Aéroport international de Conakry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CKY.

Aéroport international de Conakry
Aéroport international Gbessia
Conakry International Airport
Statue de bienvenue de l'aéroport international de Conakry déguisée par OIM souhaitant la bienvenue aux migrants clandestins.
Statue de bienvenue de l'aéroport international de Conakry déguisée par OIM souhaitant la bienvenue aux migrants clandestins.
Localisation
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Capitale Conakry
Ville Conakry
Coordonnées 9° 34′ 37″ nord, 13° 36′ 43″ ouest
Altitude 22 m (72 ft)

Géolocalisation sur la carte : Guinée

(Voir situation sur carte : Guinée)
CKY
CKY

Géolocalisation sur la carte : Conakry

(Voir situation sur carte : Conakry)
CKY
CKY
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 3 300 m (10 827 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA CKY
Code OACI GUCY
Type d'aéroport public
Gestionnaire SOGEAC

L'aéroport international de Conakry, ou « Gbessia International Airport » (code AITA : CKY • code OACI : GUCY), est un aéroport assurant des vols intérieurs et internationaux desservant la ville de Conakry, capitale de la Guinée. L'aéroport se trouve à 13 km au nord-est du centre ville ; dans la cohue, on trouve des taxis à la sortie, ainsi qu'un service de bus de la Sotragui (Société de transports guinéenne).

salle d'enregistrement

Situation[modifier | modifier le code]


Organisation de l'aéroport[modifier | modifier le code]

Divisé en deux sections, vols intérieurs et vols internationaux, l'aéroport international partage également le terrain avec l'armée de l'air guinéenne[1]. Le plus gros gabarit accepté est le B747[2].

La construction[modifier | modifier le code]

L'aérogare[3] a été construite et inaugurée en 1985, conçue par Paul Andreu. L'aéroport est géré par la SOGEAC (SOciété de Gestion et d'Exploitation de l'Aéroport de Conakry) détenue par l'État guinéen, la chambre de commerce de Bordeaux ainsi que Aéroports de Paris Management (ADPM).

En 2009 ont commencé des travaux de rénovation pour un coût de 60 milliards de francs guinéens (environ 85 millions d'euros), en vue de porter la capacité d'accueil à un million cent mille voyageurs par an (contre 300 000) et à réhabiliter les structures[4]. On a parlé également de « délocaliser » l'aéroport à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale, dans la région de Forécariah[5]. L'aéroport de Conakry a accueilli 396 300 passagers en 2016, contre 309 269 passagers en 2015 (une augmentation de 14 %)[6]. La seconde phase de l'extension comprenait la construction d'un point de rencontre. Ce dernier abrite 4 banques, 3 point de ventes d'opérateurs téléphoniques (Orange Guinée, MTN Guinée et Cellcom Guinée).

Face à la hausse du trafic (527 000 passagers en 2018), le gouvernement guinéen prévoit à travers la SOGEAC, une extension de l’aéroport visant à accroître sa capacité à 1,5 million de voyageurs[7].

Le « monopole »[modifier | modifier le code]

En 2016, on accuse le contrat d'exploitation signé avec Aéroport de Paris (ADP), car d'après le ministre des transports la politique de cherté mise en place par ADP a assis le monopole de la compagnie française Air France. Mais depuis la fin d'Ebola une hausse du trafic aérien en Guinée a conduit plusieurs compagnies à revenir ou ouvrir de nouvelles liaisons (environ 6 entre 2016 et 2017). Le monopole d'Air France n'est donc plus ce qu'il était notamment avec une concurrence direct de Aigle Azur sur un axe très fréquenté Paris-Conakry.

L'Association internationale du transport aérien prévoit une croissance du trafic de plus de 8 % en Guinée avec un doublement chaque décennie.

Les compagnies[modifier | modifier le code]

À la suite de la disparition de Air Guinée, les vols intérieurs sont pour la plupart assurés par des vols privés.

