Voldemort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lord Voldemort
Personnage de fiction apparaissant dans
Harry Potter.

Dessin de Tom Elvis Jedusor alias Voldemort durant ses années à Poudlard.
Dessin de Tom Elvis Jedusor alias Voldemort durant ses années à Poudlard.

Alias Tom Elvis Jedusor
Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom
Tu-Sais-Qui
Seigneur des Ténèbres
Le Mage Noir
Naissance 31 décembre 1926
Orphelinat Wool (Londres),
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Décès 2 mai 1998 (à 71 ans)
Poudlard (Highlands), Écosse Écosse
Espèce Sang-mêlé
Cheveux Tom Jedusor : Bruns
Voldemort : Chauve
Yeux Tom Jedusor : Noirs
Voldemort : Rouges
Adresse Orphelinat Wool, Londres, Angleterre (de sa naissance à ses 11 ans)
Poudlard (des ses 11 ans à ses 17 ans)
Little Hangleton (des ses 18 ans à sa mort, seulement comme quartier général)
Famille Merope Gaunt (mère, décédée)
Tom Jedusor Sr. (père, décédé)
Elvis Gaunt (grand-père maternel, décédé)
Thomas Jedusor (grand-père paternel, décédé)
Mary Jedusor (grand-mère paternelle, décédée)
Cadmus Peverell (ancêtre, décédé)
Entourage Les Mangemorts
Ennemi(s) Harry Potter, Albus Dumbledore, Ordre du Phénix

Créé par J. K. Rowling
Interprété par Richard Bremmer (voix seulement, dans le premier film)
Christian Coulson
Ralph Fiennes
Hero Fiennes-Tiffin
Frank Dillane

Lord Voldemort également appelée « Le Seigneur des Ténèbres », « Tu-Sais-Qui », « Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom », ou tout simplement « Voldemort », de son véritable nom Tom Elvis Jedusor (Tom Marvolo Riddle en version originale), est un Mage noir, personnage de la saga Harry Potter écrite par J. K. Rowling. Voldemort est le principal antagoniste de l'histoire.

J. K. Rowling en fait pour la première fois mention dans le premier chapitre du premier tome. Voldemort est apparu dans chaque tome de la série, à l'exception du troisième. Son nom ou l'un de ses pseudonymes est cependant mentionné dans tous les tomes.

Au cinéma, Lord Voldemort est interprété par Ralph Fiennes.

Lord Voldemort dans la saga de J. K. Rowling[modifier | modifier le code]

Origines et débuts – Tom Jedusor[modifier | modifier le code]

Tom Elvis Jedusor ((en) Tom Marvolo Riddle) est le véritable nom de Lord Voldemort, sorcier de sang-mêlé.

Son père, Tom Jedusor senior, abandonne sa mère, Merope Gaunt, avant sa naissance, lorsqu'il apprend que son épouse est une sorcière qui l'a épousé grâce à un philtre d'amour : celle-ci, en effet a cessé de lui donner le philtre car, selon Dumbledore, « elle avait dû, avec le temps se persuader qu'il l'aimait vraiment et avoir pitié de lui. ». Elle accouche et va porter son enfant dans un orphelinat. Désespérée et seule, Merope Gaunt meurt une heure après avoir mis son fils au monde ; elle a juste le temps de dire qu'elle veut que son fils s'appelle Tom, comme son père, et Elvis, comme son grand-père. Tom Jedusor est, par le sang de sa mère, le seul descendant encore vivant de Salazar Serpentard, ce qui en fait en quelque sorte son héritier. Selon l'auteur, le fait que Voldemort ne puisse comprendre l'amour est symbolisé par le fait qu'il soit issu d'une union sans amour mais que les choses auraient pu être différentes si sa mère avait survécu, l'avait élevé et aimé[1].

Il reste jusqu'à l'âge de onze ans dans cet orphelinat ; durant les années qu'il y passe, il effraye ses camarades en pendant le lapin de l'un d'eux et en volant des objets appartenant aux autres enfants. Quand Albus Dumbledore vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, et lui annoncer qu'il est sorcier, un énorme enthousiasme s'empare de lui. Il répond avec dédain à Dumbledore qu'il savait qu'il était « quelqu'un d'exceptionnel », et fait preuve de son indépendance en déclarant qu'il préfère acheter seul ses fournitures scolaires au Chemin de Traverse.

