Gérard Frot-Coutaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frot et Coutaz.
Gérard Frot-Coutaz
Naissance
Chalon-sur-Saône, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 40 ans)
Créteil
Profession Réalisateur
Films notables Beau temps mais orageux en fin de journée

Gérard Frot-Coutaz est un réalisateur, producteur de cinéma, acteur et scénariste français, né le à Chalon-sur-Saône et mort le à Créteil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il suit des études à l'IDHEC et à HEC avant de devenir l'assistant de plusieurs réalisateurs (Gérard Blain, André Téchiné, Jean-Claude Guiguet, Paul Vecchiali, Jean-Claude Biette). Critique à la revue Cinéma[1], il collabore avec Jean-Claude Guiguet et Jacques Davila en qualité de scénariste. Il réalise aussi quelques courts-métrages.

En 1985, Frot-Coutaz présente son premier long-métrage, Beau temps mais orageux en fin de journée, une comédie douce-amère centrée sur les relations familiales. Coscénarisé par Frot-Coutaz et Jacques Davila et mettant en vedette Claude Piéplu et Micheline Presle, le film reçoit un accueil critique très favorable. Frot-Coutaz poursuit dans la même veine quatre ans plus tard avec Après après-demain, dans lequel on retrouve cette fois-ci Anémone et Simon de la Brosse.

Le deuxième long-métrage de Frot-Coutaz est également son dernier. Il meurt du sida en 1992, à l'âge de 40 ans[2].

Depuis 2016, le Prix Gérard Frot Coutaz remplace le Prix du Film Français qui faisait partie du palmarès du Festival du film de Belfort - Entrevues de 2006 à 2012.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste de ses articles parus dans Cinéma Calindex.eu
  2. Pas très catholique, mais très cinématographique., L'Humanité, 6 avril 1994

Liens externes[modifier | modifier le code]