Pont-canal de Briare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont-canal de Briare
Le pont-canal de Briare
Le pont-canal de Briare
Géographie
Pays France
Région Centre
Département Loiret
Localité Briare et Saint-Firmin-sur-Loire
Coordonnées géographiques 47° 37′ 52″ N 2° 44′ 10″ E / 47.631111, 2.736111 ()47° 37′ 52″ N 2° 44′ 10″ E / 47.631111, 2.736111 ()  
Fonction
Franchit la Loire et l'ancien canal latéral de 1838
Fonction Franchissement de la Loire par le
canal latéral à la Loire
Caractéristiques techniques
Type Pont en poutre
Longueur 662 m
Largeur 11,5 m
Hauteur 1,50 m au-dessus des plus hautes eaux
connues[1]  soit en temps normal 9 m
Matériau(x) cuvette en acier, piles en maçonnerie
Construction
Construction 1890-1896
Architecte(s) Moreau, Léonce-Abel Mazoyer, Charles Sigault
Entreprise(s) Daydé et Pillé (cuvette métallique), Gustave Eiffel (piles en maçonnerie)
Historique
Protection  Inscrit MH (1976)

Géolocalisation sur la carte : Centre

(Voir situation sur carte : Centre)
Pont-canal de Briare

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Pont-canal de Briare

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont-canal de Briare

Le pont-canal de Briare est un pont-canal permettant le passage au-dessus de la Loire par le canal latéral à la Loire. Il s'agit donc d'un pont portant une voie navigable.

L'ouvrage est situé sur le territoire des communes de Briare et de Saint-Firmin-sur-Loire situées dans le département du Loiret et la région Centre.

Le pont-canal n'est pas situé sur le cours du canal de Briare.

Historique[modifier | modifier le code]

Les bateaux descendant le canal latéral à la Loire devaient traverser cette dernière pour rejoindre le canal de Briare. Ce passage s'effectuait dans un chenal endigué long d'un kilomètre en travers du fleuve, entre les écluses de Mantelot (rive gauche) et des Combles (rive droite), sur les communes de Châtillon-sur-Loire et Ousson-sur-Loire, à 5 km en amont de Briare. Le canal Latéral continuait ensuite son trajet jusqu'à cette ville dans laquelle il rejoignait le canal de Briare juste à l'amont de son écluse de Baraban. Cette traversée était soumise aux aléas du débit du fleuve et était assez dangereuse, motivant la construction du pont-canal.

Lors de la construction du canal latéral à la Loire de 1827 à 1838, un pont-canal avait déjà été envisagé sur la commune de Châtillon pour franchir la Loire, sur le modèle de celui du Guétin par lequel le canal latéral à la Loire franchit l'Allier. Mais un tel ouvrage en maçonnerie à cet endroit aurait constitué un véritable barrage en cas de crue importante : avec des arches en plein cintre, plus l'eau monte, et moins elle passe. Il fallut attendre que la technologie du métal, et en particulier celle de l'acier doux, soit suffisamment avancée pour permettre d'envisager un pont-canal métallique qui seul pouvait laisser une très large ouverture pour la Loire en crue. La déclivité entre Châtillon et Briare permettant de gagner encore un peu de hauteur libre, c'est dans cette dernière ville qu'il fut choisi d'implanter l'ouvrage.

Pour emprunter le pont-canal, le canal latéral à la Loire fut enrichi d'un nouveau tronçon de près de 14 km de long entre l'amont de son écluse de l'Étang (no 39) et l'amont de celle de la Cognardière, la quatrième du canal de Briare où il rejoint celui-ci.

À défaut d'être le premier, le pont-canal de Briare fut longtemps, avec ses 662 mètres, le plus long pont-canal métallique du monde. Il n'a été détrôné qu'en 2003 par le pont-canal de Magdebourg, sur l'Elbe, qui mesure 918 mètres.

Plaque commémorative

Le projet fut déclaré d'utilité publique par le Journal officiel en 1889 pour un coût estimé à 6 500 000 francs[2]. Sa conception est due aux ingénieurs Léonce-Abel Mazoyer et Charles Sigault. Mazoyer était alors chargé de la mise au gabarit Freycinet de toute la ligne fluviale Roanne-Briare et d'une partie du canal du Nivernais, et le pont-canal de Briare s'inscrivait dans ce programme. La maçonnerie (piles et culées) fut confiée à Gustave Eiffel entre 1890 et 1896 et la cuvette métallique à l’entreprise Daydé & Pillé de Creil. Inauguré en catimini, les Briarois l'accusant de tous les maux, le par le bateau « Aristide » d'Ernest Guingamp, il a permis le développement du transport Loire-Seine avec la mise au gabarit Freycinet du réseau fluvial. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3].

L'année suivante, Léonce-Abel Mazoyer devait offrir à la ville de Roanne un « petit frère » de cet ouvrage : le pont-rivière d'Oudan par lequel cette petite rivière passe au-dessus du canal latéral de Roanne à Digoin.

Description[modifier | modifier le code]

Pont-canal vidangé pour entretien

Entièrement métallique, la voie d'eau est bordée de deux trottoirs et d'une rangée de lampadaires. Son abord est marqué de chaque côté de deux colonnes rostrales ornementées, l'ensemble évoquant le pont Alexandre-III à Paris.

Les éléments de décor tels que les huit rostres (deux par colonne), les chimères et les lampadaires sortent des Fonderies Magnard et Compagnie de Fourchambault et des forges de L.Gasne, à Tusey dans la Meuse.

La largeur du canal est de 6 mètres avec un mouillage de 2,2 mètres pour un tirant d'eau de 1,80 mètre. Sa cuvette est en acier doux. Le pont repose sur quatorze piliers en pierre.

Ensemble du pont-canal sur la Loire

En plus de la Loire, l'ouvrage franchit aussi le « vieux » canal latéral à la Loire de 1838 juste avant d'entrer dans Briare. Il fut question aussi, lors de sa conception, de le doubler par un pont routier dont Briare était alors et est toujours dépourvue. Sur son linéaire, le pont-canal de Briare n'est pas le dernier du canal latéral à la Loire : juste avant de se connecter au canal de Briare à la Cognardière, il franchit la Trézée au moyen d'un ultime pont-canal en maçonnerie comportant quatre arches.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Mauret Cribellier, Pont-canal de Briare, Loiret, Orléans, AREP Centre éditions, coll. « Itinéraire du patrimoine, n°83 »,‎ 1996, 16 p. (ISBN 290581313X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Crues centennales de 1790, 1846, 1856 et 1866
  2. La construction moderne du 24 août 1889
  3. « Pont-canal sur la Loire », base Mérimée, ministère français de la Culture
En aval Situation sur la Loire En amont
Nouveau pont de Gien
à 9 km
Situation sur la Loire à Briare
Pont de Châtillon-sur-Loire
à 4,5 km