Cornouiller sanguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cornus sanguinea

Le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea L., 1753) est un arbuste à feuilles caduques de la famille des cornacées. Il est parfois appelé bois puant, bois punais, cornouiller femelle, olivier de Normandie, puègne blanche, sanguin ou sanguine.

Description[modifier | modifier le code]

C. sanguinea est un arbuste mesurant de 1 à 5 m. Houppier pouvant mesurer jusqu'à 4 m de large. Il doit son nom à la teinte rouge sang de ses feuilles à la fin de l'été. Les jeunes branches exposées à la lumière du soleil prennent également une couleur rouge brillant. L'écorce est brun verdâtre à gris verdâtre du côté se trouvant à l'ombre, rouge strié de gris du côté exposé au soleil. Ce phénomène est dû à la présence d'un pigment de la famille des anthocyanes. Les bourgeons sont opposés.

L'arbuste est pollinisé par entomogamie, c'est-à-dire à l'aide d'insectes pollinisateurs[1]. Les fleurs blanches, hermaphrodites[2],[3], forment un corymbe. Le fruit est une drupe pourpre foncé à noir, de forme globuleuse, contenant un noyau. Elle n'est pas comestible, contrairement au fruit du cornouiller mâle, rouge foncé et de forme plus allongée. Il a un port érigé en buisson arrondi. Ses feuilles sont opposées, caduques, vertes à marge blanche argentée et en forme de cuillère

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Répartition et écologie[modifier | modifier le code]

C'est l'un des arbustes parfois dominants des haies ou des broussailles sur sol calcaire, dans toute l'Europe tempérée. Il craint les sols saturés en eau et le sel[4]. En Suisse, il est courant sur l'ensemble du territoire sauf dans certaines régions des préalpes, en Engadine et en altitude[5].

Utilisation[modifier | modifier le code]

C. sanguinea est utilisé en phytothérapie. On utilise aussi ses branches rouges pour leurs propriétés ornementales. Les tiges de l'année, autrefois employées couramment en vannerie[6], le sont encore dans certaines régions (Perche, Bourgogne, Alsace).

Toxicité[modifier | modifier le code]

Les fruits et les feuilles contiennent de l'aucubine et des tanins, dont l'ingestion en grande quantité peut causer des gastro-entérites[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cornus sanguinea subsp. sanguinea, Association TELA BOTANICA, http://www.tela-botanica.org/eflore/BDNFF/*/nn/18960 (Page consultée le 12 mars 2011)
  2. « Cornus sanguinea L. », sur Toxiplante (consulté le )
  3. « Cornus sanguinea - Cornouiller sanguin », sur nature.jardin.free.fr (consulté le )
  4. Jean-Denis Godet (trad. de l'allemand), Guide des écorces des arbres d'Europe : reconnaître et comparer les espèces, Paris, Delachaux et Niestlé, , 256 p. (ISBN 978-2-603-01849-1)
  5. « Fiche espèce », sur www.infoflora.ch (consulté le )
  6. Traité de sylviculture, P. Mouillefert, Alcan 1904, Vol. 2, page 243
  7. Wink, M., Van Wyk, B.-E., Mind-Altering and Poisonous Plants of the World, Timber Press, Portland, 2008, 464 p. (ISBN 978-0-88192-952-2)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]