La Forclaz (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Forclaz.
La Forclaz
Vue du village de La Forclaz.
Vue du village de La Forclaz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Évian-les-Bains
Intercommunalité CC du Haut-Chablais
Maire
Mandat
Gilbert Gallay
2014-2020
Code postal 74200
Code commune 74129
Démographie
Gentilé Forclands
Population
municipale
223 hab. (2014)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 21″ nord, 6° 36′ 52″ est
Altitude Min. 539 m – Max. 1 580 m
Superficie 4,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Forclaz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Forclaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Forclaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Forclaz
Liens
Site web laforclaz74.fr

La Forclaz (prononcé [la.ˈfɔkl] soit La Forcle[1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme tous les noms de la zone linguistique arpitane, le az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1]. Ainsi la prononciation correcte est [la.ˈfɔkl] (et non [la.ˈfɔklaz]).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vinzier Chevenoz Rose des vents
N
O    La Forclaz    E
S
La Vernaz La Baume

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention de la paroisse date du milieu du XIVe siècle sous la forme Cura de Forcla[2].

Le toponyme dérive dérivé du diminutif latin furcula qui désigne une « petite fourche »[2],[3],[4].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit La Forklya (graphie de Conflans) ou La Forclla / Forcla (ORB)[5]. Le z final ne sert qu'à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé.

Les habitants de La Forclaz sont appelés les Forclands[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et avant la réforme territoriale de 2014, faisait partie du canton du Biot dont Le Biot était le chef-lieu. Elle forme avec quinze autres communes depuis janvier 2014 la communauté de communes du Haut-Chablais. Elle fait suite à la communauté de communes de la vallée d’Aulps créé en 1995 comprenant les neuf communes (La Forclaz, La Vernaz, La Baume, Le Biot, Seytroux, Saint Jean d’Aulps, Montriond, Essert-Romand et La Côte d’Arbroz)[7].

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie (dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[8]) et, depuis la réforme territoriale de 2014, du canton d'Évian-les-Bains qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 33 communes[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Grenat ... ...
mars 2008 ... Gilbert Gallay ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 223 habitants, en augmentation de 3,72 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
236 232 241 302 335 320 339 318 336
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
334 330 299 358 290 306 317 308 288
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
247 234 251 253 224 244 202 200 194
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
170 177 195 209 214 223 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe, Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007) et Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne) .
  2. a et b Henry Suter, « Forca », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 14 novembre 2016).
  3. Hubert Bessat et Claudette Germi, Les noms du paysage alpin : Atlas toponymique, Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, vol. 1, Ellug, , 324 p. (ISBN 978-2-84310-020-8), p. 49-51.
  4. À propos de La Forclaz en Suisse, « évoque la forme de la fourche (type francoprovençal [forkha] [...]) » Andres Max Kristol, « Motivation et remotivation des noms de lieux : réflexions sur la nature linguistique du nom propre », Rives nord-méditerranéennes, vol. 11,‎ , p. 105-120 (lire en ligne).
  5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  6. « La Forclaz », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 mars 2015), Ressources - Les communes.
  7. « Présentation », sur le site de la Communauté de communes du Haut-Chablais (consulté le 15 mars 2015).
  8. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 mars 2015).
  9. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .