5e division de la Garde (Empire allemand)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 5e division.

5e division de la Garde
Création 1917
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Division d'infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1917 - Bataille du Chemin des Dames
1917 - Bataille de la Malmaison
1917 - Bataille de Cambrai
1918 - Offensive Michael
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - Bataille du bois Belleau
1918 - Seconde bataille de la Marne
(Bataille du Soissonnais)
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Bataille de Vauxaillon)
(Bataille de Montfaucon)

La 5e division de la Garde est une unité de l'armée allemande créée au cours de la Première Guerre mondiale. En 1917, elle est engagée peu après sa création dans la bataille du Chemin des Dames puis dans la bataille de la Malmaison. En 1918, la division fait partie des divisions d'assaut et attaque lors de l'offensive Michael et de la bataille de l'Aisne. Elle est ensuite impliquée dans les différents combats défensifs de l'été et de l'automne 1918, elle combat en Argonne à la bataille de Montfaucon. Après la signature de l'armistice, la division est transférée en Allemagne où elle est dissoute au cours de l'année 1919.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

  • 2e brigade d'infanterie de la Garde
3e régiment de grenadiers de la Garde « reine Elisabeth » (de)
3e régiment à pied de la Garde (de)
20e régiment d'infanterie « comte Tauentzien von Wittenberg » (3e régiment d'infanterie brandebourgeois) (de)
4e régiment d'artillerie de campagne de la Garde (de)
  • 100e bataillon de pionniers

1918[modifier | modifier le code]

  • 2e brigade d'infanterie de la Garde
3e régiment de grenadiers de la Garde « reine Elisabeth »
3e régiment à pied de la Garde
20e régiment d'infanterie « comte Tauentzien von Wittenberg » (3e régiment d'infanterie brandebourgeois)
  • 1 escadron du 2e régiment de uhlans de la Garde
  • 5e commandement d'artillerie de la Garde
4e régiment d'artillerie de campagne de la Garde
1re bataillon du régiment d'artillerie à pied de réserve de la Garde
  • 100e bataillon de pionniers

Historique[modifier | modifier le code]

La 5e division de la Garde est formée en février 1917 par le regroupement d'unités déjà existantes : le 3e régiment à pieds de la Garde en provenance de la 1re division de la Garde, le 3e régiment de grenadiers de la Garde « reine Elisabeth » en provenance de la 2e division de la Garde et le 20e régiment d'infanterie « comte Tauentzien von Wittenberg » (3e régiment d'infanterie brandebourgeois) en provenance de la 212e division d'infanterie.

1917[modifier | modifier le code]

23 - 25 octobre : engagée dans la bataille de la Malmaison, les pertes sont très lourdes.
  • 1er - 20 novembre : retrait du front ; repos dans la région de Vervins.
  • 20 novembre 1917 - 10 janvier 1918 : occupation d'un secteur du front vers Hargicourt, engagée dans la bataille de Cambrai jusqu'au 7 décembre.

1918[modifier | modifier le code]

28 mars : mouvement par Flavy-le-Meldeux, Écuvilly, Catigny, Candor.
29 mars : entrée en ligne à l'ouest de Lassigny, relève de la 1re division d'infanterie bavaroise.
29 juillet - 2 août : la division continue les combats défensifs lors de son repli vers Blanzy-lès-Fismes.
2 - 8 août : retrait du front ; repos dans la région de Bruyères-et-Montbérault.
  • 8 - 31 août : mouvement en Belgique par Marle et Hirson ; repos.
  • 31 août - 3 septembre : mouvement par V.F. vers Laon et Crépy-en-Laonnois, puis mouvement par étape vers Vauxaillon.
  • 3 - 16 septembre : relève de la 238e division d'infanterie (de) vers Leuilly-sous-Coucy, engagée à partir du 14 septembre dans la bataille de Vauxaillon avec des pertes très lourdes.
  • 17 - 24 septembre : retrait du front, repos dans la région de Saint-Juvin.
  • 25 septembre - 8 octobre : mouvement vers Montblainville ; à partir du 27 septembre, engagée dans la bataille de Montfaucon. Combats très violents, le 3e régiment de grenadiers de la Garde est pratiquement anéanti.
  • 9 octobre - 11 novembre : retrait du front, puis mouvement à partir du 19 octobre dans la Woëvre, occupation d'un secteur vers Châtillon-sous-les-Côtes. Après la signature de l'armistice, la division est transférée en Allemagne où elle est dissoute au cours de l'année 1919.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Grade Nom Date
Generalmajor Walter von der Osten (de) 11 janvier 1917 - 3 mars 1918
Generalmajor Walter von Haxthausen (de) 4 mars 1918 - 12 janvier 1919

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au cours de la bataille du bois Belleau, plusieurs compagnies du 20e régiment d'infanterie sont détruites, les autres réduites à 40 hommes environ.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) United States Army, American Expeditionary Forces, Intelligence Section, Histories of Two Hundred and Fifty-one Divisions of the German Army which Participated in the War (1914–1918), Washington, Government Print Office, (ISBN 5-87296-917-1, lire en ligne)
  • (de) Gunter Wegner, Stellenbesetzung Der Deutschen Heere, 1815-1939 Die Hoheren Kommandostellen, vol. 1, Osnabruck, Bibliophile Books, (ISBN 3-7648-1780-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]