Sinosauropteryx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sinosauropteryx

Description de cette image, également commentée ci-après

Sinosauropteryx prima

Classification
Règne Animalia
Classe Reptilia
Ordre Saurischia
Sous-ordre Theropoda
Clade Coelurosauria
Famille Compsognathidae

Genre

Sinosauropteryx
Ji Q. & Ji S., 1996

Le genre Sinosauropteryx (中华龙鸟,zhonghua longniao) regroupe des dinosaures théropodes qui vivaient en Chine durant le début du Crétacé, de 130,0 à 125,0 Ma[1]. En 2008, au moins trois fossiles sont connus[1], un de ceux-ci est d'ailleurs le premier genre de dinosaure découvert dans la province de Liaoning, devenu célèbre pour ces fossiles.

Il s'agit de l'un des plus anciens animaux à plumes connus. Le plus grand spécimen mesure de 1 à 1,20 mètre de la tête à la queue, extrêmement longue. Le fossile le mieux conservé montre que Sinosauropteryx était couvert d'une sorte de fourrure formée, selon les interprétations, de plumes très rudimentaires ou de filaments de collagène. Ces téguments consistaient en de simples structures formées de deux ramures, qui sont assez similaires aux primitives plumes secondaires des kiwis modernes.

Fossile exposé à Hong Kong

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le terme Sinosauropteryx est issu de deux termes grecs anciens et d'un terme de latin médiéval et qui peut s'interpréter comme « aile de lézard chinois ».

Systématique[modifier | modifier le code]

Le genre le plus proche est Compsognathus. Malgré ces plumes, il n'est pas très proche de Archaeopteryx, il existe en effet de nombreuses familles de dinosaures qui sont plus étroitement liés à Archaeopteryx (Deinonychosauria, Oviraptorosauria, Thérizinosaures). Ceci suggère que la plupart de ces espèces devaient posséder des plumes rudimentaires, car toutes ces espèces sont issues d'un ancêtre théropode commun.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (TPBD, 2008)