Valdemar Ier de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valdemar.
Valdemar Ier de Danemark
(da) Valdemar den Store
Le roi Valdemar 1er
Le roi Valdemar 1er
Titre
Roi de Danemark
2 janvier 115717 novembre 1182
(25 ans, 10 mois et 15 jours)
Prédécesseur Sven III de Danemark
Successeur Knut VI de Danemark
duc de Schleswig
11471157
Prédécesseur Magnus Ier de Suède
Successeur Christophe de Schleswig
Biographie
Dynastie Maison d'Estridsen
Date de naissance 14 janvier 1131
Date de décès 12 mai 1182 (à 51 ans)
Lieu de décès Château de Vordingborg (Danemark)
Sépulture Église Saint-Bendt
Père Knud Lavard
Mère Ingeborg de Kiev
Conjoint Sophie de Polock
Enfant(s) Knut Red crown.png
Valdemar Red crown.png
Sophie
Margareta
Maria
Richeza
Helen
Ingeburge
Religion Catholique

Valdemar Ier de Danemark
Monarques de Danemark

Valdemar Ier de Danemark (1131- 12 mai 1182), également connu sous le nom de Valdemar le Grand, a régné sur le Danemark de 1157 à 1182. Ce souverain a rétabli l'ordre et le prospérité au Danemark.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Son père, Canut ou Knud Lavard, chevalier et prince danois très populaire, fils aîné de Éric Ier de Danemark, est assassiné huit jour avant sa naissance par Magnus, fils de Nicolas. Sa mère, Ingeborg, fille de Mstislav Ier, le prénomme en mémoire de son grand-père, Vladimir II Monomaque de Kiev. Héritier du trône et alors que ses rivaux gagnaient en pouvoir, il est élevé à la cour d’Asser Rig de Fjenneslev avec le fils d’Asser, Absalon, qui devient par la suite son homme de confiance.

Le prétendant[modifier | modifier le code]

À seize ans, il doit faire face à une guerre civile déclenchée par l'abdication d'Éric III de Danemark. Ses rivaux prétendants au trône sont alors Suenon Grathe ou Sven III de Danemark (fils d’Éric II de Danemark) et Canut ou Knut V de Danemark (fils de Magnus Ier de Suède et petit-fils de Niels de Danemark). La guerre civile dure une dizaine d’années. Valdemar se range d'abord dans le camp de Suenon III contre Canut ou Knut V. En 1154, il s'allie à Knut V.

En 1157, Sven organise un grand banquet de réconciliation en l’honneur de Knut, Absalon et Valdemar, dans le but réel de se débarrasser de ses rivaux. Le roi Knut y est tué mais Absalon et Valdemar s’échappent et Valdemar regagne son fief du Jutland. Sven lance alors une invasion mais est vaincu à la bataille de Grathe, près de Viborg, par les troupes de Valdemar. Il est dit que Sven est surpris et tué dans un marais par un groupe de paysans, durant la retraite, alors qu’il quittait le champ de bataille de Grathe. Ayant survécu à tous ses rivaux, Valdemar succède à Swen et devient seul souverain du Danemark.

Le roi[modifier | modifier le code]

En 1158, Absalon est élu évêque de Roskilde et Valdemar en fait son conseiller principal. Il réorganise et reconstruit le Danemark, déchiré par des années de guerre civile. Allié au princes d'Allemagne et de concert avec l'évêque de Roskild, il engage une lutte contre la piraterie vénède ou wende, basée à Rügen. Ce combat s'associe à une christianisation radicale des rivages danois et des confins accessibles de la mer baltique. Il s'agit d'effacer les vestiges désuets du paganisme. Valdemar abat l'idole de Svantevit, abolit le culte de Hertha ou Erda ou encore Nertha çà et là pratiqué au retour du printemps et s'efforce de convertir les derniers "barbares".

À l’initiative d’Absalon, il déclare la guerre au duc de Poméranie et s'empare de l’île de Rügen en mer Baltique. En 1168, Kap Arkona, Julin ou Jomsbourg sont pris d’assaut et les Wendes sont soumis puis christianisés.

Valdemar se montre ferme envers Frédéric Ier Barberousse, refuse l'hommage à l'assemblée de Lons-le-Saulnier, fortifie le Danewirk pour se prémunir d'une invasion terrestre rapide par le sud. Mais il donne à l'empereur allemand des gages de fidélité pacifique et guerrière, en particulier en lui donnant l'appui de sa flotte puissante pour châtier la cité de Lübeck révoltée.

Dès le début de son règne, Valdemar entame une longue lutte contre l'archevêque de Lund Eskil et ses partisans. Valdemar met à profit la canonisation de son père le 25 juin 1170 à Ringsted en présence de l'archevêque Eskil de Lund, de l'évêque d'Oslo et de l'archevêque d'Upsal pour faire couronner roi son fils Knut né en 1162 qui avait déjà été proclamé héritier comme souverain associé de son père.

Les troubles recommencent cependant peu après ; un fils d’Éric III de Danemark, Magnus et un autre parent du roi le prince Buris Henriksen duc de Jutland-du-Sud doivent être emprisonnés. Plusieurs parents du vieil archevêque Eskil de Lund ayant été mêlés à ses complots, ce dernier très impressionné par ces événements décide de se retirer en 1177. Le roi Valdemar Ier le convainc alors de désigner aux Scaniens, Absalon pour lui succéder. Un légat du Pape vient lui remettre le pallium d'archevêque de Lund, bien qu'il conservât en même temps, contrairement à toute règle, également l'évêché de Roskilde.

Valdemar réussit à imposer une monarchié héréditaire danoise consacrée par l'église. Il est aussi un roi législateur. Il édite les lois de Scanie et de Sélande, dont les bases sont encore en vigueur au XIXe siècle.

Initiée sous son règne, la croissance du Danemark, atteint son apogée sous le règne de son second fils, Valdemar II de Danemark. Valdemar Ier meurt le 12 mai 1182 : il est inhumé dans l’église Saint-Bendt à Ringsted près de son père. Son fils aîné Knut VI de Danemark prend sa succession sur le trône mais c'est de fait l'archevêque Absalon qui dirige le pays.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

En cette même année 1157, il épouse Sophie de Polock (1141-1198), fille du viking Volodar, prince de Polotsk et de Richiza de Pologne. Ils ont pour enfants :

Son fils illégitime, Christophe (vers 1150 - 1173), est fait duc de Sud-Jutland.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1951, 342 p. (OCLC 3005644)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :