Kaloum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kaloum
Bluezone de Kaloum.jpg
Blue Zone de Kaloum.
Géographie
Pays
Région
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Géolocalisation sur la carte : Guinée
(Voir situation sur carte : Guinée)
Point carte.svg
Presqu’ile de Kaloum.
Port de pêche.

Kaloum, appelée aussi « Presqu'île de Kaloum », est l'une des six communes de la ville de Conakry, capitale de la Guinée ; les cinq autres communes étant Matam, Dixinn, Ratoma, Matoto et Kassa. Elle constitue le centre-ville de Conakry. Elle a une superficie estimée à 5,04 km2 et un pourtour de 15 km.

Du point de vue administratif, c'est le chef-lieu et le nom d'une sous-préfecture de la préfecture de Conakry.

On y trouve le siège du gouvernement et celui de l'Assemblée nationale, le palais présidentiel, les ministères, les ambassades et les banques. C'est là que se trouvent aussi le port autonome et le port de pêche artisanal. L'hôpital Ignace Deen, l'un des premiers du pays, y a été construit à l'époque coloniale. La culture y est représentée notamment par le Musée national de Sandervalia.

Population[modifier | modifier le code]

À partir d'une extrapolation du recensement de 2014 (RGPH3), la population de Kaloum a été estimée à 66 797 personnes en 2016[1].

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les toits de Manquepas.

Kaloum abrite aussi des zones résidentielles et des bidonvilles[2].

Les principaux quartiers de la commune sont : Almamya, Boulbinet, Coronthie, kaloum, Kouléwondy, Manquepas, Sandervalia, Sans-fil, Témitaye, Tombo[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. République de Guinée, Institut national de la statistique, Annuaire statistique 2016, p. 51 [1]
  2. Diaka Touré, « Kaloum, une commune aux multiples facettes », Voir en Vrai (École nationale supérieure d'architecture de Nantes), 2015 [2]
  3. « Conakry et ses quartiers » [3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Contexte sociodémographique des communes de Kaloum et de Dixinn » in Diagnostic local de sécurité 2016, Conakry-Genève, Coginta, 2016, p. 4-16.
  • Claude Rivière, « La toponymie de Conakry et du Kaloum », in Bulletin de l'IFAN, 1966, 28(3-4), p. 1009-1018