Le Biot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Biot
Le Biot
Blason de Le Biot
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du Haut-Chablais
(siège)
Maire
Mandat
Henri-Victor Tournier
2020-2026
Code postal 74430
Code commune 74034
Démographie
Gentilé Biotins
Population
municipale
615 hab. (2019 en augmentation de 18,96 % par rapport à 2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 48″ nord, 6° 37′ 59″ est
Altitude Min. 660 m
Max. 1 870 m
Superficie 13,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Morzine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Évian-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Biot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Biot
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Le Biot
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Biot
Liens
Site web lebiot.fr

Le Biot est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le canton d'Évian et dans le Chablais ; elle fait la liaison entre la vallée d'Aulps et la vallée d'Abondance, via le col du Corbier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Biot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Morzine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 8 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (85 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (73,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (5,9 %), prairies (4,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,3 %), zones urbanisées (2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village du Biot est mentionné dès la fin du Xe siècle sous la forme Albucetum dans un échange, que l'on retrouve dans un autre document daté de 1046[7]. Vers 1344, la forme a évolué en Biollo[7].

Le Biot serait un toponyme dérivé par vocalisation du mot francoprovençal biol, lui-même provenant du roman biola, qui signifie « bouleau »[7].

Le nom Albucetum attesté en 1046 serait composé sur deux racines celtes. Albos[8] "blanc" et ceto[9] "bois, forêt" ou uoceton[10] « sous bois ». Pour les gaulois, Albucetum était donc une « forêt blanche » (bouleau). Dans ce cas, on peut voir le lien entre le nom celte et le nom Biollo utilisé par la suite. Les bouleaux ont une écorce blanche.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit L Byo (graphie de Conflans) ou Le Biôl (ORB)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le XVIIIe siècle, le Biot a perdu des portions de son territoire permettant de donner naissance aux nouvelles communes de La Forclaz et de La Vernaz (), de Seytroux () et de La Baume ()[12].

Le 14 octobre 1792, à la suite de l'invasion de la Savoie par l'Armée des Alpes française commandée par Anne Pierre de Montesquiou-Fézensac, 655 communes sont consultées pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale des Allobroges, afin d'être rattachées à la France. Ontex, Le Biot et Peisey furent les seules à voter majoritairement pour devenir une république séparée ou indépendante[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune du Biot appartient au canton d'Évian-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 33 communes[14]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton du Biot, dont elle était le chef-lieu.

Elle forme avec quinze autres communes depuis la communauté de communes du Haut-Chablais. Elle fait suite à la communauté de communes de la Vallée d’Aulps créé en 1995 comprenant les neuf communes (La Forclaz, La Vernaz, La Baume, Le Biot, Seytroux, Saint Jean d’Aulps, Montriond, Essert-Romand et La Côte d’Arbroz)[15].

Le Biot relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1861 Vulliez Hyacinthe ... ...
1861 1865 Premat Eugène ... ...
1865 1872 Vulliez Louis ... ...
1872 1874 Mudry Jacques ... ...
1874 1882 Requet Joseph Jean ... ...
1882 1891 Vulliez Jean Pierre ... ...
1891 1892 Arpin Ernest ... ...
1892 1896 Mudry Jean Pierre ... ...
1896 1906 Arpin Ernest ... ...
1906 1925 Tournier Joseph ... ...
1925 1927 Morand Joseph Fernand ... ...
1927 1952 Premat Henri ... ...
1952 1965 Vulliez Alexandre ... ...
1965 1967 Ducret Jean Marie ... ...
1967 1971 Renevier Fernand ... ...
1971 1993 Premat Georges ... ...
1993 2002 Rosset Claude ... ...
2002 2005 Deschamp Fabrice ... ...
2005 En cours Henri-Victor Tournier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants du Biot sont appelés les Biotins[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 615 habitants[Note 3], en augmentation de 18,96 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +7,33 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 7441 8121 8511 9241 4431 4681 309843703
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
751728715751653622615565550
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
511494444388355385279231215
1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 -
286333340424430463576615-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune du Biot est située dans l'académie de Grenoble. En 2016, elle administre une école maternelle et élémentaire, regroupant 74 élèves[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duMorzine », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. a b et c Henry Suter, « Le Biot », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le ).
  8. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Éditions Errance, (ISBN 978-2-87772-631-3 et 2-87772-631-2, OCLC 1055598056, lire en ligne), p 37.
  9. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Éditions Errance, (ISBN 978-2-87772-631-3 et 2-87772-631-2, OCLC 1055598056, lire en ligne), p 97.
  10. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Éditions Errance, (ISBN 978-2-87772-631-3 et 2-87772-631-2, OCLC 1055598056, lire en ligne), p 325.
  11. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  12. a et b « Le Biot », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en ), Ressources - Les communes.
  13. F. Christin, F. Vermale, L'Histoire de la Savoie : édition illustrée, Good Press,
  14. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en ).
  15. « Présentation », sur le site de la Communauté de communes du Haut-Chablais (consulté le ).
  16. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. « Haute-Savoie (74) > Biot (le) > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté en ).