Transferts de populations germano-soviétiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant les transferts de populations allemandes vers le Reich.
L’Ordre nouveau imaginé par Alfred Rosenberg et Richard Walther Darré pour l’Europe sous contrôle nazi.
Les transferts de populations, les déportations et les génocides en Europe pendant et à l'issue de la Seconde Guerre mondiale.

Les transferts de populations germano-soviétiques étaient une série de transferts de populations entre 1939 et 1941 d'Allemands ethniques vivant en URSS et de Russes ethniques vivant en Allemagne dans le cadre d'un accord du traité d'amitié de coopération et de démarcation signé entre les deux pays. Au total, 1 880 000 Allemands furent transférés de l'URSS vers le Troisième Reich.

Les transferts de population[modifier | modifier le code]

Cette politique fut initiée par Adolf Hitler dans le cadre du Lebensraum (espace vital). Ils prirent fin lors de l'opération Barbarossa en 1941, invasion allemande de l'URSS.

Les populations allemandes habitant les territoires occupés par l'Union soviétique en 1939-1940 à la suite du Pacte germano-soviétique comme la Bessarabie ou les Pays baltes furent transférées en Allemagne et en Pologne occupée. La majorité des Germano-Baltes fut transférée avant l'occupation soviétique des États baltes. Ces Volksdeutsche furent réinstallés en Pologne derrière la ligne Oder-Neisse sur des territoires dont les populations polonaises avaient été expulsées (lire à ce sujet l'article Generalplan Ost au paragraphe traitant du Reichsgau Wartheland.)

Second transfert en 1945[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]