Gérard Xuriguera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gérard Xuriguera
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Gérard Xuriguera est un critique et historien de l'art, né le à Barcelone (Espagne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de l'écrivain et essayiste Ramon Xuriguera. Son père fut notamment connu pour être l'auteur d'un livre publié en 1937 traduisant en Catalan des œuvres de Jean Cocteau, Gustave Flaubert, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir consacré à Goya, Peintre du peuple. Sa mère, Henriette Guitard, est française. [1].

Gérard Xuriguera est connu pour son engagement pour la sculpture monumentale.

À partir de 1968, Gérard Xuriguera travailla au Ministère de la Jeunesse et des Sports comme conseiller d'éducation populaire et il commença à monter des expositions dans les premières maisons des jeunes et de la culture (MJC).

Il fit exposer par exemple Henri Goetz à la MJC des Hauts de Belleville, située dans le XXe arrondissement de Paris et dirigée alors par le père Etienne de Thouvenin, et qui deviendra plus tard un lieu d'expositions, de débats et de rencontres réputé dans les années 1970 et 80[2]. Il fit circuler certaines de ces expositions dans toute la France, entre autres dans le réseau des MJC.

Il est connu pour les symposiums de sculptures publics qu'il a organisés, notamment en Corée du Sud et au Taiwan, avec des artistes tels que Dani Karavan, Julio Le Parc, Carlos Cruz Diez, Guy de Rougemont, Mauro Staccioli, Dennis Oppenheim, Satoru Satō.

Il consacra en 1972 son premier livre aux artistes espagnols réfugiés à Paris[3].

En 2001, Gerard Xuriguera fit donation au "Arxiu Nacional de Catalunya" (Archives Nationales de Catalogne)des archives de son père Ramon Xuriguera.

Vie Artistique[modifier | modifier le code]

Gérard Xuriguera s'intéressa plus particulièrement à l'expressionnisme et à l'art construit :

« Je demeurais un aficionado de la peinture, qui s'est vu entraîné vers les deux extrêmes, le chaud et le froid. Non pas l'abstraction lyrique et son pendant, l'abstraction froide. Mais l'expressionnisme, d'une part, et la peinture construite, d'autre part. Mon inclination pour cet art de l'excès, qu'est l'expressionnisme, était peut-être un résidu atavique de mes racines. De l'autre côté, l'être rationnel, que je suis aussi, était capté par la géométrie et ses dérivés[4]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Cottin, Gérard Xuriguera, l'exception culturelle, une vie dans l'art, 2007, éditions Toute Latitude, p.7 à 9.
  2. Nathalie Cottin, Gérard Xuriguera, l'exception culturelle, une vie dans l'art, 2007, éditions Toute Latitude, p.33 à 35.
  3. Dix Peintres espagnols de Paris, Arted, 1972.
  4. Nathalie Cottin, Gérard Xuriguera, l'exception culturelle, une vie dans l'art, 2007, éditions Toute Latitude, p.107.
  5. (fr) « A-Sun Wu par », sur www.bibliomonde.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Cottin, Gérard Xuriguera, l'exception culturelle, une vie dans l'art, 2007, éditions Toute Latitude.

Liens externes[modifier | modifier le code]