Viaduc de Cize-Bolozon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
viaduc de Cize-Bolozon
Passage d'un TGV sur le viaduc en 2011.
Passage d'un TGV sur le viaduc en 2011.
Géographie
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Localité Bolozon et Corveissiat
Coordonnées géographiques 46° 12′ 56″ N 5° 27′ 04″ E / 46.215556, 5.451111 ()46° 12′ 56″ N 5° 27′ 04″ E / 46.215556, 5.451111 ()  
Fonction
Franchit Ain
Fonction pont-rail et pont-route
Caractéristiques techniques
Type pont en arc
Longueur 273 m
Hauteur 73 m
Construction
Construction 1872-1875
détruit en 1944
reconstruit en 1945-1946
remise en service 1950
Architecte(s) Jean-François Blassel

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
viaduc de Cize-Bolozon

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
viaduc de Cize-Bolozon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
viaduc de Cize-Bolozon

Le viaduc de Cize-Bolozon est un pont ferroviaire qui traverse la rivière l'Ain et relie la commune de Bolozon (hameau de Daranche, sur la rive Est ou gauche) à celle de Corveissiat (sur la rive Ouest ou droite), toutes deux situées dans le département de l'Ain. le territoire de la commune de Cize est situé plus au sud.

Il a été remis en service après une interruption de circulations liée aux travaux de remise en service de la ligne du Haut-Bugey, sur laquelle roulent des TGV Lyria reliant Paris et Genève et des TER de Bourg-en-Bresse vers La Cluse et Oyonnax.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Il est situé entre les points kilométriques 24,634 et 24,903[1] de la ligne de Bourg-en-Bresse à Bellegarde entre le tunnel de Racouse (1 689 m) et la gare de Cize - Bolozon. D'une longueur de 269 m[1], il est établi en palier (niveau des rails 318 m).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le viaduc de Cize-Bolozon possède deux niveaux, le niveau inférieur étant parcouru par les voitures et le niveau supérieur par les trains. Ce viaduc de 273 mètres de long est composé de onze arcades disposées sur les deux niveaux et d'une hauteur maximale de 73 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le viaduc pendant les travaux de la ligne du Haut-Bugey.

La Compagnie des Dombes et du Sud-Est met en chantier un premier viaduc en 1872[2], il est mis en service en 1875 pour la ligne du Haut-Bugey pour un coût de 339 000 FF de l'époque.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'ouvrage subit le sort des ponts ayant une importance stratégique : il est détruit à la dynamite, des maquisards faisant sauter la pile n° 1, le 12 juillet 1944 croyant limiter les dégâts ; cependant par effet domino dix des onze arches vont s'effondrer. Après le conflit, les autorités optent pour une reconstruction à l'identique[2]. Le chantier dure deux ans, de 1945 à 1946, des prisonniers allemands y auraient participé . Ce nouveau pont n'est néanmoins mis en service que le 14 mai 1950[2] et inauguré quelques jours après, le 19 mai. Cette reconstruction est entièrement filmée par le cinéaste André Périé pour la Société Centrale Cinématographique de la SNCF[3].

Au début des années 2000 le pont est de nouveau sans trafic ferroviaire, car dans le cadre d'une amélioration de la relation Paris - Genève en TGV, il a été décidé de faire passer ce trafic par la ligne du Haut-Bugey. Les travaux de modernisation sont entrepris à partir de 2007 sur l'ensemble de la voie. Le pont lui-même, considéré comme emblématique de la ligne, est examiné et déclaré suffisamment en bon état par les ingénieurs pour pouvoir être simplement rénové. Les travaux consistent notamment dans l'étanchéité complète de l'ouvrage et la remise à neuf du tablier. Selon certains élus, l'ouvrage se dégraderait à cause d'une mauvaise gestion des eaux de ruissellement[4], suite aux travaux réalisés par Réseau ferré de France entre 2007 et 2010. Cette conclusion est contestée par RFF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-44-0, volume 2, page 167.
  2. a, b et c S. Vidiani. R. Debachy, « Le viaduc de Cize-Bolozon », Revue de géographie de Lyon, 1951, vol. 26, n° 2, pp. 208-209. texte en ligne (consulté le 25 juin 2010).
  3. Ce documentaire s'intitule « La reconstruction du viaduc de Cize-Bolozon »
  4. « Bolozon. Viaduc de Bolozon : le maire regrette des travaux inefficaces », sur leprogres.fr, Le Progrès,‎ 15 juillet 2011 (consulté le 22 juillet 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Debachy, « Le viaduc de Cize Bolozon », Visage de l'Ain, no 11,‎ juillet 1950, p. 43-45
  • Olivier Carmelle et Véronique Pont-Carmelle, La ligne du Haut-Bugey : de “l'intérêt local” au Paris-Genève, La Roche-Blanche, La Regordane,‎ octobre 2010, 2e éd. (1re éd. 2006), 208 p. (ISBN 2906984663 et 978-2-906984-90-5, résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]