ڮ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ؼ)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.

Kāf trois points souscrits
ڮ
Graphies
Isolée ڮ
Initiale ڮـ
Médiane ـڮـ
Finale ـڮ
Utilisation
Écriture alphabet arabe
Alphabets mundang
Phonèmes principaux /k͡p/, /ɡ/

Kāf ouvert trois points souscrits
ؼ
Graphies
Isolée ؼ
Initiale ؼ
Médiane ‍ؼ‍
Finale ‍ؼ
Utilisation
Écriture alphabet arabe
Phonèmes principaux [ŋ], [ɡ]

Le kāf trois points souscrits, ‹ ڮ › ou ‹ ؼ ›, est une lettre additionnelle de l’alphabet arabe utilisé dans l’écriture de certaines langues tchadiennes comme le mundang, parfois dans l’écriture du tachelhit ou dans l’écriture manuscrite de l’arabe marocain, et était anciennement utilisée dans l’écriture du lezghien, du nogaï et du persan. Elle est composée d’un kāf ‹ ك › diacrité de trois points souscrits ou d’un kāf ouvert ‹ ؼ › diacrité de trois points souscrits.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Dans l’alphabet national tchadien utilisé pour écrire plusieurs langues comme le mundang, ‹ ڮ › représente une consonne occlusive labiale-vélaire sourde [k͡p], transcrite ‹ kp › avec l’alphabet latin[1].

En tachelhit, ‹ ڮ › est parfois utilisé pour représenter une consonne occlusive vélaire voisée [ɡ][2].

En persan, ‹ ؼ › ou ‹ ڮ ›[3] a représenté une consonne occlusive vélaire voisée [ɡ] ou une consonne nasale vélaire voisée [ŋ], selon le dialecte. Elle a été remplacée par gāf (kāf ouvert barre suscrite) ‹ گ › en persan et dans les langues utilisant un alphabet dérivé du persan[4].

En arabe maghrébin dans les manuscrits, ‹ ؼ › est utilisé pour représenter une consonne occlusive vélaire voisée [ɡ][5] aussi souvent représentée à l’aide du kāf ouvert trois points suscrits ‹ ݣ ›[6] ou du gāf persan ou ottoman ‹ گ ›.

En lezghien écrit avec l’alphabet arabe, ‹ ؼ › représente une consonne fricative vélaire sourde [x][7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Everson, Extension of the Arabic alphabet coded character set for bibliographic information interchange (ISO 11822:1996), (lire en ligne)
  • (en) Michael Everson, Roozbeh Pournader et Elnaz Sarbar, Proposal to encode eight Arabic characters for Persian and Azerbaijani in the UCS, (lire en ligne)
  • [Mayel Heravi 1990] (fa) نجیب مایل هروی [Najib Mayel Heravi], نقد و تصحیح متون [Naqd va tashih-e motun = Critique et correction de textes], Mashhad, بنیاد پژوهشهای اسلامی آستان قدس رضوی [Fondation Astan Quds Razavi pour la recherche islamique],‎ 1990 (1369 h)
  • Lorna A. Priest et Martin Hosken, Proposal to add Arabic script characters for African and Asian languages, (lire en ligne)
  • Lameen Souag, « Writing Berber Languages: a quick summary » (version du 30 juillet 2005 sur l'Internet Archive)
  • Nico van den Boogert, « Some notes on Maghribi script », Manuscripts of the Middle East, no 4,‎ (lire en ligne)
  • Nico van den Boogert, Catalogue des manuscrits arabes et berbères du fonds roux, Aix-en-Provence, coll. « Travaux et documents de l’IREMAM » (no 18), (lire en ligne)
  • [Vladimirtsov 1928] Б.Я. Владимирцов, « Новый алфавит для народностей Дагестана », dans Культура и письменность Востока, vol. 2, Баку [Bakou],‎ , 176‒177 p. (lire en ligne)