Mosnac (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mosnac (Charente).

Mosnac
Mosnac (Charente-Maritime)
Le clocher de l'église Saint-Saturnin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Pons
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Didier Gervreau
2014-2020
Code postal 17240
Code commune 17250
Démographie
Gentilé Mosnacais
Population
municipale
451 hab. (2015 en diminution de 6,04 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 23″ nord, 0° 31′ 19″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 39 m
Superficie 12,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Mosnac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Mosnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mosnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mosnac
Liens
Site web www.commune-mosnac.fr

Mosnac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Mosnacais et les Mosnacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Mosnac se situe dans le sud du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Mosnac est situé dans le canton de Pons.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mosnac
Belluire Fléac-sur-Seugne Saint-Grégoire-d'Ardennes
Saint-Palais-de-Phiolin Mosnac Saint-Georges-Antignac
Saint-Genis-de-Saintonge Clion

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Seugne, le Tende et la Laigne sont des cours d'eau qui traversent la commune de Mosnac.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du XIe siècle, la seigneurie de Mosnac est le siège de l'ancienne famille Gartrade, qui détient aussi le château de Jonzac. Dès le début du XIVe siècle, par des alliances successives, Mosnac et Jonzac reviennent aux Taillefer de Montausier et Sainte-Maure. Les terres de Mosnac appartiennent encore aux Sainte-Maure à la fin du XVIIe siècle, mais passent aux mains de la marquise de Dune au XVIIIe siècle. A la Révolution, elles appartiennent à M. Broussart de Pons. En 1841, le château de Mosnac est démoli et les terres vendues à des particuliers. Mosnac abritait autrefois des vestiges pré-romains, dont un menhir de 4,50 mètres de haut et 2 mètres de large. Celui-ci fut renversé en 1851 par les propriétaires du champ dans lequel il reposait[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Marie Claude Grelard SE  
2014 en cours Didier Gervreau   Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 451 habitants[Note 1], en diminution de 6,04 % par rapport à 2010 (Charente-Maritime : +2,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
721765757782773714721668699
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
723661677632653667668681646
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
625638623575581542547504522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
491467436439431448465468470
2013 2015 - - - - - - -
457451-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Saturnin[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Saint-Saturnin.
Article détaillé : Église Saint-Saturnin de Mosnac.

Cette église de style roman est vouée à saint Saturnin, 1er évêque de Toulouse, martyrisé au IIe siècle. À l'origine, elle est composée d'un rectangle formant la nef terminée par une abside arrondie, selon les plans en vigueur à cette époque. Au XVe siècle, l'église est élargie vers la gauche par le rajout d'une construction. Les chapiteaux et les modillons sont ornés d'animaux fantastiques ; les aigles et la sirène y côtoient le centaure et les amoureux. Elle contient un décor peint. Elle est classée monument historique depuis 1990[8].

Le son de la cloche de Mosnac avait autrefois réputation d'éloigner les orages. Elle est en bronze et date de 1789. Elle est gravée « IUE SUIS DE ST SATURNIN DE MOSNAC FAITE PAR LE SOIN DE G.MAHES CURE PARRAIN MATHURIN ANNIBAL BROUSSART GARDE DE LA PORTE DU ROY SGR DE ST LEGER ET MOSNAC MARRAINE MARTE ANNE LASUNIE DAME DE MANTEGOU ET LAVIALE VEUVE DE MESSIRE IEAN ANTOINE DE BROSSART ECUYER SGR DE BROSSARD FAVIERE ET BELLEVUE FRANÇOIS MESTREAU SYNDIC I.CAYON FABRI MERLIN CORNILLON FONDEUR 1789 ». Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1911[9].

Chapelle Notre-Dame-des-Champs[modifier | modifier le code]

La chapelle vue côté bourg.

Cette chapelle se trouve à l'entrée du petit bourg de Mosnac. De forme cylindrique, elle est coiffée d'un toit en dôme de pierre surmonté d'une statue de la Vierge dominant vignes et céréales alentour. La porte d'entrée, en plein cintre, est agrémentée de pilastres surmontés d'un fronton en arc de cercle. L'un des vitraux de la chapelle représente un semeur dans un champ jetant ses grains à la volée sous le regard protecteur d'une Vierge à l'Enfant.

Château de Favières[modifier | modifier le code]

Les terres de Favières appartiennent au milieu du XVIe siècle à la famille de La Motte-Fouquet, puis passent aux mains de Jean de Candelay. Au début du XVIIIe siècle, Pierre de Foix et Jean de Saint-Mauris en font l'acquisition ; le château reste dans la famille Saint-Mauris durant un siècle. Entouré de vastes dépendances remaniées, le château offre un grand corps de logis flanqué de deux tourelles carrées couvertes d'ardoise. Tel qu'il se présente, malgré une apparente restauration au XIXe siècle, le château de Favières demeure un exemple intéressant d'édifice du XVIIe siècle.

Moulin à eau[modifier | modifier le code]

Ce grand moulin, situé sur la Seugne et signalé par Pierre-Damien Rainguet en 1864, est un imposant bâtiment en moellon enduit, s'élevant sur quatre niveaux. La façade comprend quatre travées, les baies sont rectangulaires. Ce moulin à eau appartenait autrefois à la Minoterie coopérative de Jonzac, dont l'inscription figure toujours sur la façade[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Patrimoine des villes et villages de Charente-Maritime, éditions Flohic
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Église Saint-Saturnin », notice no PA00104820, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Cloche de l'église », notice no PM17000221, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Le Grand-Moulin », notice no IA17000421, base Mérimée, ministère français de la Culture