Karl Sverkersson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles VII de Suède)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles VII et Charles, prince de Suède.

Karl Sverkersson est roi de Suède de 1161 à 1167.

Il figure parfois dans l'historiographie sous le nom de « Charles VII » dans les listes de rois de Suède, mais cette numérotation est sans fondement historique : au XVIe siècle, le roi Charles IX adopte comme son frère Éric « XIV » son numéro d'ordre à partir de l'Historia de omnibus Gothorum Sueonumque regibus de Johannes Magnus, qui inclut six rois « Charles/Karl » fictifs. Cette tradition perdure encore avec le roi actuel Charles XVI Gustave.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sceau de Karl VII Sverkersson, roi de Suède

Karl Sverkersson fils de Sverker Ier l'Ancien et d'Ulvhild est proclamé roi par les Östgötar c'est-à-dire les habitants de la province d'Östergötland, dès 1152. Il devient ensuite roi de l'ensemble du Götaland à la mort de son père en 1156. Après s'être débarrassé du prétendant Magnus, il est enfin reconnu par tout le pays en 1161. Karl Sverkersson s'appuie sur le Danemark et épouse Kristina Stigdotter, fille de Stig Hvidtaledhr et de la princesse Margareta, nièce de Valdermar Ier, qui est conduite en Suède par le Jarl Guthorm en 1163.

Il fit la guerre aux habitants de l'Ingrie et de l'Estonie pour les contraindre à embrasser le Christianisme, fonda beaucoup d'églises et de monastères qu'il dota richement. L'église de Suède dépend depuis sa création de l'archevêque de Hambourg-Brême, en 1103 elle est rattaché à l'archevêque de Lund, primat de l'église danoise. En 1164 le roi Karl obtient l'érection du siège épiscopal d'Uppsala comme archevêché par le Pape Alexandre III. Son premier titulaire, Stephanus, un moine cistercien de l'Abbaye d'Alvastra, envoyé comme ambassadeur auprès du souverain pontife est sacré à Sens. Cette mesure affirme l'indépendance religieuse du pays et renforce son unité car il constitue désormais une province ecclésiastique propre. C'est à cette époque que le roi remplace son simple titre de Rex Svecie par celui de Rex Sveorum et Gothorum.

Cependant le pouvoir du clergé ayant pris des accroissements excessifs, il allait y mettre un terme, lorsqu'il fut assassiné le 12 avril 1167 à Visingsö à l'instigation du fils d'Éric le Saint, Knut Erikson, subitement revenu d'un exil de trois ans en Norvège. Ce meurtre est à l'origine d'une guerre civile liée aux revendications au trône de ses parents Kol et Burislev qui se poursuit jusqu'en 1173[1]

Union et descendance[modifier | modifier le code]

De son épouse Kristina Stigdotter, fille de Stig Hvidtaledhr et de la princesse Margareta, nièce de Valdermar Ier, il laisse :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Europäische Stammtafeln Vittorio Klostermann, Gmbh Frankfurt am Main, 2004 (ISBN 3465032926), Die Könige von Schweden II 1060-1250 aus dem Stenkil’schen dem Erik’schen und dem Sverker’schen Geschlechte, Tafel 115.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingvar Andersson, Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Éditions Horvath, Roanne, 1973
  • (en) Philip Line, Kingship and state formation in Sweden, 1130-1290, Library of Congres, 2007 (ISBN 9789004155787)
  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1951, 342 p. (OCLC 3005644)
  • Ragnar Svanström et Carl Fredrik Palmstierna, Histoire de Suède, Stock, Paris, 1944
  • (sv) article dans Svenskt biografiskt lexikon: Karl Sverkersson