Theropoda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Theropoda, ou théropodes en français, forment un clade de tétrapodes bipèdes comprenant la quasi-totalité des dinosaures prédateurs[4] et l'unique clade actuel des oiseaux. Comme les autres groupes de dinosaures, les théropodes apparaissent au Trias supérieur (Carnien) et acquièrent une distribution géographique globale à partir du Jurassique inférieur[5]. Les oiseaux, qui sont issus de petits Maniraptora du Jurassique moyen, sont les seuls théropodes à avoir survécu à la crise Crétacé/Tertiaire (K/T) ce qui leur a ainsi permis de prospérer et de se diversifier considérablement durant le Cénozoïque[6]. En incluant les oiseaux, les théropodes forment un des groupes de vertébrés les plus florissants et le clade de dinosaures le plus diversifié morphologiquement[7]. Ayant évolué pendant plus de 230 millions d'années au côté des mammifères qui apparaissent en même temps qu'eux, ils sont avec les mammifères les seuls vertébrés à avoir occupé les trois niches écologiques de milieux terrestres, aériens et aquatiques[8]. Les théropodes non-aviens, qui incluent tous les membres de ce clade mis à part les oiseaux (Avialae), furent un des groupes de carnivores dominant dans les écosystèmes mésozoïques du monde entier[7]. Contrairement à une idée reçue, un grand nombre de théropodes non-aviens n'étaient pas carnassiers et plusieurs clades de théropodes coelurosaures comme les Therizinosauria, les Ornithomimosauria et les Oviraptorosauria semblent avoir été exclusivement herbivores[9]. Comme l'entièreté des autres clades de dinosaures, les théropodes non-aviens disparaissent à la fin du Mésozoïque, bien qu'ils furent particulièrement abondants à l'extrême fin du Crétacé[10].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « Theropoda » dérive de deux racines grecques anciennes, ther(o) signifiant « bête sauvage » et pod(o) voulant dire « pied ». Nommés de cette façon par Othniel Charles Marsh en 1881, les théropodes, dits « à pieds de bête » au sens étymologique, étaient à l'époque distingués des Ornithopoda (nommés en 1871), « à pieds d'oiseaux », et des Sauropoda (nommés en 1878), « à pieds de reptiles », tous deux créés par Marsh.

Par la suite, ce concept se révéla erroné car l'on sait actuellement que ce sont des théropodes du Jurassique qui ont donné naissance aux oiseaux, et non les ornithopodes. Une erreur similaire fut également commise par Harry Govier Seeley qui distingua selon la forme du bassin les dinosaures à bassin d'oiseau (Ornithischia) et les dinosaures à bassin de reptiles (Saurischia), alors que les oiseaux appartiennent bien au clade des saurischiens.

Description[modifier | modifier le code]

Si l'on ne prend pas en considération les oiseaux (Avialae), les théropodes (dit non-aviens) sont aisément reconnaissables par leur posture bipède et leurs membres antérieurs et postérieurs pourvus de griffes acérées. La grande majorité des théropodes basaux, à savoir les Coelophysoidea, les Ceratosauria, les Megalosauroidea, les Allosauroidea et les Tyrannosauroidea, possède un crâne dont les mâchoires portent des dents pointues typiques d'une alimentation carnivore. La posture bipède et les dents en forme de lames sont deux caractères ancestraux que l'on retrouve chez les archosaures plus primitifs[4]. Bien que la plupart des théropodes basaux fussent des mangeurs de viandes, un grand nombre de théropodes non-aviens s'adaptèrent à d'autres régimes alimentaires et devinrent ultérieurement piscivores[11] et surtout herbivores[12],[13],[9]. Plusieurs taxons ont été également considérés comme des omnivores[14] ainsi que des dinosaures susceptibles de filtrer l'eau pour se nourrir[15].

Il existe une grande variabilité de taille parmi les théropodes non-aviens puisque certaines estimations donnent à des genres tels que Spinosaurus et Giganotosaurus une longueur de plus de 12 mètres pour un poids excédant 14 tonnes[16] alors que d'autres théropodes non-aviens comme Epidexipteryx[17] et Anchiornis[18] ne devaient pas dépasser 40 centimètres de long pour un poids de quelque 150 grammes.


Comparaison des plus grands théropodes connus.


Des théropodes non-aviens récemment découverts tels que Incisivosaurus[19] pourvu de grandes dents au niveau de la mâchoire supérieure, Limusaurus[12] au long bec corné, Microraptor[20] et ses quatre membres ailés et Epidendrosaurus[21] muni de très longs doigts démontrent également une grande variété de morphologies au sein de ce clade.

Spinosaurus aegyptiacus

La forme du crâne des théropodes est particulièrement variée puisque la tête robuste des Tyrannosauridae et des Carcharodontosauridae contraste avec le crâne long et frêle des Spinosauridae, et le crâne court et édenté des Oviraptosauria. Un grand nombre de théropodes était également muni de crêtes et cornes en tous genres, tels que le Dilophosaurus et d'Oviraptor pourvus d'une crête haute sur toute la tête, de Ceratosaurus et de Spinosaurus ornés d'une petite crête nasale, de Cryolophosaurus muni d'une haute crête en forme de houppe sur l'extrémité postérieure de la tête et de Carnotaurus et Majungasaurus dont le haut du front était garni de petites cornes.

Le thérizinosaure Beipiaosaurus pourvu de longues griffes aux membres antérieurs et d'un duvet pileux sur le corps.

La morphologie des membres antérieurs est également variée. Les Spinosauridae aux bras puissants diffèrent des Ornithomimosauria aux bras longs et grêles, des Tyrannosauridae aux bras atrophiés à deux doigts et des Alvarezsauridae aux membres étrangement réduits à un seul doigt. La forme des griffes des théropodes est elle-même très diverse puisque l'on trouve de larges griffes en forme de faux chez les Spinosauroidea, de longues griffes en forme de lame chez les Therizinosauridae et des griffes courtes et robustes chez les Alvarezsauridae. Enfin, certains théropodes non-aviens étaient déjà munis d'un duvet et même de plumes, en témoigne la découverte des duveteux Dilong, Beipiaosaurus et Sinocalliopteryx et des dinosaures à plumes Sinornithosaurus, Sinosauropteryx, Caudipteryx et Protarchaeopteryx. Le vol plané était même déjà acquis par certains théropodes tels que Microraptor et Cryptovolans qui étaient munis de quatre ailes (une à chaque membre). Néanmoins, et malgré la présence de plumes sur leur corps, ces théropodes ne sont pas des oiseaux (ils en sont par contre des proches parents).


Systématique[modifier | modifier le code]

Les théropodes non-aviens ont reçu beaucoup d'attention de la part des paléontologues des vertébrés durant ces trente dernières années. Un grand nombre d'analyses cladistiques ont examiné les relations de parenté qui existent entre ces dinosaures[5],[7],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28] si bien que la phylogénie de ce clade est actuellement assez bien connue.

La phylogénie des théropodes ici présentée est celle des publications scientifiques suivantes[5],[7],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28].


