  • Rémy Rousseau, L'émergence de l'artiste au Burkina Faso, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2007.
  • Stéphane Éliard, L'art contemporain au Burkina Faso, Éditions L'Harmattan, 2011.
  • Blaise Patrix, L'art socia(B)le, une forme d'art participatif particulièrement conviviale, revue Africa e Mediterraneo, no 76, janvier 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]