Le Tronchet (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Tronchet.
image illustrant une commune d’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Tronchet
L'abbaye Notre-Dame.
L'abbaye Notre-Dame.
Blason de Le Tronchet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dol-de-Bretagne
Intercommunalité Saint-Malo agglomération
Maire
Mandat
Pascal Briand
2014-2020
Code postal 35540
Code commune 35362
Démographie
Population
municipale
1 131 hab. (2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 10″ Nord 1° 50′ 11″ Ouest / 48.486111, -1.836389
Altitude Min. 13 m – Max. 79 m
Superficie 11,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Tronchet

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Tronchet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Tronchet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Tronchet
Liens
Site web letronchet.eu

Le Tronchet est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 131 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Tronchet est située à 25 km de Saint-Malo.

L'altitude moyenne de la commune est à 53 mètres[réf. nécessaire] avec une hauteur maximale de 79 mètres et une minimale de 13 mètres.

Le territoire est parcouru par la Mollée et le Meulleuc, ruisseau qui alimente l'étang des Lauriers, l'étang de l'Abbatiale et l'étang de Mireloup. Ces trois étangs communiquent entre eux et représentent une surface de 29 hectares, classés en 2e catégorie, les deux premiers sont pourvus d'équipements sur les berges comprenant tables de pique-nique, poubelles verres et détritus. Celui de l'Abbatiale possède une aire pour handicapé.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameau : la Ville Joie.
  • Écarts : le Rocher Argan, le Rocher Richard, les Écotays, les Vaults.
  • Lieux-dits : la Basse Ville Joie, la Landelle, le Brignoux, le Ponmenet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Tronchet s'est constitué historiquement autour de l'abbaye du Tronchet. Dès la fin du XIe siècle, un lieu de prière existe dans la forêt, habité par Gautier, miraculeusement guéri de la lèpre par un religieux de passage. Une pieuse communauté se forme alors à cet endroit. Une église est fondée en 1140 et un couvent vers 1150. Le Tronchet est ensuite donné à l'abbaye de Marmoutier, près de Tours par le sénéchal de Dol-de-Bretagne, Alain, comme une dépendance du prieuré de Combourg. Cette maison est érigée en abbaye en 1170 par des moines de Saint-Benoît. Raoul en est le premier abbé.

En 1278, Édouard III, roi d'Angleterre, accorde à l'abbaye du Tronchet la permission de tenir une foire. Les fourches patibulaires, insignes de haute justice, s'élevent alors dans le village du Tronchet qui s'est constitué autour de l'abbaye. En 1478, François de Beauchêne, abbé du Tronchet, reçoit le droit de porter l'anneau, la mitre et autres ornements pontificaux. Puis l'abbaye périclite et est réformée au XVIIe par la congrégation de Saint-Maur et reconstruite sur une colline proche. Les habitants du Tronchet se mobilisent en effet avec l'évêque de Dol-de-Bretagne pour rétablir le monastère.

Le Grand bailliage du Tronchet en Plerguer et le Petit bailliage étaient dépendants de l'abbaye.

Sous l'Ancien Régime, la chapelle de l'abbaye du Tronchet dépendait de la paroisse de Plerguer, faisait partie du doyenné de Dol relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de Notre-Dame.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village du Tronchet, rattaché à la Révolution à la commune de Plerguer, mais avec des conseillers spéciaux, est érigée en paroisse le . Elle est érigée en commune le après un siècle de combat juridique. Ainsi, 800 ans après l'édification d'un lieu de prière dans un endroit retiré, l'abbaye reconstruite en 1679 donnait son nom à une nouvelle commune, la commune du Tronchet.

