Table ronde des industriels européens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Table ronde (homonymie).

La Table ronde des Industriels européens (European Round Table, ERT) est un groupe de lobbying créé en 1983 par Pehr Gyllenhammar (président de Volvo), Wisse Dekker (président de Philips) et Umberto Agnelli (président de Fiat)[1]. L'ERT rassemble les 49 plus grandes entreprises européennes, situées dans 18 pays de l'UE.

Mission[modifier | modifier le code]

L'ERT s'est donnée pour objectif de « stimuler la compétitivité mondiale de l'industrie européenne », notamment en prônant la baisse du salaire minimum, la réduction des dépenses de sécurité sociale et la privatisation de services publics[2]. Pour réaliser sa mission l'ERT mène un intense lobbying auprès des institutions européennes (Commission européenne, Conseil des ministres, Parlement européen, ...). Dès la création de l'ERT, le vicomte belge Etienne Davignon - alors Commissaire européen à l'Industrie et au Marché Unique - se proposa pour les y aider[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

L’ERT a nettement influé sur le texte de l’Acte unique européen de 1986 et sur le texte du Traité de Maastricht de 1992[3], traité fondateur de l'Union européenne. Ces faits illustrent de façon flagrante que, par rapport à la masse des citoyens, les lobbies industriels (dont les moyens financiers sont incomparablement plus élevés que ceux des ONG supposées représenter les citoyens) bénéficient d'une relation privilégiée auprès des pouvoirs législatif et exécutif de l'UE[4].

Liste des membres actuels (Janvier 2011)[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

À compter du 01/06/2014: Benoît Potier - Air liquide

Vice-président[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Secretary General[modifier | modifier le code]

(Sources: ERT.be et ERT.eu)

Historique de ses présidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.ert.eu/about#Origins
  2. Corporate Europe Observatory, Europe inc., Pluto Press, 2003
  3. Chloé Maurel, Géopolitique des impérialismes, Paris, Studyrama, 2009, p. 185.
  4. monde-diplomatique.fr

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]