Plusieurs compagnies assurent des vols internationaux et régionaux tel que Air France, Brussels Airlines, Emirates, Royal Air Maroc, Air Côte d'Ivoire, Asky, Mauritania Airlines, Transair et Aigle Azur. Tunisair devrait ouvrir une ligne Conakry-Dakar-Tunis. Rwandair devait ouvrir en janvier 2017 une ligne Conakry-Kigali via une escale, mais la liaison n'était pas encore ouverte en octobre 2017. Air Algérie a elle aussi prévu de se poser à Conakry pour 2017[8]. Une nouvelle compagnie aérienne guinéenne privée, est basée à Conakry, il s'agit de Guinea Airlines. Ethiopian Airlines a relancé depuis le premier février 2017, sa liaison Conakry-Addis-Abeba, avec cinq rotations hebdomadaires via Abidjan[9].

Turkish Airlines a ouvert sa liaison Conakry-Ouagadougou-Istanbul le 30 janvier 2017, avec 2 rotations hebdomadaires (le lundi et le jeudi) opéré en Boeing 737-900ER (16 en classe affaires et 135 en classe économique)[10]. La compagnie aérienne ghanéenne Goldstar Air projette de desservir Conakry à partir de 2017[11].

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

CompagniesDestinations
Drapeau de la France Aigle Azur Bamako-M. Keïta, Paris-Orly (suspendus)
Drapeau de la Côte d'Ivoire Air Côte d'Ivoire Abidjan-F.-H.-Boigny, Dakar-B. Diagne[12]
Drapeau de la France Air France Paris-Charles de Gaulle
Drapeau du Togo ASKY AirlinesBamako-M. Keïta, Dakar-B. Diagne, Lomé[13]
Drapeau de la Belgique Brussels Airlines Bruxelles-National
Drapeau des Émirats arabes unis Emirates Dubaï
Drapeau de l'Éthiopie Ethiopian Airlines Addis-Abeba Bole[14]
Drapeau de la Mauritanie Mauritania Airlines Dakar-B. Diagne, Nouakchott-Oumtounsy
Drapeau du Maroc Royal Air Maroc Casablanca-Mohammed-V
Drapeau de la Tunisie Tunisair Dakar-B. Diagne, Tunis-Carthage[15]
Drapeau de la Turquie Turkish Airlines Istanbul, Ouagadougou[16]
Drapeau du Sénégal Groupe TRANSAIR Dakar-B. Diagne
Drapeau du Sénégal Air Sénégal Dakar-B. Diagne

Édité le 25/06/2018

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Harold D. Nelson, Area Handbook for Guinea Department of the Army. Pamphlet 550-174, 1975, p. 333
  2. http://www.azworldairports.com/airports/a1660cky.cfm
  3. Photo visible ici : « Aérogare de l'aéroport de Conakry » [image], sur paul-andreu.com (consulté le 12 septembre 2017).
  4. http://mountmane.hautetfort.com/archive/2009/08/06/info-guinee.html « Copie archivée » (version du 26 avril 2012 sur l'Internet Archive)
  5. http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN09097harossnohcu0/Actualite-Afrique--haro-sur-les-bouchons.html
  6. « Guinée : le retour des compagnies aériennes », sur Financial Afrik, (consulté le 13 janvier 2017)
  7. « Aéroport de Conakry : bientôt des travaux d’extension pour accueillir entre 1.000.000 et 1.500.000 passagers/an », sur Mosaiqueguinee.com, (consulté le 23 février 2019)
  8. François Duclos, « Air Algérie : 13 nouvelles lignes internationales en vue », Air Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2016)
  9. « Ethiopian va reprendre ses vols à destination de Conakry », Alwihda Info,‎ (lire en ligne, consulté le 15 décembre 2016)
  10. François Duclos, « Turkish Airlines : Conakry, Kharkiv et Phuket en vue », Air Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2016)
  11. Aéroport de Conakry, « Info Goldstar Air, une nouvelle compagnie prochainement vers Conakry », sur aeroport-conakry.com, (consulté le 7 janvier 2017)
  12. (en) Jim Liu, « Air Côte d'Ivoire adds new sectors from avril 2017 », Routes online,‎ (lire en ligne)
  13. http://www.flyasky.com/asky/horaires/cky
  14. « Ethiopian reprend le Conakry service from Feb 2017 », routesonline (consulté le 1er décembre 2016)
  15. Jim Liu, « Tunisair adds Conakry / Dakar service from late-March 2017 », Routes Online, (consulté le 12 juillet 2017)
  16. « Turkish Airlines launches a new route to Conakry », Aviate World, (consulté le 12 juillet 2017)