Theropoda

 Theropoda 

Coelophysoidea


 Neotheropoda 
 Ceratosauria 

Ceratosauridae


 Abelisauroidea 

Noasauridae



Abelisauridae




 Tetanurae 
 Megalosauroidea 

Piatnitzkysauridae




Monolophosaurus




Megalosauridae



Spinosauridae





 Neotetanurae 
 Allosauroidea 

Sinraptoridae




Allosaurus


 Carcharodontosauria 

Carcharodontosauridae



Neovenatoridae





 Coelurosauria 
 Tyrannosauroidea 

Proceratosauridae



Tyrannosauridae





Compsognathidae


 Maniraptoriformes 

Ornithomimosauria


 Maniraptora 

Therizinosauroidea




Alvarezsauridae




Oviraptorosauria


 Paraves 
 Deinonychosauria 

Troodontidae



Dromaeosauridae




Avialae → Oiseaux













Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Holtz, T. R., 1994. The phylogenetic position of the Tyrannosauridae: implications for theropod systematics. Journal of Paleontology 68(5):1100-1117.
  2. Marsh, O.C., 1884. The classification and affinities of dinosaurian reptiles. Nature 31:68-69
  3. Gauthier, J. A., 1986. Saurischian monophyly and the origin of birds. pp. 1-55 In Padian, K. (ed.) The Origin of Birds and the Evolution of Flight. Memoirs of the California Academy of Sciences 8.
  4. a et b Holtz, T.R. Jr. & Osmólska, H., 2004. Saurischia. Pp. 21-24, in D.B. Weishampel, P. Dodson and H. Osmólska (eds.), The Dinosauria. Second Edition. University of California Press.
  5. a, b et c Tykoski, R. S. & Rowe, T., 2004. Ceratosauria. Pp. 47–70 in D. B. Weishampel, P. Dodson & H. Osmólska (eds) The Dinosauria, 2nd edn. University of California Press, Berkeley.
  6. Zhou, Z.H., 2004. The origin and early evolution of birds: Discoveries, disputes, and perspectives from fossil evidence. Naturwissenschaften 91:455–471.
  7. a, b, c et d Rauhut, O.W.M., 2003. The interrelationships and evolution of basal theropod dinosaurs. Special Papers in Palaeontoly 69: 1–213.
  8. Paul, G.S., 1988. Predatory Dinosaurs of the World. Simon and Schuster, New York, New York, 464 pp.
  9. a et b Zanno, L.E. & Makovicky, P.J., 2010. Herbivorous ecomorphology and specialization patterns in theropod dinosaur evolution. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2010; DOI: 10.1073/pnas.1011924108.
  10. Holtz, T.R. Jr., Chapman, R.E. & Lamanna, M.C., 2004a. Mesozoic Biogeography of Dinosauria. Pp. 627–642 in D.B. Weishampel, Dodson P. & Osmólska H. (eds) The Dinosauria, 2nd edn. University of California Press, Berkeley.
  11. Charig, A.J. & Milner, A.C., 1997. Baryonyx walkeri, a fish-eating dinosaur from the Wealden of Surrey. Bulletin of the Natural History Museum of London 53: 11-70.
  12. a et b Xu, X., Clark, J.M., Mo, J., Choiniere, J., Forster, C.A., Erickson, G.M., Hone, D.W.E., Sullivan, C., Eberth, D.A., Nesbitt, S., Zhao, Q., Hernandez, R., Jia, C.-K., Han, F.-L. & Guo, Y., 2009. A Jurassic ceratosaur from China helps clarify avian digital homologies. Nature, 459 (18): 940–944.
  13. Zanno, L.E., Gillette, D.D., Albright, L.B. & Titus, A.L., 2009. A new North American therizinosaurid and the role of herbivory in 'predatory' dinosaur evolution. Proceedings of the Royal Society B, 276 (1672): 3505-3511.
  14. Holtz, T.R. Jr., Brinkman, D.L. & Chandler, C.L., 2000. Denticle morphometrics and a possibly omnivorous feeding habit for the theropod dinosaur Troodon. Gaia 15: 159-166.
  15. Norell, M.A., Makovicky, P. & Currie, P.J., 2001. The beaks of ostrich dinosaurs. Nature 412: 873-874.
  16. Therrien, F. & Henderson, D.M., 2007. My theropod is bigger than yours...or not: estimating body size from skull length in theropods. Journal of Vertebrate Paleontology 27 (1): 108–115.
  17. Zhang, F., Zhou, Z., Xu, X., Wang, X. & Sullivan, C., 2008. A bizarre Jurassic maniraptoran from China with elongate ribbon-like feathers. Nature, 455: 1105-1108.
  18. Xu, X., Zhao, Q., Norell, M., Sullivan, C., Hone, D., Erickson, G., Wang, X., Han, F. & Guo, Y., 2009. A new feathered maniraptoran dinosaur fossil that fills a morphological gap in avian origin. Chinese Science Bulletin, 53 (3), 430-435.
  19. Xu, X., Cheng, Y.-N. Wang, X.-L. & Chang, C.-H., 2002. An unusual oviraptorosaurian dinosaur from China. Nature, 419: 291-293.
  20. Xu, X., Zhou, Z., Wang, X., Kuang, X., Zhang, F. & Du, X., 2003. Four-winged dinosaurs from China. Nature, 421: 335-340.
  21. Zhang, F., Zhou, Z., Xu, X. & Wang, X., 2002. A juvenile coelurosaurian theropod from China indicates arboreal habits. Naturwissenschaften, 89 (9): 394-398.
  22. a et b Holtz, T.R. Jr., Molnar, R.E. & Currie, P.J., 2004. Basal Tetanurae. Pp. 71–110 in D.B. Weishampel, Dodson P. & Osmólska H. (eds) The Dinosauria, 2nd edn. University of California Press, Berkeley.
  23. a et b ref name="Tykoski2005">Tykoski, R.S., 2005. Anatomy, Ontogeny, and Phylogeny of Coelophysoid Theropods. Unpublished PhD Thesis, The University of Texas at Austin: 1 - 553.
  24. a et b Senter, P., 2007. A new look at the phylogeny of Coelurosauria (Dinosauria: Theropoda). Journal of Systematic Palaeontology 5 (4): 429-463.
  25. a et b Smith, N.D., Makovicky, P.J. Hammer, R. & Currie, P.J., 2007. Osteology of Cryolophosaurus ellioti (Dinosauria: Theropoda) from the Early Jurassic of Antarctica and implications for early theropod evolution. Zoological Journal of the Linnean Society 151 (2): 377-421
  26. a et b Brusatte S.L., & Sereno, P., 2008. Phylogeny of Allosauroidea (Dinosauria: Theropoda): comparative analysis and resolution. Journal of Systematic Palaeontology, 6: 155-182. Cambridge University Press.
  27. a et b Carrano, M.T. & Sampson, S.D., 2008. The Phylogeny of Ceratosauria (Dinosauria: Theropoda). Journal of Systematic Palaeontology, 6: 183-236 Cambridge University Press.
  28. a et b Benson, R.B.J., Carrano, M.T. & Brusatte, S.L., 2009. "A new clade of archaic large-bodied predatory dinosaurs (Theropoda: Allosauroidea) that survived to the latest Mesozoic." Naturwissenschaften, ()