Arrivé à Poudlard, il est admis à Serpentard : le Choixpeau magique effleure à peine sa tête qu'il l'envoie à Serpentard. Jedusor ne sait pas encore à ce moment-là qu'il est l'héritier du fondateur même de cette Maison. Il séduit ses professeurs : il est studieux, consciencieux, vient d'un orphelinat et a « un don pour avoir ce qu'il veut », comme il le dit si bien dans le tome 2, Harry Potter et la Chambre des secrets. Durant les années qu'il passe à l'école de sorcellerie, il fait des recherches assidues — et inutiles — sur les origines de son père, croyant que celui-ci a été jadis élève de Poudlard et ignorant que son père n'était en fait qu'un Moldu car il pense de sa mère que « si c'était une sorcière, elle ne serait pas morte » ; il se voit obligé d'admettre que son père n'a jamais fait ses études à Poudlard et qu'il est encore moins un sorcier. Une rage naît ainsi en lui. Son âme, alors déformée par la fureur, est déjà en germe de celle du mage noir qu'il va devenir. C'est pourquoi il décide de changer de nom ; il ne veut pas porter le nom d'un « sale Moldu » qui a abandonné sa mère, Merope Gaunt.

Il se met donc à effectuer des recherches sur ses origines « maternelles » et découvre que c'était en réalité sa mère qui était une sorcière, descendante directe de Salazar Serpentard.

Il découvre aussi qu'il a la capacité, comme son aïeul, de parler le Fourchelang, la « Langue des Serpents » ; par la même occasion, il apprend l'existence d'une « Chambre des secrets » dans le collège, et que « seul l'héritier de Serpentard a le pouvoir d'ouvrir cette chambre ». Toutes ces révélations l'amènent, après avoir découvert tous les secrets de la Chambre, lors de sa cinquième année d'études, à ouvrir celle-ci, et ainsi libérer le Basilic en lui ordonnant en Fourchelang de traquer les élèves de Poudlard qui n'auraient pas le sang « pur » (les sang-de-bourbe) et de les tuer, le Basilic pouvant tuer d'un simple regard. Le monstre finit par tuer une élève, Mimi Geignarde. À la suite de cet incident, Jedusor, apprenant que l'école menace de fermer, fait croire au ministère de la Magie que le coupable est Rubeus Hagrid, alors élève de troisième année, en utilisant comme prétexte que Hagrid est en possession d'une acromantula, Aragog. Jedusor laisse derrière lui un journal intime qui contient entre ses pages son souvenir, afin d'assurer la perpétuité de la Chambre des secrets. Par la suite, Lucius Malefoy glisse le journal intime parmi les fournitures scolaires de Ginny Weasley qui, possédée par son « souvenir », ouvrira la Chambre et écrira des messages ensanglantés sur les murs de Poudlard.

Entre sa cinquième et sa sixième année à Poudlard, il se rend au village de ses parents et tue froidement son père, Tom Jedusor senior, ainsi que ses grands-parents, et se débrouille pour son oncle Morfin Gaunt s'accuse de ces meurtres.

Lors de sa sixième année, il demande au professeur Slughorn des informations sur les Horcruxes : un objet dans lequel on introduit une partie de son âme après avoir commis un meurtre. Le journal intime sera le premier Horcruxe de Voldemort.

Ensuite, lors de sa septième année, après avoir obtenu toutes ses BUSE et tous ses ASPIC, Tom Jedusor demande le poste de professeur de Défense Contre les Forces du Mal qui lui est refusé à cause de son jeune âge. Il s'engage alors chez Barjow et Beurk où il se révèle un vendeur talentueux, au physique envoûtant. Avant de créer ses Horcruxes — action qui lui amputera l'âme et le rendra très laid —, Tom Jedusor était très beau et très charmant. Après cela personne n'entend plus parler de Tom Jedusor pendant longtemps. Puis il revient et redemande le poste de professeur de défense contre les forces du mal auprès de Dumbledore, nouvellement nommé directeur de Poudlard. Dumbledore refuse catégoriquement. Humilié et mis en colère par ce refus, Voldemort lance vraisemblablement une malédiction sur le poste convoité. Depuis ce jour, aucun professeur n'y restera plus d'un an.

Ascension au pouvoir – Lord Voldemort[modifier | modifier le code]

Tom Jedusor devient alors l'un des plus redoutables mages noirs en prenant définitivement le titre de Lord Voldemort. Le nom est construit par l'anagramme : « JE SUIS VOLDEMORT = TOM ELVIS JEDUSOR » (il s'est lui-même attribué le titre de Lord) ; dans la version anglaise, « I AM LORD VOLDEMORT = TOM MARVOLO RIDDLE ». Le nom Voldemort, admis comme étant un mot-valise français, est utilisé dans toutes les langues, la question de l'homonymie du mot « vol » restant ouverte.

Il est appelé par la plus grande partie de la communauté des sorciers « Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom » ou « Vous-Savez-Qui ». Seules douze personnes connues osent prononcer « Voldemort » : Albus Dumbledore (seul sorcier à être craint par Voldemort), Kingsley Shacklebolt, Remus Lupin, Sirius Black, Xenophilius Lovegood, Hermione Granger (depuis le tome 5), Bill Weasley (depuis le tome 7), Ginny Weasley (depuis le tome 6), Ronald Weasley (depuis le tome 7), Neville Londubat (tome 7), Minerva McGonagall (depuis le tome 7), et enfin Harry Potter car il n'a pas grandi en apprenant à craindre ce nom.

Il regroupe autour de lui une troupe de sorciers appelée « Mangemorts ». Ces derniers le suivent pour diverses raisons : peur, conviction idéologique, simple intérêt, ensorcellement, ou tout simplement bêtise. Cette époque, où Voldemort est à l'apogée de son pouvoir, est certainement l'une des plus sombres pour le monde de la Magie. En effet, « Le Seigneur des Ténèbres », ainsi nommé par ses serviteurs, est sans pitié et n'hésite pas à tuer toute personne se mettant en travers de son chemin.

Severus Rogue, lui rapporte alors le début d'une prophétie : « Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche… il naîtra de ceux qui l'ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois… » N'ayant connaissance que du début de la prophétie, Voldemort recherche un enfant né à la fin du mois de juillet issu de parents sorciers. Or deux enfants correspondent au début de la prophétie : Harry Potter et Neville Londubat. Il choisit Harry Potter, voyant en cet enfant, qui est comme lui un « sang-mêlé », le bébé dont parle la prophétie. Mais, dans la nuit du 31 octobre 1981, alors qu'il vient de tuer les deux parents d'Harry, il est incapable de faire de même avec ce dernier, son sortilège se retournant contre lui. Harry devient ainsi « Le Survivant », le seul à avoir survécu au sortilège de la Mort, l'Avada Kedavra, et à avoir vaincu « Vous-savez-qui » ; néanmoins Voldemort n'est pas tout à fait mort car, ayant créé 6 horcruxes d'après Dumbledore, il ne peut pas disparaître. Il tente de retrouver forme humaine en essayant de s'emparer de la fameuse « Pierre philosophale », durant la première année d'Harry à Poudlard. Mais ce dernier parvient à l'en empêcher, et Voldemort doit attendre la fin de la quatrième année d'Harry à Poudlard pour parvenir à revenir entièrement à la vie, grâce à l'aide de Peter Pettigrow qui parvient à le localiser dans les forêts albanaises où il se cache. Néanmoins, une fois encore, Harry lui échappe, et annonce à la communauté des sorciers son retour.

Dans le cinquième tome, Voldemort tente de récupérer la prophétie complète, dont une copie est stockée au ministère de la Magie. Mais comme une prophétie ne peut être dévoilée qu'à celui ou ceux qu'elle concerne, et qu'il ne peut pas se rendre lui-même au ministère qui ne croit pas à son retour, il tente d'utiliser Harry en contrôlant son esprit par l'intermédiaire de ses rêves, pour l'amener à se rendre lui-même dans le département des mystères du ministère de la Magie. Mais contrairement à ce que Voldemort espère, Harry, malgré une irrésistible et croissante envie d'atteindre l'objectif de s'emparer de l'objet recherché, n'éprouve pas la curiosité de se rendre au Département des mystères ; Voldemort, se servant des informations recueillies par la famille Malefoy grâce à Kreattur, fait croire à Harry, au moyen d'une fausse vision, qu'il est lui-même en train de sommer son parrain de récupérer la prophétie sous peine de torture, voire d'assassinat. Sa ruse réussit.

Au terme d'un combat opposant le Seigneur des Ténèbres à Albus Dumbledore, les deux plus grands sorciers modernes, il finit par s'enfuir une fois de plus, ayant échoué dans sa quête de la prophétie, et n'ayant une fois de plus pas réussi à éliminer Harry. Sa seule satisfaction est de constater que Dumbledore vieillit et que ses pouvoirs, encore puissants, s'en ressentent.

Les Horcruxes[modifier | modifier le code]

Un Horcruxe est un objet dans lequel une personne a dissimulé une partie de son âme. Il peut s'agir d'un objet inanimé ou d'un animal. Pour créer un Horcruxe, il faut commettre un meurtre, ce qui déchire l'âme, puis enfermer le fragment d'âme dans un objet ou un animal, à l'aide d'une formule magique. Dans le tome 6, on apprend que Lord Voldemort a eu la volonté de diviser son âme en sept parties, le nombre sept faisant référence à la magie puissante ; six des sept « morceaux d'âme » sont conservés dans des Horcruxes, le septième étant alors présumé être le morceau d'âme restant dans le propre corps de Voldemort.

Les six parcelles ont été placées dans six objets différents à haute valeur symbolique : en effet, ces objets ne sont pas quelconques puisque Lord Voldemort a un penchant fétichiste qui le pousse à utiliser des objets qui sont pour lui une source d'orgueil, comme ceux ayant appartenu aux quatre fondateurs de Poudlard, qui a toujours été l'endroit où Voldemort se sentait chez lui.

Voldemort n'hésite alors pas à mutiler son âme dans le seul but d'assouvir sa soif d'immortalité. C'est d'ailleurs pour cela qu'il ne meurt pas dans les épisodes antérieurs, car il reste toujours des parties de son âme conservées dans plusieurs Horcruxes, comme autant d'ancrages dans la vie. Il ne pourra mourir totalement que si tous ses Horcruxes sont détruits.

Dumbledore découvre secrètement plusieurs de ces objets, dont la Bague de Gaunt (le grand-père maternel de Voldemort) qu'il détruit au prix d'une grave blessure à sa main droite. Cette dernière est alors brûlée par la protection placée sur cet objet. Le journal intime de Tom Jedusor que Harry a détruit durant sa seconde année s'avère également être un Horcruxe. Il n'en reste donc plus que quatre à détruire. Dumbledore et Harry parviennent à l'hypothèse que les quatre autres objets seraient un médaillon ayant appartenu à Salazar Serpentard, une coupe ayant appartenu à Helga Poufsouffle, le serpent de Voldemort, Nagini et un objet ayant appartenu à Rowena Serdaigle ou à Godric Gryffondor (il s'avérera qu'il s'agit d'une tiare ayant appartenu à Rowena Serdaigle, découverte et détruite dans le tome 7). Pour faire ses Horcruxes, Voldemort a commis les meurtres de Mimi Geignarde pour le journal intime, de Tom Jedusor Senior pour la Bague, d'Hepzibah Smith pour la Coupe et pour le Médaillon, de Bertha Jorkins pour Nagini, et d'un paysan Albanais pour le Diadème[1].

Après la mort de Dumbledore, Poudlard est menacée de fermeture et Harry décide de partir lui-même à la recherche de ces fameux Horcruxes.

À la fin du septième tome, Harry apprend qu'il est un Horcruxe que Voldemort a accidentellement créé la nuit du 31 octobre 1981. En tentant de le tuer par l'Avada Kedavra, Voldemort ne fait que détruire lui-même la fraction d'âme qui se trouvait dans le corps d'Harry. Ainsi, en lieu et place de six Horcruxes initialement prévus, sept ont été créés.

L'achèvement de la Seconde Guerre[modifier | modifier le code]

Dans le septième tome de la série, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Lord Voldemort parvient à s'emparer du pouvoir dans le monde des sorciers. Il tue Rufus Scrimgeour et contrôle désormais le ministère de la Magie via un ministre fantoche soumis au sortilège de l'Imperium, Pius Thicknesse. Il prend également indirectement possession de Poudlard en faisant nommer son fidèle Severus Rogue directeur de l'école, et en plaçant les Carrows (un frère et une sœur Mangemorts) spécialistes de la magie noire à des postes d'enseignants.

La terreur s'abat sur tous ceux qui n'ont pas le « sang-pur » : les Sang-de-Bourbes, de même que les « traitres à leur sang ». Les meurtres, les tortures, les enlèvements ou les rackets se multiplient contre eux ou contre de nombreux Moldus. Les elfes de maison et les Gobelins ne sont guère mieux traités par le nouveau régime.

Parallèlement, le Seigneur des Ténèbres soumet la population magique à une intense propagande, puisqu'il contrôle la Gazette du Sorcier et tous les médias, et que les récalcitrants sont frappés à travers leurs familles. Ainsi Xenophilius Lovegood doit changer sa ligne éditoriale sous peine de ne plus revoir sa fille Luna, arrêtée. Des affiches appellent partout à dénoncer son vieil ennemi Harry Potter, traité d'« Indésirable numéro 1 ». Pour mieux débusquer les membres hors-la-loi de l'ordre du Phénix, le nom même de Lord Voldemort est désormais ensorcelé : toute personne assez audacieuse pour prononcer son nom tabou est immédiatement repérée par magie, où qu'elle se cache.

La victoire de Voldemort ne peut toutefois être complète tant qu'Harry survit, et que son nom rallie les espoirs et les résistants. Au début du septième livre, Voldemort tente de le tuer peu avant ses 17 ans lorsque l'ordre du phénix le transfère depuis la maison des Dursley. Au cours d'une folle bataille-poursuite aérienne, où l'on découvre que Voldemort sait voler, il parvient à tuer l'Auror Maugrey Fol Œil. Mais la baguette qu'il a empruntée à Lucius Malefoy échoue à faire du mal à Harry. Au contraire, c'est la baguette de Harry, jumelle de celle de Voldemort, qui déclenche un sortilège puissant contre le Mage Noir, sans même qu'Harry l'ait voulu.

Inquiet de ce phénomène, Voldemort part à l'étranger à la recherche de la baguette la plus puissante du monde, supposée invincible, et qui constitue l'une des trois reliques de la mort, la baguette de Sureau. Il en cherche le dernier propriétaire, et, pour cela, il rend visite au mage noir Grindelwald dans sa prison de Nurmengard ; Grindelwald le raille en lui disant ne jamais avoir possédé la baguette et que, quand bien même Voldemort la trouverait, elle ne lui serait d'aucune utilité, tant sa connaissance des choses est médiocre. Voldemort, fou de colère, assassine Grindelwald puis se rend à Poudlard pour profaner la tombe du vainqueur de Grindelwald et dernier propriétaire de la baguette : Dumbledore, des mains duquel il arrache enfin la baguette convoitée. Plus tard, Voldemort fait tuer froidement Severus Rogue, meurtrier de Dumbledore, par son serpent Nagini, pour s'assurer d'être bien le nouveau propriétaire légitime de la baguette.

Découvrant tardivement qu'en son absence, Harry et ses amis ont commencé à chercher ses Horcruxes, Voldemort revient pour vérifier une à une les cachettes de ces derniers. Il découvre avec rage la disparition de la Coupe de Poufsouffle, de la Bague de Gaunt, du Médaillon de Serpentard. Il livre involontairement à Harry, qui peut toujours entrer en vision dans son esprit, la cachette du Diadème de Serdaigle, le prochain Horcruxe : à Poudlard.

Venu alors assiéger Poudlard, Voldemort invite Harry, au terme d'un premier assaut très meurtrier, à venir se livrer à lui dans la Forêt Interdite d'ici une heure sous peine de reprendre l'attaque et de tuer encore plus de gens.

Entre-temps, dans la Pensine, les pensées du défunt Severus Rogue ont appris à Harry la vérité : il est lui-même le septième Horcruxe de Voldemort. La nuit du meurtre des parents d'Harry et de la destruction de son corps, le Seigneur des Ténèbres a, sans le savoir, déposé une partie de son âme dans le seul corps vivant à proximité : celui d'Harry. Ainsi s'expliquent les connexions entre leurs deux âmes, ou leur don commun du Fourchelang. Cela implique aussi l'impossibilité pour Voldemort de mourir tant qu'Harry vit…

Aussi lorsqu'Harry paraît devant lui dans la Forêt Interdite, Voldemort peut lui infliger le Sortilège de la Mort sans que ce dernier résiste. Croyant Harry mort — et ignorant qu'il n'a détruit que la part de son âme qui demeurait dans son ennemi, le 7e Horcruxe — Voldemort se présente triomphalement aux portes de Poudlard avec ses centaines de Mangemorts. Il annonce à tous le remplacement de toutes les maisons par la seule maison de Serpentard. Il tente de rallier Neville Londubat et d'en faire un Mangemort. Mais la bataille reprend, pendant laquelle Neville parvient à tuer Nagini, le dernier Horcruxe. Voldemort voit tomber autour de lui ses partisans, notamment Bellatrix Lestrange.

Puis à la rage de Voldemort, Harry révèle qu'il n'est pas mort. Le duel ultime s'engage dans la Grande Salle de Poudlard. Voldemort apprend d'Harry que Rogue a toujours été du côté de Dumbledore depuis le meurtre de sa mère, qu'il aimait en secret. Harry n'hésite plus à se moquer de lui, à l'appeler par son vrai nom, Tom Jedusor, à railler son incapacité à apprendre de ses erreurs, au premier chef son mépris pour l'Amour. Il explique au Mage Noir qu'en se sacrifiant pour les hôtes de Poudlard comme jadis sa mère s'est sacrifiée pour lui sans chercher à résister, il a rendu ses sortilèges maléfiques pareillement impuissants à leur nuire. Il l'incite même à montrer du remords tant qu'il est encore temps.

Voldemort, inquiet, se croit cependant toujours invincible tant qu'il possède la Baguette de Sureau. Mais Harry lui révèle aussi qu'il n'en est pas le vrai maître, car Rogue n'a jamais vaincu Dumbledore, il n'a fait que le tuer selon un plan préalablement convenu entre eux. Le vrai propriétaire de la baguette est Drago Malefoy, qui avait désarmé Dumbledore, et par voie de conséquence, Harry lui-même, qui a entre-temps désarmé Drago.

Refusant de le croire, Voldemort utilise à nouveau l'Avada Kedavra contre Harry qui, de son côté, utilise l'Expelliarmus. Une dernière fois, le sortilège lui est renvoyé tandis que sa baguette lui est arrachée des mains et retombe dans celle d'Harry. Voldemort meurt sur le coup, son propre sortilège ayant rebondi contre lui. Son pouvoir s'effondre avec lui, ses partisans sont arrêtés ou s'enfuient. Son corps est emporté dans une chambre de Poudlard pour ne pas être mêlé à ceux de ses victimes. La destinée finale de ses restes n'est pas précisée par J.K Rowling. L'auteur précise cependant qu'il se retrouve dans la forme mutilée aperçue par Harry lors de sa vision dans la gare de King's Cross[1].

Description[modifier | modifier le code]

Tom Jedusor (avant de devenir Voldemort) : grand, pâle, brun, visage particulièrement beau, joues creuses et des yeux noirs. Voix douce.

Tom Jedusor (devenu Voldemort) : visage au crâne chauve semblable à une tête de serpent, deux fentes en guise de narines, des yeux rouges et luisants aux pupilles verticales, teint si pâle qu'il semble scintiller d'une couleur nacrée. Voix claire et aiguë.

Famille[modifier | modifier le code]

L'auteur mentionne la famille Jedusor pour la première fois dans Harry Potter et la Coupe de feu et la famille Gaunt dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé.

La famille Gaunt est une vieille famille de sorciers, persuadés de la supériorité du sang pur au point de développer une forte consanguinité. Elvis Gaunt prétend que sa famille constitue les derniers descendants de Salazar Serpentard.

Elvis Gaunt est également un descendant de Cadmus Peverell, faisant de Harry et Voldemort des parents très éloignés reliés par les Peverell[1].

Salazar Serpentard
 
 
 
 
Cadmus Peverell
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Elvis Marvolo Gaunt
(?-c. 1927)
 
 
Thomas Jedusor (1880-1943)
 
Mary Jedusor (1883-1943)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Morfin Gaunt
(c. 1905-1943)
 
 
 
Merope Gaunt
(c. 1907-1926)
 
Tom Jedusor
(c. 1905-1943)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tom Elvis Jedusor
(Lord Voldemort)
(1926-1998)


Note : c. est l'abréviation de circa.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

En français, le nom donné à Voldemort est « Tom Elvis Jedusor ». Dans ce livre, il explique que l'appellation « Lord Voldemort » est dérivée de l'anagramme de son nom : Tom Elvis Jedusor → Je suis Voldemort

Comme de nombreux autres noms présents dans les romans de Harry Potter, « Voldemort » semble avoir une origine française. En fait, on peut penser que cela vient de « vol de mort ».

Dans les versions traduites de Harry Potter et la Chambre des secrets, le nom d'origine de Voldemort est généralement changé pour adapter l'anagramme dans la langue traduite. Par contre, dans l'édition polonaise, le traducteur, Andrzej Polkowski a décidé de ne rien changer, probablement à cause de la difficulté de traduire l'anagramme de façon à ce qu'il corresponde à une phrase sensée en polonais. Dans l'édition portugaise, différente de l'édition brésilienne, le nom n'a pas non plus été traduit.

