Kaya (Burkina Faso)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kaya
Kaya (Burkina Faso)
Femmes de Kaya pétrissant le millet
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Centre-Nord
Province Sanmatenga
Département Kaya
Démographie
Population 54 365 hab. (2006[1])
Géographie
Coordonnées 13° 05′ 09″ nord, 1° 05′ 03″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Kaya
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Kaya

Kaya est une ville et le chef-lieu du département de Kaya dans la province du Sanmatenga de la région Centre-Nord au Burkina Faso.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kaya se trouve à quelque 100 km au nord-est de la capitale, Ouagadougou et est traversée par la route nationale 3 et la route nationale 15.

Kaya, capitale de la région Centre-Nord, est classée parmi les cinq plus grands centres urbains du Burkina Faso.

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement général de la population et de l'habitation (RGPH) de 2006 indique que Kaya compte 54 365 habitants[1]. La ville est constituée de sept secteurs :

  • Secteur 1 : 7 855 habitants
  • Secteur 2 : 6 783 habitants
  • Secteur 3 : 7 058 habitants
  • Secteur 4 : 13 238 habitants
  • Secteur 5 : 2 488 habitants
  • Secteur 6 : 9 898 habitants
  • Secteur 7 : 7 045 habitants

L'ethnie mossi y est dominante bien qu'historiquement elle n'ait pas la même origine que celle des Mossis du Yatenga (région de Ouahigouya).

Administration[modifier | modifier le code]

Autorités locales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Pôle émergent du Burkina Faso, Kaya est réputé pour ses produits d'artisanat, notamment la maroquinerie dont l'originalité fait sa fierté lors des grandes expositions nationales et internationales. Il est également connu pour ses brochettes dont les bouchers de Kaya détiennent le secret.

Services publics[modifier | modifier le code]

Santé et éducation[modifier | modifier le code]

Kaya accueille le centre hospitalier régional (CHR) ainsi que quatre centres de santé et de promotion sociale (CSPS) dans les secteurs 1, 4, 6 et 7[3].

En ce qui concerne l'enseignement, la ville – qui constitue le principal centre d'éducation du nord du pays – possède un lycée provincial Moussa-Kargougou, le lycée municipal, le lycée professionnel de Kaya (édifiée à partir de 2018 et consacré aux métiers de la maroquinerie)[4], le lycée technique Sainte-Monique, le lycée privé Saint Corneille et le lycée Kolog-Koom. Elle accueille de plus l'école supérieure polytechnique.

Transports[modifier | modifier le code]

Les travaux de la réhabilitation de la ligne ferroviaire d'Abidjan à Ouagadougou ont débuté le pour un montant 262 milliards de francs CFA (soit 400 millions d’euros). Ils devraient permettre à terme le prolongement de la ligne jusqu’à la ville de Kaya, située à 100 km au nord de Ouagadougou[5], laquelle devrait recevoir un barreau ferroviaire amenant le minerai de manganèse de la mine de Tambao.

Religion[modifier | modifier le code]

La cathédrale Notre-Dame de Kaya, construite en 1976 sur l'église Notre-Dame des Victoires fondée en 1936, est le siège du diocèse de Kaya, rattaché à l'archidiocèse de Koupéla, accueillant les évêques de Kaya.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Kaya est le terroir de virtuoses de la guitare traditionnelle, le « kundé », qui accompagne la plupart des chansonniers mossi. C'est surtout la cité du cuir au Burkina avec les multiples produits dérivés comme les sacs à main, les valises, des nattes de prières etc. C'est également la cité du kourakoura faite à base de pâte d'arachide.[réf. nécessaire]

Dans les environs de la ville, à 5 km à l'ouest dans le secteur de Tiwêga, se trouvent trois hauts fourneaux très bien conservés de réduction du minerai de fer (à induction directe, de forme tronconique, construits en tuyères et enduits de terre argileuse avec la partie supérieure en scories, hauts de 2,60 m) datés entre le XIIIe siècle et XIVe siècle[6]. Ils ont été classés le au Patrimoine mondial de l'Unesco avec quatre autres sites (Yamana, Békuy, Kindibo et Douroula qui possède les plus anciens vestiges) dans un ensemble de métallurgie ancienne au Burkina Faso[7],[8],[9].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [xls] Liste des villages du Burkina Faso - Recensement 2006 sur le site HDX–Open data Burkina Faso, consulté le 14 janvier 2019.
  2. Comité de jumelage Châtellerault-Kaya.
  3. [PDF] Carte sanitaire 2010, Ministère de la Santé, pp. 42-43, consulté le 26 février 2020.
  4. « Enseignement et formation professionnelle : Bientôt un lycée professionnel à Kaya », LeFaso.net, 4 juin 2018.
  5. AFP, « Train : la réhabilitation de la ligne Abidjan-Ouagadougou démarrera le 15 septembre », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  6. Le site de Tiwêga, Office du tourisme du Burkina Faso, consulté le 2 janvier 2021.
  7. « Patrimoine culturel : Qu’est-ce que la métallurgie ancienne ? », infowakat.net, 3 juin 2019.
  8. Sites de métallurgie ancienne du fer du Burkina Faso, Unesco, juillet 2019.
  9. Aboubakar Sanfo, « Patrimoine mondial : le Burkina se félicite de l’admission des sites de métallurgie ancienne du fer sur la liste de l’UNESCO », Radiodiffusion-Télévision du Burkina, 6 juillet 2019.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Klotchkoff, « Kaya », in Le Burkina Faso aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 148-149 (ISBN 9782869504523)
  • Recherche du sol et de la télédétection à Kaya (Burkina Faso) : une recherche vers la dégradation du sol, Université Agronomique de Wageningen. Antenne Sahélienne, 1993, 80 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :