27e division d'infanterie (Empire allemand)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 27e division.

27e division d'infanterie
Création 1871
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Division d'infanterie
Garnison Ulm[1]
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille des Ardennes
(Bataille de Longwy)
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de Revigny)
(Combats de Vaux-Marie)
1916 - Bataille du mont Sorrel
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille d'Arras
1917 - Bataille de Passchendaele
1918 - Offensive Michael
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Bataille d'Amiens)

La 2e division d'infanterie royale wurtembergeoise est une unité de l'armée wurtembergeoise intégrée à l'armée impériale allemande à partir de 1871. Elle devient en 1914 la 27e division d'infanterie. Elle participe à la Première Guerre mondiale. Au déclenchement du conflit, la 27e division forme avec la 26e division (jusqu'en 1914, la 1re division d'infanterie royale wurtembergeoise) le XIIIe corps d'armée. Elle participe à la bataille de Longwy puis à la bataille de la Marne. Durant l'année 1915, la division combat dans l'Argonne, puis elle est transférée dans les Flandres. En juillet 1916, la division participe à des combats de diversion sur le mont Sorrel puis combat dans la Somme. En 1917, la division participe à la bataille d'Arras, puis dans les Flandres à la bataille de Passchendaele. Au printemps 1918, elle est employée dans l'offensive Michael, puis elle participe aux combats défensifs de l'été et de l'automne. À la fin de la guerre, la 27e division est rapatriée en Allemagne et dissoute au cours de l'année 1919.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Temps de paix, début 1914[modifier | modifier le code]

  • 53e brigade d'infanterie (3e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (Ulm)
123e régiment de grenadiers « roi Charles » (5e régiment de grenadiers du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm)
124e régiment de grenadiers « roi Guillaume Ier » (6e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (de) (Weingarten)
  • 54e brigade d'infanterie (4e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (Ulm)
120e régiment d'infanterie « empereur Guillaume, roi de Prusse » (2e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm)
127e régiment d'infanterie (9e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm) et (Wiblingen (de))
180e régiment d'infanterie (10e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg) (de) (Tübingen) et (Schwäbisch Gmünd)
  • 27e brigade de cavalerie (2e brigade de cavalerie du royaume du Wurtemberg) (Ulm)
19e régiment de uhlans « roi Charles » (1er régiment de uhlans du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm) et (Wiblingen)
20e régiment de uhlans « roi Guillaume Ier » (2e régiment de uhlans du royaume du Wurtemberg) (de) (Ludwigsbourg)
  • 27e brigade d'artillerie de campagne (2e brigade d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg) (Ulm)
13e régiment d'artillerie de campagne « roi Charles » (1er régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm) et (Bad Cannstatt)
49e régiment d'artillerie de campagne (3e régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg) (de) (Ulm)

Composition à la mobilisation - 1916[modifier | modifier le code]

  • 53e brigade d'infanterie (3e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
123e régiment de grenadiers « roi Charles » (5e régiment de grenadiers du royaume du Wurtemberg)
124e régiment de grenadiers « roi Guillaume Ier » (6e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
  • 54e brigade d'infanterie (4e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
120e régiment d'infanterie « empereur Guillaume, roi de Prusse » (2e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
127e régiment d'infanterie (9e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
  • 27e brigade d'artillerie de campagne (2e brigade d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg)
13e régiment d'artillerie de campagne « roi Charles » (1er régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg)
49e régiment d'artillerie de campagne (3e régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg)
  • 19e régiment de uhlans
  • 1re compagnie du 13e bataillon de pionniers

1917[modifier | modifier le code]

  • 53e brigade d'infanterie (3e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
123e régiment de grenadiers « roi Charles » (5e régiment de grenadiers du royaume du Wurtemberg)
120e régiment d'infanterie « empereur Guillaume, roi de Prusse » (2e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
124e régiment de grenadiers « roi Guillaume Ier » (6e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
  • 17e commandement d'artillerie divisionnaire
49e régiment d'artillerie de campagne (3e régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg)
  • 3 escadrons du 19e régiment de uhlans
  • 2e et 3e compagnies du 13e bataillon de pionniers

1918[modifier | modifier le code]

