Parti populaire « Notre Slovaquie »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parti populaire
« Notre Slovaquie »
(sk) Kotleba – Ľudová strana Naše Slovensko
Image illustrative de l’article Parti populaire « Notre Slovaquie »
Logotype officiel.
Présentation
Président Marian Kotleba
Fondation
Siège Banská Bystrica
Journal Naše Slovensko
Organisation de jeunesse Ľudová mládež
Slogan « Avec courage contre le système »
Odvahou proti systému
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Nationalisme slovaque[2],[3]
Autoritarisme[4],[5]
Néofascisme[6],[7],[8]
Réactionnarisme[9]
Populisme de droite[4],[5]
Néonazisme[6],[7],[8]
National-conservatisme[9]
Conservatisme social[9]
Nationalisme économique
Anti-mondialisme[10]
Opposition à l'immigration
Euroscepticisme[11]
Affiliation européenne Alliance pour la paix et la liberté (depuis 2015)
Adhérents 96 (2016)[12]
Couleurs Vert
Site web naseslovensko.net
Représentation
Députés
14 / 150
Eurodéputés
0 / 13
Présidents de régions
0 / 8
Élus régionaux
2 / 408

Le Parti populaire « Notre Slovaquie » (en slovaque : Ľudová strana Naše Slovensko, ĽSNS) est un parti politique slovaque d'extrême droite. Depuis novembre 2015, son nom officiel est Kotleba – Ľudová strana Naše Slovensko. Fondé en 2010, il se veut nationaliste, chrétien et social. Son leader est Marian Kotleba, président de la région de Banská Bystrica de 2013 à 2017.

Depuis 2015, il fait partie de l'Alliance pour la paix et la liberté.

Histoire[modifier | modifier le code]

Programme[modifier | modifier le code]

Le parti est parfois décrit comme néonazi[13] ou comme néofasciste[14]. Il développe un discours antiaméricain, anti-israélien, anti-Rom et homophobe. Il se réclame des héros nationaux que seraient Ľudovít Štúr, Andrej Hlinka et Mgr Jozef Tiso.

Le parti veut un « État qui fonctionne », débarrassé de la corruption, des influences étrangères et du « pouvoir financier ». Il veut aussi que le pays quitte l'UE et l'OTAN, qui selon lui réduisent la « souveraineté de la Slovaquie ». Le parti dit aussi vouloir lutter activement contre les « extrémistes Roms » qui « volent, violent et tuent ». Le parti veut aussi moderniser et agrandir les effectifs de l'armée slovaque pour lutter contre les « hordes d'immigrés musulmans ».

D'un point de vue économique, le Parti populaire « Notre Slovaquie » prône la nationalisation des secteurs clés et défend le développement des énergies renouvelables[15]. Les électeurs du parti évoquent souvent la corruption des partis traditionnels pour expliquer leur choix[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Antonis Klapsis, An Unholy Alliance: The European Far Right and Putin's Russia, Wilfried Martens Centre for European Studies, (ISBN 978-2-930632-39-1, lire en ligne), p. 14.
  2. Exit poll: opposition winning Slovak election
  3. (en) « Putin's Hand Grows Stronger as Right-Wing Parties Advance in Europe », sur Bloomberg.com, (consulté le 14 février 2017).
  4. a et b https://is.muni.cz/th/363599/fss_m/Retiova_thesis.txt
  5. a et b (en) Alena Kluknavská, « A right-wing extremist or people’s protector? Media coverage of extreme right leader Marian Kotleba in 2013 regional elections in Slovakia », sur Intersections. East European Journal of Society and Politics, (ISSN 2416-089X).
  6. a et b (en) Henry Foy, « Neo-Nazi party makes an electoral breakthrough in Slovakia », sur Financial Times, .
  7. a et b (en) « Rise of proudly-neo-Nazi party unnerves a European nation », sur CBS News, .
  8. a et b 5 takeaways from Slovakia’s election. POLITICO. Author - Benjamin Cunningham. Published 3 June 2016. Last updated 3 July 2016. Retrieved 31 March 2017.
  9. a, b et c Kresťanstvo a tradície
  10. Totalita pod rúškom demokracie
  11. (en) « Slovakia vote shocks Europe and its own society », (consulté le 14 février 2017).
  12. (sk) « Dankov nápad môže odstaviť SaS, OĽaNO, Kollára aj Kotlebu », sur aktuality.sk (consulté le 7 septembre 2016).
  13. « Percée de l'extrême droite », Courrier international, no 1323,‎ , p. 9.
  14. Blaise Gauquelin, « En Slovaquie, la percée de l’extrême droite prive Robert Fico de majorité », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  15. (sk) « Programme du parti », sur naseslovensko.net.
  16. Benjamin Cunningham, « Effets pervers de la lutte anticorruption en Europe centrale », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).