Agnès Soral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soral.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Agnès Sorel.
Agnès Soral
Description de cette image, également commentée ci-après

Agnès Soral à la 39e cérémonie des César
(28 février 2014).

Nom de naissance Agnès Bonnet
Naissance (55 ans)
Aix-les-Bains
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Actrice
Films notables Tchao Pantin (1983)

Agnès Soral, née Agnès Bonnet de Soral (avant de prendre son nom d'actrice comme identité officielle vers 1990[1]), est une actrice franco-suisse née le à Aix-les-Bains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'établit à Meudon-la-Forêt dans les années 1960 avant l'expropriation par l'État de terrains forestiers appartenant à son père, qui exerce la profession de conseiller juridique. En 1973, le père d'Agnès Soral est condamné pour escroquerie et incarcéré à la prison de Champ-Dollon en Suisse[2]. La famille s’installe alors à Grenoble dans le quartier de la Capuche. Agnès s'y inscrit au conservatoire national de région et finit même par intégrer une troupe, Le Foyer Parmentier, qui se produit dans les écoles maternelles de la région. En 1976, alors ouvreuse[3] au Théâtre d'Art et d'Essai, à Paris, elle débute dans Voyage avec la drogue et la mort de Dimítris Kollátos en remplaçant au pied levé une comédienne. Elle mentionne avoir vécu au-dessus d'une loge maçonnique. Elle est la sœur cadette de l'essayiste Alain Soral, qui déclare avoir eu un arrière-grand père « premier ciseau » chez le plus grand tailleur de Genève[4]. Elle ne le fréquente plus depuis des années et en janvier 2014, dénonce dans la presse[1] et à la télévision[5], ses prises de position. Alors que son frère débutait une carrière d'écrivain, Agnès Soral l'avait autorisé à profiter un peu de sa notoriété en s'appropriant son pseudonyme, ce qu'elle a regretté depuis. Elle est également la sœur de la productrice Jeanne Soral.

Elle rencontre un jour dans la rue Jean-Claude Drouot, l'interprète de Thierry la Fronde, qui lui donne l'envie de devenir comédienne[6].

À 17 ans seulement, Agnès Soral tient son premier rôle à l'écran dans Un moment d'égarement, réalisé par Claude Berri (1977). Elle est révélée par ce film au grand public grâce à son rôle adolescente pratiquant le topless et qui séduit le meilleur ami de son père (incarné par Jean-Pierre Marielle) donc un homme nettement plus âgé qu'elle. Six ans plus tard, elle retrouve Claude Berri dans Tchao Pantin (1983), qui lui permet de confirmer son talent dans un rôle plus dramatique, celui d'une jeune punk fragile. Sa performance lui vaut alors deux nominations aux César 1984 : Meilleur Jeune Espoir Féminin et Meilleure Actrice dans un Second Rôle.

Dans les années 1980, elle apparaît chez Yves Boisset, Denys Granier-Deferre et Jean-Marie Poiré. Plus discrète au cinéma dans les années 1990, elle s'investit davantage au théâtre, puis à la télévision, où elle participe à plusieurs téléfilms. Elle tourne cependant régulièrement avec Claude Lelouch depuis 1996.

Elle réalise le court-métrage Ça boum, et assure la mise en scène de la pièce Train de vie de Nathalie Mongin au Théâtre du Chaudron à la Cartoucherie de Vincennes.

Le 30 mars 2005, Stéphane Guillon fait de l'humour, dans 20 h 10 pétantes, à propos du viol dont elle a été victime. Stéphane Guillon s'est justifié en expliquant qu'il fustigeait la police espagnole chargée de retrouver le violeur et qu'il ne voulait pas la heurter[7].

En 2006, elle participe à l'émission Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, où elle prend fait et cause pour la protection de la forêt amazonienne. Elle a également participé à l'émission Vis ma Vie dans l'épisode Agnès Soral : toiletteuse pour chiens.

En 2007, elle se produit dans un one woman show intitulé Agnès Soral aimerait bien vous y voir.

Depuis 2007, elle est marraine de l'Association Aquaverde qui soutient le peuple indigène Surui d'Amazonie dans son combat pour sauver la forêt amazonienne et ses peuples autochtones.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Plateau de tournage du film Calomnies de Jean-Pierre Mocky, en 2014
Agnes Soral et le réalisateur Claude Lelouch sur le tournage de Salaud on t'aime, sorti le 3 avril 2014

Cinéma[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

Télévision (sélection)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]