  • 53e brigade d'infanterie (3e brigade d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
123e régiment de grenadiers « roi Charles » (5e régiment de grenadiers du royaume du Wurtemberg)
120e régiment d'infanterie « empereur Guillaume, roi de Prusse » (2e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
124e régiment de grenadiers « roi Guillaume Ier » (6e régiment d'infanterie du royaume du Wurtemberg)
  • 17e commandement d'artillerie divisionnaire
13e régiment d'artillerie de campagne « roi Charles » (1er régiment d'artillerie de campagne du royaume du Wurtemberg)
4e bataillon du 13e régiment d'artillerie à pied, (1re, 12e et 13e batteries)
  • 3 escadrons du 19e régiment de uhlans
  • 2e et 3e compagnies du 13e bataillon de pionniers

Historique[modifier | modifier le code]

Au déclenchement du conflit, la 27e division d'infanterie forme avec la 26e division d'infanterie le XIIIe corps d'armée.

1914 - 1915[modifier | modifier le code]

Parcours du XIIIe corps d'armée allemand en septembre 1914.
24 août : combat à Longuyon.
27e DI sur le front de l'Argonne en 1915
  • 24 septembre 1914 - décembre 1915 : occupation de secteur dans la région de l'Argonne vers Binarville et le bois de la Gruerie, guerre des mines.
29 janvier 1915 : attaque locale allemande qui enlève les premières lignes françaises dans le secteur de Bagatelle malgré une série de contre-attaque[n 1].
août : nouvelle attaque allemande qui se rapproche de la Harazée.
septembre : la 53e brigade est temporairement retirée du front et placée en réserve derrière la ligne de front en Champagne au nord-ouest de Massiges lors de la bataille de Champagne.
  • décembre : retrait du front, transport par V.F. de la région de Grandpré vers Courtrai.

1916[modifier | modifier le code]

  • janvier - 27 juillet : occupation d'un secteur au sud-est du saillant d'Ypres, entre le Sanctuary wood et le canal reliant Ypres à Comines.
24 février : capture des premières lignes britanniques, reperdues devant les contre-attaques alliés le 2 mars, au cours de ces combats le 123e régiment de grenadiers subit de lourdes pertes.
2 - 14 juin : engagée dans la bataille du mont Sorrel, prise des monts le 2 juin ; repli sur les positions de départ devant la contre-attaque canadienne. La division subit des pertes sérieuses lors de cette opération.
  • 27 - 29 juillet : retrait du front, mouvement par V.F. sur le front de la Somme.
  • 29 juillet - 24 août : engagée dans la bataille de la Somme, organisation et occupation d'un secteur devant Guillemont. La division repousse toutes les tentatives de prise du village mais déplore de fortes pertes.
  • 25 août - 13 novembre : retrait du front, le 30 août déplacement dans les Flandres, occupation d'un secteur du front dans la région de Wijtschate.
  • 14 novembre 1916 - 15 mars 1917 : retrait du front, engagée à nouveau dans la bataille de la Somme au nord de Sailly-Saillisel. À partir du 26 novembre, occupation et organisation d'un secteur sur le front de la Somme.

1917[modifier | modifier le code]

positions de la 27e DI durant la bataille d'Arras, avril 1917.
  • 16 - 28 mars : participation à l'opération Alberich dans la région de Roisel.
  • 29 mars - 11 mai : retrait du front, repos dans la région de Valenciennes. Mouvement vers Arras, engagée dans la bataille d'Arras dans le secteur de Bullecourt ; la division repousse, avec de lourdes pertes, les attaques britanniques et australiennes et capture 28 officiers et 1 150 hommes[2].
  • 12 mai - 1er août : retrait du front, repos. Occupation d'un secteur du front à partir du mois de juin dans la région du Catelet entre Gonnelieu et Honnecourt-sur-Escaut.
  • 2 - 25 août : retrait du front, transport par V.F. par Lille, Tourcoing, Menin, Ledegem pour atteindre Roulers.
  • 26 août - 11 septembre : engagée dans la bataille de Passchendaele au sud-est de Saint-Julien, la division souffre de nombreux tirs d'artillerie britanniques.
  • 12 septembre - 8 octobre : retrait du front ; repos dans la région de Gand.
  • 9 octobre - 11 novembre : à nouveau engagée dans la bataille de Passchendaele au nord-est d'Ypres le long de la voie ferrée.
  • 12 novembre 1917 - 2 février 1918 : retrait du front, du 16 au 18 septembre transport par V.F. en Alsace au nord de Colmar, au cours de cette période les conscrits de la classe 1919 commence à être intégrés à la division.