Langue Vrai nom Anagramme Traduction / Notes explicatives
Anglais TOM MARVOLO RIDDLE I AM LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort
Allemand TOM VORLOST RIDDLE IST LORD VOLDEMORT (C')est Lord Voldemort
Basque TOM NARIVOLOZ RIDDLE LORD VOLDEMORT NAIZ Je suis Lord Voldemort
Catalan TOD MORVOSC RODLEL SÓC LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort
Danois ROMEO G DETLEV JR JEG ER VOLDEMORT Je suis Voldemort
Espagnol TOM SORVOLO RYDDLE SOY LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort
Espéranto TOM VLADES MISTERO MI ESTAS VOLDEMORT Je suis Voldemort
Estonien TOM MARVOLON RIDDLE MINA LORD VOLDEMORT Moi, Lord Voldemort
Finnois TOM LOMEN VALEDRO MA OLEN VOLDEMORT Je suis Voldemort : « ma » est une forme archaïque de « minä » qui signifie « je » ou « moi »
Français TOM ELVIS JEDUSOR JE SUIS VOLDEMORT
Grec moderne ΆNTON MΌPBOL ΧΈPT ΆΡΧΩΝ ΒΌΛΝΤΕΜΟΡΤ Lord Voldemort : En grec moderne, « NT, ντ » est l'équivalent de « D, d » ou de « ND, nd », la lettre « Δ, δ » se prononçant [ð].
Hébreu TOM VANDROLO RIDDLE ANI LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort : le mot lord est repris de l'anglais mais pas traduit.
Hongrois TOM ROWLE DENEM NEVEM VOLDEMORT Mon nom est Voldemort
Islandais TREVOR DELGOME EG ER VOLDEMORT Je suis Voldemort
Italien TOM ORVOLOSON RIDDLE SON IO LORD VOLDEMORT C'est moi Lord Voldemort
Japonais トム・マールヴォロ・リドル
(Tomu Māruvoro Ridoru)
私はヴォルデモート卿だ
(Watashi ha Vorudemōto-kyō da)
Je suis Lord Voldemort
Néerlandais MARTEN ASMODOM VILIJN MIJN NAAM IS VOLDEMORT Mon nom est Voldemort
Norvégien TOM DREDOLO VENSTER VOLDEMORT DEN STORE Voldemort le Fantastique
Portugais TOM SERVOLO RIDDLE EIS LORD VOLDEMORT Voici Lord Voldemort
Russe TOM YARVOLO REDDL YA LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort (Le présent du verbe être ne s'emploie plus en russe moderne.)
Slovaque TOM MARVOLOSO RIDDLE A SOM I LORD VOLDEMORT Et je suis aussi Lord Voldemort
Slovène MARK NEELSTIN MRLAKENSTEIN Dans ce cas, le nom fut changé pour ressembler à Frankenstein, alors que Mrlak ferait allusion à la mort.
Suédois TOM GUS MERVOLO DOLDER EGO SUM LORD VOLDEMORT Je suis Lord Voldemort en latin
Tchèque TOM ROJVOL RADDLE JÁ LORD VOLDEMORT Moi, Lord Voldemort
Turc TOM MARVOLDO RIDDLE ADIM LORD VOLDEMORT Mon nom (est) Lord Voldemort
Ukrainien TOM YARVOLOD REDL YA LORD VOLDEMORT Je (suis) Lord Voldemort

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Gallimard,‎ 1998 (ISBN 2070518426)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Chambre des secrets, Gallimard,‎ 1999 (ISBN 2070524558)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Gallimard,‎ 1999 (ISBN 2070528189)

J. K. Rowling, Harry Potter et la Coupe de feu, Gallimard,‎ 2001 (ISBN 207054351X)

J. K. Rowling, Harry Potter et l'Ordre du phénix, Gallimard,‎ 2003 (ISBN 2070556859)

J. K. Rowling, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, Gallimard,‎ 2005 (ISBN 2070572676)

J. K. Rowling, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Gallimard,‎ 2007 (ISBN 9782070615377)

Autres références
  1. a, b, c et d Éléments précisés par l'auteur le 30 juillet 2007 lors d'un chat avec des fans sur le site de Bloomsbury.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]