Montriond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montriond
Montriond
Le village de Montriond.
Blason de Montriond
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Chablais
Maire
Mandat
Jean-Claude Denne
2020-2026
Code postal 74110
Code commune 74188
Démographie
Gentilé Meurians
Population
municipale
918 hab. (2018 en augmentation de 2,8 % par rapport à 2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 53″ nord, 6° 41′ 42″ est
Altitude Min. 877 m
Max. 2 340 m
Superficie 24,71 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Morzine
(banlieue)
Aire d'attraction Morzine
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Évian-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Montriond
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Montriond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montriond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montriond
Liens
Site web mairie-montriond.fr

Montriond est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montriond est située en vallée d'Aulps, dans le massif du Chablais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Jean-d'Aulps Abondance Rose des vents
Essert-Romand N Abondance
O    Montriond    E
S
Morzine Monthey, Val-d'Illiez
(Drapeau de la Suisse Suisse, Valais)
Champéry (Drapeau de la Suisse Suisse, Valais)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montriond est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Morzine, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[4] et 4 542 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Morzine, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 8 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (93,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (93,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (59,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (7,6 %), zones urbanisées (4,6 %), prairies (1,1 %), eaux continentales[Note 3] (1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans la dranse de Montriond, près du lieu dit Ardent. Juin 2020.

Montriond est le nom de la commune créé à lors de sa séparation de la commune de Saint-Jean-d'Aulps, le [10].

Ce toponyme est issu de Mont riond — riond désigne une forme irrégulière — et trouve son origine dans la forme latine mons rotondus, « le mont arrondi »[11],[12].

Jusqu'en 1718, Montriond désignait le village du chef-lieu où fut construite la chapelle ancestrale en 1539[réf. nécessaire]. Le [10], Montriond est devenu le nom de la paroisse rassemblant les villages ou hameaux de Lellex (l'Elé), de Montriond et de Chairavaux.

Jusqu'au XVIIIe siècle, le hameau de Montriond ainsi que les différents lieux d'habitation de la vallée (notamment Chéravaux et d'Ellex) appartiennent à la paroisse de Saint-Jean-d'Aulps[13]. Cette vallée de la dranse de Montriond portait initialement le nom « Chéravaux »[13],[12]. Mot dont on trouve son origine avec grangiam de Caravalle, « grange de Chairavaux »[14]. Le toponyme subsiste aujourd'hui avec le lieu-dit Pied de Chéravaux[10], sur la rive droite de la dranse de Morzine (à proximité de la route de Thonon).

Il y aurait deux origines probable. Soit il aurait été donné par les moines de l'abbaye cistercienne Sainte-Marie d'Aulps en hommage à leur abbaye mère, Clairvaux (Claravallis). Soit il désigne la « Vallée des pierres » (Caravallis), d'après la Monographie illustrée de Montriond, publiée dans les documents de l'Académie chablaisienne. Les toponymes formés sur la racine car- et ses dérivés, d'origine préceltique, sont nombreux en pays de montagne ; on retrouverait cette racine, par exemple, dans le nom de la dent du Chat[15].

Le -t est muet en savoyard et la prononciation devrait être Monrion. Toutefois, cet usage n'est que rarement appliqué pour la commune, car « le glissement de la prononciation savoyarde d'une commune chablaisienne vers sa version française est [parfois] proportionnelle à son attraction touristique », de plus Marc Bron, président de l'association des enseignants de savoyard/franco-provençal, explique « que cela permet aussi d'éviter de confondre avec Morillon, après Taninges »[16]. En francoprovençal, le nom de la commune se prononce Meûryan, selon la graphie de Conflans[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est cité pour la première fois en 1181 dans un grand privilège adressé par le pape Alexandre III à l'abbaye d'Aulps sous la forme grangiam de Caravalle , « grange de Chairavaux »[14]. Les granges constituaient les rouages essentiels de l'économie des monastères cisterciens. Le terme grangia désignait à la fois les bâtiments d'exploitation et l'ensemble de leurs dépendances foncières (alpages, vergers) et immobilières (moulins, battoirs, étables). En 1253, les abbés de la puissante abbaye cistercienne Sainte-Marie d'Aulps, (distante de 4 km de Montriond) achetèrent tous les droits de justice pesant sur les familles de Montriond au sire Aimon II de Faucigny. Le village fut dès lors intégré dans cette seigneurie ecclésiastique et forma avec le village de Morzine une des métralies (circonscription judiciaire et fiscale) de l'abbaye. Jusqu’au départ des moines cisterciens en 1792, les destinées du village se trouvèrent étroitement liées à celle de l’abbaye d’Aulps.

D’après les chartes médiévales, les habitants de Montriond étaient qualifiés de « Jomarons ». Ils appartenaient à une sorte de société d’entraide pour l’exploitation des alpages dont les aspects les plus marquants étaient des prêts de bêtes de labour ou la mise en commun des fruits du lait. Il s’agissait d’une forme très originale de groupement pastoral dont le but était d’optimiser l’exploitation de l’alpage et de protéger les plus faibles de ses membres. Cette organisation primitive de la communauté villageoise se confondra plus tard avec les confréries[18].

En 1534, le hameau de Montriond obtient l'édification d'une chapelle[19]. Après la création de la paroisse en 1717 « en faveur des communiers des trois hameaux de Chéravaux, d'Ellex et Montriond »[19], Montriond forma une communauté indépendante de Saint-Jean-d'Aulps en 1741[19]. La commune obtient sa propre école en 1775[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et avant la réforme territoriale de 2014, faisait partie du canton du Biot dont Le Biot était le chef-lieu. Elle forme avec quinze autres communes depuis la communauté de communes du Haut-Chablais. Elle fait suite à la communauté de communes de la vallée d’Aulps créé en 1995 comprenant les neuf communes (La Forclaz, La Vernaz, La Baume, Le Biot, Seytroux, Saint Jean d’Aulps, Montriond, Essert-Romand et La Côte d’Arbroz)[20].

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie (dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[21]) et, depuis la réforme territoriale de 2014, du canton d'Évian-les-Bains qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 33 communes[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1871 François Neuraz[23]    
1871 1874 Claude Lenvers[23]    
1874 1876 François Neuraz[23]    
1876 1879 François Garnier[23]    
1879 1881 François Neuraz[23]    
1881 1892 Claude François Garnier[23]   Docteur
1892 1906 Eugène Muffat[23]    
1906 1936 Jean Garnier[23]   Horloger
1939 1945 Joseph Lanvers[23]    
1945 1963 Émile Premat[23]    
1963 1966 François Chamot[23]    
1966 1971 Georges Schultz[23]    
1971 1983 Antoine Muffat[23]    
1983 1989 ...    
mars 1989 mars 1995 Georges Vulliez DVD Cadre supérieur
Conseiller général du Canton du Biot
mars 2001 mars 2008 Roger Lanvers   Restaurateur
mars 2008 Mai 2020 Georges Lagrange SE Notaire
Mai 2020 En cours Jean Claude Denne   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants de Montriond sont appelés les Meurian(e)s[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2018, la commune comptait 918 habitants[Note 4], en augmentation de 2,8 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
678783800708700745746717718
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
720723693719682702708712683
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
595581590567654501479536563
1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018 - -
562653769819827907918--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue du lac de Montriond.
  • Lac de Montriond : en quittant le village de Montriond, sur la droite, on découvre le lac de Montriond. Ce très beau lac est encaissé dans une profonde vallée au pied de la pointe de Nantaux. Sa formation est due à un éboulement de blocs partis en rive droite de la Dranse. Cet évènement est lié à un glissement des matériaux couche sur couche des calcaires de la nappe et des brèches. L'analyse dendrochronologique des bois fossiles mis au jour à la base des dépôts lacustres indique que le lac s'est formé dans la seconde moitié du XVe siècle[28].
  • Les Lindarets : en continuant après le lac de Montriond, on peut accéder au hameau des Lindarets, ancien village d'alpage, appelé aussi village des chèvres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Montriond.svg

Les armes de Montriond se blasonnent ainsi :

D'or à un coupeau de sinople issant d'une mer ondée d'argent, chaussé aussi de sinople, au chef de gueules chargé d'une croisette tréflée aussi d'argent accostée à dextre d'une rose du champ et à senestre d'un cœur du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 235-238.
  • Victor Burin et Robert Héral, Monographie illustrée de Montriond-le-Lac, anciennement Chéravaux, et de la haute vallée d'Aulps en Savoie, Rodez, Ed. Subervie, , 125 p. (lire en ligne)
  • Pierre Duparc, « Une communauté pastorale en Savoie, Chéravaux L'estivage en Savoie du nord à la fin du Moyen Âge », Bulletin philologique et historique, vol. 1963,‎ , p. 309-330

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Morzine », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Morzine », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  10. a b c et d « Montriond », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 15 janvier 2017), Ressources - Les communes.
  11. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 305..
  12. a et b Henry Suter, « Montrond », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 12 janvier 2017).
  13. a et b Chablais 1980, p. 235.
  14. a et b Delerce (A.), Recherches sur le chartrier d'Aulps. Reconstitution, édition et commentaire des chartes d'une abbaye cistercienne de montagne (1097-1307), thèse de l'EHESS, 2009, vol. 2, p. 270-272, n° 32.
  15. Pierre Duparc, « Une communauté pastorale en Savoie, Chéravaux », Bulletin philologique et historique... du CTHS,‎ , p. 309-329. (lire en ligne).
  16. Amélie Lécoyer, « Petite leçon de prononciation pour les nuls », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  17. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 18
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  18. Duparc 1966.
  19. a b c d et e Chablais 1980, p. 236.
  20. « Présentation », sur le site de la Communauté de communes du Haut-Chablais (consulté le 15 mars 2015).
  21. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 15 mars 2015).
  22. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en octobre 2014).
  23. a b c d e f g h i j k l et m Monographie, 1975, p. 115-116 (présentation en ligne).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Guyomard (Anne), Les lacs du Chablais "des glaciers à l'Eau, une géologie vivante", Gal Haut-Chablais, 2007, p.8.
  29. Chablais 1980, p. 237-238.
  30. Chablais 1980, p. 237.