Bataille de Villefranche-de-Rouergue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mutinerie de Villefranche-de-Rouergue
Informations générales
Date
Lieu Villefranche-de-Rouergue (France)
Issue Victoire de l'Allemagne
Belligérants
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Drapeau de la Croatie Croatie
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Drapeau de la Croatie lieutenant Eduard Matutinović
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine lieutenant Ferid Džanić (en)
Drapeau de l'Allemagne Willfried Schweiger
Drapeau de l'Allemagne Obersturmführer Halim Malkoč (en)
Forces en présence
1 000 hommes 10 000 hommes
Pertes
156 tués[1]
560 prisonniers
265 déportés
100 à 300 tués

Batailles

Front d'Europe de l'Ouest
Campagnes du Danemark et de Norvège · Bataille de France · Bataille de Belgique · Bataille des Pays-Bas · Bataille d'Angleterre · Blitz · Opération Ambassador · Débarquement de Dieppe · Sabordage de la flotte française à Toulon · Bataille aérienne de Berlin · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · 2e campagne de France · Bataille de Metz · Opération Market Garden · Bataille du Benelux · Bataille de la forêt de Hürtgen · Bataille d'Overloon · Bataille de l'Escaut · Poche de Breskens · Bataille d'Aix-la-Chapelle · Bataille de Bruyères · Bataille des Ardennes · Bataille de Saint-Vith · Siège de Bastogne · Opération Bodenplatte · Opération Nordwind · Campagne de Lorraine · Poche de Colmar · Campagne d'Allemagne · Raid de Granville · Libération d'Arnhem · Bataille de Groningue · Insurrection de Texel · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Les 16 et 17 septembre 1943, pendant l'occupation allemande, la ville de Villefranche-de-Rouergue est le théâtre d'une mutinerie contre l'occupant. Dans la nuit du 16 au 17, le 13e bataillon de pionnier de la 13e division SS — composé en majorité de Bosniaques musulmans et Croates, selon la terminologie d'alors, et d'un quart de Croates catholiques, tous enrôlés de force dans l'armée allemande — se rebelle. Après avoir pris les armes et une fois les officiers allemands exécutés, les insurgés, sous la direction de six jeunes lieutenants parviennent à prendre le contrôle de la ville et libèrent, l'espace d'une journée, Villefranche-de-Rouergue de la tutelle de l'occupant allemand.

Cependant, le commandement allemand est rapidement alerté et y dépêche depuis ses garnisons voisines d'importants renforts pour en reprendre possession. Après des combats de rue meurtriers face à des insurgés sous-équipés et inférieurs en nombre, les Allemands reprennent pied à Villefranche. Une partie des survivants sont exécutés par les autorités allemandes et ensevelis au lieu-dit du Champ des martyrs croates, 265 autres sont déportés au camp de concentration de Neuengamme où des dizaines d'entre eux trouvent la mort. Bien que l'acte héroïque de ces jeunes hommes tourne à la tragédie, Radio Londres s'en fait l'écho, qualifiant Villefranche-de-Rouergue de seule ville de l'Europe de l'Ouest libérée de l'occupation allemande. Les chefs présumés de cette rébellion sont le musulman Ferid Džanić et les catholiques Eduard Matutinović, Nikola Vukelić, Božo Jelinek. Džanić et Vukelić sont tués pendant les combats avec les Allemands, tandis que Jelinek et Matutinović parviennent à gagner le maquis. Jelinek obtient même le grade d'officier, et est plus tard décoré de la Légion d'honneur. En souvenir de ces événements, une avenue de Villefranche-de-Rouergue a été rebaptisée, au lendemain de la guerre, avenue des Croates.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Malcolm 1994, p. 190.

Bibliographie[modifier | modifier le code]