1918[modifier | modifier le code]

positions de la 27e DI durant la bataille d'Amiens, août 1918.
  • 4 - 28 août : engagée à partir du 8 août dans la bataille d'Amiens, la division est repoussée vers Bray-sur-Somme et vers Suzanne[n 3].
  • 28 août - 6 septembre : retrait du front, reconstitution par l'incorporation des hommes du 248e régiment de réserve[3] ; repos dans la région de Briastre.
  • 6 - 26 septembre : transport par V.F. vers Spincourt, puis mouvement vers Loison mise en réserve de l'OHL.
  • 26 septembre - 4 octobre : en ligne dans le secteur de Flabas au nord de Verdun.
  • 4 - 11 octobre : retrait du front, repos.
  • 11 - 29 octobre : en ligne dans le secteur au nord de Douaumont.
  • 30 octobre - 11 novembre : mouvement de rocade, transport par camions vers Stenay en ligne vers Tailly. Après la fin de la guerre, la division est transférée en Allemagne où elle est dissoute au cours de l'année 1919.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Grade Nom Date
Generalleutnant Friedrich von Starkloff 4 mars 1872 - 17 mai 1876
Generalleutnant Otto Knappe von Knappstädt (de) 18 mai 1876 - 8 décembre 1878
Generalleutnant Alexander von Salviati 9 décembre 1878 - 22 février 1881
Generalleutnant Wilhelm Adam von der Osten 15 mars 1881 - 15 novembre 1882
Generalleutnant Hermann Franz Siegmund von Guretzky-Cornitz 16 novembre 1882 - 14 novembre 1887
Generalleutnant Otto von Haldenwang 15 novembre 1887 - 26 octobre 1890
Generalleutnant Berthold Nickisch von Rosenegk 27 octobre 1890 - 1er avril 1895
Generalleutnant Wilhelm von Pfaff 2 avril 1895 - 26 janvier 1897
Generalleutnant Wilhelm Johann Alfred von Sick 27 janvier 1897 - 3 juin 1899
Generalleutnant Fritz von Hiller 4 juin 1899 - 26 janvier 1902
Generalmajor Karl von Stohrer 27 janvier - 21 avril 1902
Generalleutnant Rudolf von Freudenberg 22 avril 1902 - 21 avril 1905
Generalleutnant Alexander von Linsingen 22 avril 1905 - 12 août 1907
Generalleutnant Richard von Beck (de) 13 août 1907 - 30 août 1909
Generalleutnant Eberhard von Kurowski 31 août 1909 - 24 avril 1912
Generalleutnant Franz Graf von Pfeil und Klein-Ellguth 25 avril 1912 - 13 juin 1916
Generalleutnant Otto von Moser (de) 14 juin 1916 - 11 mars 1917
Generalmajor Heinrich von Maur (de) 12 mars 1917 - 9 décembre 1918

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'attaque du 29 janvier cause la mort de 6 officiers et de 409 hommes de troupe au sein de la 27e division d'infanterie mais entrainera la perte de plusieurs fortins français[2].
  2. Au cours des combats près d'Aveluy, la 6e compagnie du 124e régiment de grenadiers voit son effectif réduit de 50%, un bataillon du 120e régiment d'infanterie est pratiquement détruit[3].
  3. Au cours de la bataille d'Amiens et des jours suivants, la 27e division déplore la pertes de 1 400 hommes faits prisonniers[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wegner 1990, p. 123
  2. a et b US Army 1920, p. 371
  3. a b c d e f et g US Army 1920, p. 372

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) United States Army, American Expeditionary Forces, Intelligence Section, Histories of Two Hundred and Fifty-one Divisions of the German Army which Participated in the War (1914–1918), Washington, Government Print Office, (ISBN 5-87296-917-1, lire en ligne)
  • (de) Gunter Wegner, Stellenbesetzung Der Deutschen Heere, 1815-1939 Die Hoheren Kommandostellen, vol. 1, Osnabruck, Bibliophile Books, (ISBN 3-7648-1780-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]