L'ancien monastère est aujourd'hui transformé en hôtel-restaurant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes du Tronchet

Les armes de la commune du Tronchet se blasonnent ainsi :
De sable à la crosse d'argent, accostée de deux fleurs de lys d'or[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 (?)[2] mars 2008 Bernard Imbert   Inspecteur principal des impôts
mars 2008 mars 2014 Jacques Scalart   Retraité
mars 2014[3] en cours Pascal Briand   Technicien espaces verts
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 131 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans [4] et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013
884 885 840 904 825 818 845 996 1 131
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Notre-Dame du Tronchet.
  • Chapelle de la Malouinière du Haut-Mesnil (1875), construite par Adolphe Surcouf, fils du corsaire Robert Surcouf et maire de Plerguer de 1865 à 1871
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Salette, voisine du manoir du Mesnil, cette chapelle de forme octogonale a été édifiée en 1865 et était le but d'un pèlerinage très fréquenté[7]

Bâtiments civils[modifier | modifier le code]

  • Hostellerie de l'abbatiale, emplacement de l'ancienne abbaye.
  • Manoir de Saint-Yvieux, sera pendant l'Occupation un lieu de planque pour les résistants.
  • Malouinière, au lieu-dit le Haut-Mesnil, édifiée par Adolphe Surcouf, fils du corsaire Robert Surcouf. Cette demeure possède une chapelle dédiée à la Vierge et l'Enfant (statue au-dessus de l'autel). Le manoir et la chapelle peuvent être visités lors des Journées du patrimoine en septembre.
  • Maison des XVIe et XVIIe siècles, située au Bas-Liage.

Lieux[modifier | modifier le code]

  • Forêt du Mesnil.
  • Golf de Saint-Malo. Il s'étend sur une superficie de 100 hectares, comprenant un parcours de 9 trous et un autre de 18 trous, un restaurant donnant sur l'étang de Mireloup, un hôtel trois étoiles, un practice, une école de golf, un proshop, l'ensemble en bordure de la forêt domaniale du Mesnil. Deux autres établissements hôteliers viennent compléter l'équipement d'accueil de la ville : le Bailliage et le domaine de l'Émeraude.
  • Le cimetière fut bénit le .

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de Laval (1498-1554), abbé de Notre-Dame du Tronchet.
  • Charles de Bourbon (1523-1590), abbé de Notre-Dame du Tronchet.
  • Charles de Rosmadec (1618-1672), évêque de Vannes, archevêque de Tours, abbé de Notre-Dame du Tronchet.
  • Anthyme-Denis Cohon (1595-1670), prévôt et chanoine de Chartres, prédicateur et conseiller du roi, évêque de Nîmes, puis évêque de Dol, abbé de l'abbaye Notre-Dame du Tronchet, de 1648 à 1670, puis de nouveau évêque de Nîmes où il meurt en 1670.
  • Sébastien Mercier, marquis de Valrencey, a vécu la plus grande partie de sa vie au Tronchet. Il y a notamment mené des expériences sur la reproduction des canards colverts. Il est accusé par la population de sorcellerie et de relations coupables avec ses animaux. Il est aussi célèbre pour avoir tué le sans-culotte Clément Renault pour une affaire de viol. Le citoyen Renault étant alors chef du comité de surveillance pendant la Terreur. Caché pendant trois mois dans la maison d'un paysan nommé Sida, il est découvert par une troupe de patriotes luttant contre la chouannerie. Ils sont tous deux amenés et emprisonnés à Paris. Il s'échappe de la prison du Temple et devient célèbre dans les tavernes parisiennes où il joue de la viole pour gagner sa vie. Devenu chansonnier, il sombre dans l'alcool. Sa trace est perdue jusqu'en 1804. Il revient alors au Tronchet après s'être fait prêtre. Il fait chasser les juifs du Tronchet et ouvre la première loge maçonnique bretonne. Il meurt fort riche, une bouteille à la main[8],[Note 3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013, légale en 2016.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Il ne doit pas être confondu avec son contemporain et homonyme parisien, l'homme de lettres Louis-Sébastien Mercier (1740-1814).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Tronchet Ille-et-Vilaine », sur GASO, la banque du blason (consulté le 18 août 2016)
  2. « Les premières élections de maires », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 18 août 2016)
  3. « Pascal Briand prend ses fonctions de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 août 2016)
  4. Date du prochain recensement à Le Tronchet, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  7. Pouillé de Rennes
  8. Biographie : Sébastien de Valrencey : du canard colvert à la taverne, aux éditions Ouest-France.

Liens externes[modifier | modifier le code]