Étienne Davignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davignon.
Étienne Davignon en 2011.

Le vicomte Étienne Davignon est un homme d'État et homme d'affaires belge né le 4 octobre 1932 à Budapest (Hongrie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille Davignon.

Étienne Davignon, parfois appelé « Stevie Davignon » ou « Le vicomte »[1]est issu d'une famille de diplomates.

Formation[modifier | modifier le code]

Il débute ses études de droit aux Facultés universitaires Saint-LouisBruxelles), les poursuit à l'Université de Louvain où il obtient un doctorat. Il complète sa formation par un diplôme en Économie et par le Baccalauréat spécial en Philosophie thomiste.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ancien chef de cabinet de Paul-Henri Spaak et de Pierre Harmel de 1964 à 1969, il fut également le premier président de l’Agence internationale de l'énergie de 1974 à 1977, le vice-président de la Commission européenne de 1981 à 1985 et président de l'Institut Royal des Relations internationales. En 1967, alors qu'il est impliqué dans les discussions concernant le déménagement de l'OTAN à Evere dans la Région de Bruxelles-Capitale, il affirme que celle-ci ne pourra pas être le siège permanent de l'OTAN car cela serait contraire au plan d'urbanisme de la région[réf. nécessaire]. Membre du groupe Bilderberg depuis 1974, président jusqu'en 1999, puis président honoraire. En 1985 il entre à la Société générale de Belgique dont il a été le président d'avril 1988 à février 2001, puis vice-président jusqu'à la fusion du 31 octobre 2003 de la Société générale de Belgique et de Tractebel. Il devint alors vice-président de Suez-Tractebel. En 2001, il a puissamment contribué à la fondation de la compagnie aérienne belge Brussels Airlines qui a succédé à la Sabena et absorbé la compagnie Virgin Express tout en desservant 70 destinations. En 2004, le roi Albert II lui a conféré le titre de ministre d'État.

Fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Davignon a présidé le Forum des entreprises pour le multilinguisme, un document qui analyse le rapport entre les compétences linguistiques, la compétitivité économique et professionnelle dans un monde globalisé. Le document passe en revue, de façon détaillée, tous les éléments nécessaires pour aider une entreprise à accéder à de nouveaux marchés et à de nouveaux contrats d'affaires. Le document a été élaboré à partir des rapports de recherche, des études de cas, des interviews et de l'expérience personnelle des membres du Forum[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En novembre 2007, Étienne Davignon a été nominé pour le prix du pire lobbying de l'Union européenne 2007[5] (un prix organisé par quatre ONG européennes : Corporate Europe Observatory, SpinWatch, LobbyControl, Les Amis de la Terre), pour le fait qu'il conseille le commissaire européen Louis Michel sur les questions de développement en Afrique, alors même qu'il siège au conseil d'administration de Suez, une multinationale qui cherche à s'ouvrir de nouveaux marchés en Afrique.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ginette Kurgan et Erik Buyst, 100 grands patrons du XXe siècle en Belgique, Alain Renier éditeur, Bruxelles, 1999, p. 56-59.
  • Koerner, Deutsche Geschlechterbuch - Burgerlische Familien, Hamburger Geschlechterbuch, sub verbo Davignon, édition Starke, Görlitz, 1914.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]